Archive for the 'Féminisme, homosexualité, conservatisme, obscurantisme, religions et laïcité' Category

Féminisme, racisme, Lallab etc., la grande confusion

 

J’en ai l’intuition depuis pas mal de temps et l’affaire de Lallab (*1 / *2) et du service civique me le confirme, n’est pas féministe qui veut.

Certaines formes de « féminisme » (essentialiste, victimaire…) n’ont en réalité pas grand-chose de politique, au sens où elles ne visent pas à renverser le système patriarcal mais à s’en accommoder, à l’adapter au mieux, parfois dans l’intérêt des femmes, mais toujours à court terme, et en le pérennisant.

Les féministes matérialistes et universalistes se sont toujours préoccupées de la vie des femmes au sein de la famille nucléaire, dans le monde du travail, et plus généralement à tous les niveaux de la vie sociale, culturelle et politique d’un pays. Certaines se sont attachées plus spécifiquement à un domaine, qu’il s’agisse de l’emploi, des violences, de la sexualité… mais toutes avaient en tête un projet de société féministe et humaniste, bien au-delà de la seule égalité FH, un projet collectif dans lequel tout rapport de pouvoir et de domination serait contesté et bientôt inenvisageable.

Pour le féminisme politique, il ne s’agit pas seulement de mettre des pansements là où ça fait mal, mais de viser une société humaniste, en évitant de calquer de vieux modèles, marxistes ou autres, qui n’ont aucunement fait leurs preuves. De plus en plus de « féministes » perdent de vue cet objectif, se contentent par exemple pour certaines, de se focaliser sur une problématique (le harcèlement de rue, le manspreading…). A notre époque, cette question devrait être prise en charge par des politiques publiques efficaces (certes avec l’aide d’associations maitrisant leur sujet) et les féministes être libres de travailler aussi sur un projet de société alternative.

C’est un piège de se laisser enfermer ainsi, de ne plus prendre de hauteur, de ne plus avoir de vision à long terme ni même de ne plus savoir ce que féminisme veut dire. C’est ainsi que des groupes de femmes comme Lallab peuvent se regrouper autour de problématiques communautaires et/ou religieuses et se prétendre féministes. En réalité, elles ne font que prendre en compte des normes et obligations patriarcales faites aux femmes de leurs communautés et consentir à un « féminisme » adapté. Elles vont en effet défendre à court terme l’intérêt de certaines femmes, dans certaines circonstances, mais aussi contribuer à pérenniser le système.

Il est d’ailleurs fort logique que d’autres « féministes » les adoubent, en particulier celles d’une certaine extrême gauche en prise à un relativisme culturel qui consiste à lier oppression à traditions et donc admettre que certaines violences soient culturellement justifiées ; et les « queer féministes » qui sont tout de même parvenues à substituer les études de genre aux études féministes et ainsi gommer les discriminations et violences subies par le seul groupe social des femmes (ce groupe n’existerait plus puisque désormais les êtres humains s’identifieraient selon leur bon vouloir.).

Quand des féministes universalistes contestent cette récupération (« Combien y a-t-il de féminismes ? *3), ce dévoiement du féminisme, elles sont immédiatement accusées de racisme de manière aussi systématique qu’absurde. Si la diffamation n’était pas si grave, ce serait comique. Pour rappel, le racisme est une idéologie qui admet l’existence de races humaines (et non d’une seule espèce humaine) et affirme sans aucun fondement scientifique qu’elles ne seraient pas égales entre elles. Dans tous les cas, l’islam n’est pas une « race », c’est une religion et donc une croyance. Critiquer le conservatisme, sexisme, lesbophobie/homophobie des religions est progressiste et féministe et fort admis lorsqu’il s’agit d’autres religions que l’islam ; c’est d’ailleurs fort couru et à juste titre, vis-à-vis de l’église catholique parmi l’extrême-gauche et les « queers » auxquels je viens de faire référence, mais l’islam est taboue et ses interprétations plus ou moins fondamentalistes peuvent servir à contrôler et opprimer les femmes.

Contrairement à ce qu’ont prétendu des féministes égarées telle Christine Delphy (*4), les féministes universalistes et laïques ne sont pas racistes, bien au contraire, elles sont solidaires des femmes du monde entier qui subissent les discriminations et violences du système patriarcal ; elles ne sont pas complaisantes, encore moins condescendantes, elles combattent la perversité du relativisme culturel ; en revanche, la condescendance vis-à-vis de personnes issues d’une autre culture/religion qui seraient incapables de savoir ce qu’émancipation et liberté veulent dire, est à l’inverse la manifestation d’un profond racisme, qui s’ignore peut-être mais néanmoins bien réel.

Les personnes qui se revendiquent du féminisme devraient s’interroger sur ce concept, cette lutte, ce projet de société. L’exécrable confusion qui s’étend, empire d’année en année, vide lentement mais sûrement le féminisme de son sens originaire. Bientôt, à force de dévoiement, il ne signifiera plus rien et tout le monde pourra s’en emparer pour le morceler à l’infini, puis le néantiser.

Christine Le Doaré

 

*1 Lallab et islamisme – IKHwan infos :

http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/11198

 

*2 Lallab et service civique – prochoix

http://www.prochoix.org/wordpress/?p=1071

 

*3 Combien y a-t-il de féminismes ? :

https://christineld75.wordpress.com/2016/10/07/combien-y-a-t-il-de-feminismes/amp/

 

*4 Christine Delphy, la supercherie :

https://www.google.fr/amp/s/christineld75.wordpress.com/2015/07/24/christine-delphy-la-supercherie/amp/

 

 

 

 

 

 

 

Comme si nous avions le choix !

Comme si nous avions le choix !

Comme si  le Front National n’avait pas une lourde et sombre histoire !

Comme si le FN était un parti de gouvernement crédible !

Comme si Marine Le Pen était issue du « Peuple », n’était pas une nantie, née dans l’opulence, avocate, fréquentant des personnes de pouvoir et d’influence.

Comme si ses programmes politique, économique et culturel offraient la moindre solution aux problèmes auxquels nous sommes confronté-e-s !

Comme si l’installer au pouvoir ne comportait pas de grands risques et pour longtemps, pour nos droits et libertés !

Comme si nous connaissions un seul pays ayant élu un dirigeant d’extrême droite qui ne se soit pas débrouillé pour garder longuement et durement le pouvoir !

Comme si nous connaissions un seul pays, un seul régime d’extrême droite au monde qui aurait apporté égalité, liberté, prospérité et bonheur à sa population !

Nous ne connaissons pas non plus un seul pays, un seul régime communiste au monde ayant apporté égalité, liberté, prospérité et bonheur à sa population.

Les politiques qui ne jurent que par « le Peuple » sont suspects à mes yeux. Le « Peuple », mais lequel ? Celui qui a voté Marchais et désormais vote Le Pen ? Celui qui voterait sans trembler pour le rétablissement de la peine de mort ? Le « Peuple » est un concept fantasmé par des militants le plus souvent naïfs et manipulé par des politiques qui en général font de longues et bénéfiques carrière sur son dos. Il y a une population avec des classes populaires, moyennes et supérieures, qui ont des intérêts antagonistes, rarement convergents sauf dans un territoire commun, de vivre avec des moyens suffisants, un espoir de meilleur, et en paix :  minorer les écarts, établir des passerelles, garantir les conditions d’une émancipation.   

A moins d’être parvenu-e-s à développer une société intégralement écologique et féministe, pour résumer paradisiaque, (et à priori ce n’est pas pour demain matin), l’idée même de démocratie n’est pour l’instant compatible qu’avec une économie de marché. Un régime démocratique progressiste sait maîtriser son économie de marché, lui interdisant l’indécence et la régulant afin qu’elle profite au plus grand nombre et n’écrase pas les plus faibles mais au contraire,  leur donne les moyens de s’émanciper. Les pays nordiques sont pour l’instant les seuls exemples globalement positifs de régimes politiques qui bien que vivant dans une économie de marché, sont parvenus au plus près de l’égalité, la liberté, la prospérité et le bonheur pour une plus grande partie de leur population.

Emmanuel Macron n’était pas particulièrement mon candidat, pour différentes raisons, aucun candidat à cette présidentielle ne me convenait vraiment, mais je n’adhère pas aux arguments martelés contre lui, que ce soit par Marine Le Pen ou d’ailleurs Jean-Luc Mélenchon.

– Son parcours est intéressant, brillant élève il réussit l’ENA, il travaille peu de temps dans le privé, une banque d’affaires,  mais se réoriente vers le public puis la politique où il prend tous les risques. C’est quoi le problème ? C’est plutôt à son avantage non ? Le coup du « sale banquier », est une attaque antisémite éculée et venant de la riche héritière qu’est Marine Le Pen, c’est assez comique.

Les tenants du «grand soir » aussi sont têtus, même les derniers évènements en Grèce ne leur ont rien appris et pourtant !

Aucune société, aussi progressiste soit-elle ne vit sans banque et s’il est primordial de réformer, réguler et surveiller la finance, s’il est temps d’instaurer une Europe sociale, personne ne met plus son argent sous son matelas. Un jour peut-être, dans le paradis que l’humanité aura enfin construit, il n’y aura plus ni argent, ni banque, ni banquier donc, en attendant…

– Sa femme est plus âgée que lui. Alors forcément, c’est sa mère, voire il est gay ! Quand on voit le nombre d’hommes politiques qui vivent avec des jeunettes sans que personne ne trouve rien à redire, on comprend l’ignoble misogynie de cet argument.

– Son programme n’est pas très détaillé, oui, mais vous connaissez vous un seul président élu qui ait appliqué son programme ? Il avoue ne pas tout savoir, ne pas tout avoir prévu, il n’est pas fermé, pas méprisant ; ouvert d’esprit, il écoute, s’entoure de spécialistes, référents.

Bien sûr, c’est aussi un risque, mais tellement moindre que de voir s’appliquer des pans entiers des programme réactionnaires d’un François Fillon ou d’une Marine Le Pen ! Et puis surtout, c’est un démocrate, il ne touchera pas à nos droits et libertés fondamentales, il n’est pas un danger pour les droits des femmes ni des minorités.

Comme si élire un président de la République c’était résoudre tous nos problèmes une fois pour toutes et dès le lendemain matin partir à la plage ! Nous vivons dans un monde de plus en plus compliqué, violent et incertain. En outre, le terrorisme islamiste, grand absent de la campagne, nous menace sans relâche.

Emmanuel Macron  élu, ceci  ne signifiera pas que tout ira bien, ni mal, mais qu’il faudra exercer nos droits et devoirs de citoyen-ne-s, rester vigilant-es, mobilisé-e-s, pour nos valeurs et revendications, comme toujours. Dans tous les cas, une élection d’Emmanuel Macron ne serait pas une victoire. Le seul fait que le FN parvienne à de tels scores électoraux est terriblement préoccupant. S’il était élu, le gouvernement Macron devrait travailler efficacement pour les territoires déshérités, s’attaquer à la grande pauvreté, au chômage, … Il devrait prendre à bras le corps les questions liées à l’immigration ; aussi à la laïcité, combattre les intégrismes, l’influence des religions, leur communautarisme, les dangers pour les droits et libertés des femmes :  le développement de l’islam radical en particulier, n’est pas sans conséquences. négatives pour l’ensemble des femmes, il nous ramène des siècles en arrière.

Mais dans un premier temps, la priorité est bien d’éviter le pire, non seulement Marine Le Pen ne doit pas être élue, mais elle doit être mise plus bas que terre pour que soit repoussée l’éventualité d’un retour ultérieur. C’est pourquoi je rejette fermement toute idée d’abstention qui à mon avis trahit soit une méconnaissance de la réalité profonde du FN et de sa capacité de nuisance, soit un profond désintérêt pour notre pays, soit un manque de responsabilité de citoyen-ne, au pire un goût prononcé pour la chienlit ou la manipulation politique au service d’un dessein inavouable.

C’est pourquoi je voterai Emmanuel Macron sans hésiter et en espérant que nous serons une majorité écrasante à faire de même et à renvoyer Marine Le Pen aux abîmes de l’Histoire. 

Christine Le Doaré

Burkini, réanimez les féministes !

IMG_7123Ah les femmes et leurs corps !

En 2016 a-t-on fini par oublier que le système patriarcal a pour principales raisons d’être le contrôle et l’appropriation des femmes et de leurs corps pour la reproduction, la sexualité, l’organisation de la famille et de nos sociétés ?

En 2016 a-t-on fini par oublier que le féminisme a pour principales raisons d’être de combattre l’oppression des femmes nécessaire au maintien de ce système et de parvenir à atteindre l’égalité et l’émancipation des femmes, et plus généralement de tous les êtres humains ?

Les droits et libertés gagnés par les femmes sont toujours révélateurs de l’état de progrès et de modernité d’une société.

Alors qu’une idéologie politico-religieuse totalitaire tente de s’imposer en régentant les femmes et leurs corps, les associations féministes sont le plus généralement inaudibles voire défaillantes sur le sujet, en tous cas pas à la hauteur des enjeux ; et ne parlons pas des intellectuels, politiques et médias qui feignent de ne pas voir ce qui se passe sous leurs yeux.

 

Le corps des femmes trop exposé, pas assez exposé mais toujours suspect, jamais vraiment libre.

Pornifié ou masqué, c’est toujours un corps qui nous échappe et qu’ils contrôlent pour leurs propres obsessions : il faut tour à tour le vendre ou le cacher aux regards machistes concupiscents.

 

Le débat n’est pas, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire franco-français mais bien européen et même mondial : en Belgique, en Allemagne et en Espagne la question du burkini est également débattue, au Maroc il est interdit dans nombre de lieux touristiques.

Dans les pays les plus intégristes, Iran, Afghanistan, Arabie Saoudite, la charia impose aux femmes de ne pas se baigner autrement qu’habillées (sauf sur des plages et piscines privées).

Pour certains le burkini serait l’invention en 2004, d’une libanaise vivant en Australie mais pour d’autres il viendrait de Turquie ; en réalité des burkini sont apparus en Egypte, il y a environ 25 ans.

Jusqu’alors, les femmes au Maghreb étaient en maillots de bains sur les plages mais en 2015, le burkini soudainement à la mode, s’est répandu au grand dam de femmes qui veulent vivre libres et qui regrettent cette nouvelle censure religieuse : http://fr.allafrica.com/stories/201409050055.html.

 

Comment ne pas voir dans cette profusion de voiles, hijabs, abadas, niqabs, burqas et maintenant burkinis qui envahissent les pays occidentaux depuis peu de temps, une farouche volonté politique d’imposer aux femmes une pudeur toute fabriquée et aux musulmans l’adhésion à un islam rigoriste ?

Femmes couvrez-vous, affichez votre adhésion aux interdits inventés par des hommes mal à l’aise avec le corps des femmes, la sexualité, le respect de l’égalité et de la liberté de l’autre, des autres ; femmes, marquez votre différence avec les autres femmes, ces être impures, infidèles, ces prostituées dont vous devez vous désolidariser.

En 2016, il faut toujours le marteler : ce ne sont pas les femmes qui devraient faire preuve de pudeur mais les hommes qui devraient apprendre à se contrôler et à respecter les femmes pour ce qu’elles sont et ce qu’elles veulent. Apprendre à se connaître et à échanger en toute égalité, depuis des lustres que les êtres humains sont sur la terre, devrait être un art de vivre.

Les femmes qui se prêtent à cette mascarade obscurantiste, commettent, consciemment ou pas, un acte militant. Au début, grâce au zèle de la mode jamais en reste quand il y a de l’argent à se faire, les tenues peuvent être seyantes et colorées, elles n’en traduisent pas moins une volonté d’entraver la liberté de mouvement des femmes dans l’espace public et deviendront avec le temps, plus informes et plus sombres.

Revêtir l’un ou plusieurs de ces vêtements, c’est adhérer, que ce soit par mimétisme ou conviction, à un apartheid sexuel ; c’est se rendre complice du projet politique islamiste et participer à une action prosélyte. Bientôt, comme pour les piscines, la revendication de plages non-mixtes émergera.

 

Si cette injonction, indiscutablement sexiste, à la pudeur féminine est une constante dans toutes les religions terrifiées par les femmes, leurs corps et sexualité, au 21ème siècle, seul l’islamisme tente d’imposer sa vision du monde et des régimes politico-religieux totalitaires, soit par la force avec ISIS et Boko Haram notamment, soit idéologiquement, par la diffusion prosélyte du rigorisme wahhabite.

Les frères musulmans (1928) sont, comme les salafistes (IXe S.), des islamistes partisans de la charia, mais ils sont aussi très expansionnistes. L’Islam radical est un néofascisme, à ce titre, il ne serait pas absurde d’en interdire toutes les manifestations contraires à la constitution, au principe d’égalité et à l’égalité femmes-hommes.

Ce n’est toutefois pas à ce titre qu’a été interdite la burqa, petite faiblesse républicaine, mais pour raison de sécurité : couvrant le visage, elle empêche toute identification.

Alors, faut-il ou non interdire, comme l’ont fait en France, des maires par arrêté, le burkini sur nos plages ?

 

En premier lieu, j’ai considéré que non car en l’absence de loi, le combat doit aussi se situer au plan idéologique : interdire favorise la victimisation alors que c’est justement le but recherché ; un peu de pédagogie ne fait pas de mal, et l’humour peut aider : ce burkini qui moule les formes, produit plutôt l’effet inverse à celui recherché et attire doublement l’attention ; sexy en diable, il pourrait être qualifié d’exhibitionnisme islamiste ! J’ai aussi adoré la campagne Tweeter #unmaillotpouredwy suite au tweet lamentable d’Edwy Plenel qui comparait le burkini aux tenues de nos arrières grands-mères, noyant d’un coup d’un seul, un siècle d’avancées féministes. Merci Edwy, à toi et ton copain Tariq, nous proposons une nouvelle ligne de shortkinis bien moulants et bien collants !

Puis, je me suis ravisée : ce marquage sexiste des femmes par l’islam politique est inacceptable dans un pays laïc qui a mis au cœur de son projet de société, l’égalité femmes-hommes. Cette affaire de burkini n’est pas une question de choix individuel mais bien de projet de société et il est inadmissible de bafouer ainsi chez nous, un mode de vie et des libertés si chèrement acquises.

Puis je suis revenue à ma première impression, puis… puis je me suis demandé ce qu’en pensaient les associations féministes et à mon étonnement, je n’ai entendu que le silence, silence sur toute la ligne.

Les associations féministes ne m’aident plus à avancer. Il n’y a d’ailleurs plus de mouvement feministe à proprement parler.

Quand dans les années 1970/1980 les féministes s’affranchissaient des normes culturelles judéo-chrétiennes pour revendiquer leur liberté, elles pulvérisaient sur leur passage les ligues de vertu et moindres tentatives de retour arrière. Aujourd’hui elles se taisent, malgré les demandes incessantes des féministes qui dans les pays musulmans les supplient de réagir, ici pour repousser une emprise islamiste grandissante et là-bas pour dénoncer les violences de l’islam politique dont elles sont les premières victimes.

Quand elles ne se taisent pas, certaines crient  à l’islamophobie aux côtés d’autres idiots utiles de l’islam radical, d’autres encore, perdues,  se joignent au concert des « pas d’amalgame », culpabilisant par avance, d’être confondues avec les groupes racistes et d’extrême droite qui instrumentalisent la menace islamiste. Elles n’ont plus confiance en elles, en leurs analyses et jugements.

En 2016, elles ont oublié que ce sont les hommes qui profitent du système patriarcal qui doivent se remettre en question, s’éduquer et évoluer, et que les droits et libertés des femmes du monde entier, ici comme ailleurs, ne sont pas négociables.

C’est effrayant.

 

Christine Le Doaré

Depuis mon texte posté hier soir, 18 aout, j’ai lu d’excellents textes, féministes et pro-féministes sur ce sujet, en voici une sélection :

Fatiha Daoudi

Juriste, politiste et experte en genre et droits humains

  • Non Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre!

http://www.huffpostmaghreb.com/fatiha-daoudi/non-monsieur-plenel-le-burkini-nest-pas-un-vetement-comme-un-autre_b_11581122.html

Publication: 18/08/2016 11h07 CEST

LISE RAVARY

  • Pourquoi le burkini me choque

http://www.journaldemontreal.com/2016/08/18/pourquoi-le-burkini-me-choque

Publication : Jeudi, 18 août 2016 05:00

et avant

Aalam Wassef

  • «Ne soyons pas naïfs sur le symbole de cette étoffe» par Aalam Wassef

http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951

Publié 17 août 2016 à 11:45

Raphaël Enthoven

Professeur de philosophie

  • Les partisans du burkini défendent-ils, au nom de la tolérance qu’ils invoquent, le port du string sur les plages saoudiennes?

http://www.huffingtonpost.fr/raphael-enthoven/debat-interdiction-burkini_b_11560792.html

Publication: 17/08/2016 11h19 CEST

En 2015

Tahar Ben Jelloun

  • BURQA PLAGE !

http://fr.le360.ma/blog/le-coup-de-gueule/burqa-plage#.V7XhinKGSrl.twitter

Publié 03/08/2015 à 12h00

Orlando, tuerie homophobe ou terrorisme islamiste ?

ClF4i42XEAEwzQ9Encore un immonde carnage et qui rappelle d’autres attaques ;  cette fois, 49 morts et 53 blessés gays et lesbiennes dans une boite gay, le Pulse, à Orlando USA.

Après de vibrants hommages, à Orlando même, New York et dans nombre de pays, une polémique a rapidement enflé :

  • les uns caractérisant la tuerie de « fusillade » pour ne surtout pas mentionner l’orientation sexuelle de la cible visée, les autres parlant d’acte homophobe en passant sous silence le ralliement du tueur à Daech, d’autres encore dont je suis, parlant d’acte terroriste islamiste visant l’homosexualité ;
  • les uns qualifiant le meurtrier de loup solitaire, les autres de musulman radicalisé et à la solde de Daech.

 

Est-il donc si difficile d’imaginer que le tueur puisse être à la fois radicalisé et avoir choisi, motivé par sa haine homophobe, l’une des cibles privilégiées de l’islam fondamentaliste : l’homosexualité ?

Dans le cas d’Omar Mateen, client de l’établissement gay, il est autorisé de penser qu’homosexuel (au moins bisexuel) refoulé, il était cohérent qu’il s’en prenne à ceux qui lui rappellent ce qu’il n’assume pas : son orientation sexuelle.

L’homophobie intériorisée est une haine de soi qui peut conduire à des comportements de grande violence,  il n’est pas rare qu’après un échange sexuel sur un lieu de drague, des homosexuels refoulés s’attaquent à leur partenaire.

Radicalisé, Omar Mateen aura racheté ses tendances homosexuelles en rejoignent la guerre de Daech contre les mécréants et pour la progression du califat, de la façon la plus logique : en tuant ceux qu’il maudissait le plus.

 

L’islam fondamentaliste comme tous les intégrismes condamne en bloc toutes les libertés du mode de vie occidental considéré comme permissif et impie, ce qui ne l’empêche en rien d’avoir, et de longue date, des cibles privilégiées.

La priorité absolue consiste à soumettre et effacer les femmes ou les éliminer, puis il leur faut nier l’existence des gays et des lesbiennes ou les assassiner. Bien entendu, les autres religions doivent être surpassées, voire anéanties ; les athées constituent un grand danger, il faut absolument les dompter. Enfin constituent d’insoutenables provocations, l’art, la musique et surtout la science, troubles qu’il faut interdire.

 

A Orlando, c’est une des libertés du mode de vie occidentale, celle de vivre son orientation sexuelle au grand jour,  qui a été mise à mort.

Il est utile de rappeler que :

  • les gays et lesbiennes sont menacés et assassinés dans nombre de pays non seulement par l’islam radical, mais aussi par l’islam dit modéré qui applique la charia comme en Iran, Arabie Saoudite, Soudan…,
  • les femmes n’ont nulle part les même droits que les hommes, elles sont violées, entravées, assassinées quotidiennement que ce soit par Boko Haram, par des tribunaux islamiques, par des chefs religieux quand leur famille ne s’en charge pas elle-même.
  • Les Yézidis sont massacrés, on parle de génocide,
  • Des dessinateurs ont été exterminés à Charlie Hebdo, des juifs, des policiers assassinés froidement, …

Cela n’a jamais soulevé la même indignation dans les associations/« communautés LGBT », pourtant ces violences sont quotidiennes et en trop grand nombre pour qu’il soit possible d’en dresser la liste.

 

Ne parlons même pas des chefs d’état des pays arabes/musulmans, ils n’ont même pas condamné l’attentat, mais entre les homophobes que ça arrange de ne pas parler de l’orientation sexuelle des victimes et ceux qui ne voudraient parler que  d’homophobie, sortant ainsi les gays et les lesbiennes du contexte politico-religieux du moment, il y a pourtant une réalité plus plausible.

 

Quand je lis l’article d’Abdellah Taia dans Libération « Orlando un silence pas très gay » qui se termine par « Et tout le monde veut la peau des homosexuels », j’ai envie de lui répondre, non ce n’est heureusement pas ce que les nombreuses réactions de sympathie  donnent à penser. Les gays et les lesbiennes sont des cibles parmi d’autres, d’un islam intransigeant. « Gay must die » (propos tenus par le tueur dans le Pulse), oui, mais ce ne sont pas les seuls et il serait temps de se solidariser des autres cibles.

Eric Fassin toujours dans le même média, avec son article « Orlando : « Parlons d’abord de terrorisme sexuel » va encore plus loin en refusant de « renvoyer la tuerie du Pulse vers l’islam et l’islamisme, pour ne pas tomber dans le piège des partisans du « choc des civilisations » ! Une soupe grumeleuse qui résume le projet de Daech  à un « terrorisme sexuel » ! Cet idéologue, pardon sociologue, est passé maître dans l’art de monopoliser la parole universitaire et médiatique mais avec cet article, il se décrédibilise,  l’attentat a bien été revendiqué par Daech qui qualifie le tueur de »combattant de l’état islamique ». Eric Fassin, comme tant d’autres, ne rend pas service aux  progressistes musulmans et / ou arabes qui tentent de réformer et moderniser l’islam, de laïciser leur société, de recouvrer des libertés publiques et individuelles.

Aude Lorriaux quant à elle, avec son article « La tuerie d’Orlando va exacerber la haine des gays contre les musulmans »,  a raison de rappeler que le l’homonationalisme se développe en Europe, mais oublie que l’on peut :

  • combattre librement tous les dogmes religieux ne serait-ce que parce qu’ils oppriment les femmes et les minorités et conditionnent les peuples,
  • à fortiori combattre l’islam fondamentaliste, sa haine des femmes, des personnes homosexuelles et de tout ce qui ne lui ressemble pas,
  • ne pas pour autant verser dans le racisme, ne pas haïr les musulmans ni les arabes ou autres.

En outre, il faut bien mal connaître « les communautés » et associations LGBT pour ignorer que toutes ces dernières années, en tous cas en France, elles se sont plutôt solidarisées des mouvements « décolonialistes », qui « résistent à l’impérialisme » et prônent la non-mixité ou séparation raciale, entraînées par Act-Up, le STRASS…

Elles sont, pour la plupart, bien plus proches des thèses islamo-gauchistes, qu’homonationalistes ! Elles n’ont à la bouche que le mot islamophobie, allant jusqu’à tordre les fondamentaux du féminisme pour les adapter à une doctrine hostile à l’émancipation des femmes et des minorités sexuelles ! Il n’existe pas plus de féminisme islamiste que catholique, mais nous vivons une époque où la manipulation et l’imposture ne connaissent pas de bornes.

Ces alliances sont délirantes, ces mouvements « décolonialistes » justifiant l’homophobie par le fait de résister à l’impérialisme blanc.

S’allier avec ceux qui veulent vous éliminer, ça vous fait penser à quoi ? Allez, un petit effort, un syndrome bien connu …

 

Tous ces raccourcis et ce déni entretenus par des intellectuels et médias sont terrifiants, ils ont notamment nourri le clientélisme politique et d’innombrables atteintes à la laïcité, à l’égalité femmes-hommes,…

Quelles sont les véritables raisons de cette complaisance vis-à-vis de l’obscurantisme d’une religion, alors qu’à juste titre, le moindre faux pas de n’importe quelle autre religion est immédiatement dénoncé ? C’est probablement la seule question à se poser pour comprendre ces intellectuels et militants qui à force de déni et de complicité avec les  racistes du Parti des Indigènes de la République (PIR) et autres, ouvrent un immense boulevard à l’extrême droite et ses groupes identitaires.

 

Le concept de loup solitaire n’a quant à lui guère de sens. Pourquoi un loup, pourquoi solitaire ? Pour se rallier à Daech et pire encore passer à l’acte, il faut avoir été radicalisé. Personne ne se dit tout à coup, tiens, je me procure des armes et je vais tuer des juifs, des femmes, des homosexuels, des lesbiennes, des musiciens, des policiers… ? Non, il faut avoir été endoctriné pour cela et même s’il s’agit d’une décision individuelle. D’ailleurs, avec Internet, nul besoin de faire partie d’un groupe, ni même fréquenter une mosquée. Encore que,  nous avons appris depuis qu’à la mosquée d’Orlando, un invité de l’imam s’était prononcé « pour la mort des homosexuels ». (La vidéo est en libre accès sur Youtube).

 

Cette fois, la cible d’un tueur radicalisé qui avait fait allégeance à Daech, c’est l’orientation sexuelle, l’homosexualité,  comme d’autres fois le sont le sexe/genre, la religion, la jeunesse, la fête, le vivre ensemble ou tout autre symbole de la soi-disant perversité laxiste de l’occident.

Il est dommage que si peu de gays et de lesbiennes le prennent en compte.

Il est également regrettable que l’on ne parle une fois de plus, que de gays, tant dans les associations LGBT que dans les médias. Il n’y a pas que des gays décédés au Pulse. Invisibiliser les lesbiennes, il faudrait distribuer des médailles, quelle bousculade ce serait !

Julie Bindel, journaliste au Gardian, militante féministe et lesbienne, a tweeté « Can we please stop using the word « homophobia »? Hatred and bigotry is NOT a phobia, and women are excluded by the use of homo”.

La tuerie d’Orlando c’est la bigoterie religieuse, la misogynie, la masculinité frustrée, la haine de soi et de l’homosexualité de nos sociétés machistes ET l’endoctrinement islamique qui en sont responsables.

 

La solidarité n’est pas à sens unique, elle doit se manifester à l’égard de toutes les cibles du fondamentalisme musulman. Tous ceux  qui sont prêts à vendre les droits et libertés que les féministes, les minorités et les progressistes ont acquis de très haute lutte, doivent savoir que nous ne les laisserons pas faire.

A l’évidence la liberté et la sécurité sont des aspirations universelles, non seulement nous ne reculerons pas ici, mais nous aiderons toutes celles et ceux qui partout dans le monde, se battent pour s’affranchir des inégalités, discriminations et violences religieuses,  fondamentalistes ou « modérées ».

Je terminerai par les mots de l’écrivaine et femme politique Somalienne Ayaan Hirsi Ali, qui sait de quoi elle parle : « No doctrine is more violent to the gay community than islamic doctrine. It is time to take on muslim homophobie.«

Christine Le Doaré

 

 

Retour de bâton patriarcal !

images 4
Retour de bâton patriarcal !
L’avortement, encore et toujours un enjeu : c’est le patriarcat qui s’accroche.

Ce n’est pas nouveau, dans un contexte de crise économique ce sont toujours les femmes et les minorités qui trinquent.
Les forces réactionnaires sont prévisibles, elles veillent au grain et à la moindre occasion se mobilisent pour restreindre les droits et les libertés de celles et ceux qui remettent en question les systèmes d’oppression.

En Espagne, elles ont commencé par menacer de revenir sur le mariage pour tous voté par le gouvernement précédent, puis elles se sont attaquées aux femmes et à leur droit d’avorter suite à une grossesse non désirée.
En France, elles se sont déchaînées à l’occasion du vote du mariage pour tous et n’allaient pas rester les bras ballants alors que le gouvernement proposait de supprimer la notion de détresse pour recourir à l’avortement.
La notion obsolète de détresse n’a pas empêché les femmes d’avorter, mais elle constitue bien une limitation dont un gouvernement mal intentionné pourrait s’emparer ; elle suggère que les femmes devraient se justifier alors qu’elles seules sont en mesure de savoir si elles veulent ou non, mener la grossesse à terme.
Nos forces réactionnaires ne s’y sont pas trompées et sur leur élan, elles ont réactivé leurs réseaux, de députés UMP à l’extrême droite, en passant par les intégristes religieux. Tous fébriles rien qu’à l’idée de battre à nouveau le pavé, sortir leurs tenues et slogans si grotesques et se confronter à nouveau au gouvernement.
L’amendement PS au projet de loi à l’égalité femmes – hommes a été adopté à l’Assemblée Nationale et il y a fort à parier que la mobilisation des réactionnaires français retombera comme un soufflet froid.
Toutefois, il est important de rester mobiliséEs, en soutien aux espagnoles et parce qu’en Europe, nombreux sont les pays et leurs représentants dans les institutions européennes qui rêvent de suivre le mauvais exemple espagnol.

Dans l’actualité, j’ai lu et entendu beaucoup de réactions et analyses intéressantes sur la défense de l’IVG, en Espagne, en France, en Europe et un peu partout dans le monde.
Etant donné le contexte de crise économique mondiale et plus globalement la situation catastrophique des femmes dans le monde, je suis tout de même étonnée qu’un grand nombre de citoyenNEs, militantEs et politiques aient été surpris par ce retour de bâton.
Mais surtout, je pense que ce qui devrait être dit plus fort et plus souvent, c’est que nous vivons toujours dans des sociétés fortement patriarcales et que les forces réactionnaires que nous combattons en sont les gardiens.
La raison d’être première du patriarcat est de s’approprier les corps et même les vies des femmes afin de contrôler pour le profit des hommes, tant la sexualité que la reproduction.
Le patriarcat consacre une fantastique énergie à s’assurer de l’accès permanent au corps des femmes, quitte à payer (prostitution / GPA) afin de garantir la transmission du patrimoine aussi bien génétique que matériel et financier.
A l’évidence, il ne va pas lâcher prise sur les questions de sexualité et de reproduction aussi facilement, l’accès aux corps des femmes est sa priorité.

Aussi je m’étonne toujours, même si c’est tant mieux, de constater qu’un grand nombre de personnes soutiennent le droit à la contraception et à l’avortement, sans jamais pour autant déconstruire les stratégies de la domination masculine, ni militer pour l’avènement d’une société féministe.
Pourtant tout est imbriqué, si les femmes sont libres de leur sexualité et d’enfanter ou non, elles échappent en grande partie, au système d’oppression patriarcal.
Ce n’est pas pour rien si le patriarcat trouve de nombreux subterfuges tels que par exemple les mirages vendus par les industries du sexe (pornographie et prostitution) pour s’assurer du maintien des femmes dans une oppression qui ne dit pas son nom et même leur donne l’illusion de leur émancipation et de liberté sexuelle, en réalité, toujours au bénéfice des hommes.
C’est pourquoi, avec d’autres féministes, je trouve désopilant de voir les réglementaristes de la prostitution, défendre l’IVG avec des pancartes qui confondent vagin et utérus, faisant ainsi la démonstration de leur confusion.

La remise en cause de l’IVG libre et gratuit, ce n’est jamais que le patriarcat qui nous rappelle combien il tient à ses privilèges, combien les femmes sont encore et toujours menacées, pas encore des individuEs ni citoyennes à part entière.
Solidarité !

Les associations organisent une manifestation le 1er février à 14 heures, à Paris, place Joffre afin de se rendre jusqu’à l’Ambassade d’Espagne : « Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs ! La liberté face à l’obscurantisme ! 2014 : pour nos droits, pour nos choix ! »

Fêter l’égalité citoyenne, se mobiliser pour l’égalité réelle !

4d0b6d1f8296150ad74f4af9df82f3c723 avril 2013, c’est fait ! Quelle histoire ! Des années de luttes associatives pour l’égalité des droits et si près du but, alors que tout semblait acquis, une violente vague d’homophobie que personne n’avait imaginée aussi tenace.

Personnellement, ce n’est pas tant l’égalité matrimoniale que je veux fêter, car l’institution du mariage m’importe peu, mais cette étape enfin franchie vers l’égalité des droits et une acceptation citoyenne formelle, des personnes homosexuelles. L’égalité des droits et des devoirs républicains supposait, dans des conditions identiques, l’ouverture au mariage, au divorce et à l’adoption pour les couples de même sexe.

Une injustice est réparée. Pour autant, je doute que cette loi change fondamentalement nos valeurs et notre culture profondément patriarcale. Le fait d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe aura peut-être des conséquences positives sur l’institution et l’ensemble de la société mais rien n’est moins sûr. L’institution est conservatrice, contraignante et de moins en moins prisée. Les français vont s’habituer à voir des couples de même sexe se marier et n’en parleront plus guère dans quelques années. Ce qui serait intéressant, c’est que des gays ou des lesbiennes en se passant la bague au doigt, éprouvent et désarment le sexisme, l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie, qui gangrènent profondément notre société.

En effet, une bonne partie de l’opinion publique française, par ignorance ou par peur des différences a toujours beaucoup de mal à considérer l’homosexualité comme aussi simple et ordinaire que l’hétérosexualité. Si la réaction, orchestrée par une UMP méprisant les institutions républicaines, complice des exactions de l’extrême droite, a pu atteindre une telle ampleur, c’est bien parce que pour tant de gens, une personne homosexuelle ne vaut pas tout à fait une personne hétérosexuelle et d’ailleurs, il y a fort à parier, que marié-e-s ou pas, beaucoup de gays et de lesbiennes, dans leur famille, sur leur lieu de travail ou dans l’espace public, continueront de subir des discriminations, du rejet et parfois des violences.

J’ai milité des années pour l’égalité des droits car je juge inadmissible que des citoyens soient différentiés sur la seule base de leur orientation sexuelle et j’exige une acceptation et reconnaissance pleine et entière de l’homosexualité, néanmoins j’ai toujours été consciente que mon engagement féministe était plus déterminant pour parvenir à une société d’égalité réelle entre les personnes.
Tant que notre société ne se sera pas libérée de la domination masculine qui engendre le sexisme et l’homophobie, tant que le système patriarcal n’aura pas été vaincu, rien ne changera vraiment, en profondeur.

C’est tellement vrai qu’à la « Une » des journaux aujourd’hui, on ne parlait que de mariage GAY, ni par exemple, de mariage ouvert aux couples de même sexe, ni de mariage des gays et des lesbiennes ; et quasiment toutes les photos ou dessins publiés représentaient des couples d’hommes. Parce que malgré tout, dans une société phallocrate ce qui compte surtout c’est ce que vivent les hommes. Comme toujours, l’invisibilisation des lesbiennes est pour ainsi dire totale. Le mouvement LGBT en est bien responsable, lui qui peine tant à mettre la lutte contre le sexisme au cœur de la lutte contre les LGBTphobies.
Le mouvement homosexuel a bénéficié de la solidarité des féministes, à l’avenir, les lesbiennes et plus globalement les femmes, pourront-elles compter sur lui pour abolir le système patriarcal ? L’avenir nous le dira.

Ce 23 avril 2013, une étape est franchie, arrachée à une triste adversité grâce à un gouvernement déterminé, alors sachons l’apprécier et la fêter comme il se doit. N’oublions pas aussi de remercier les pionniers et les pionnières qui à l’époque se battaient dans une société ouvertement et fièrement homophobe. Enfin, admettons que ce n’est qu’une étape, d’autres luttes pour une égalité réelle et décisive, restent à gagner.

Christine Le Doaré

Vite, la loi !

th_mafalda06
Non à l’amplification de la mobilisation anti-égalité – l’égalité des droits n’est qu’une étape vers l’abolition du patriarcat !

Vivement que la loi soit votée et le mariage ouvert aux couples sans distinction de leur orientation sexuelle ! Vivement que l’adoption ne soit plus réservée aux seules personnes ou couples hétérosexuels et que les lesbiennes et les femmes célibataires aient accès à la PMA ! Parce que ce déballage indécent d’ignorance, de bêtise, de mépris et de haine, ça suffit ! Parce que l’égalité des droits n’est qu’une étape dans une société civilisée et que les vrais enjeux d’une société libérée du système patriarcal sont ailleurs.

Nous sommes en 2013 et en France, république laïque où une large majorité est favorable à l’égalité des droits ; alors pourquoi amplifie-t-on à ce point, la mobilisation des anti-égalités ?

En Espagne, en Belgique (Monarchie catholique) et ailleurs, tout le monde n’était pas favorable à cette évolution ; des débats ont eu lieu, les opposants se sont exprimés puis ils s’en sont remis à leurs députés. Depuis, aucun pays n’a pas eu à se plaindre de ce progrès et plus personne n’en parle. Alors, que se passe-t-il chez nous ?

Comme ailleurs, les religions du livre se déchirent, mais lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts patriarcaux, elles sont particulièrement zélées pour s’allier sur le dos de leurs boucs émissaires de toujours, les femmes, les lesbiennes et les gays. Circonstances aggravantes, en France, bien plus qu’ailleurs en Europe, les voix des religieux modérés et progressistes peinent à se faire entendre et c’est très préjudiciable. Les religieux, les plus intégristes d’entre eux en tête, sont à l’évidence responsables de toute cette violence homophobe et lesbophobe (surtout l’église catholique, en perte de vitesse et qui joue son vatout), mais les croyants progressistes devraient apprendre à s’exprimer plus vite, plus fort et plus nombreux. Pourquoi, par exemple, Christine Pedotti, intellectuelle catholique, co-fondatrice du Comité de la Jupe, a-t-elle mis autant de temps avant de publier un bel article sur la question (1). ?

Chez nous comme ailleurs, les partis politiques s’affrontent, mais en France, la droite a compris qu’elle pouvait effacer les dégâts du duel Copé-Fillon en récupérant la mobilisation qu’elle transforme en contestation contre le gouvernement Hollande. L’extrême droite quant à elle ne manque jamais une occasion d’enfoncer le clou et d’en découdre, ses milices fascisantes en tête !
Mais le gouvernement Hollande a aussi sa part de responsabilité, il aurait facilement pu éviter de lourdes maladresses ; il aurait dû dès le début, choisir sa stratégie et s’y tenir, placer la PMA dans un autre texte ou pas, etc. Surtout, il aurait dû faire preuve de plus de courage politique plutôt que de devoir défendre sa loi, une fois les opposants organisés et galvanisés par des médias complaisants.
Dans l’ensemble, nos députés ont très peu suivi l’audition du 12 décembre qui devait les éclairer sur l’application du texte en Europe ; ceci explique peut-être pourquoi les français se sentent obligés d’assurer le débat à leur façon ! Nos politiques portent une immense responsabilité dans ce débat honteux et qui nous ridiculise à l’étranger.

Les médias français depuis de nombreuses années n’ont plus les moyens de creuser leurs sujets. Ils privilégient les témoignages plus ou moins superficiels. Ils n’hésitent pas à harceler les représentants associatifs, non pas pour leur donner la parole (ce qu’ils ne font que rarement ou en situation de crise), mais pour qu’ils leur trouvent le témoin rêvé ! Ils vont parfois jusqu’à fabriquer la polémique s’ils considèrent que l’audience sera au rendez-vous ; de la même façon, ils minimisent voire ignorent les sujets qu’ils jugent peu vendeurs. Quand ils traitent une question, il leur faut toujours présenter des opposants, quitte à donner la parole à des personnes qui ne représentent qu’une pensée ou position ultra-minoritaire et déséquilibrer le débat. Les médias français ont donné une ampleur inégalée aux voix des homophobes, vous connaissez beaucoup de sujets de société qui donnent lieu à une couverture médiatique de cette ampleur ? La manifestation contre le mariage pour tous du 13 janvier a donné lieu à un suivi du cortège mètre par mètre, minute par minute, sur les chaines TV et les radios, etc., et sans beaucoup d’analyse ni de commentaires critiques. Le journalisme spectacle dans toute sa splendeur, les mêmes que ceux qui se contentent de filmer les plumes dans le cul à la Marche des Fiertés, et même si les plumes c’est beau !

Allègrement manipulée par ces forces réactionnaires démagogiques, nourrie au journalisme-spectacle, une partie de la population française, peut-être aussi pour oublier la crise économique, se berce d’illusions et avale les mensonges les plus éhontés ! Elle fantasme à cœur joie sur la famille idéale, celle que personne n’a jamais vue ! Comme par enchantement, disparus les difficultés, les divorces, les violences conjugales, les maltraitances sur enfants, les viols, les incestes, etc. ! Papa, maman, les petits et l’harmonie parfaite, ils veulent y croire ! Seulement voilà, ils savent bien, et pour cause, que la famille hétérosexuelle n’est pas si glorieuse, alors le plus sûr moyen, c’est encore de diaboliser l’autre, l’homosexuel-le qui forcément ne peut que faire pire ! Seulement voilà, l’autre, mis à part son orientation sexuelle, n’est en rien différent, ni pire, ni meilleur.

En France, il paraît que nous aimons le débat, oui, surtout quand il a lieu au « café du commerce » ou à la TV-gueuloir, quand il est irrespectueux, violent et qu’il ne mène à rien de bien constructif ! Il faudrait peut-être nous inspirer d’autres comportements avant de nous fossiliser dans nos traditions ? Il est amplement temps de se demander où sont passées les valeurs de notre république laïque, et à quelle égalité, fraternité-sororité, sa devise fait référence ? A l’évidence la mobilisation anti-égalité ne fera pas plier le gouvernement et la loi sera votée. Mais le bien mauvais débat français aura soulevé tant d’homophobie et de lesbophobe, on peut se demander si la célébration de cette victoire historique à venir, n’est pas déjà un peu gâchée.

L’égalité des droits n’est qu’une étape sur le chemin de l’abolition du patriarcat.

Alors, oui, vivement le vote de la loi, parce que non seulement nous allons devoir nous apaiser après tant de violences, mais pendant que nous nous acharnons à justifier l’adoption d’une légitime égalité des droits, nous disposons de moins de temps et d’énergie pour tout le reste !
En outre, si l’égalité des droits n’est pas négociable, défendre le mariage pour tous, c’est aussi défendre le mariage. Je sais bien que personne ne sera obligé-e de se marier et que tout le monde aura le choix, néanmoins, je l’avoue, je suis fatiguée de devoir, au nom de l’égalité des droits, défendre une institution conservatrice. Je ne suis, par exemple, pas favorable au système des aides sociales basées sur l’interdépendance du couple, je considère qu’une société moderne a remplacé ce système archaïque et sexiste en individualisant les aides et minimas sociaux. Les valeurs traditionnelles du mariage, du couple, de la famille avec l’enfant programmé, bien souvent prolongement de soi ou ciment du couple, programme prétendument indispensable au bonheur et surtout toute la pression sociale que ce schéma patriarcal impose, ne m’ont jamais convaincue. Ces modèles du couple et de la famille sont vitaux pour le système patriarcal constitué de rapports de pouvoir, ils génèrent des sociétés terrorisées de violences et ce ne sont pas quelques couples de même sexe mariés qui y changeront quelque chose. Les véritables enjeux et espoirs de changement sont ailleurs. L’égalité des droits est une étape incontournable dans une société civilisée, rien d’autre ; c’est déjà beaucoup, mais c’est tout.

Christine Le Doaré

1. http://www.huffingtonpost.fr/christine-pedotti/mariage-pour-tous-les-femmes-vont-se-reveiller-avec-une-sacree-gueule-de-bois_b_2463349.html?utm_hp_ref=france

Mariage pour tous, la nausée

Du «mariage pour tous» à toutes les sauces et jusqu’à la nausée». Chaque jour, des articles, des déclarations, des vidéos, des photos, des pétitions,  et autant dans un sens, que dans l’autre.

Les pour, les contre, les qui changent d’avis ; chacun-e avec son style et ses arguments ; qui n’a pas contesté, défendu, témoigné ?

On ne pourra pas dire que le débat n’a pas traversé la société française ! Seulement voilà, ce débat est on ne peut plus chaotique, la faute à qui ?

Nous le savions, ce ne serait pas une partie de plaisir. La France est un vieux pays patriarcal, particulièrement conservateur.  Les notables, les dignités religieuses et les politiques y sont avares de leurs privilèges.

Sans surprise, les alliances se sont formées, contre l’égalité des droits ; l’homophobie et le sexisme sont des valeurs sûres, surtout en période de crise économique.

Le gouvernement Ayrault quant à lui, a tenu sa promesse électorale et déposé le projet de loi prévu, comprenant le mariage et l’adoption ; le projet adopté par le Conseil des ministres va maintenant suivre le circuit parlementaire habituel.

Néanmoins, dés le début, les hésitations étaient perceptibles, elles s’expriment désormais ouvertement.

Benoît Hamon vient de déclarer qu’il ne veut pas «instituer un droit à l’enfant» et que donc la PMA (Procréation médicalement assistée) ne devrait pas figurer dans le texte sur «le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe».

La PMA n’est pas dans le texte de loi, mais pourrait y être ajoutée par le biais d’un amendement. C’est ce que souhaite notamment Dominique Bertinotti qui plaide pour une «belle loi sociétale», alors que Jean-Marc Ayrault l’a déjà laissé entendre, une loi complémentaire ou loi famille serait déposée à l’automne prochain.

Pour ne pas perdre le cap, faisons le point !

L’égalité des droits ne fait pas l’unanimité, c’est entendu.

Ses farouches opposants sont sur le pied de guerre, c’était attendu ; mais heureusement, ils ne représentent qu’eux-mêmes et ne sont plus aux affaires. Ne leur donnons pas l’importance qu’ils n’ont pas,  cessons de scruter et relayer la moindre de leurs réactions. Nous n’allons tout de même pas nous épuiser à vérifier leur aptitude à l’ignorance, la discrimination et même la haine ?! La loi sera adoptée, ignorons-les. Dans quelques années, ils seront rétrospectivement aussi ridicules, qu’ils l’ont été au moment du vote du PaCS.

Le gouvernement et plus généralement le PS, ne sont pas aussi convaincus, enthousiastes  et généreux que nous l’espérions ? C’est noté.

En même temps, il était aisé de l’anticiper, l’histoire de la difficile adoption du PaCS n’est pas si lointaine !

(Confier à Lionel Jospin, orgueilleux et conformiste protestant, un rapport sur la rénovation de la vie publique, alors que de tant de nouveaux talents ne demanderaient pas mieux que de s’impliquer, est assez révélateur des limites que s’impose le gouvernement Ayrault ! )

Ce gouvernement cafouille, il va pourtant falloir faire avec et trouver les moyens de l’encourager à conclure. D’autant plus que les français eux, sont majoritairement favorables au mariage et à l’adoption.

Je ne vois que deux solutions possibles, elles se valent, peuvent se justifier l’une comme l’autre et aboutiront aux mêmes conséquences. Dans les deux hypothèses, les lesbiennes et les gays qui sont mobilisés depuis des décennies ne baisseront les bras qu’une fois l’égalité parfaite achevée.

Soit, première hypothèse, le gouvernement se montre frileux, avance en deux temps mais de manière cohérente : il commence par une première loi sur le mariage – statut du couple -, puis dans un second temps et dans le cadre d’une loi famille parachève légalité en proposant l’adoption et la PMA ; il travaille avec conviction, cohésion, méthode et un calendrier précis ;

soit, seconde hypothèse, il fait preuve d’un courage politique à la hauteur des enjeux -nous parlons tout de même d’égalité républicaine, pas d’outrepasser des droits -, et il adopte dans un seul élan une loi complète qui répare le déficit d’égalité, avec le mariage, l’adoption et la PMA.

Mais surtout, il cesse de bafouiller, patauger et de se ridiculiser ainsi.

L’égalité des droits ne se morcèle pas plus qu’elle ne se mendie.

Toute cette surenchère autour du mariage pour tous génère un niveau de saturation rarement atteint, alors, sans tarder, incitons notre gouvernement à choisir une bonne fois pour toutes, laquelle de ces deux stratégies il va suivre.

Christine Le Doaré

Présidentielles 2012, remettre le contrat social et l’égalité des droits au cœur de nos vies.

Présidentielles 2012, remettre le contrat social et l’égalité des droits au cœur de nos vies.

Alors que le quinquennat s’achève, considérons l’état du pays, de nos droits et libertés, le constat est sans appel : le contrat social est rompu. L’objet de toutes les préoccupations, c’est l’argent, pour survivre ou l’argent démesurément engrangé par les spéculateurs qui s’engraissent sur le dos des plus faibles, avec la crise qui s’éternise.

Ces dernières années, les dérégulations et la spéculation se sont intensifiées, plongeant dans des situations difficiles, des masses de gens. Encouragée par une savante propagande, la tendance de rendre les autres responsables de la situation est de plus en plus forte et le « bien vivre ensemble » est relégué aux oubliettes. Au Centre LGBT Paris-IdF, nous l’avons constaté, étant de plus en plus confrontés à un public en grande difficulté sociale et psychologique. Notre accueil comme nos permanences de soutien, à l’instar d’autres lieux associatifs, ont accueilli de plus en plus de personnes en grande difficulté et la place que prend la pauvreté dans notre pays, est désormais indécente et même violente.

Comment mieux réguler l’économie et les marchés pour plus de justice et d’égalité dans l’intérêt collectif ? La réponse à cette question est bien au cœur du vote des français, y compris des personnes LGBT qui ne se déterminent pas seulement sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

En matière de droits LGBT nous avons obtenu quelques avancées telles que le bénéfice du capital décès étendu aux fonctionnaires ; la suppression des droits de succession pour le partenaire pacsé et le même avantage fiscal que pour les couples mariés, dès la première année du PaCS. En matière d’éducation, des mesures ont été prises pour répondre aux exigences des associations, on retiendra les campagnes de prévention affichées dans les établissements scolaires et une circulaire promouvant la lutte contre l’homophobie. On se souvient aussi de Rama Yade appeler à l’ONU, à la dépénalisation universelle de l’homosexualité.

En résumé, quelques mesures sensées apporter un peu plus de justice et un début de lutte contre l’homophobie dans le milieu scolaire, enfin, un engagement international qui de la part d’un pays comme la France est tout de même un minimum attendu, même si fort paradoxalement elle exclut allègrement les étrangers séropositifs sur son propre sol et met toujours autant de mauvaise volonté à encourager ses préfets à plus de bienveillance à l’égard des réfugiés politiques LGBT.

En outre, des limites ont très vite été imposées et nous n’avons pas oublié ni la lamentable polémique au sujet de la diffusion du court métrage d’animation « Le baiser de la lune » (qui vient enfin d’être autorisé de diffusion), ni le bras de fer au sein même de l’UMP pour tenter d’obtenir le retrait du chapitre sur l’identité sexuelle dans les manuels de SVT. Enfin, les propositions de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe comme sur l’attribution de la pension de réversion aux couples pacsés ont été massivement rejetées par les députés de la majorité. Le statut du tiers pourtant promis lors de la campagne du candidat Sarkozy est aussi passé aux oubliettes, n’apportant aucune solution aux familles homoparentales qui voulaient adopter l’enfant de leur partenaire.

Au final quelques avancées mais surtout 5 ans de grande stagnation qui depuis longtemps nous ont recalé du 1er rang des pays LGBT “friendly” avec le PACS en 1999, dans le peloton de queue de l’Europe qui ne cesse pourtant d’encourager les états à adopter des mesures favorables à l’égalité des droits. Des candidats à gauche, inspirés les recommandations européennes et par les revendications formulées par nos associations promettent dans leur programme, ces mesures que nous attendons avec impatience car, l’égalité réelle qu’il s’agisse d’ailleurs d’égalité femmes – hommes ou d’égalité en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre ne peut rester plus longtemps en panne dans notre pays. Il y aurait aussi beaucoup à dire du droit des minorités en général.

Alors, qu’il s’agisse du contrat social ou d’égalité des droits, ce quinquennat aura été long et pénible ; votons pour remettre le contrat social et l’égalité réelle au cœur de nos vies. Les résultats du 1er tour sont à la fois encourageants car François Hollande dont le programme promet plus d’équité et de « mieux vivre ensemble » est en tête, mais inquiétant car le score du Front National est très élevé. Rien n’est joué et en cas de victoire de la gauche, il faudra aussi rester mobilisés, ne pas remiser les banderoles à la cave car aucun président, aucun gouvernement ne mérite jamais, de chèque en blanc.

Le 6 mai, aux urnes !


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives