Ni « liberticide », ni « morale », la loi abolitionniste de la prostitution est POLITIQUE

prison-code-barreQuelques intellectuels et artistes prétendent que la proposition de loi d’abolition de la prostitution serait « liberticide » et « morale ».
Croient-ils vraiment qu’au 21ème siècle, une proposition de loi relative à la prostitution pourrait être « liberticide » et « morale » alors que nous vivons dans un monde de violences de toutes sortes où les représentations sexistes, l’hypersexualisation des adolescentes, la pornographie et les industries du sexe inondent en permanence toute notre culture et nos marchés économiques ? Allons-donc !

Pourquoi ces accusations d’intention « morale » et « liberticide » dans le contexte de la prostitution, alors qu’il s’agit bel et bien d’un projet POLITIQUE ?

– Considérons la question du refus de la violence sexuelle :
Les prostituées sorties de la prostitution et qui peuvent enfin en parler librement, le disent clairement : pour se prostituer il faut mettre en œuvre une distanciation, dissociation avec son corps et ce processus entraîne de lourdes conséquences sur leur santé globale.
Alors, « Liberticide », mais pour qui ? Selon vous, le droit d’abuser de la vulnérabilité des êtres acculés à la prostitution pour survivre, serait un droit humain fondamental dont vous ne devriez pas être privé ? Non, les violences sexuelles sont inadmissibles et les combattre sans la moindre complaisance relève bien d’un engagement POLITIQUE.

– Puis celle du refus de la marchandisation des corps et des vies humaines :
Le principe de non-patrimonialité des corps humains est un principe de droit fondamental. Certes, l’emprise du libéralisme sur nos vies est envahissante, mais pensez-vous vraiment qu’il faille remettre en question le droit au respect de l’intimité physique et sexuelle d’une personne, le droit à l’intégrité des êtres vivants ? « Liberticide », mais pour qui ? Qu’est-ce qui vous autoriserait, pour la plupart hommes blancs, riches et de pouvoir, à payer d’autres humains pour assouvir vos désirs sexuels ? Non, ce droit n’existe pas, le libéralisme et le patriarcat sont des systèmes d’oppression, il n’est pas « moral » mais bien POLITIQUE de leur opposer des principes de Droits Humains fondamentaux.

– Celle également du refus de toute sexualité contrainte :
Promouvoir une sexualité libre et entre adultes consentants, une sexualité partagée sans contrainte d’aucune sorte, serait-ce « moral » ou « liberticide »? Mais pour qui ? Liberticide envers ceux qui abuseraient du rapport de force, de violences physique et/ou psychologique ? Mais dans ce cas, vive la limitation des libertés et vive la morale ! Liberté à disposer de son corps, pas de celui des autres.
La prostitution aurait toujours existé selon vous ? Admettons, et alors ? Les vols, viols, meurtres également ; sont-ils pour autant autorisés ou sont-ils réprimés ? Ce qui est vieux n’est pas nécessairement mieux !
La sexualité masculine doit être réhabilitée, c’est une sexualité humaine, les hommes ne sont pas des animaux perdus dans la jungle. Les femmes ont autant de pulsions sexuelles que les hommes, pour autant elles ne sautent pas sur tout ce qui bouge autour d’elles, question d’éducation et de respect de l’autre. Les hommes en sont tout autant capables, prétendre le contraire est insultant pour le genre masculin. Défendre de telles valeurs, n’est pas moral ni liberticide mais bien POLITIQUE.

– Enfin, le refus des inégalités et de la domination masculine :
Vouloir vivre dans une société moderne d’égalité entre les femmes et les hommes, qui ne gomme pas les différences mais les place à égalité, repense la sexualité et rejette les privilèges archaïques de la domination masculine, serait « liberticide » et « moral » ? Mais pour qui ? Des hommes qui ne veulent pas lâcher prise, qui ne comprennent pas l’intérêt d’une société équilibrée ? Mais dans ce cas, tant pis pour eux, nous, féministes, femmes et hommes, qui avons compris l’intérêt d’un autre « vivre ensemble », continuerons ensemble d’avancer pour sortir des ténèbres de l’oppression des femmes et des enfants. Notre combat n’est ni moral, ni liberticide, il est éminemment POLITIQUE.

En conclusion, préférer un projet POLITIQUE de société, moderne, humaniste, féministe à des situations de « débrouille individuelle », dans leur immense majorité, contraintes et ayant des conséquences catastrophiques pour l’ensemble de la société, n’a rien ni de « moral » ni de « liberticide ».
Bien au contraire, c’est responsable et courageux. C’est POLITIQUE.
L’Etat ne peut continuer de fermer les yeux sur ces femmes, enfants et quelques hommes sacrifiés à ce qui n’est pas de la sexualité mais de la violence et du pouvoir.
Ces personnes ont pour la plupart vécu des violences sexuelles avant même l’entrée en prostitution, elles sont le plus souvent pauvres, racisées, étrangères, et vous voudriez continuer de les voir exploitées ?
L’état se doit de leur offrir d’autres alternatives et c’est justement ce que la loi d’abolition se propose de faire.
La prostitution ne va pas disparaître du jour au lendemain, mais les personnes qui voudront en sortir bénéficieront d’aides. Les prostituées qui continueront, seront-elles, dépénalisées.
Enfin, les programmes de prévention et d’éducation qui seront mis en œuvre, avec le temps, valoriseront une sexualité et les relations femmes-hommes où les rapports tarifés n’auront plus leur place.
Ne rien faire, pire encore, légaliser, c’est nous proposer un projet de société mortifère, c’est nous condamner à une libération du proxénétisme comme en Allemagne, Hollande, Espagne, etc., avec 400 000 prostituéEs (contre 20 000 en France), une criminalité exponentielle, des meurtres de personnes prostituées en grand nombre, car la prostitution nourrit une traite mafieuse que plus rien ne peut endiguer.

Dans quelle société voulez-nous vivre ?
Dans un monde où les histoires pour enfants mettent en scène des petites filles hypersexualisées rêvant de vivre dans le plus grand des lupanars du Redlight district de leur ville ?
Sans nous ! Les abolitionnistes ont pour l’humanité, des projets POLITIQUES d’émancipation.
Ce qui est immoral, c’est de justifier, quel que soit l’argument, que des personnes vulnérables puissent encore au 21è siècle, être exploitées et subir la violence sexuelle de la prostitution, une forme d’esclavage qui n’a plus aucune raison d’être.

Christine Le Doaré

Ils sont inquiets, aussi, je les invite à lire la proposition de loi ; très équilibrée, elle s’appuie sur 4 domaines d’actions, alors qu’ils choisissent de ne parler que de la « pénalisation » des clients prostitueurs :
https://christineld75.wordpress.com/2013/11/08/au-fait-que-dit-la-loi-dabolition-de-la-prostitution/

Toujours dans l’intérêt du débat, il serait intéressant qu’ils s’informent de la position de la société civile sur cette question, un collectif de juges et avocats, puis de grands noms de la médecine, s’étant prononcés sur la question :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/12/ce-sont-les-acheteurs-de-sexe-qu-il-faut-penalise_3512622_3232.html et : http://www.lejdd.fr/Chroniques/Invite-du-JDD/Systeme-prostitutionnel-Il-est-temps-d-agir-avec-efficacite-638119

Il ne faudrait pas que tant d’inquiétude les mène eux aussi au populisme. Si même des sociologues ne sont pas à l’abri d’un tel danger, l’heure est grave :
http://www.rue89.com/2013/10/12/les-femmes-etrangeres-revent-devenir-putes-cest-ca-246484

Christine Le Doaré

11 Responses to “Ni « liberticide », ni « morale », la loi abolitionniste de la prostitution est POLITIQUE”


  1. 1 Celibattu 16/11/2013 à 11:55

    « les hommes ne sont pas des animaux perdus dans la jungle. Les femmes ont autant de pulsions sexuelles que les hommes »… C’est facile de dire ça quand on est une nana !!! Est-ce vous draguez souvent les mecs qui vous plaisent, vous ?? Et le cas échéant, combien de râteaux vous-êtes-vous pris dans votre vie ?? Cette loi serait parfaitement légitime si les hommes pouvaient ne plus avoir à supporter cette exclusivité devenue pour beaucoup d’entre eux invivable : celui d’avoir à faire le premier pas pour aborder l’autre, avec le risque de se faire REJETER !!
    Madame, j’ai 36 ans, je suis célibataire, je suis un homme tout ce qu’il y a de plus banal, ni plus ni moins grand, beau, riche ou intelligent que les autres, et hors le recours à cette pratique honteuse et immorale (même pour moi, c’est vous dire !), je n’ai AUCUNE VIE SEXUELLE !!! Je ne compte plus les centaines, les milliers de râteaux plus ou moins humiliants (car beaucoup de femmes aussi savent s’y prendre pour humilier les hommes !) que je me suis pris en travers de la figure toute ma vie, au point d’avoir perdu toute confiance en moi dans ce domaine !! J’ai tout essayé, TOUT, pour sortir de ma solitude et pour trouver, à défaut de mon âme soeur, une femme qui se sente bien à mes cotés ! Mais j’ai du me rendre à l’évidence : je ne plais pas aux femmes !! Et des centaines de milliers d’autres hommes sont dans mon cas… Et cette loi est clairement sur le point de nous INTERDIRE d’avoir une sexualité !! Outre le risque de faire exploser le nombre de viols, beaucoup ne voudront pas renoncer à cette sexualité tarifée, et iront dans le meilleurs des cas grossir la clientèle des établissements des pays voisins, et dans le pire des cas avoir recours à des réseaux clandestins dirigés par des organisations criminelles pratiquant un véritable esclavage sexuel ! Je ne pense pas que je serai poussé à cette extrémité, mais si je dois faire des allers-retours en Belgique ou en Allemagne pour avoir une sexualité sans risque de me faire rejeter ou verbaliser, je n’hésiterai sans doute pas…
    Que les femmes aussi se mettent enfin à draguer les hommes qui leur plaisent, et nous pourrons enfin parler d’égalité ! Et dans ce cas, je soutiendrai cette loi.

  2. 2 Christine Le Doaré 16/11/2013 à 13:47

    Justement, votre réponse est édifiante, ce que vous vivez avec les personnes prostituées ce n’est ni de l’affectif, ni de la sexualité, donc pas une relation, mais bien un pis aller, un leurre grâce à l’argent. Ceci signifie que des femmes doivent y être sacrifiées, elles ne vous désirent pas mais sont contraintes à du sexe tarifé avec vous pour survivre. C’est irrecevable. Je comprends bien qu’il ne soit pas facile d’établir des relations mais pour autant, ce type de solution ne se justifie pas. Les femmes se débrouillent, débrouillez-vous. En outre, dire que vous ne plaisez pas aux femmes ne signifie pas grand chose, il y a toutes sortes de couples avec toutes sortes de gens bien différents. Peut-être deviez-vous revoir votre relationnel aux femmes ? Demandez-vous ce qui ne va pas et surtout demandez-le leur.
    Dans tous les cas le viol n’a rien à voir avec tout ceci, des pères de familles qui ont des relations sexuelles avec leur femme, commettent des viols, alors que des hommes célibataires et qui ont ou pas des rapports sexuels ne commettront jamais cet acte criminel. Invoquer le viol dans ce contexte constitue un chantage inadmissible. La prostitution ne va pas disparaître du jour au lendemain, ce n’est pas une régime de prohibition mais bien d’abolition dont il s’agit, mais le plus important est bien de réfléchir aux conséquences de ses actes et d’envisager d’autres relations femmes-hommes, d’avancer vers l’égalité, d’autant plus que bien contrairement à ce que vous alléguez, bien des femmes draguent les hommes qui leur plaisent !

  3. 3 Celibattu 16/11/2013 à 14:16

    D’accord ! Autrement dit, c’est de ma faute si je ne plais pas aux femmes !… Belle mentalité… « débrouillez-vous »… Ca résume bien votre état d’esprit : Vous voulez une loi prohibitionniste (car c’est à ça que ça revient !), mais vous vous contrefoutez des conséquences que cette loi pourrait avoir, et surtout vous ne faites même pas l’effort de vous attaquer au FOND du problème, qui va bien au-delà de la prostitution !…

  4. 4 Fatima-Ezzahra Benomar 16/11/2013 à 14:31

    Je ne comprend pas votre raisonnement ?
    Vous dites vous-même qu’il faut se rendre à l’évidence, que vous ne plaisez pas aux femmes… donc, si elles se mettent à draguer, en quoi vous serez avantagé, puisque vous ne serez pas la cible de leurs dragues ?
    Petit deux, en plus d’être immorale et honteuse, la prostitution est violente. Puisque vous avez l’air si lucide sur votre cas, vous pensez bien que vous ne plaisez pas non plus aux personnes prostituées qui vous connaissent depuis 5 minutes. Donc, vous admettez que vous avez des relations sexuelles… avec des femmes QUI N’ONT PAS envie de vous. Comment le vivez-vous, au moment où vous les touchez, les serrez, les pénétrez, de savoir qu’elles n’attendent qu’une chose, c’est que vous arrêtiez… car elles n’ont pas envie de vous ?
    Donc, vous contournez le problème (celui de plaire à des femmes) en prétendant que la solution réside en cette violence d’avoir trouvé des femmes qui, pour tout un tas de raisons dégueulasses, se sont retrouvées sur le trottoir.
    Et si vous arrêtiez de prétendre que vous avez bizarrement tout essayé, et que vous fassiez comme tout le monde : essayer de plaire pour de vrai, car sisi il y a des femmes qui peuvent vous trouver séduisant, puisque vous êtes, comme vous le dites vous même, pas plus laid ni plus beau qu’un autre.

  5. 5 Christine Le Doaré 16/11/2013 à 14:40

    L’effort de comprendre ? Et vous, quel effort faites-vous pour comprendre ce que vivent ces femmes ? vous seriez-vous prostitué ? enculé 10 fois par jours pour soulager les besoins de vos concitoyens ? sans préservatif parce que ça fait bander les clients ? non mais vous allez où là ? vous vous prenez pour qui ? vous êtes un mâle dominant, vous pouvez payer alors vous imposer ce que vous voulez à des femmes sacrifiées par la société pour satisfaire les fantasmes de pouvoir d’hommes comme vous, sans aucune considération pour leurs semblables, surtout les femmes ? Pour un peu, avec de tels arguments vous me donneriez envie de me battre pour la prohibition complète de la prostitution, sauf que ce serait pénalisées celles qui ne sont que les victimes d’un système patriarcal qu’il est temps d’abolir lui, pour de bon et pour toujours ! Allez donc pleurer ailleurs …

  6. 6 Christine Le Doaré 16/11/2013 à 19:29

    CELIBATTU Plutôt que de répondre à vos 2 dernières interventions qui ne vous honorent pas et je dirais même vous classe dans la catégorie des masculinistes, je vous laisse prendre connaissance de ce que les personnes prostituées, femmes, hommes, trans, ont à vous dire, vous verrez, c’est intéressant. Bonne lecture : https://christineld75.wordpress.com/2013/10/30/30-jours-30-temoignages/

  7. 7 gitanelibre 27/11/2013 à 16:40

    Franchement, avec des raisonnements comme ça et la façon dont vous considérez manifestement les femmes, pas étonnant que vous ne leur plaisiez pas. C’est à VOUS de vous remettre en question. (au passage, bien sûr que je drague, si un homme me plaît je n’attends pas qu’il fasse le premier pas !). Le problème est de votre côté, et il n’y a aucune raison pour que des êtres humains -eh oui- en pâtissent et soient déshumanisés, au nom de vos sacro-saintes hormones masculines. En outre les femmes le disent peu car c’est encore tabou dans notre société, mais elles ont parfois des pulsions sexuelles très fortes (et je peux vous garantir que physiquement, ça en devient ^presque douloureux parfois), pour autant, elles se débrouillent et ne courent pas les gigolos.

  8. 8 gitanelibre 27/11/2013 à 16:44

    @christine Je ne pense pas qu’il ira lire quoi que ce soit. Un homme comme ça est définitivement perdu pour l’humanité. ça esclavagise et ça se présente comme victime. En effet, exactement le renversement argumentaire des masculinistes. A vomir. Je souhaite bien du célibat et de l’abstinence à ce « monsieur » (qui n’en a que le nom).

  9. 9 Kirikrou 02/12/2013 à 19:41

    Remarquez, vous ne plairiez pas davantage aux femmes si vous pouviez acheter leurs services sexuels. Et apprenez à vous masturber aussi, bordel.

  10. 10 Christine Le Doaré 02/12/2013 à 19:47

    Merci pour cette crise de fou rire ! Plaire et acheter ? Contradiction non ?Ben voyez-vous il se trouve que je peux pas mal plaire aux femmes, mais si tel n’était pas le cas, jamais je nous abaisserais, ni elle ni moi,à payer pour ça, parce que je respecte les femmes, que pour moi la sexualité c’est consentement LIBRE ou rien.
    Quant à la masturbation, je maîtrise pas mal aussi, voyez-vous, sexuellement, je n’ai aucun interdit !
    Tant qu’on est entre adultes consentants et dans un échange libre et gratuit, on fait ce qu’on veut, seulE, à 2 …


  1. 1 Une date historique de l’émancipation des femmes : 6 avril 2016 la prostitution enfin abolie | irréductiblement féministe ! Rétrolien sur 06/04/2016 à 18:13

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :