Des #GiletsJaunes, pas de sauvetage !

Ils n’ont pas échoué, pas complètement puisqu’ils ont obtenu des mesures qui ne sont pas négligeables et d’autres doivent suivre, mais ils sombrent. Pourquoi ?

J’ai commencé par comprendre la mobilisation des Gilets Jaunes – GJ – #GiletsJaunes parce que moi aussi j’ai la fibre sociale. Issue de familles ouvrières, modestes, autodidactes, politisées par les syndicats et partis ouvriers. Certes, il s’agissait des générations précédentes, celles de mes grands-parents, mais je n’ai pas oublié.  Je sais qu’il y a des gens écrasés qui enchaînent les fins de mois difficiles, l’endettement, et que ça use. Je sais les vies de mères célibataires, de chômeurs de 50 ans, d’étudiant.e.s qui travaillent et étudient quand ils le peuvent (je l’ai vécu), de retraité.e.s démunis, d’employé.e.s modestes gravement endettés, juste pour avoir un toit… Je sais aussi que le SMIC est trop bas et qu’il y a beaucoup trop de salarié.e.s juste au SMIC. Je sais qu’il y a des gens qui subissent, se battent pour vivre et avec dignité.

Je sais aussi qu’à force de persévérance, d’études et de travail, il est possible d’améliorer sa condition et que la victimisation, l’apitoiement sur soi, les rancoeurs et jalousies ne mènent jamais à rien.

Je sais aussi que de nos jours, il y a des gens qui veulent, sans en avoir les moyens,  consommer de manière ostentatoire ; des gens qui s’endettent inconsidérément ; font des enfants qu’ils sont incapables d’assumer financièrement (et pas seulement)… Des gens déraisonnables, imprévoyants, envieux, individualistes, sans beaucoup d’éducation ni de valeurs, qui exigent beaucoup de la société sans lui donner grand chose en retour.

Alors, j’ai regardé ce mouvement de près, avec bienveillance au début, d’autant plus que l’attitude hautaine et fermée du président E. Macron était horripilante, puis avec de plus en plus de méfiance. Je l’ai vu évoluer : au départ, des personnes regroupées sur des ronds-points, l’essence est trop chère, ils ont du mal à boucler les fins de mois et ça fait des années que ça dure, ils n’ont pas d’espoir que ça change. Sur le fond, on peut comprendre. La méthode en revanche a, peu à peu, trouvé ses limites. Les occupations de ronds-points sont illégales, le blocage des usagers de la route aussi. Puis il y a eu les chantages bafouant le droit de circuler des citoyen.ne.s, puis des accidents mortels (8 morts déjà), puis des personnages douteux ont commencé à se mettre en avant, puis de terribles saccages ont eu lieu pendant les manifestations, puis des armes par destination pouvant tuer ont été confisquées,… ; alors la violence s’est déchaînée, des menaces de mort ont été proférées contre des parlementaires, puis le complotisme s’est invité, et pour finir, ce mouvement improvisé et hétéroclite s’est retrouvé récupéré par des poujadistes, des agitateurs politiques, de dangereux factieux, aussi des manipulateurs étrangers, tous animés de sombres dessins.

En quatre semaines, il ne s’agissait plus de carburant trop cher mais de renverser la République. Les mesures prises par le gouvernement étaient balayées d’un revers de manche, pourtant il ne s’agit en rien de miettes et surtout le dialogue est enfin engagé ; les élus et corps intermédiaires sont les relais pour continuer d’avancer avec le gouvernement.

Pourtant, des élus de la FI au RN en passant par le PS…, avec la même démagogie, n’ont pas ménagé leurs efforts pour mettre de l’huile sur le feu, espérant tirer profit de la mobilisation.

La tentation d’entrainer le « peuple » vers un avenir encore plus sombre qu’il ne l’est déjà, est tout de même effarante chez ces va-t’en-guerre immatures jamais sevrés de Mao, Trotsky ou du Che ! Les sondages l’ont montré, ils dégringolent tous sauf le RN, et ça ne semble pas leur poser de problème.

Des journalistes qui 24/24 nous ont assené sans le moindre recul des propos souvent indigents ou séditieux et des images de plus en plus violentes, ont nourri, amplifié, comme ils l’avaient fait avec Nuit Debout, un mouvement qui n’a jamais impliqué grand monde. En somme, nous avons vécu une tentative de coup d’état médiatique et numérique. Gageons que nous n’aurons droit à aucune autocritique de leur part et qu’ils sont prêts à recommencer !

Pourquoi les Gilets Jaunes ont-ils été, même au plus fort de la mobilisation, si peu nombreux en pourcentage de population active ?

Les GJ potentiels auraient-ils des intérêts antagonistes ? Je ne suis pas loin de le penser.

Les personnes pauvres, pas nécessairement dé-socialisées, sans abri… mais pour qui une aide sociale est une question de survie, ne se sont pas vraiment, sauf exceptions, jointes aux GJ. Elles n’ont peut-peut-être pas ou plus, les moyens d’étudier, d’obtenir un emploi (ou plus qualifié), alors elles apprécient d’être soignées gratuitement, de bénéficier des aides et structures sociales disponibles. Elles ne savent peut-être pas qu’elles vivent dans le pays d’Europe qui consacre le plus haut pourcentage de son PIB aux prestations sociales, mais elles sentent que ce serait encore plus dur pour elles ailleurs.

Les classes moyennes quant à elles sont pressurées par les impôts (enfin pour ceux qui en payent) et les taxes de toute nature. Leur situation est très disparate : entre un couple d’employés moyens sans enfant ou encore un technicien célibataire qui payent des impôts sur le revenu, et un couple d’employés au SMIC peu qualifiés mais avec 4 enfants qui touchent allocations familiales et APL et ne payent pas ou très peu d’impôts sur le revenu, difficile de savoir lesquels s’en sortent le mieux.

Toujours est-il que réduire impôts et taxes alors que les services publics (hôpitaux, police, justice…) sont exsangues n’est peut-être pas la meilleure solution si nous voulons que tout le monde garde la tête hors de l’eau. Qui va payer ? Les riches ? Oui mais à partir de quand est-on riche ? Un cadre moyen célibataire laisse déjà pas loin du tiers de son salaire en impôts et cotisations. Les personnes qui vivent avec un revenu confortable sans pour autant être considérées comme riches, sont pour l’essentiel, celles qui remplissent les caisses de l’état. Si elles en avaient marre un jour, tout le système s’écroulerait. Les très riches disposeront toujours de moyens d’optimisation fiscale comme on dit ; c’est l’évasion fiscale, pourtant de mieux en mieux traquée, qu’il faudrait parvenir à juguler. Restaurer l’ISF, avec une assiette différente s’il le faut, pour ne pas générer une fuite de capitaux à l’étranger, ne serait pas superflu et un signe fort en vue de réduire les inégalités.

Il aurait été intéressant de savoir ce que pensaient des GJ, les petits commerçants, PME, entrepreneurs qui souffraient d’un chiffre d’affaires en berne ; allaient-ils pour certains devoir se mettre au chômage (au moins technique), avec leurs équipes, voire quitter l’hexagone ? Quels étaient les impacts de ces blocages et de la casse sur l’économie, quels médias ont travaillé sur la question ? Moins fatiguant d’interviewer.

Je suis de plus en plus convaincue que ce sont les plus pauvres qui feraient les frais d’une politique de réduction drastique des taxes et impôts. Ils le savent, c’est aussi pourquoi ils ne se sont pas tant que ça joints au GJ.

L’impôt sur le revenu est encore la meilleure solution jamais imaginée pour financer des services publics de qualité et un « état providence ». L’idéal serait que tous les citoyens payent des impôts proportionnellement à leurs revenus, même 1 euro symbolique, ne serait-ce que pour comprendre les notions de bien public, collectivité… En revanche, il me semble évident que la gestion des services publics n’est pas efficace et c’est probablement là que le bas blesse. Il ne faut pas réduire la voilure des dépenses publiques (exceptionnellement), mais plutôt les réorganiser, rationaliser. Quant aux taxes, il y en a en effet beaucoup, il faudrait là aussi rationaliser. Les taxes sont injustes car elles s’appliquent de manière identique quel que soit le revenu ; mais je ne vois guère en quoi la démission d’Emmanuel Macron, alors que les taxes s’empilent depuis des décennies et que tous les gouvernements précédents en sont responsables, résoudrait le problème.

Seule une démocratie sociale et participative aussi,  peut aider les gens les plus fragiles, démunis et donc toute la société, à vivre mieux.

L’Histoire en atteste, il n’y a pas de meilleur régime politique connu que celui de la démocratie, elle n’a rien de parfait, elle n’est que perfectible et c’est très bien. Les promesses de grand soir ont toutes donné lieu aux pires exactions et à des régimes totalitaires. Si le « peuple », fantasme instrumentalisé par tant de dictateurs en puissance, était progressiste ça se saurait, ce n’est pas au peuple que nous devons le vote des femmes, ni la loi Neuwirth, ni la Loi Veil, ni la loi contre la peine de mort, ni la loi pour le mariage pour tous.

Et surtout, depuis quand une foule de 30 000 personnes au plus fort de la mobilisation, est-elle en démocratie, autorisée à défaire ce que 37 millions de citoyens ont décidé en votant aux présidentielles de 2017 ? Certain.e.s feraient bien d’y réfléchir sérieusement car la majorité des citoyen.ne.s dans ce pays tient autant à la justice qu’à la paix sociale, et au respect des institutions.

Si des féministes se sont ralliées à ce mouvement à ses débuts, ça n’a rien d’étonnant, en revanche, appeler à la manifestation du 15 décembre après les évènements du 8,  était une erreur que des féministes « lutte de classe » (intersectionnelles ?) n’ont pas hésité à commettre. Oui les femmes sont plus touchées par la crise (temps partiel, famille mono-parentale,…),  mais en quoi cette inouïe violence machiste pouvait-elle les aider ? Comment peut-on, en tant que féministe, cautionner la récupération factieuse, la déstabilisation politique ? 

Nous venons de vivre un mois de décembre tragique ; malgré l’effort considérable déployé par des médias et roublards de la politique, nous avons évité le pire. Les citoyen.ne.s doivent être de plus en plus vigilant.e.s en ces temps troublés où les réseaux sociaux grâce à la bêtise et l’inculture de masse, amplifient à une vitesse foudroyante, les velléités de déstabilisation politique d’acteurs aussi obscurs que dangereux.

Christine Le Doaré

IMG_0355

1 Response to “Des #GiletsJaunes, pas de sauvetage !”


  1. 1 Patrick Bonacoscia 17/12/2018 à 11:50

    En effet simplement réduire les impôts ,sans revoir le fonctionnements de l’Etat ne sert à rien du tout, si ce n’est qu’a réduire encore les budgets sociaux. Ce qu’il faut est une meilleure re-distribution des impôts et améliorer le fonctionnement administratif de ‘Etat (sans toucher au social).


Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :