A condition de marier les FEMEN aux féministes radicales !

5248703Hier soir, j’étais bien installée devant le documentaire « Nos seins, nos armes » de Nadia El Fani et Caroline Fourest, espérant enfin mieux comprendre les FEMEN et leurs motivations. Ces femmes sont impressionnantes et sur bien des points on ne peut que soutenir leur engagement, pourtant, j’ai toujours ressenti un certain malaise sans savoir vraiment pourquoi, alors merci aux réalisatrices, j’ai ma réponse.

Sous l’impulsion de quatre jeunes fondatrices, le groupe s’est créé en Ukraine, « pays corrompu où le poids de l’argent facile et de l’église est énorme ». Leur mouvement est d’inspiration marxiste « La nouvelle éthique » et leur éducation politique féministe provient de la lecture d’un livre marxiste écrit par un socialiste allemand du XIXe siècle, August Bebel. Leur objectif est de mener un combat contre les dictatures, les industries du sexe et l’église. Elles disent que L’église et l’état s’entendent toujours sur le dos des femmes.
C’est peu à peu, mais assez rapidement, qu’elles ont adopté le moyen d’action de se déshabiller et de « faire entendre leurs voix par l’intermédiaire de leurs corps ». Les hommes sont d’abord intrigués, attirés, puis comprennent par les slogans qu’ »ils ne peuvent pas contrôler leur nudité ». En effet, leur seule arme c’est leurs seins, car elles utilisent leur corps comme un manifeste et affirment que ce message est universel. Leur ambition est de libérer les femmes partout dans le monde et pour cela, elles doivent créer une armée « de nouvelles femmes qui deviendront des combattantes d’une guerre pacifique ». Ces femmes devront à la fois être agressives mais pacifistes, féministes mais seins nus.

Alors bien sûr c’est inattendu, c’est rafraichissant ; moi aussi je lutte contre les industries du sexe et les effets pervers des religions, et moi aussi j’en ai marre que le corps des femmes soit encore et toujours un enjeu, donc elles m’intéressent. Seulement voilà, si nous sommes d’accord sur les luttes à mener, peut-être le sommes-nous moins sur les méthodes à employer ? Que penser de ces injonctions quasi militaires, de la mise en danger de jeunes recrues, de cette fanfaronnade du « seul nouveau féminisme digne d’intérêt » ? Bref, ce type d’action est-il convaincant et surtout, peut-il se suffire à lui-même ?

A l’évidence, dans les pays de l’Est et en particulier en Ukraine, pour ébranler les autorités et attirer leur attention sur la censure de l’église et le développement des mafias des industries du sexe, des actions provocatrices sont adaptées au contexte local. Les médias assureront la sécurité.
Toutefois, sans le relais d’autres groupes citoyens, féministes, politiques qui font le travail de fond, de terrain comme idéologique, de telles actions, quand elles ne choquent pas, peuvent secouer un temps les consciences mais il y a fort à parier qu’elles ne feront pas seules, évoluer durablement les mentalités.
Les happenings sont basés sur le visuel ; ça fonctionne un temps, celui de la surprise et de la nouveauté. C’est un peu comme les actions de la Barbe, nécessaires pour secouer les consciences, mais au bout d’un certain nombre d’actions identiques, l’effet de surprise tombe et s’il n’y a pas un relais avec une réflexion politique et stratégique plus élaborée, avec d’autres groupes, associations, chercheurs et politiques et bien, la nouveauté passe de mode. Heureusement, en France, ces autres forces existent, mais ailleurs aussi, et des centaines d’associations réalisent ce travail jour après jour, pour lentement mais sûrement, gagner des droits et faire avancer les mentalités : la Fédération Nationale Solidarité Femmes, le Lobby Européen des Femmes, le Collectif féministe contre le viol, Osez le féminisme, Les Effrontées, la fédération contre les violences faites aux femmes, Femmes solidaires, la CADAC, la Marche Mondiale des femmes, La coordination Lesbiennes en France, etc.

Les FEMEN ne s’intéressent pas à l’égalité entre les sexes, ne luttent pas contre le sexisme « ordinaire » car selon elle, qu’il s’agisse des différences de salaire ou de la répartition des tâches domestiques : «Ce sont des questions secondaires ». Mais il faudrait peut-être leur expliquer que tout est lié et complémentaire et dépend de la situation de chaque pays.
Il y a toujours une limite à l’exportation d’un modèle de lutte, mais surtout, qui nous fera croire que dans les pays de l’Est, il n’y a pas de femmes qui luttent autrement ni d’autres associations féministes ? Le problème des FEMEN ce n’est pas leur action, mais de vouloir nous faire croire, qu’elles seules agissent et que leur mode d’action est le plus performant et légitime.

Comprennent-elles seulement les limites d’une telle action ? Beaucoup d’hommes ne vont pas piger le sens de leurs interventions, seulement attirés par leur nudité, satisfait de quelques images de plus de nudité féminine. Sans développer le concept, sans éducation et explications pour déconstruire les stéréotypes, les mentalités n’évolueront pas.
Les actions provocatrices des FEMEN ne sont pas nouvelles, elles aussi seront bientôt confrontées au problème insoluble de l’activisme : rester dans la surprise de la nouveauté tout en créant des images coups de poing qui interpellent, une nouveauté chasse l’autre et les médias sont versatiles. Privilégier la communication au détriment du fond n’a pas que des avantages. L’exemple d’Act-Up ou d’autres groupes est à ce point édifiant.

En regardant le documentaire, en particulier leur action face aux fascistes de Civitas, j’ai aussi compris que cette détermination à aller à la rencontre d’agresseurs relève plus d’un romantisme juvénile que de l’action politique. Tout le monde connait la brutalité de Civitas, nul besoin, d’aller les chatouiller sous le nez ; cette autosatisfaction à avoir affronté « le diable » a tout de même quelque chose d’inquiétant. Les jeunes femmes françaises « embrigadées » sont ainsi confrontées à une violence inouïe, jusqu’alors inconnue. Quelles sont les conséquences de cette mise en danger, qui va les assumer ?

Lors de la manifestation Mariagepourtous, à Denfert-Rochereau, j’étais juste devant elles un moment. Elles criaient « Yes for gays ». Très bien, mais il aura tout de même fallu expliquer longuement qu’il n’était pas interdit d’ajouter « et lesbiennes » ; comme ça sonnait moins bien à leurs oreilles, elles ont abandonné ! Le sens des raccourcis.

Ce que je comprends des FEMEN, c’est qu’elles veulent exporter et exploiter la rage des fondatrices Ukrainiennes, confrontées à une quasi dictature et à de sordides industries du sexe. Elles ont un slogan, un visuel, des seins, elles en ont fait une marque, elles la vendent. Qu’elles puissent contribuer à la libération des femmes, tant mieux ; qu’elles en soient le fer de lance ? Je ne le pense pas et il faudrait demander aux femmes Ukrainiennes ce qu’elles en pensent. Selon moi, leur plus grande faiblesse c’est le manque de consistance et densité politique du projet comme du discours, le tout est pour le moins très basique. Ce n’est pas forcément un problème, mais tout de même, avoir comme référence féministe August Bebel, quand existe une multitude d’auteur-e-s telles que Beauvoir, Mackinnon, Jeffreys, Delphy, Dworkin, etc. ça laisse tout de même songeur-se.

Ce qui me met le plus mal à l’aise c’est cette volonté universaliste. Moi aussi je suis universaliste et le relativisme culturel m’est insupportable. Pourtant, je vois mal, exemple parmi d’autres, les FEMEN agir dans les pays arabes. Quand elles avaient été enlevées en Biélorussie, elles n’avaient fort heureusement pas été violées ni tuées, grâce à leur popularité, mais reconduites en Ukraine.
Place Tahrir, même sans exposer leurs seins, elles seraient violées ou étranglées en quelques minutes. Se dénuder à Paris c’est une chose, dans les pays arabes, ça ne se passerait pas de la même façon. Ont-elles l’intention d’y sacrifier des bataillons de jeunes femmes ? Croient-elles vraiment qu’elles seules et leurs seins nus vont libérer les femmes du monde arabe ? Les femmes arabes, les attendent-elles seulement et de cette façon ? Allons, soyons sérieux !

De nos jours, toute gamine bloggeuse peut se mettre en danger en quelques secondes et condamner sa vie à l’exil. La jeune égyptienne, réfugiée en Suède et qui porte une pancarte « Sharia is not constitution » devant l’ambassade d’Egypte à Stockholm, a tellement raison, mais était-elle obligée de se mettre à nue pour ça ? Quand on la regarde et l’écoute, on sent le poids immense qui pèse sur cette adolescente fragile, manifestement dépassée par les évènements. D’autres femmes se battent et résistent en Egypte, la presse en parle moins, elle n’a pas de photo de nu à vendre, mais quel combat sera le plus utile aux femmes égyptiennes ?

Alors, au final, je reste admirative de certaines actions des FEMEN, telle qu’en 2012 la coupe de l’Europe en Ukraine, le déplacement de 100 000 prostituées ; tout au long du championnat elles vont « dénoncer l’argent facile promis par l’industrie du sexe, les femmes objets tout juste bonnes à se marier ou se prostitue », (cette phase politique, c’est Caroline Fourest qui commente dans son commentaire, pas les FEMEN qui la prononcent).
Mais j’aime moins ce que je vois à Paris, le manque de fond, d’analyse et de culture féministe, le mépris affiché envers les mouvements féministes français et étrangers aussi, ce côté on va vous expliquer ce qu’il faut faire et comment, nous qui avons l’attention des photographes, et puis l’embrigadement quasi militaire de jeunes recrues.
Si le féminisme c’est faire des pompes et avoir des seins présentables, je me demande avec inquiétude si demain, les brindilles un peu plates, les féministes qui ont pris un peu d’âge, celles qui se déplacent en fauteuil roulant, etc. vont pouvoir le rester ou si elles sont désormais bonnes à recycler ?!

Le problème des FEMEN ce n’est pas tant leur mode d’action, leurs seins nus, même si leur mise en danger a bien quelque chose de pathétique, car ce sont des activistes comme il en a d’autres, elles ont choisi leur mode d’action ; non, leur problème, c’est l’arrogance qu’elles mettent à vouloir nous faire croire qu’elles sont à l’avant-garde du féminisme et même les seules féministes intéressantes. Pourtant, elles ne sont qu’une composante un peu simpliste, visuelle et provocante, d’un mouvement bien vivant, qui fort heureusement à bien d’autres cordes à son arc !

PS :j’avais rédigé un texte volontairement modéré, depuis, chaque jour je reçois informations et témoignages et mes doutes et questions se confirment…
Je livre donc à votre analyse certaines de ces informations, à vous de voir.

– une page Facebook de nombreuses anciennes membres et de tous les pays (vous verrez leur témoignage est édifiant et ne constitue pas vraiment pour moi une surprise) : https://www.facebook.com/christine.ledoare#!/pages/EXit-FEMEN-The-truth-about-Femen/272316346234582

– un lien vers une vidéo des FEMEN que personnellement j’ai bcp de mal à trouver féministe :

– un article intéressant de Mona Chollet aujourd’hui ! : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen

25 Responses to “A condition de marier les FEMEN aux féministes radicales !”


  1. 1 Lux 06/03/2013 à 15:04

    Où est le problème dans le fait de manifester en se mettant nue ? La jeune Egyptienne qui l’a fait sur son blog n’y a été forcée par personne : elle affirmait reprendre possession de son corps comme elle l’entendait, sans que personne ne lui dise quoi faire, ni se dénuder, ni se rhabiller. Et si certains admirent des femmes à moitié nues sans même s’intéresser à leur message, c’est leur problème : les FEMEN décident justement de ne plus agir en fonction de ce que les autres leur disent de faire, de ce que les hommes peuvent attendre. Et d’ailleurs, je crois que les hommes sont nombreux à se sentir davantage agressés qu’émoustillés lorsque des femmes montrent leurs seins pour scander des slogans féministes…
    Quant à leur arrogance, malheureusement, il faut admettre que ce sont les FEMEN qui ont permis de réveiller le débat féministe dans les médias ces derniers mois et ces dernières semaines, quand les associations habituelles comme Osez le féminisme se font plutôt entendre pour leurs accointances avec le pouvoir et leurs combats accessoires.

  2. 2 Christine Le Doaré 06/03/2013 à 15:15

    Lux, vous n’avez manifestement pas bien lu le texte, personne n’a dit qu’il y avait un problème à manifester nue ? en revanche, moi j’ai en effet écrit que ça ne pouvait se suffire à soi-même et que les donneuses de leçon pouvaient un peu mieux analyser les contextes, les luttes en cours, les rapports de Force dans chaque pays… je vous conseille de relire, je ne vais pas me paraphraser… les FEMEN n’ont en rien reveillé le féminisme français, arrêtez-donc de refaire l’histoire et documentez-vous un peu, il n’a jamais cessé de fonctionner d’une part, même si bien sûr il était publiquement délaissé par les médias et en effet aurait pu être plus offensif, mais surtout, il s’est réveillé bien avant les FEMEN avec l’affaire DSK, elles se sont greffées dessus, mais on ne les avait pas attendues !!!
    ce que je veux dire c’est que leur action est méritoire, à l’Est notamment, mais qu’elles ne sont pas le fer de lance du féminisme et que sans actions ni réflexions de fond on n’arrive à rien. C’est juste une mode, une récupération des médias qui aiment le spectaculaire et l’émoustillant, qui font et défont les modes… un peu d’humilité ne ferait pas de mal et aussi de culture et d’histoire, mais bon, faut peut-être pas trop rêver ? !

  3. 3 Ellem 06/03/2013 à 17:46

    Bravo pour votre synthèse sur le mouvement des FEMEN, je partage votre avis !

  4. 4 Euterpe 06/03/2013 à 20:00

    Bof moi je ne suis pas si mitigée et je ne sais pas si les Femen sont plus arrogantes que certaines théoriciennes féministes…en tout cas les suffragistes (moquées « suffragettes » par le patriarcat) faisaient aussi de la mise en scène, pas seins nus, peut-être, mais avec des banderoles sur le corps, des charrettes, des chansons, des piques surmontés de symboles, des uniformes (les seins nus sont aussi un uniforme, d’ailleurs). Elles s’attachaient aux grilles de Buckingham Palace, jetaient des cailloux dans les fenêtres et autres violences, pour le coup. Le vote des femmes a été obtenu comme cela, grève de la faim et même suicide (sous les sabots du cheval de George V) pas en faisant des discours, c’est un peu ce que certaines féministes oublient.
    Je pense que si on demande aux femmes qui veulent se battre contre le patriarcat d’avoir d’abord lu Andrea Dworkin, on aura plus grand monde. Si on est analphabète alors on a pas le droit de se battre contre le patriarcat ? Ou bien alors seulement sous la houlette des intellectuelles ?
    Il y une chose que les Femen ont compris c’est qu’on est dans le monde du spectacle et de la communication visuelle. Les suffragistes des années 1910 l’avaient aussi compris. Et ce sont elles qui ont gagné.

    Moi non plus je ne crois plus aux discours, aux lettres respectables et respectueuses. Le patriarcat nous envoie tous les jours ses flatulences à la gueule mais nous, nous nous contentons d’écrire notre mécontentement. Avec des mots de l’alphabet. ABCDEFG…etc.

  5. 5 Marmot 07/03/2013 à 01:03

    Oui je trouve que tu résumes bien et je suis d’accord avec ce que tu dis. Mais j’irai même plus loin.

    Pour moi un mouvement féministe qui affiche sur son site une bannière ou l’on voit une femme tenant à la main des testicules ensanglantées (ancienne bannière) est nocif pour le reste des mouvements féministes.

    Pour moi un homme devrait pouvoir être féministe. Et on n’avancera plus en se battant pour les droits des femmes en opposition des hommes mais en luttant pour l’égalité des deux cotés. (car il y a aussi des améliorations à faire pour les hommes même si personne n’en parle)

    Pour moi elles donnent une image du féminisme qui le décrédibilise complêtement…

  6. 6 Christine Le Doaré 07/03/2013 à 12:43

    Mais je suis d’accord, des actions des suffragistes sont équivalentes… En quoi ai-je écrit le contraire ? En revanche, il y a des éléments beaucoup plus discutables chez elles que chez les suffragistes, je ne vais pas me répéter ni même développer et reprendre les informations par ailleurs disponibles.
    Pour commencer, tenons compte du fait que nous sommes en 2013 dans un monde où l’industrie du sexe génère des milliards en exploitant des milliers de femmes nues. La façon d’utiliser la nudité féminine dans une société qui la vend à tour de bras est des plus délicate. Par ailleurs, la glorification de la baston jusqu’au sacrifice (enfin devant les caméras, ça a ses limites, forcément et heureusement), si ce ne sont pas des valeurs et pratiques patriarcales ? !!!
    Les militantes iraniennes, égyptiennes et autres du monde arabe sont tout autant admirables, si ce n’est plus, pourtant elles restent habillées. Doit-on se mettre à poil et prendre des coups pour faire avancer les droits des femmes ? Franchement, c’est puéril ! Et puis ces commandos de blondes … franchement ça laisse une impression … Moi mes héroïnes ce sont les femmes qui subissent des discriminations et des violences, et se battant avec les associations féministes de terrain qui depuis des années les aident et œuvrent loin des projecteurs.
    En plus, les FEMEN ont le mauvais goût de leur cracher dessus, étrange courage !
    Je n’ai jamais écrit qu’il fallait lire Dworkin pour militer, j’ai écrit que compte tenu du nombre de références féministes qu’il est possible de citer, mentionner (d’ailleurs dans la préface de leur prochain bouquin à paraître, marketing,) un obscur marxiste du 19è S est pour le moins étrange et on comprend peut-être mieux le basic de leur féminisme qui a tant de mal à s’articuler avec les autres ?
    Je ne vais pas me paraphraser, il me semble que le texte est assez clair… juste pour finir, ai-je jamais écrit qu’il fallait se contenter de mots et d’écrits si ? Ben non ! C’est tout de même étrange cette propension à ne pas lire un texte ni commenter ce qu’il dit mais plutôt de l’utiliser pour rebondir sur ses propres analyses ; c’est tout à fait stérile, mais merci d’avoir lu et commenté malgré tout.
    Je me demande s’il est encore possible de nos jours d’avoir un peu de recul, d’esprit critique…

  7. 7 Christine Le Doaré 07/03/2013 à 12:49

    … je ne vais pas jusque là, je ne pense pas qu’elles décrédibilisent le mouvement féministe, et dans leur pays d’origine, ce sont des modes d’action quasi imposés par un état autoritaire ; en revanche exporter le modèle pose pas mal de problèmes (expliqués dans le texte) ; je pense qu’elles confondent communication/médiatisation et travail politique de sensibilisation, éducation… pour faire avancer les mentalités et les droits ; en plus elles pensent que leurs modalités d’action sont les seules crédibles et légitimes et crachent sur les autres et l’immense travail accompli au quotidien et sans l’attention des médias et ça, c’est inadmissible ; aprés il y a toutes les questions de ces commandos de filles blondes qui vont au baston s’il y a des caméras pour les protéger… et puis d’autres questions idéologiques… je pense que tous les modes d’action peuvent se compléter mais à condition d’être clairs et puis l’activisme de communicantes a forcément ses limites… mais je ne vais pas me paraphraser…

  8. 8 Euterpe 07/03/2013 à 13:52

    « (…) poil et prendre des coups pour faire avancer les droits des femmes ? Franchement, c’est puéril ! »
    C’est donc cela le fond de votre pensée.
    « Et ces commandos de blondes… » heum……(sans commentaire).
    +
    Et qu’est-ce qu’il faut faire alors pour faire avancer les droits des femmes de façon non « puéril », selon vous, à part écrire (des livres, des blogs, des lettres, des rapports, des comptes-rendus, des exposés, des discours, des articles, des…etc), faire des réunions entre soi, de sages manifs entre soi, des films propres sur eux entre soi et ne s’adresser en toute dignité qu’à des personnes déjà largement convaincues ?

    Je me considère aussi comme une féministe radicale mais je ne me vois pas en train de demander à ces femmes qui ont le courage de risquer leur peau de faire ce que je dis plutôt que ce qu’elles ont choisi de faire.

    Je n’ai rien contre vous personnellement mais cette façon qu’ont certaines féministes de taper sur les Femen en choeur avec les pires des machos et avec les mêmes arguments comme quoi ce sont des guignoles qui desservent la cause féministe, me semble plutôt moche.

    Et puis, prendre des coups ce n’est pas « puéril », c’est prendre des coups, c’est tout.

  9. 9 Christine Le Doaré 07/03/2013 à 14:15

    Je ne pense pas que mon texte soit agressif, j’ai essayé de comprendre, d’analyser… moi le prêt à penser… je me méfie des médias, des phénomènes de mode, des égéries, des apparences et surtout je pense que si elles avaient eu un autre comportement que celui de donneuses de leçons méprisantes envers le mouvement des femmes, ce se serait peut-être passé autrement.
    J’ai pourtant l’impression d’avoir été claire, j’ai même rendu hommage à certaines de leurs actions, mais je pense qu’exporter une méthode et se prétendre les libératrices mondiales des femmes et bien ça s’analyse un minimum, parce que franchement ça a quelque chose d’hégémonique et de très masculin.
    Je ne vois rien de très féministe ni dans l’exposition du corps, ni dans le fait d’exposer un corps nu et vulnérable à prendre des coups, (c’est couru d’avance), encore qu’avec les caméras… (En France), ni sur le fond des arguments et bien ça m’interpelle … Toutes les composantes d’un mouvement peuvent trouver leur place et se renforcer à condition de ne pas être dans une mégalo et de changer vraiment et durablement la situation des femmes…
    Si maintenant, pas de salut sans seins exposés, c’est plutôt désespérant ! Il faut voir les cameramen se bousculer pour les filmer, photographier, quand ils en auront marre, ils laisseront tomber… ils s’en foutent du message, tiens elles pourraient raconter qu’elles ont découvert une nouvelle espèce de libellule, du moment qu’elles sont torse nu, ils seraient là ! franchement, je trouve ça pathétique ; c’est sûrement utile à l’EST mais sinon…
    Mais bon j’ai déjà tout dit dans l’article … et si vous croyez vraiment qu’il est agressif, lisez-donc plutôt ceci, relevé ce matin sur FB : «

    « – ce qui m’ennuie le plus c’est bouton qui se fait sa pub gratos pour son site de prostituée du net (juste un peu contradictoire, non ?), la petite dame en arrière plan qui a écrit sur son ventre « sauvée par les cloches », une visionnaire du marketing des services care ?
    – andromak p4 (la nouvelle recrue tatouée piercée à gauche sur la photo) qui après avoir cherché la notoriété en teléréalité chemine à notre dame
    – et leurs boxers et leurs bas noir qui érotisent du bas vers le haut
    Le film hagiographique veut faire croire à la pureté de leurs intentions ? en plus d’une ignorance crasse sur l’Europe de l’Est et les slaves ?
    – Internationale féministe, on tresse des couronnes aux nouvelles jeanne d’arc, on sanctifie les rebelles féménistes, on les élève au rang de révolutionnaires qui pourfendent tous les dragons, dictateurs, mafieux, papes et popes – Jeanne d’Arc et Saint Georges réincarnées- Mais ça frise le culte de la personnalité tout ça-«

  10. 10 lepoingf 07/03/2013 à 16:20

    Très bonne analyse sur le documentaire des Femen, c’est très bien que vous ayez parlé de la mise en danger des nouvelles recrues car c’est un problème réel dans les actions de Femen. Les filles sont jetées dans la cage aux lions sans préparation et sans savoir les risques qu’elles encourent. En vérité Inna utilise son charisme et son pouvoir de séduction sur les nouvelles recrues afin de les amener à faire tout ce qu’elle leur dira sans poser de questions. Elle est toujours adorable et maternelle avec les nouvelles filles, jusqu’au moment ou l’une d’elles va avoir le malheur de remettre en question un slogan ou une action et là elle devient subitement despotique.

    il est aussi intéressant de souligner que ce mouvement est désormais une marque, avec leur bouquin, leurs soirées, leurs tshirts, leurs multiples pages facebook qui postent quotidiennement des photos promotionnelles sans apport constructif.. Il faut vraiment que le public apprenne à différencier Femen du vrai féminisme et de l’activisme en général car la plupart des Femen ne sont pas des féministes, mais principalement des jeunes filles sans activité professionnelle dont l’unique but est de devenir des starlettes (pas toutes heureusement, mais je parle de celles qui sont les plus actives et les plus présentes dans les interviews, et se prétendent chacune « leader » ou « vice-présidente » du mouvement).

    Egalement avez-vous remarqué lorsqu’inna parle de Femen, elle ne parle que des 4 principales activistes (inna, oksana, aleksandra et anna) ? Comme si les autres ne comptaient pas ou n’étaient que des soldates sans identité juste bonnes à montrer leurs seins..

  11. 11 Christine Le Doaré 07/03/2013 à 16:26

    merci pour ce témoignage, je ne les connais pas individuellement, mais ce que vous dites apporte encore un autre éclairage sur ces actions qui en effet, valorisent le culte de la personnalité…

  12. 12 Marie C 07/03/2013 à 17:57

    Merci pour ce texte et toutes la réflexions qu’il nous apporte.
    Les discutions aussi…
    Bon, pour moi l’image des femmes au seins nues et rebelles devant les caméra, ont quand même un effet intéressant. Pour moi c’est comme si on se réappropriait notre corps. Bon toutes actions n’est pas parfaite. Mais on est tellement habituer a voir des femmes au seins nues, que lorsqu’elle sont en position d’êtres exploiter ou sexualisé ect…J’aime l’image de leurs corps qui bougent en lutte comme des guerrières. Elles fond très contraste avec ce que nous somme habituer. Bon cela durera le temps que cela durera, mais ça fait du bien. Ça Me fait du bien. Ça me fait du bien aussi de voir de la colère…La colère des femmes qui est si réprimée, comme si nous n’avions pas le droit de dépasser des limites établit, par qui encore…

    Je ne savais pas qu’elles avaient le discours contre les autres groupes de femmes qui milite depuis longtemps. C’est dommage, j’avoue que idéologiquement , e rêve de plus de solidarité. Par contre,que toutes sorte d’actions soit faite, qu’elles soit analysé ou pas, est importante. C’est vital. Mais, l’association de ces actions est plus que souhaitable pour la survie ou le suivie comme vous dites. Ces femmes, que je trouve audacieuse, nous donne aussi des idées, et de l’énergie. Toutes ces contradictions resterons dans ma tête. Mais je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire aux lèvres lorsque, je vois ces femmes apparaitre a la télé, rebelles et guerrières. Ça fait tellement de bien, même si c’est juste un moment.

    Merci encore pour ce texte explicatif!

  13. 13 Christine Le Doaré 07/03/2013 à 20:02

    oui,on peut discuter le concept et ce qu’il représente réellement, mais les mises en danger d' »adeptes », la mépris à l’encontre des autres activistes et militantes, le manque de fond politique sont tout de même gênants ; on effet, nous verrons bien dans le temps ; en tous cas, ni elles, ni les réalisatrices de ce reportage n’ont élaboré le début d’une explication sur le système de la domination masculine, les discriminations, les violences et la façon de déconstruire tout ça et de passer à autre chose (en coupant des couilles ? ok ça fait longtemps que ça me démange, mais je n’y crois pas vraiment, c’est la différence entre les fantasmes et la lutte). En Ukraine et en Biélorussie ok, elles se sont battues contre les mafias des industries du sexe ; ça bravo ; mais sinon… ? du show médiatique rien de plus et surtout, leurs relations aux autres femmes ne sont guère féministes, les adeptes elles-mêmes marchent ou se tirent, voir le témoignage ci-dessus, etc. ça donne à réfléchir, c’est tout, et en effet rien n’est jamais parfait, il faut juste qu’elles ne nous fassent pas croire qu’elles le sont …

  14. 14 Lora la rate 08/03/2013 à 12:05

    @Euterpe: le droit de vote était plus symbolique qu’autre chose, et les mouvements féministes ont perdu toute énergie en s’engageant dans cette bataille pas forcément essentielle aux femmes et au féminisme d’un point de vue pratique (au final, elles ne pouvaient voter que pour des hommes, et aucun programme féministe, quel intérêt réel pour la classe des femmes?). Pendant que leurs autres combats de longue date (notamment la lutte contre l’appropriation sexuelle des enfants et des femmes*) ont été délaissés. On nous présente toujours le droit de vote comme une bataille décisive, presque comme si elle avait fondé le féminisme, en occultant les autres luttes féministes antérieures, et même celles de la même époque…pourtant cette « victoire » est peut-être la moins pertinente en terme d’effectivité réelle pour notre classe dans la vie de tous les jours, c’est ironique, non?

    (*D’ailleurs la lutte contre les violences sexuelles est encore celle qui nous pose le plus de problème aujourd’hui: plus tabou encore que l’IVG, moins mainstream que le droit à un salaire égal, moins glamour que le tout neuf et très médiatique « droit à utiliser mon corps comme je le veux »…on régresse dans tous les domaines, mais des fois j’ai l’impression que du côté des violences sexuelles masculines, on a quasiment pas avancé, c’est vraiment la dernière place forte du contrôle des femmes par les hommes).

    Du coup, voir des jeunes femmes qui utilisent une imagerie publicitaire (voir nationaliste) et qui reprennent le discours occidental de la libération des femmes par la libération sexuelle (càd les 3/4 du temps l’exploitation sexuelle en réalité) ça ne me convainc pas du tout. Quand les magazines féminins appellent les femmes à faire du pole dance et du strip tease « burlesque » pour « s’émanciper », que pour les médias français et l’industrie de l’exploitation des femmes la fameuse soit-disant « porno féministe » arrive comme du pain bénit, que des magazines comme rue 89 publient des articles pour qui parlent d’un nouveau féminisme pour tel femme musulmane qui pose nue dans un célèbre magazine qui est responsable en partie de ce discours de libération par l’hypersexualisation*, que des groupes à peine louche politiquement comme Peta envoient des femmes nues pour assurer la médiatisation de leurs action, et que des femmes qui se disent féministes s’y mettent aussi…j’ai du mal à voir les Femen autrement que comme des jeunes femmes courageuses certes mais victimes de ce que leur époque fait au féminisme, ou en tout cas aux femmes. A savoir « pour qu’on parle de vous, faites du buzz, et pour faire du buzz, déshabillez-vous ».

    Les Femen disent utiliser les outils des médias et semblent accepter que les médias les utilisent elles, pour vendre. Mais est-ce qu’on est obligées de laisser les médias dicter les règles? Après tout, ils ne sont pas de notre côté, ça se saurait…sauf pour célébrer de vraies-fausses victoires, comme le droit de vote ou…le droit de montrer ses seins à la caméra. C’est une comparaison rude pour le droit de vote, mais après tout, l’un comme l’autre, qu’est-ce qu’ils nous apportent réellement, ces droits?

    *http://blogs.rue89.com/mouloud-akkouche/2011/04/23/musulmane-nue-dans-playboy-buzz-ou-islamo-feminisme-201009

  15. 15 Euterpe 08/03/2013 à 17:43

    Le problème avec les médias c’est que nous n’avons pas de prise sur eux et la façon dont ils ont décidé de nous manipuler. Moi je crois qu’il faut un peu faire confiance aux plus jeunes.
    Elles ont trouvé un moyen de faire parler d’elles. Tant mieux. On est bien obligé de ruser avec cette société hypersexualisée, hyperpornographisée !
    Ce sont les hommes qui ont imposé les règles. Ils ne vont pas nous laisser nous exprimer comme on le souhaite. On le sait, non ?
    Je crois qu’il faut arrêter de les critiquer et attendre de voir.
    Moi, ce que je vois, c’est qu’elles ont fait des trucs remarquables alors qu’elles ne sortent pas de la cuisse de Jupiter et déjà ça, ça force le respect.

  16. 16 emelire 12/03/2013 à 00:22

    J’ai lu le texte, et je veux signaler que je n’aime vraiment pas l’expression « Et puis ces commandos de blondes … franchement ça laisse une impression … ». Il y a un problème de couleur de cheveux ? grande, mince, ensemble ? Je trouve que cette phrase franchement elle est de trop. J’aime votre blog mais ça non.

    Le seul truc qui me dérange avec les Femen c’est au niveau de la langue, slogans peints en anglais, phrases en anglais. Je trouve ça moins percutant qu’en français, pour les actions ici. Au niveau des mots, il y a un manque donc.
    Quelque part (ayant vu le reportage et lu le dernier Charlie Hebdo à leur sujet) elles permettent de faire prendre conscience de manière plus aigüe du pouvoir des religions, de la brutalité machiste.
    Il y a un slogan que je trouve bien c’est « poor because of you » c’est une dimension qu’on n’entend pas forcément beaucoup dans le mouvement féministe en général, femmes pauvres, appauvries par la rapacité humaine, ce pouvoir détenu par les hommes, pouvoir financier, économique aussi…
    Je n’ai pas spécialement envie de les juger d’une manière ou d’une autre… l’ennemi ce sont les machos, et j’ai l’impression que les Femen font leur action à leur manière, elles sont libres, elles ne « retirent » rien aux autres féministes.

  17. 17 Euterpe 12/03/2013 à 14:45

    Je me suis permise de copier/coller toute la page avec les commentaires en attente de modération sur le lien ci-dessous à l’occasion de la publication de l’article d’une certaine Brigitte Laloupe qui trouvant apparemment elle aussi les Femen trop jeunes et irrespectueuses à son goût envers leurs aînées vous fait des appels du pied sur son blog (dont je n’ai pas mis le lien parce que tout le monde la connaît, en principe) :
    http://angrywomenymous.blogspot.de/2013/03/la-femen-est-elle-une-bestiole-utile-ou.html
    Je ne connais pas la raison véritable qui vous empêche de publier mes commentaires(un empêchement peut-être ?) en tout cas, j’ai déplacé le débat ailleurs sur la base de votre article. Que vous soyez au courant.

  18. 18 Christine Le Doaré 12/03/2013 à 20:22

    Si vous lisiez vos mails… je vous ai expliqué qu’au delà de 2 réponses par article, c’est pénible pour tout le monde…
    En outre, je ne voulais pas en arriver là, mon texte était volontairement trés mesuré, je n’aime pas m’attaquer à d’autres femmes ou groupes de femmes…
    Mais puisqu’il faut mettre les points sur les I voici :

    – une page Facebook de nombreuses anciennes membres et de tous les pays (vous verrez leur témoignage est édifiant et ne constitue pas vraiment pour moi une surprise) : https://www.facebook.com/christine.ledoare#!/pages/EXit-FEMEN-The-truth-about-Femen/272316346234582

    – un lien vers une vidéo des FEMEN que personnellement j’ai bcp de mal à trouver féministe !!! :

    – un article intéressant de Mona Chollet aujourd’hui ! : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen

    Voilà, je ne sais vraiment pas ce qu’il vous faut de plus !!!

  19. 19 Christine Le Doaré 12/03/2013 à 20:24

    bonjour
    Mon texte était volontairement trés mesuré, je n’aime pas m’attaquer à d’autres femmes ou groupes de femmes… Mais les informations tombent chaque jour, et plus ça va, plus c’est glauque, alors puisqu’il faut mettre les points sur les I voici :

    – une page Facebook de nombreuses anciennes membres et de tous les pays (vous verrez leur témoignage est édifiant et ne constitue pas vraiment pour moi une surprise) : https://www.facebook.com/christine.ledoare#!/pages/EXit-FEMEN-The-truth-about-Femen/272316346234582

    – un lien vers une vidéo des FEMEN que personnellement j’ai bcp de mal à trouver féministe !!! :

    – un article intéressant de Mona Chollet aujourd’hui ! : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen

    Voilà, je ne sais vraiment pas ce qu’il vous faut de plus et si vous voulez malgré tout défendre les FEMEN, et bien libre à vous !!!

  20. 20 claudie.lesselier@wanadoo.fr 13/03/2013 à 14:39

    Je remarque qu’elles sont toutes bien conformes aux normes de la « beauté féminine » (minceur etc.). Et que manifester, en France, dans une cathédrale, c’est pas très risqué (qu’elles essayent dans une conférence de l’UOIF par exemple…)… (et la « violence inouie » de civitas, il ne faut tout de même pas exagérer ni avoir la mémoire si courte.. .en tout cas elles savaient bien qu’il y aurait un affrontement quand elles sont entrées dans la manif avec leur bonbonnes à gaz, elles l’ont tactiquement voulu, après tout pourquoi pas ? mais faut assumer et pas vouloir jouer sur les deux tabelaux). Mais le plus grave, c’est pour moi qu’elle utilisent comme la pensée dominante le corps des femmes, le corps normé, publicitaire. Je trouve donc que cela ne fait pas du tout avancer les luttes féministes au contraire.

  21. 21 renee savary 26/07/2013 à 16:30

    Mais si ton Texte est agressif. Un peu moins que ce texte ahurrissant de Mona cholet dans le monde diplomatique – de mechanceté de perdition de jalousie de vulgarite intellectuelle de besoin de pub au dépend des Fémens …Tout le monde a droit a son avis avec les féméns mais des soit sidant intellos qui se perdent à ce point ..dans des méandres de théories a la c.. mais vous roulez pour qui bon sang ? Oui les Fémens dérangent c sur et, elle aussi ( Cholet ) tout comme toi, me revient, n’avait pas citer le Sextrémisme dans cet article .En attendant je lis un article concernant la prostitution de toi- exellentissime, je remercie fait petit message ce travail m’aidera c sur a mieux penser mieux me conduire je verifierais les pétitions que je signe etc etc Et je pars me promener sur ce blog ton blog, vais fouiner un peu Et je découvre une intellectuelle qui s’en prend aux Fémens, qui a un moment « souffre » de ce que les hommes ne comprendront pas le message , ( les povres chéris sont trop délicats ) qui ne dit ni ne cite une seule fois l’invention historique extraordinaire ( ca avait déjà été fait je ne sais malheureusement plus ou…) des Fémens qu’ est le Sextrémisme. Et vous vous arretez aux seins- impregnee de Judeo christianisme- et ceci et cela et vous doutez que ce soye bien cet exibitionnisme et que de jeunes personnes vont prendre exemple …Mais en revanche vous ne parlez pas que pour faire Fémens on se met devant l’Ambassade de Tunisie TORSE NU ! et que des femmes de 50ans et plus prennent le relais- et on risque sa peau des hématomes des gardes a vue etc bon mais elles c normal c des activistes et tu les taxe de obédiance marxiste au biberon au lieu de prendre position de les aider de mouiller la chemise non on fait salon on dit tout le mal qu’on pense de ses mal degrossies qui c vrai devant vous toutes les nanties de Paris , doivent avoir bien du mal a garder le Cap théorique, a pas s’embrouiller les pinceaux toi t’a éte chercher la réponse c’était qui les féméns t’étais pas sur apres l’émission la révélation et bien moi je vais continuer a m’enquérir et je saurais qui tu es vraiment je comprendrais- peut etre- pourquoi ce texte idiot en final car ce qui m’éblouit c l’intelligence , on ditait pas comme ca et là dans ce texte j’en ai vu une qu’allait à reculons….
    Ce manque d’emphatie pour les Fémens à l’image du manque d’emphatie des hommes à l’egard des femmes viendrait il d’une supposee force intellectuelle à laquelle il ne faudrait pas déroger ? Et pour finir souhaiter ouvertement leur déclin alors qu’elles secouent les sociétés et leur vétusté c pas très sororal tout ca…. Merci de ton attention.

  22. 22 Christine Le Doaré 26/07/2013 à 21:09

    Je ne suis pas une intellectuelle, pas du tout même, je suis une militante, mais j’ai l’esprit critique ; mon texte n’est pas une attaque, il parle des manques et dérives possibles et d’ailleurs depuis, elles ont eu lieu… : Un certain tweet qui ne dit pas « qu’y a t’il de plus moche que les religions mais bien qu’y a t’il de plus moche que CETTE religion .. ! …
    Je me méfie de ce qui est médiatique, de cette culture du tout visuel et je doute que les seins des femmes et leur mise en danger individualiste et impérialiste -en + donneuses de leçons- soit gagnante …
    Mais je ne les condamne ni ne les attaque pas, il faut savoir lire ce qui est écrit vraiment et non interpréter…

  23. 23 Valeria Argiolas 02/08/2013 à 23:22

    J’ai lu votre article avec attention même si je n’ai pas vu l’émission télé qui vous a inspirée. J’ai toujours trouvé intéressant (non secondairement pour les implications militantes conséquentes) analyser les modes et le langage à travers lesquels un discours minoritaire obtient L’ accès (à travers la hiérarchie de l’information) non plus par le mépris qui le caractérisait – mais en tant que discours dominant. Tel est devenu, depuis quelque temps en occident, un certain discours se réclamant du féminisme ou de la cause des femmes…Le vide d’idées (et, au fond, d’un vrai ressenti humain et humaniste émancipateur vis à vis des dramatiques réalités auxquelles sont confrontées les femmes) et la mise en avant de l’image, d’une image qui présente le corps de femmes selon les stéréotypes dominants et donc oppressifs, pourrait bien se prêter à être expliqué comme le produit le plus éloquent d’un culture de la consommation qui ne demande aux femmes que de rassurer/garder l’ordre patriarcal et le capital. Dans ce sens, ce phénomène représente un autre aspect de ce « backlash » décrit par Susan Faludi, visant à anéantir la crédibilité et les acquis des femmes qui pensent, créent, luttent et travaillent….

  24. 24 Christine Le Doaré 03/08/2013 à 10:53

    merci pour votre analyse que je partage

  25. 25 Juliette 25/08/2013 à 15:47

    « Le problème des FEMEN ce n’est pas leur action, mais de vouloir nous faire croire, qu’elles seules agissent et que leur mode d’action est le plus performant et légitime ». Merci pour votre analyse, qui m’éclaire sur mon propre ressenti face ce mouvement (et à ses détracteurs). Je trouve votre texte bien meilleur que tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent sur le sujet : un avis critique et nuancé à la fois, et qui touche juste dans sa critique. (Je le préfère de loin à celui de Mona Chollet, que je trouve trop violent quoiqu’il pointe bien des choses intéressantes et vraies). Merci ! Je repasserai sur votre blog.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :