Burkini, réanimez les féministes !

IMG_7123Ah les femmes et leurs corps !

En 2016 a-t-on fini par oublier que le système patriarcal a pour principales raisons d’être le contrôle et l’appropriation des femmes et de leurs corps pour la reproduction, la sexualité, l’organisation de la famille et de nos sociétés ?

En 2016 a-t-on fini par oublier que le féminisme a pour principales raisons d’être de combattre l’oppression des femmes nécessaire au maintien de ce système et de parvenir à atteindre l’égalité et l’émancipation des femmes, et plus généralement de tous les êtres humains ?

Les droits et libertés gagnés par les femmes sont toujours révélateurs de l’état de progrès et de modernité d’une société.

Alors qu’une idéologie politico-religieuse totalitaire tente de s’imposer en régentant les femmes et leurs corps, les associations féministes sont le plus généralement inaudibles voire défaillantes sur le sujet, en tous cas pas à la hauteur des enjeux ; et ne parlons pas des intellectuels, politiques et médias qui feignent de ne pas voir ce qui se passe sous leurs yeux.

 

Le corps des femmes trop exposé, pas assez exposé mais toujours suspect, jamais vraiment libre.

Pornifié ou masqué, c’est toujours un corps qui nous échappe et qu’ils contrôlent pour leurs propres obsessions : il faut tour à tour le vendre ou le cacher aux regards machistes concupiscents.

 

Le débat n’est pas, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire franco-français mais bien européen et même mondial : en Belgique, en Allemagne et en Espagne la question du burkini est également débattue, au Maroc il est interdit dans nombre de lieux touristiques.

Dans les pays les plus intégristes, Iran, Afghanistan, Arabie Saoudite, la charia impose aux femmes de ne pas se baigner autrement qu’habillées (sauf sur des plages et piscines privées).

Pour certains le burkini serait l’invention en 2004, d’une libanaise vivant en Australie mais pour d’autres il viendrait de Turquie ; en réalité des burkini sont apparus en Egypte, il y a environ 25 ans.

Jusqu’alors, les femmes au Maghreb étaient en maillots de bains sur les plages mais en 2015, le burkini soudainement à la mode, s’est répandu au grand dam de femmes qui veulent vivre libres et qui regrettent cette nouvelle censure religieuse : http://fr.allafrica.com/stories/201409050055.html.

 

Comment ne pas voir dans cette profusion de voiles, hijabs, abadas, niqabs, burqas et maintenant burkinis qui envahissent les pays occidentaux depuis peu de temps, une farouche volonté politique d’imposer aux femmes une pudeur toute fabriquée et aux musulmans l’adhésion à un islam rigoriste ?

Femmes couvrez-vous, affichez votre adhésion aux interdits inventés par des hommes mal à l’aise avec le corps des femmes, la sexualité, le respect de l’égalité et de la liberté de l’autre, des autres ; femmes, marquez votre différence avec les autres femmes, ces être impures, infidèles, ces prostituées dont vous devez vous désolidariser.

En 2016, il faut toujours le marteler : ce ne sont pas les femmes qui devraient faire preuve de pudeur mais les hommes qui devraient apprendre à se contrôler et à respecter les femmes pour ce qu’elles sont et ce qu’elles veulent. Apprendre à se connaître et à échanger en toute égalité, depuis des lustres que les êtres humains sont sur la terre, devrait être un art de vivre.

Les femmes qui se prêtent à cette mascarade obscurantiste, commettent, consciemment ou pas, un acte militant. Au début, grâce au zèle de la mode jamais en reste quand il y a de l’argent à se faire, les tenues peuvent être seyantes et colorées, elles n’en traduisent pas moins une volonté d’entraver la liberté de mouvement des femmes dans l’espace public et deviendront avec le temps, plus informes et plus sombres.

Revêtir l’un ou plusieurs de ces vêtements, c’est adhérer, que ce soit par mimétisme ou conviction, à un apartheid sexuel ; c’est se rendre complice du projet politique islamiste et participer à une action prosélyte. Bientôt, comme pour les piscines, la revendication de plages non-mixtes émergera.

 

Si cette injonction, indiscutablement sexiste, à la pudeur féminine est une constante dans toutes les religions terrifiées par les femmes, leurs corps et sexualité, au 21ème siècle, seul l’islamisme tente d’imposer sa vision du monde et des régimes politico-religieux totalitaires, soit par la force avec ISIS et Boko Haram notamment, soit idéologiquement, par la diffusion prosélyte du rigorisme wahhabite.

Les frères musulmans (1928) sont, comme les salafistes (IXe S.), des islamistes partisans de la charia, mais ils sont aussi très expansionnistes. L’Islam radical est un néofascisme, à ce titre, il ne serait pas absurde d’en interdire toutes les manifestations contraires à la constitution, au principe d’égalité et à l’égalité femmes-hommes.

Ce n’est toutefois pas à ce titre qu’a été interdite la burqa, petite faiblesse républicaine, mais pour raison de sécurité : couvrant le visage, elle empêche toute identification.

Alors, faut-il ou non interdire, comme l’ont fait en France, des maires par arrêté, le burkini sur nos plages ?

 

En premier lieu, j’ai considéré que non car en l’absence de loi, le combat doit aussi se situer au plan idéologique : interdire favorise la victimisation alors que c’est justement le but recherché ; un peu de pédagogie ne fait pas de mal, et l’humour peut aider : ce burkini qui moule les formes, produit plutôt l’effet inverse à celui recherché et attire doublement l’attention ; sexy en diable, il pourrait être qualifié d’exhibitionnisme islamiste ! J’ai aussi adoré la campagne Tweeter #unmaillotpouredwy suite au tweet lamentable d’Edwy Plenel qui comparait le burkini aux tenues de nos arrières grands-mères, noyant d’un coup d’un seul, un siècle d’avancées féministes. Merci Edwy, à toi et ton copain Tariq, nous proposons une nouvelle ligne de shortkinis bien moulants et bien collants !

Puis, je me suis ravisée : ce marquage sexiste des femmes par l’islam politique est inacceptable dans un pays laïc qui a mis au cœur de son projet de société, l’égalité femmes-hommes. Cette affaire de burkini n’est pas une question de choix individuel mais bien de projet de société et il est inadmissible de bafouer ainsi chez nous, un mode de vie et des libertés si chèrement acquises.

Puis je suis revenue à ma première impression, puis… puis je me suis demandé ce qu’en pensaient les associations féministes et à mon étonnement, je n’ai entendu que le silence, silence sur toute la ligne.

Les associations féministes ne m’aident plus à avancer. Il n’y a d’ailleurs plus de mouvement feministe à proprement parler.

Quand dans les années 1970/1980 les féministes s’affranchissaient des normes culturelles judéo-chrétiennes pour revendiquer leur liberté, elles pulvérisaient sur leur passage les ligues de vertu et moindres tentatives de retour arrière. Aujourd’hui elles se taisent, malgré les demandes incessantes des féministes qui dans les pays musulmans les supplient de réagir, ici pour repousser une emprise islamiste grandissante et là-bas pour dénoncer les violences de l’islam politique dont elles sont les premières victimes.

Quand elles ne se taisent pas, certaines crient  à l’islamophobie aux côtés d’autres idiots utiles de l’islam radical, d’autres encore, perdues,  se joignent au concert des « pas d’amalgame », culpabilisant par avance, d’être confondues avec les groupes racistes et d’extrême droite qui instrumentalisent la menace islamiste. Elles n’ont plus confiance en elles, en leurs analyses et jugements.

En 2016, elles ont oublié que ce sont les hommes qui profitent du système patriarcal qui doivent se remettre en question, s’éduquer et évoluer, et que les droits et libertés des femmes du monde entier, ici comme ailleurs, ne sont pas négociables.

C’est effrayant.

 

Christine Le Doaré

Depuis mon texte posté hier soir, 18 aout, j’ai lu d’excellents textes, féministes et pro-féministes sur ce sujet, en voici une sélection :

Fatiha Daoudi

Juriste, politiste et experte en genre et droits humains

  • Non Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre!

http://www.huffpostmaghreb.com/fatiha-daoudi/non-monsieur-plenel-le-burkini-nest-pas-un-vetement-comme-un-autre_b_11581122.html

Publication: 18/08/2016 11h07 CEST

LISE RAVARY

  • Pourquoi le burkini me choque

http://www.journaldemontreal.com/2016/08/18/pourquoi-le-burkini-me-choque

Publication : Jeudi, 18 août 2016 05:00

et avant

Aalam Wassef

  • «Ne soyons pas naïfs sur le symbole de cette étoffe» par Aalam Wassef

http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951

Publié 17 août 2016 à 11:45

Raphaël Enthoven

Professeur de philosophie

  • Les partisans du burkini défendent-ils, au nom de la tolérance qu’ils invoquent, le port du string sur les plages saoudiennes?

http://www.huffingtonpost.fr/raphael-enthoven/debat-interdiction-burkini_b_11560792.html

Publication: 17/08/2016 11h19 CEST

En 2015

Tahar Ben Jelloun

  • BURQA PLAGE !

http://fr.le360.ma/blog/le-coup-de-gueule/burqa-plage#.V7XhinKGSrl.twitter

Publié 03/08/2015 à 12h00

27 Responses to “Burkini, réanimez les féministes !”


  1. 1 Ismène 18/08/2016 à 10:42

    Ce que je trouve personnellement écœurant c’est que c’est encore et toujours aux femmes que l’on veut faire payer le poids de notre impuissance face à la violence que nous avons subie ces derniers mois alors que ce ne sont pas elles qui posent des bombes et assassinent des gens. Je ne suis pas favorable à l’interdiction de ce type de tenue, pas par la moindre complaisance envers le burkini et tout autre voile, mais parce que je ne pense pas que cela serve à grand chose si ce n’est à conforter ces personnes dans leur volonté de s’isoler. On ne pourra pas convaincre ces femmes d’ôter leurs voiles sans un solide travail d’éducation civique derrière à destination des filles et des garçons sur la place des femmes dans l’espace public et la dénonciation des violences et de la réification permanente qu’elles subissent de la part des hommes, à la plage ou au bureau, en jupe ou en voile. S’il y a bien des femmes qui se font les prosélytes de l’Islam radical par leur tenue ou se vêtent ainsi pour ne pas dépareiller d’avec leur entourage beaucoup de jeunes filles choisissent aussi de se voiler parce qu’elles espèrent que cela les protégera des violences masculines et de la pornification, voire vont passer d’un extrême à l’autre du jour au lendemain. La radicalisation peut, à mon avis, se nourrir des contradictions de la liberté des femmes en occident qui ont d’avantage de droits qu’ailleurs mais restent toujours sommées d’être disponibles pour les hommes dans tous les sens du terme. Et c’est d’ailleurs surtout à eux de prendre leurs responsabilités et de rendre des comptes sur ces problèmes.

  2. 2 Christine Le Doaré 18/08/2016 à 10:53

    Désolée mais les femmes radicalisées et qui font de la propagande, assurent la logistique, passent en Syrie… sont en grand nombre, de nombreuses enquêtes en attestent.
    Bien entendu les motivations individuelles pour se voiler sont plurielles mais nous sommes face à un problème et des choix de société.
    Il est plus que temps de réagir et de stopper ce retour arrière très dangereux pour les femmes et les démocraties.

  3. 3 Jean-Pierre Julhes 18/08/2016 à 13:12

    Enfin, une vraie féministe. Où sont-elles passées ? Souvenons nous de Cologne et de leurs silences (ou de leurs amalgames en mettant tous les hommes dans le même panier, si je puis dire 😉 )

  4. 4 Christine Le Doaré 18/08/2016 à 14:15

    Elles sont là mais n’ont pas vu l’importance de la régression et ne se sentent pas assez concernées par les appels des féministes à l’étranger.
    Elles sont contaminées par l’islamo-gauchisme.
    Celles qui roulent pour Hamon, Melanchon et d’autres sont trop occupées à leurs alliances douteuses pour lever le nez du guidon et sinon, c’est plus sûr de produire le énième communiqué sur un sujet qui fait consensus que de prendre des risques en secouant la bien-pensance…
    Bref, les affaires de tampon… ont de l’importance mais pas autant que la régression et mise en danger des droits des femmes et au-delà des démocraties, par un intégrisme religieux de plus en plus prégnant.

  5. 5 Sophie Manelli 18/08/2016 à 14:48

    Les droits des femmes ne sont jamais acquis. Et le burkini, parce que qu’il réduit la femme à un corps honteux, n’est pas un débat anodin comme certains bien-pensants, écervelés, ou décérebrés par l’islamo-gauchisme veulent nius faire croire (Plenel…)
    Il faut s’inquiéter pour les génerations futures: quelle image de la femme pour ces fillettes (et ces garçons) qui voient leur mère recouvertes des pieds à la tête (réduite à un sexe qu’il faut cacher)? La pudeur est bien une convention sociale: est-ce cette norme-là, celle du corps féminin impur qu’on doit laisser prospérer? Qu’en serait-il, aujourd’hui du voile à l’école, si la loi n’avait pas tranché?
    Il serait dramatique de laisser, par lâcheté, l’extrême-droite s’emparer de ces débats de société, comme on l’a fait pour la laïcité.
    Malheureusement, la plupart des féministes ne sont pas à la hauteur du rôle crucial qu’elles ont à jouer, parce que les droits des femmes dont incompatibles avec leur complaisance néo-colonialiste avec l’islam, y compris avec ce que cette religion (comme les autres) comporte de plus archaïque.
    Bravo pour vos articles.

  6. 7 Florence Lohéac 18/08/2016 à 23:28

    Merci pour votre article qui résume bien ce que j’ai pu lire de part et d’autre.
    Je connaissais d’ailleurs les liens que vous citez en fin d’article. Merci pour votre prise de position ! il faut que le mouvement féministe se réveille ! Nos soeurs opprimées ne demandent que ça !

  7. 8 agnes 19/08/2016 à 10:52

    Merci pour cet article.
    Je n’ai jamais été une féministe acharnée mais quelque chose me pousse en ce moment à le devenir.
    Il y a dans la soumission et l’acceptation une sorte de confort.
    Il y a un moment où il faut entrer en résistance.

  8. 10 Gisèle Closset 19/08/2016 à 15:56

    J’apprécie tout ce que vous avez écrit là, enfin une voix qui fait une bonne analyse, bravo ; je regrette cependant la solution que vous proposez : ne pas interdire mais svp complétez par ce que j’attendais : redéfinir l’espace public comme non sexiste ! Autrement dit limiter plutôt qu’interdire, que chacune porte ce qu’elles veut chez elle et dans les lieux de cultes ou lors de cérémonies privées ou manifestations publiques autorisées mais, dans l’espace public, au quotidien, pas de sexisme ni d’apartheid car c’est illégal de manifester sans autorisation, sinon je me balade dans la rue avec une pancarte qui dise : « il faut haÏr les autres » ! Je serais vite interpellée et soit mise en accusation, soit menacée d’internement psychiatrique. La dimension sexiste est oubliée par tous les organismes censés lutter contre les discriminations, anti-racistes ou ligues des droits humains. Il est temps de faire appliquer les lois anti-sexistes dans nos démocraties et avec cette réaction immédiate, de mettre en place des programmes d’éducation à l’égalité entre tous les humains pour qu’à long terme, il ne soit plus nécessaire de verbaliser ! Mais l’urgence est là dans les harcèlements dans les transports en commun, dans les injures lancées aux femmes dans la rue et pire dans l’obligation pour nombre de femmes de s’enfermer chez elles car nos rues ou quartiers ne sont plus sûrs.

  9. 11 Christine Le Doaré 19/08/2016 à 16:02

    Oui, je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas interdire, mais que je réfléchissais à la manière de luter contre toute cette régression … j’aurais aimé que des associations féministes m’aident à y réfléchir, c’est peine perdue … Je n’ai pas conclu dans le texte, mais ça fait son chemin…

  10. 12 AUDRAIN 21/08/2016 à 13:52

    Merci pour votre texte Christine Le Doaré

  11. 14 Martine Laroche 23/08/2016 à 13:42

    Mais ces « féministes » dorment-elles ou sont-elles d’accord avec tous ces discours fascistes de gauche (islamo-gaucho) : liberté, communauté, prétendu antiracisme, … il faut « qu’elles comprennent », etc.
    Oui, c’est un acte militant quand ces femmes revendiquent la haine qu’elles éprouvent pour les autres femmes!
    Et ne pas oublier que dans une république dite laïque, une de ses régions est officiellement bigote et que bientôt les imans seront formés à Strasbourg avec nos impôts. Masochisme ? Hypocrisie…

  12. 15 Denise Meunier 24/08/2016 à 17:41

    Merci madame Le Doaré. Il y a qq années déjà, que je dis autour de moi :attention ,dans 2ou 3 générations vos petites filles porteront le foulard! Bien sûr,je suis défaitiste,pessimiste, idiote,…et autre qualificatif. Depuis peu les femmes de mon entourage commencent à envisager qu’il y a des problèmes…précisons: je suis une vieille dame ( j’ai connu 1968) et je vis à la campagne…Les hommes politiques, de droite comme de gauche, ne font pas leur travail…ils ont peur…Quand aurons nous des politiques qui soient viscéralement convaincus de l’égalité homme/femme?

  13. 16 Suzy suzy 26/08/2016 à 13:36

    Si ces jeunes femmes dont vous parlez grandissaient dans une ambiance moins lourde religieusement parlant, avec moins de tabous, d’interdits, de diabolisation de ce qui n’est pas islam, elles seraient certainement mieux préparées au monde extérieur.
    Je suis une belle femme, très féminine, fière de moi, j’évolue dans un monde extrêmement macho et très masculin, je suis sapeur pompier, et cela ne m’empêche pas de me faire respecter par mes pairs. Bien sûr que lorsque j’ai le dos tourné certains ont des propos assez sexistes, mais il n’en reste pas moins que je sais m’imposer et que pour la plupart, ils ont une attitude prévenante et sans ambiguïté!
    Pour cela on m’a donné des outils dans mon enfance. J’ai grandi dans une famille catho mais on m’a donné le droit de choisir ce que je voulais faire de ma vie.
    Je suis athée et je suis fière d’être une femme qui se fait respecter. Et je n’accepte pas le voile sous quelque forme qu’il soit. Dans mon pays, les femmes ne se voilent pas. Parce que si les hommes ne sont pas capables de garder le contrôle sur leur sexe, puisqu’ils estiment que les cheveux sont une provocation sexuelle, alors ils n’ont rien à faire dans un pays laïque et de libertés.
    Ils devraient consulter des psy…
    Alors si l’on veut que toutes les femmes soient préparées aux comportements parfois lobotomisés des hommes, il faut leur donner en plus, une autre éducation que celle des religions! On n’est plus au moyen âge…

  14. 17 Deprince 27/08/2016 à 11:34

    Bonjour à toutes et tous
    Je suis heureuse et rassurée de trouver (enfin !) des commentaires venant de personnes que je considère comme les vrai(e) féministes !!
    Ce débat ne devrait même pas exister, il est la preuve que les valeurs si chèrement acquises par des générations de femmes qui ont parfois donné leur vie sont insidieusement attaquées et en passe d’être délaissées au profit de valeurs qui n’ont rien à faire dans notre démocratie.
    Je suis révoltée, écoeurée par tant de laxisme, de lâcheté de la part des hommes politiques de ce pays ! Mais que dire de ces associations, soit-disant féministes, qui soutiennent le port du burkini ?!
    Où se situe le respect du droit des femmes à être libres de leur corps pour elles ? De quelle lutte pour les femmes parlent-elles ? De celui qui permet à des femmes voilées de pouvoir enfin aller à la plage ? De qui se moque-t-on ?
    La lutte des féministes ne doit mener qu’à leur liberté d’être des femmes au milieu d’hommes et rien d’autres. Qu’elles soient acceptées dans leur nature de femmes sans avoir à encourir le regard concupiscent ou réprobateur de tel ou tel mâle !!
    Et qu’on arrête de dire qu’il s’agit de leur propre choix. Qui, sinon des hommes ont mis dans la tête des femmes qu’elles devraient cacher leur corps ?
    Il y aurait tant de choses à dire… Entre autres, que si le Conseil d’Etat a pris cette décision, n’oublions pas l’échéance présidentielle de 2017… En laissant les choses pourrir, il laisse la porte ouverte aux enjeux électoraux qui, on le constate tous les jours, s’appuient de plus en plus sur le tout-sécuritaire et le religieux.
    Mais c’est nous qui payons la facture… Pas seulement les femmes mais nous, le peuple, quand toutes les religions reviendront dire aux femmes qui elles sont, ce à quoi elles peuvent prétendre avoir droit ou pas, les hommes aussi, forcément, seront impactés !!
    Bref, je cherche une association féministe digne de ce nom qui soit fière de défendre les valeurs si chèrement par nos aieules… Si vous avez des pistes, je suis preneuse.

  15. 18 Christine Le Doaré 27/08/2016 à 14:36

    Bien qu’en accord avec votre commentaire, je ne peux pas vous conseiller une association, ce n’est pas de mon ressort.

  16. 19 deprince 27/08/2016 à 17:55

    Merci d’avoir pris la peine de me répondre. Tellement écoeurée, et en rage, devant tout ce que les femmes subissent de tous temps dans 99,9999 % des pays de cette pauvre planète, depuis toujours ! Je suis à la recherche d’une assoc féministe qui me permettrait d’être active et non plus spectatrice. Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens devant le soutien de certaines d’entre elles à ce symbole de soumission de la femme au désir de l’homme ! J’étais même sur le point de contacter « Osons le féminisme »… Comment dire… Non, je ne le dirais pas…

  17. 20 Christine Le Doaré 27/08/2016 à 20:32

    Je ne sais pas quoi vous dire, je ne peux pas vous conseiller d’asso féministe très au point sur la question et ce n’est pas à moi de le faire. Suivez le réseau des VigilantEs qui devrait s’étoffer dans les prochains mois.

  18. 22 emelire 29/08/2016 à 14:58

    je suis votre twitter et celui d’Arlette Zilberg quasi tous les jours, même si je ne twitte pas ni FB, ou heureusement que vous êtes là, ainsi que quelques autres, Zineb de Charlie hebdo, et d’autres femmes et hommes qui malheureusement ont vécu les restrictions de liberté et d’expression dans leurs pays d’origine… Perso j’ai arrêté mon blog féministe par écoeurement du sens que prenait le « mouvement ». Le machisme se recombine à l’infini, l’islam politique c’est l’aubaine pour les machos de tous poils, de gauche comme de droite. Olympe de Gouges n’est pas au panthéon et la statue (buste) qui devait l’honorer n’est même pas terminée.
    Les droits des femmes avaient bien trop avancé dans ce pays misogyne, il ne faut pas s’étonner que depuis le début, les difficultés s’aplanissent devant les obscurantistes, alors qu’une pauvre femme comme Jacqueline Sauvage est maintenue bien symboliquement en prison.
    Rien ne m’étonne, même pas de voir nombre de féministes courir derrière les obscurantistes et tordre les mots pour faire passer l’ombre pour la lumière. Elles font tenir tranquille les femmes. Ou du moins essaient elles… car il me semble que bien peu de femmes les suivent encore…
    Si les femmes étaient réellement à l’oeuvre pour leurs droits l’égalité serait réelle depuis bien longtemps, or nous voyons que ce n’est pas le cas.
    Plutôt que d’espérer des féministes franco françaises, mieux vaut espérer des liens avec des femmes qui luttent vraiment, ailleurs…
    Je me suis abonnée aux Vigilantes et j’ai lu avec attention le dernier Marianne sur les femmes qui résistent (les Dorine, etc). Je pense que la religion peut se vivre de manière moderne et adaptée (même si je ne suis pas croyante) et rappeler que la plupart des gens vivent raisonnablement bien, avec des principes humanistes, sans être « croyants ». Merci à vous.

  19. 23 Christine Le Doaré 29/08/2016 à 19:14

    Hélas … Merci à vous également. Avançons malgré tout.

  20. 24 melaine 30/08/2016 à 12:51

    En tous cas, avec cette affaire et la manière dont elle a été amenée, le « compromis » a fait de nouvelles adeptes, et des progrès, encore plus profondément dans le féminisme. Jusques à des qui juraient explicitement n’en pas faire. Et une fois ce pas fait, il est toujours plus difficile de ressortir le pied d’où on l’a mis. On a été pas mal piégées par l’alternative imposée (choix et identités, bref le menu du libéralisme). A quand un retour d’un féminisme qui attaque en tant que tel le rapport social de sexe ?

  21. 25 Christine Le Doaré 30/08/2016 à 14:43

    Oui, à quand ? Très vite parce que sinon …

  22. 26 yayalacool 25/08/2017 à 10:14

    Merci beaucoup. Le silence radio est écœurant. C’est encore pire dans le monde anglo-saxon. Même un site comme Feminist Current qui en général ne mâche pas ses mots ne réagit jamais. Et d’ailleurs avez vous vu La vidéo De La BBC3 soutenant la Burqa? Et quand vous vous insurgez les gens ne comprennent pas. Mais comment se fait-il que chaque cellule de leur corps ne réagit pas à cet effacement si évident des femmes?
    Comme disait Mona Eltahawi, soutenir le voile en Occident contribue à enfermer ultérieurement celles en Orient.
    Pour ma part je suis plutôt partisane de La position de Chadhortt Djavann: à quoi nous servent nos lois si ce n’est encadrer nos droits (pour paraphraser)? On est toujours prêt à insister sur l’éducation des qu’il s’agit des droits des femmes. Comme si nous ne méritions pas des lois qui nous protègent. Honnêtement si Les hommes mettaient des burkinis, Les lois auraient déjà changé…


  1. 1 En burkini, messieurs ? Revue de presse féministe – Les VigilantEs Rétrolien sur 03/09/2016 à 22:23

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :