En mouvement

En mouvement

Après des années d’immobilisme et de démobilisation, tout bouge soudain et très vite.

Cet été déjà, la violente réaction contre l’enseignement du genre et de l’orientation sexuelle, dans les manuels SVT des classes de première, nous avait sortis de notre torpeur.

Ces députés et sénateurs qui n’acceptent pas que des élèves comprennent que le genre n’est pas déterminé de façon aussi binaire qu’il y parait et que l’orientation sexuelle n’est pas unique ni figée, nous avaient quelque peu inquiétés et agacés. Des avancées arrachées à grand peine, à peine prises en compte et aussitôt menacées ? Pas question.

Puis, nous apprenions l’abandon des charges au pénal contre DSK et son retour en France. Le traitement médiatique et les réactions politiques qui s’en sont suivis n’ont pas manqué de nous interpeller et de mobiliser les groupes féministes et leurs alliés.

La tentative de réhabilitation médiatique orchestrée avec la complicité de proches et de médias, véritablement indécente et donnant à penser que les puissants trouvent toujours les moyens de se sortir de tout, ne pouvait rester sans réponses.

Non, l’abandon des charges contre DSK ne signifiait pas qu’il était « blanchi », puisqu’on ne peut être blanchi qu’après avoir été condamné à tort et rejugé. Le procureur, dans un contexte éminemment politique, avait abandonné les charges parce qu’il doutait de pouvoir convaincre un jury populaire, embarrassé par les mensonges de Mme Diallo.

Dans cette affaire, les deux protagonistes ont menti.

Elle, qui pour quitter son pays, n’avait pas trouvé d’autre stratégie (Quelle révélation, la vie des gens pauvres est probablement plus complexe que celles des gens sans problème !) ; lui, car s’il ne s’agissait pas d’un rapport tarifé, comment expliquer dans ce cas qu’en 7 minutes chrono, ce sémillant sexagénaire ait pu baratiner Mme Diallo, la séduire, et dans un rapport parfaitement consenti, lui enfourner son sexe dans la bouche et éjaculer ? !

Au moins trois faits majeurs sont incontournables : Mme Diallo a bien menti sur son passé ; l’ADN de DSK a bien été relevé dans cette chambre d’hôtel le rapport sexuel est prouvé et même minuté ; un rapport médical est disponible, il mentionne des brutalités et blessures.

Pourtant, les mensonges de Mme Diallo auront pesé bien plus lourd dans la balance que ceux de DSK, puisque c’est sur ce seul élément que la justice américaine à décidé d’abandonner les charges.

Aux USA, DSK s’en est bien sorti, il n’a pas été jugé au pénal ; il est libre et bénéficie de la liberté d’expression, mais rappelons-le, il demeure toujours sous le coup d’une plainte pour tentative de viol en France et d’une procédure civile, aux USA.

Dans son cas, la seule attitude digne et responsable aurait consisté à exprimer des excuses sincères auprès des intéressées et non du FMI, à engager une thérapie pour traiter son addiction sexuelle et son comportement de prédateur sexuel et surtout à modestement et lucidement, disparaitre de la scène politique et économique française.

Mais non, il aura préféré se livrer à une mascarade télévisuelle à laquelle tout compte fait, très peu de personnes ont adhéré.

Et maintenant, indécent jusqu’au bout, ces avocats demandent l’immunité au civil, en arguant des fonctions qui étaient les siennes au FMI, au moment des faits.

On touche ici du doigt la complaisance de l’institution qui met ses protégés à l’abri des lois et de la justice humaine.

L’affaire DSK est décidément révélatrice de l’état de notre société, malade de son patriarcat.

DSK est désormais le symbole de l’impasse du machisme et des comportements de mépris et de violence exercés par tant d’hommes de pouvoir sur les femmes ; et autant le préciser, ces rapports de pouvoir, on les retrouve à tous les niveaux de la société, y compris même au sein du couple, trop souvent nid de violences conjugales.

Il serait temps de revenir aux fondamentaux car les enjeux de société sont énormes : la lutte contre le viol – 200 viols déclarés par jour en France -, contre tous les viols ici et ailleurs, mais aussi contre les violences, toutes les violences ici et ailleurs, faites aux femmes et aux enfants et aussi à beaucoup de personnes LGBT – 16 % des femmes et 5 % des hommes interrogés lors de l’enquête CSF ont déclaré avoir subi des rapports sexuels forcés ou des tentatives de rapports forcés au cours de leur vie -.

Mais pour cela, nous aurions aussi besoin d’entendre de la bouche des responsables politiques dignes d’exercer une telle fonction au plus haut niveau, que jamais, ils ne permettront à un tel individu de revenir en situation d’exercer un quelconque pouvoir politique.

De telles déclarations, franches et sans détour, se font encore attendre.

Dans un même temps, les primaires socialiste, que les sondeurs s’acharnent à nous prédire gagnées d’avance, battent leur plein.

Puis soudain c’est la surprise, les sénatoriales sont emportées par la gauche et cette victoire nous prend à rêver de changements et de renouveau.

Un bémol toutefois, car le nombre de sénatrices est passé de 80 en 2008 à 77 et seules 49 femmes ont été élues sur les 170 sièges à renouveler.

Après des années de piétinement, de dégradations et de reculs en tous genres, dans le domaine socio-économique mais aussi en matière de droits et de libertés, ce mouvement qui soudain s’accélère, la forte mobilisation des féministes, la combativité des LGBT et plus généralement le grand ras-le-bol de la population, nous tiennent en haleine.

Le slogan de la Marche des Fiertés n’était pas pour rien « En 2011 je marche, en 2012, je vote !

2011 nous aura réveillés, 2012 pourrait nous réserver bien des surprises, dans tous les cas, nous sommes toutes et tous désormais en mouvement.

Christine Le Doaré

1 Response to “En mouvement”


  1. 1 Christine Le Doaré 28/10/2012 à 21:02

    article rapatrié du blog Têtue.com


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :