Mariage pour tous, la nausée

Du «mariage pour tous» à toutes les sauces et jusqu’à la nausée». Chaque jour, des articles, des déclarations, des vidéos, des photos, des pétitions,  et autant dans un sens, que dans l’autre.

Les pour, les contre, les qui changent d’avis ; chacun-e avec son style et ses arguments ; qui n’a pas contesté, défendu, témoigné ?

On ne pourra pas dire que le débat n’a pas traversé la société française ! Seulement voilà, ce débat est on ne peut plus chaotique, la faute à qui ?

Nous le savions, ce ne serait pas une partie de plaisir. La France est un vieux pays patriarcal, particulièrement conservateur.  Les notables, les dignités religieuses et les politiques y sont avares de leurs privilèges.

Sans surprise, les alliances se sont formées, contre l’égalité des droits ; l’homophobie et le sexisme sont des valeurs sûres, surtout en période de crise économique.

Le gouvernement Ayrault quant à lui, a tenu sa promesse électorale et déposé le projet de loi prévu, comprenant le mariage et l’adoption ; le projet adopté par le Conseil des ministres va maintenant suivre le circuit parlementaire habituel.

Néanmoins, dés le début, les hésitations étaient perceptibles, elles s’expriment désormais ouvertement.

Benoît Hamon vient de déclarer qu’il ne veut pas «instituer un droit à l’enfant» et que donc la PMA (Procréation médicalement assistée) ne devrait pas figurer dans le texte sur «le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe».

La PMA n’est pas dans le texte de loi, mais pourrait y être ajoutée par le biais d’un amendement. C’est ce que souhaite notamment Dominique Bertinotti qui plaide pour une «belle loi sociétale», alors que Jean-Marc Ayrault l’a déjà laissé entendre, une loi complémentaire ou loi famille serait déposée à l’automne prochain.

Pour ne pas perdre le cap, faisons le point !

L’égalité des droits ne fait pas l’unanimité, c’est entendu.

Ses farouches opposants sont sur le pied de guerre, c’était attendu ; mais heureusement, ils ne représentent qu’eux-mêmes et ne sont plus aux affaires. Ne leur donnons pas l’importance qu’ils n’ont pas,  cessons de scruter et relayer la moindre de leurs réactions. Nous n’allons tout de même pas nous épuiser à vérifier leur aptitude à l’ignorance, la discrimination et même la haine ?! La loi sera adoptée, ignorons-les. Dans quelques années, ils seront rétrospectivement aussi ridicules, qu’ils l’ont été au moment du vote du PaCS.

Le gouvernement et plus généralement le PS, ne sont pas aussi convaincus, enthousiastes  et généreux que nous l’espérions ? C’est noté.

En même temps, il était aisé de l’anticiper, l’histoire de la difficile adoption du PaCS n’est pas si lointaine !

(Confier à Lionel Jospin, orgueilleux et conformiste protestant, un rapport sur la rénovation de la vie publique, alors que de tant de nouveaux talents ne demanderaient pas mieux que de s’impliquer, est assez révélateur des limites que s’impose le gouvernement Ayrault ! )

Ce gouvernement cafouille, il va pourtant falloir faire avec et trouver les moyens de l’encourager à conclure. D’autant plus que les français eux, sont majoritairement favorables au mariage et à l’adoption.

Je ne vois que deux solutions possibles, elles se valent, peuvent se justifier l’une comme l’autre et aboutiront aux mêmes conséquences. Dans les deux hypothèses, les lesbiennes et les gays qui sont mobilisés depuis des décennies ne baisseront les bras qu’une fois l’égalité parfaite achevée.

Soit, première hypothèse, le gouvernement se montre frileux, avance en deux temps mais de manière cohérente : il commence par une première loi sur le mariage – statut du couple -, puis dans un second temps et dans le cadre d’une loi famille parachève légalité en proposant l’adoption et la PMA ; il travaille avec conviction, cohésion, méthode et un calendrier précis ;

soit, seconde hypothèse, il fait preuve d’un courage politique à la hauteur des enjeux -nous parlons tout de même d’égalité républicaine, pas d’outrepasser des droits -, et il adopte dans un seul élan une loi complète qui répare le déficit d’égalité, avec le mariage, l’adoption et la PMA.

Mais surtout, il cesse de bafouiller, patauger et de se ridiculiser ainsi.

L’égalité des droits ne se morcèle pas plus qu’elle ne se mendie.

Toute cette surenchère autour du mariage pour tous génère un niveau de saturation rarement atteint, alors, sans tarder, incitons notre gouvernement à choisir une bonne fois pour toutes, laquelle de ces deux stratégies il va suivre.

Christine Le Doaré

1 Response to “Mariage pour tous, la nausée”


  1. 1 hdegenrefeminin 03/12/2012 à 15:04

    Merci pour ce billet qui permet de faire le point et de remettre de l’ordre dans nos têtes. Je suis féministe car je pense en autre que c’est la plus belle manière de lutter contre les conservatismes. Merci


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :