Voile, le CFCM a parlé, la République piétine

Où sont les femmes ?

Le voile que les hommes ne portent pas, serait donc une affaire d’hommes

Le mardi 29 octobre, lendemain d’un entretien avec le président de la République, le CFCM (1) tenait une réunion extraordinaire à la mosquée de Paris afin de clarifier sa  position sur le port du voile dans l’espace public. A l’issue de la réunion le président du CFCM, Dalil Boubakeur a déclaré : « le port du voile est une prescription religieuse », mais les femmes de confession musulmane sont libres de le porter ou non sans que cela porte atteinte à leur foi ; puis : « Celles qui ont décidé de s’en affranchir ne sont pas moins musulmanes et restent dans la communauté des croyants »

Nous savons désormais que pour le CFCM, le voile est une prescription religieuse. Toutefois, elle n’est pas imposée. Le port du voile n’ayant pas un caractère obligatoire,  ne pas le porter n’a pas de conséquences sur le degré de foi des musulmanes et ne les exclue pas de la communauté des croyants.

On est soulagé.es pour toutes les musulmanes croyantes qui ne portaient pas le voile ! Etonné.es aussi, car cette position ne constitue en aucun cas une annonce forte, contrairement à ce qui avait été promis. Cette doctrine, aucune personne sensée, musulman.e ou pas, ne l’ignorait. 

On est surtout déçu.es car nous savons que beaucoup de musulmans progressistes réfutent que le voile soit une prescription religieuse. Pour Malek Chebel, anthropologue algérien des religions, le voile est « une régression de la femme à laquelle on ne fait pas confiance. Elle peut être musulmane sans être voilée. Il y a eu des siècles où elle ne l’était pas. » Il insistait aussi sur le caractère secondaire des versets sur le voile dans le Coran, sur les multiples interprétations possibles. Il avait notamment déclaré : « Le voile, est d’un usage toujours politique. Le voile dépossède la femme de son image. Qu’elle se libère de ses voiles. » Pour Chebel, le voile signait le retour des fondamentalistes, qui veulent le pouvoir dans une conception moyenâgeuse.

Le CFCM est infiniment moins disant, il se contente de dire que ne pas porter le voile est possible, ce que tout le monde savait déjà. Je n’appellerais pas ça une position très moderne ni réformée de l’islam.

Bien entendu, le CFCM n’évoque pas la prolifération exponentielle du port du voile ces dernières décennies, à l’évidence liée au développement du fondamentalisme des Frères musulmans et des salafistes qui poussent au port du voile pour mieux se visibiliser et s’affirmer.
Il ne s’est pas risqué à parler d’égalité Femmes-hommes, pas un mot du voile marqueur d’une division des sexes, assignant un statut inférieur aux femmes qui seules se doivent d’être pudiques face au sexe opposé.
Enfin, il a soigneusement évité de parler de la question qui brûle toutes les lèvres, celle des accompagnatrices scolaires voilées.

Néanmoins, les musulmanes de bonne foi savent désormais qu’elles portent l’entière responsabilité de la promotion d’un apartheid genré en portant volontairement le voile. Elles font ce choix sachant que dans des pays tels que l’Iran, des femmes sont emprisonnées pour avoir retiré leur voile.  Elles défendent la soumission des femmes au patriarcat et trouveront toujours face à elles, les féministes et progressistes qui se battent pour une société d’égalité. 

Dalil Boubakeur, est également revenu sur l’attentat contre la mosquée de Bayonne et a interpellé les personnalités politiques et médiatiques « qui doivent prendre la responsabilité de leurs propos outranciers qui banalisent la haine du musulman ». Juste déclaration, les politiques et autres personnalités qui instrumentalisent la haine doivent être combattus. Toutefois, comment ne pas constater que les motivations idéologiques sont immédiatement creusées, exposées et condamnées quand l’attentat porte une signature d’extrême-droite, (et même s’il s’agit d’un acte isolé aux motivations troubles, en l’occurence ici, se venger à 84 ans, pour l’incendie de Notre-Dame – les complotistes ont encore frappé !), ce qui n’est pas le cas ou rarement quand la signature est celle de l’islamisme. Tous les militants progressistes laïques le savent, le pire scénario pour notre pays est celui de la tenaille identitaire  qui se resserre, les attentats des deux extrêmes se répondant en miroir.  Si l’Etat ne lutte pas radicalement contre l’islam politique (islam fondamentaliste Frères musulmans et salafistes) et son bras armé terroriste, les identitaires d’extrême-droite riposteront et ce sera haine contre haine.

Attendre du culte musulman et de ses représentants des messages forts est illusoire. C’est à l’Etat de poser les limites, comme l’ont fait en leur temps les représentants du peuple français face à l’église et au culte catholique.
Il est plus que temps de légiférer pour interdire le voile et tout signe religieux ostentatoire lors des sorties scolaires. Personne ne doit dans le cadre de l’école républicaine publique et laïque imposer ses croyances religieuses aux enfants, aux enseignants ni aux autres parents. Une neutralité stricte s’impose. Selon un grand nombre de spécialistes le voile, serait une obsession française, c’est faux, même la Belgique fait mieux. Le voile est interdit par la ville de Bruxelles pendant les sorties scolaires depuis 2016 ! (2), mais la République française n’est pas capable d’en faire autant.

La proposition de loi visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant des sorties scolaires a été adoptée le mardi 29 octobre au Sénat par 163 voix contre 114. Les 23 sénateurs La REM comme un seul homme ont voté contre. C’est incompréhensible, cette PPL,  c’est le bon sens même. La REM perd un grand nombre de laïques sur cette position préjudiciable à la cohésion française, à l’esprit qui a prévalu à la révolution française, à l’édification d’une république laïque une et indivisible. La REM perd aussi les féministes et progressistes pour qui l’égalité F-H n’est pas qu’une ligne dans un projet électoral.

Il ne suffit pas de faire des discours et prétendre « lutter contre l’hydre islamique », il faut tout mettre en oeuvre pour y parvenir. Les autorités française pourront peut-être s’appuyer sur les représentants du culte musulman quand elles seront concrètement capables de protéger notre unité et cohésion républicaine au lieu de se dérober opportunément. Nous en sommes loin, trop loin.

Christine Le Doaré

(1) CFCM Conseil Français du Culte Musulman

(2) https://www.rtbf.be/info/regions/detail_a-bruxelles-les-mamans-voilees-ne-pourront-plus-encadrer-les-sorties-scolaires?id=9421162&fbclid=IwAR18h3IWwwnhhIj_IVQUwo0bE3-bm06VK8fFG-sO9vDKiw4iNEjyRuzhJpk

3. Voile et sorties scolaires, assez joué !

Voile et sorties scolaires, assez joué !

 

 

0 Responses to “Voile, le CFCM a parlé, la République piétine”



  1. Laisser un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :