Posts Tagged 'Abolition 2012'

Abolition, la victoire arrachée !

prison-code-barreEnfin, après tant d’années de luttes acharnées, l’abolition de la prostitution va pouvoir faire ses preuves en France. C’est une victoire pour les féministes et pour tous les progressistes qui aspirent à la défaite de tous les esclavages.

L’abolition et non la prohibition, pour dépénaliser les personnes prostituées, les sortir de l’isolement et de la stigmatisation et leur donner les moyens si elles le souhaitent, de quitter cet esclavage sexuel d’un autre temps, à la croisée des oppressions de sexe, classe et origine.

Les clients quant à eux, consommateurs qui ne se préoccupent guère d’un système d’exploitation et de violence qu’ils alimentent par leur demande, vont être informés et pénalisés s’ils s’obstinent.

Il était temps que le législateur français soit cohérent avec le projet d’émancipation des femmes et d’égalité femmes-hommes qu’il prétend porter et cesse de cautionner ces hommes qui, par l’argent, contraignent des femmes ou des hommes d’ailleurs, à leur délivrer des services sexuels.

 

Ce ne sera pas simple, les associations et services sociaux auront besoin de moyens matériels et financiers conséquents pour mener à bien une politique abolitionniste efficace ;  pour faire évoluer les mentalités, il faudra promouvoir résolument les valeurs de consentement et de respect, propres à la liberté sexuelle.

 

Si la bataille a été âpre et longue, ce n’est pas fortuit.

Les bénéficiaires du système prostitueur : proxénètes en tous genres, entourage ou puissants réseaux mafieux, sans oublier l’opulente industrie du sexe ni les nombreux acteurs du lobby prostituteur et leurs soutiens politiques et médiatiques, ne vont pas considérer d’un bon œil, la perte d’une confortable manne financière pour les uns, d’un combat idéologique contre les femmes, pour les autres.

Pour constituer un rempart contre les violences de ce système et conduire une politique abolitionniste digne de ce nom, il faudra faire preuve d’une indéfectible volonté politique et soutenir en le finançant correctement, un tissu associatif féministe et abolitionniste compétent.

 

Les personnes les plus vulnérables subissent durement les lois des marchés financiers et sont des proies faciles pour le système prostitueur. Les féministes abolitionnistes et leurs allié-e-s associatifs et politiques sont souvent menacé-e-s, ici en France et partout où l’abolition de la prostitution est en question.

Les remparts sont bien fragiles, nos parlementaires ont enfin eu le courage politique de les renforcer.

Les attaques les plus violentes viennent bien comme on doit s’y attendre, des industries du sexe, de  groupes réactionnaires et masculinistes mais aussi,  beaucoup plus perfidement, de groupes de gauche qui se prétendent alternatifs et même « féministes » !

Il faut passer un certain temps dans les milieux militants pour appréhender correctement ces  alliances délétères entre des groupes et idéologies qui à priori n’ont pas grand-chose en commun tels que par exemple les féministes dites « pro-sexe », les défenseurs de la réglementation de la prostitution et les islamo-gauchistes.

Nombreuses sont les féministes diffamées, menacées, attaquées, les unes après les autres, dans le but de les isoler et discréditer.

En général, il s’agit de féministes qui résistent à la récupération « 3ème génération » et au dévoiement des  fondamentaux du féminisme au profit d’un féminisme queer dit « pro-sexe ».

Le féminisme « 3ème génération » fleurit dans certains milieux influents, universitaires, médiatiques, LGBT où il est de bon ton de ne plus parler d’études féministes mais d’études de genre, où les problématiques Trans., touchant pourtant un public ultra minoritaire, prennent le pas sur et au détriment de la lutte contre le sexisme, pour l’égalité et en faveur d’une société féministe, où les questions d’appropriation des corps – et vies – des femmes telles que la reproduction et la sexualité, sont présentées de manière à servir les besoins masculins  (prostitution / GPA – gestation pour autrui, etc.).

 

Actuellement, l’éditorialiste féministe bien connue Meghan Murphy fait l’objet d’une violente campagne de dénigrement orchestrée par les lobbys de l’industrie du sexe, destinée à la faire taire et pire, à lui faire perdre son emploi. *1.

Le Conseil d’administration et l’ancienne présidente porte-parole d’Osez-le-féminisme subissent une calomnieuse campagne de diffamation. Le communiqué de presse écrit par un groupe de militantes démissionnaires de l’antenne OLF Lyon est une attaque personnelle à charge et sans aucun élément tangible et vérifiable.

Il faut dire qu’à Lyon, la Gay Pride a depuis longtemps associé à la défense des droits des personnes LGBT, les revendications de libre prostitution et de GPA (Gestation pour Autrui) !

Les méthodes d’entrisme des lobbys pro-prostitution, STRASS (« Syndicat » des « travailleurs » du sexe) entre autres, formés aux pratiques des milieux politiques de l’ultra-gauche et de « l’islamo-gauchisme » étant particulièrement virulentes, il ne leur a pas fallu longtemps pour infiltrer et tenter de déstabiliser une association féministe bien connue pour ses positions abolitionnistes de la prostitution.

Que les responsables locales et nationales élues, sa présidente en tête, ne se laissent pas déborder et défendent les principes fondateurs d’une plate-forme constitutive votée, ADN de l’association, est tout à fait légitime.  La tentative de récupération ayant échoué, ne reste plus qu’à tenter de déstabiliser un CA et une présidente qui tiennent le cap et mettre en danger l’association.

Il est toujours possible de trouver des défauts aux militant-e-s qui prennent des responsabilités, ce n’est pas tâche facile et personne n’est irréprochable ; nombre de responsables associatifs sont ambitieux et motivé-e-s par des carrières politiques, à OLF comme ailleurs, mais le ton de la lettre et surtout l’absence d’arguments de fond et politiques, ne laissent que peu de doutes sur l’objet de la manœuvre.

On touche le fond quand des journalistes, longtemps complaisants à l’égard des lobbys prostitueurs, relayent l’info-poubelle ; tiens au hasard : Quentin Girard de Libération qui emballe le moulin en twittant une image du CP avec l’accroche : « Tiens, une partie d’OLF s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre » ! 2.*

Que des Fondatrices d’OLF aient été, soient encore, au PS ou sympathisantes est un fait, mais d’autres sont proches d’autres formations, et de là à dire qu’OLF n’est « que la chapelle féministe du PS », il y a une sacrée marge, d’autant plus que l’association n’a tout de même pas rechigné à interpeller le gouvernement sur un bon nombre de sujets relatifs aux droits des femmes.

Depuis ce premier CP, des journalistes avisés ont repris l’affaire en mains, et tentent de faire passer OLF pour des représentantes d’un féminisme blanc et bourgeois qui mépriserait les femmes racisées. Voir l’article surréaliste de Madame Figaro 3.* soudainement promue spécialiste en féminisme et qui nous explique le mouvement des femmes et ses divisions internes !

 

Trouver en Madame Figaro un relais des théories des « féministes » dites « pro-sexe »,  « féministes » islamo-gauchistes et « féministes » islamistes, peut être saisissant, mais à bien y réfléchir, relayer la parole de ceux qui s’emploient à toute force à diviser les mouvements féministes, à séparer les femmes et à les enfermer dans des spécificités culturelles et religieuses propres aux systèmes de domination à l’œuvre dans leur pays où communauté d’origine, est plutôt malin.  Diviser pour mieux régner, ne peut qu’arranger le système patriarcal.

Alors même qu’elles sont les seules en réalité, à dénoncer et combattre les violences inouïes  des mariages forcés, de la relégation, des crimes d’honneur, de la lapidation, de l’infanticide des petites filles, de l’excision, de la prostitution, des violences domestiques et sexuelles, des féminicides, etc., les féministes ne trouvent jamais grâce aux yeux des mystificateurs.

Soit elles sont accusées de parler à la place des femmes « racisées », elles sont alors condescendantes, et les femmes racisées qui prennent la parole  sont-elles,  « vendues  à l’ennemi de race » (voir l’article du PIR Parti Des Indigènes de la République, sur Sophia Aram 4.*), soit elles sont accusées de colonialistes qui passent sous silence l’oppression des femmes racisées.

Les « féministes intersectionnelles », « féministes » dites « pro-sexe » et féministes islamistes » communautaristes, voire intégristes, et leurs complaisant-e-s allié-e-s. se mettent quant à elles/eux, au service du genre et de leurs frères opprimés, au détriment des droits et libertés des femmes du monde entier, allant jusqu’à cautionner leur aliénation au nom de la culture et de la religion, alors qu’elles/ils vomissent les religions dès lors qu’il ne s’agit plus de l’Islam.

Quand, au Maghreb et ailleurs, les femmes se libèrent du joug de l’oppression religieuse machiste, elles/ils les ignorent avec un manifeste mépris sexiste. 5*

Leur politique d’entrisme et de sabotage, à Lyon comme ailleurs,  gangrène qui s’étend partout où une solide formation politique, la solidarité et le courage de s’opposer font défaut, est redoutable.

 

Ce ne sont que quelques récents exemples parmi tant d’autres, d’une guerre qui ne dit pas son nom mais blesse gravement des militant-e-s, divise profondément la société et dans le cas de la prostitution, laisse depuis trop longtemps sans recours, des personnes prostituées brisées par la violence des milieux prostitueurs.

Aujourd’hui, c’est bien une heureuse victoire, mais la bataille fut, est et restera rude.

 

A l’issue de ce vote historique, nous, féministes et progressistes abolitionnistes,  n’allons pas bouder notre plaisir. Nous avons toutes les raisons de nous réjouir aux côtés des personnes prostituées qui vont enfin sortir de ce paradoxe insensé : être stigmatisées et détruites par ceux-là même qui revendiquent et/ou profitent sexuellement et/ou financièrement, de leur activité.

Nous pouvons saluer le travail formidable des associations regroupées au sein du Collectif abolition2012 et le soutien de député-e-s engagé-e-s pour la dignité et la liberté des êtres humains.

Mais ne nous faisons pas d’illusion, instituer une véritable alternative au système d’exploitation sexuelle et de domination  le plus violent qui soit, et repousser les lobbys des industries du sexe, ne se fera pas sans peine.

 

Un bon début, abolition !

Christine Le Doaré

 

*1https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2015/06/09/la-guerre-de-lindustrie-du-sexe-contre-les-feministes/

 

 

*2 Quentin Girard ‏@quentingirard 4 juin

Tiens, une partie d’@osezlefeminisme s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre.

 

Voir la photo14 Retweets7 favoris

Répondre

Retweeter14

Favori7

Plus

 

3.* http://madame.lefigaro.fr/societe/le-feminisme-exclut-il-les-minorites-090615-96897

4.* http://indigenes-republique.fr/politiser-la-trahison-le-cas-sophia-aram-2/

5* « Toutes en minijupe contre la campagne sois un homme et voile tes femmes «

«Rescapées de l’enfer islamistes, elles se délivrent de leur burqa », ils ne connaissent pas !

https://ldlltunisia.wordpress.com/2015/05/23/toutes-en-mini-jupe-la-contre-campagne-de-sois-un-homme-et-voile-tes-femmes

http://www.ouvalalgerie.com/monde/367-Rassemblement-en-mini-jupe-%C3%A0-Tunis-en-solidarit%C3%A9-avec-les-femmes-alg%C3%A9riennes.html

http://madame.lefigaro.fr/societe/fuyant-daech-elles-renouent-avec-la-liberte-en-retirant-leurs-burqa-080615-96891

Rien ne sera plus jamais comme avant

20131205-170451.jpgQue de contrevérités, inepties et injures n’avons-nous pas entendues avant que nos députéEs, forts de l’importance de ce vote historique, ne votent, ce 4 décembre 2013, à une large majorité, l’abolition de la prostitution ?

Enfin, la France l’affirme, cette archaïque forme d’oppression sur les femmes et les personnes les plus vulnérables, n’est pas légitime.
Au 21ème siècle, il était temps d’en prendre conscience : faire peser une servitude sexuelle de genre (dans tous les cas, les clients sont des hommes), sur les personnes les plus vulnérables, femmes, trans., jeunes, gays, étrangerEs, personnes raciséEs, pauvres, etc., est inhumain.
En outre, nos éluEs devaient réaffirmer les principes de non-patrimonialité et de non marchandisation des corps humains qui doivent échapper aux lois des marchés financiers.
Enfin, il n’y a pas d’autre alternative si nous voulons vraiment avancer vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

En effet, les personnes prostituées ne sont coupables de rien, mais bien victimes du système prostitueur, bientôt, elles seront aidées à s’en extraire. Celles qui voudront continuer, pourront bénéficier des systèmes sociaux et de soin, se retourner contre les clients violents et /ou proxénètes, sans risquer d’être pénalisées.
Les clients en revanche, alimentent de leur argent les réseaux qu’ils nourrissent, c’est un fait incontournable.
Le second marché criminel en chiffre d’affaire, doit être combattu par tous les moyens possibles ; abroger le délit de racolage et ne pas responsabiliser les clients reviendrait à créer un appel d’air dans lequel ne manqueraient pas de s’engouffrer les réseaux mondiaux de trafic d’êtres humains.
Demain, les jeunes seront élevés dans le respect des relations humaines et d’une sexualité libre et gratuite entre personnes véritablement consentantes.

A l’évidence, la loi ne sera pas si facile à mettre en œuvre, mais elle va dans le bon sens, le seul envisageable. Bien sur, elle est perfectible, par souci de cohérence, il faudrait poser un interdit pénal plus cohérent, comme un délit sans peine d’emprisonnement.
Alors, je m’étonne des atermoiements des médias en particulier, des associations de santé communautaire également.

Pourquoi ces poncifs éculés, ces clichés assenées en boucle et jusqu’à la nausée, alors qu’il a été démontré que tous les fantasmes sur la prostitution ne tenaient pas, face aux arguments rationnels des divers spécialistes informéEs sur la question ?
Je m’interroge sur les véritables raisons d’un tel aveuglement ?
Pourquoi tant de gens qui jusqu’alors se moquaient totalement du sort des personnes prosituéEs s’acharnent à prétendre que l’abolition est un régime similaire à celui de la prohibition ?
Pourquoi l’inversion de la charge pénale, prostituéE versus client les dérange t’ils autant ?
Y aurait-il donc tant de clients en France ?
Les arguments qui visent à prétendre que les prostituéEs vont se trouver dans une plus grande précarité et clandestinité ont été déconstruits :
qui peut encore ignorer que le seul danger c’est le proxénète et aussi le client et ses violences, dans toutes les situations et les lieux possibles ?
que si la santé générale des personnes prostituéEs est déplorable c’est parce que les associations de santé communautaires comme les autorités de santé, ne s’y intéressent que sous un angle hygiéniste, en se limitant à la question de la prévention aux IST ?
Comment se fait-il que nous entendions tant de voix passéistes et conservatrices ?
Par quelles motivations sont donc animés tous ces adeptes de la prostitution, survivance patriarcale de privilèges dignes du temps jadis, quand fleurissaient les bordels à soldat ou quand l’église encourageait les hommes mariés à visiter les prostituées pour garantir la pérennité des mariages ?
Comment se fait-il que dans l’Hémicycle, une députée EELV soit applaudie à tout rompre par la droite et l’extrême droite ?

En réalité, nos députéEs viennent de réaffirmer la position abolitionniste de la France et de lui donner les moyens ce régime. C’est ce que feront aussi demain d’autres pays européens afin d’enrayer la prolifération des trafics.

Comme il est curieux de constater que les plus farouches opposants à l’émancipation des femmes et des personnes les plus vulnérables aussi, se cachent parfois là où on les attend le moins.
Cyniquement, ils n’envisagent pas, ni pour les femmes, ni pour les plus vulnérables, de meilleur avenir que cette désespérante servitude qui pourtant, n’a plus aucune raison d’être à l’époque de l’égalité.
Le vote de la loi signe le désaveu de ces « pleureuses » défaitistes.

Je remercie tous les députéEs progressistes qui pour des motivations humanistes, féministes et /ou politiques ont voté l’abolition, parfois, contre les consignes de leur formation politique.
Je remercie l’engagement de la Ministre des droits des femmes, Mme Najat Vallaud Belkacem, le courage de Catherine Coutelle, Maud Olivier, Ségolène Neuville, et de toutes les autres personnes qui se sont fortement impliquées, à commencer par Danielle Bousquet et Guy Geoffroy.
La politique, c’est œuvrer pour l’émancipation, jamais pour le maintien ou l’instauration d’un esclavage, quel qu’il soit.
L’Assemblée Nationale vient de nous offrir une belle victoire sur l’obscurantisme de la domination masculine, une belle raison d’espérer en l’avenir de l’humanité.

Christine Le Doaré

Des papillons au ventre !

esp27_aNous y sommes, Maud Olivier, députée de l’Essonne, a présenté à la délégation des droits des femmes, un ensemble de recommandations visant à abolir la prostitution en France. Va suivre une proposition de loi visant à « lutter contre le proxénétisme, accompagner des femmes prostituées, adopter une prévention auprès des jeunes, et à responsabiliser les clients. »

Enfin, le travail des associations féministes et humanistes qui notamment luttent contre les violences sexuelles, la persévérance des associations comme le Mouvement et l’Amicale du Nid et du Réseau des « Survivantes de la prostitution » qui travaillent en direction des personnes prostituées et contre le système prostitueur, l’implication des politiques engagés en faveur de l’abolition, Danielle Bousquet et Guy Geoffroy d’abord, Catherine Coutelle et Maud Olivier ensuite et de tant d’autres, l’énergique mobilisation du Collectif Aboltion 2012/13 enfin, vont porter leurs fruits.

Beaucoup de journalistes semblent l’ignorer, mais le régime juridique en France, est déjà l’abolition. Seulement, il était mal appliqué, avec cette proposition de loi, nous allons pouvoir corriger le tir, c’est-à-dire soutenir les personnes prostituées contre le système prostitueur, qu’il s’agisse des proxénètes comme clients qui entretiennent la demande.
Il faudra donc abolir le délit de racolage, adopter des programmes sociaux de réinsertion, renforcer la lutte contre la traite et pénaliser les clients prostitueurs.
C’est tout le sens d’une politique abolitionniste, c’est différent de la prohibition qui elle pénalise tous les acteurs, personnes prostituées comprises.

Il ne faut pas s’y tromper, il ne s’agit pas d’une bataille de pouvoir, il s’agit de la vie de tant d’êtres humains, aussi, de la société dans laquelle nous voulons vivre.
Cette question est cruciale et son traitement aura un impact sur l’avenir des femmes et des hommes de ce pays, sur leurs relations. Les personnes prostituées sont bien les victimes des violences sexuelles dont nos sociétés sont comptables, bien souvent avant d’entrer dans la prostitution, pendant qu’elles se prostituent et de longues années après en être sorties.
De bonne foi, il n’est pas possible de soutenir que l’intrusion d’inconnus dans l’intimité d’une personne contrainte à des pratiques sexuelles qu’elle ne désire pas, est sans conséquence sur son équilibre, sa santé, son espérance de vie.
S’enfiler des sexes, respirer des odeurs, toucher des peaux, et à la chaîne, parfois dans des conditions sordides, laisse des traces.

Bien sûr, il est toujours possible de trouver des prostitué-e-s- qui disent maîtriser la situation et même la choisir, peu de femmes et d’hommes issus de la bourgeoisie, malgré tout !
Dans certaines situations ultra minoritaires, c’est possible, mais les politiques publiques construisent des projets de société, doivent éduquer à l’égalité et contre les violences de genre, dont les violences sexuelles.
Elles doivent aussi se donner les moyens d’éradiquer un barbare trafic d’êtres humains, or il n’est pas cohérent de lutter contre la traite en laissant se développer une prostitution dont il est impossible de s’assurer qu’elle est vraiment « libre ».
Dans tous les cas, tout échange d’argent nourrit le système prostitueur, l’un des trois marchés criminels les plus prolifiques avec ceux de la drogue et des armes.

Tant a déjà été écrit et dit sur la nécessité d’abolir la prostitution, qu’il s’agisse du contexte de violence et d’humiliation dans lequel s’exerce la prostitution ; du terrible bilan des pays réglementaristes et à l’inverse, de l’expérience globalement positive des pays nordiques ; des méfaits de la prostitution sur la santé de personnes soumises à un stress tel qu’elles ne peuvent l’assumer que dans le déni et la dissociation mentale ; de la nécessité d’abolir enfin les privilèges de genre de la domination masculine et de questionner les idées reçues sur la sexualité ; etc.

De solides arguments sont disponibles pour qui veut bien dépasser la surface des clichés complaisants. Des témoignages poignants et édifiants de prostitué-e-s ou ex-prostitué-e-s explicitent les violences diffuses et/ou sauvages subies dans le cadre du système prostitueur.
Il suffit de bien vouloir les entendre plutôt que de se rassurer avec les deux ou trois porte-parole professionnels d’un lobby individualiste et ultralibéral, favorable à la libéralisation de la marchandisation des corps.

Alors à l’aube de l’adoption d’une loi digne, juste, humaine et féministe, j’espère qu’un massif mouvement citoyen se lèvera pour conforter les élus, associations et individu-e-s à l’origine de ce projet, afin tous ensemble, de dire enfin stop à cet usage archaïque, non pas le plus vieux métier du monde, mais bien la plus vieille arnaque patriarcale.

La prostitution n’existe que parce que des hommes ont pensé avoir le droit d’exercer une domination sur les femmes, convaincus que leur position sociale de dominant, leur pouvoir, les autorisait à contrôler la sexualité aussi en dehors du mariage et à asservir des femmes destinées à assouvir leurs désirs.

Avec un cynisme sans nom et une grande hypocrisie, ils ont exigé un quota de femmes sacrifiées à leurs fantasmes de pouvoir, tout en les méprisant, les cachant et les isolant. Mais, surtout pas leurs mères, leurs femmes, leurs filles, seulement les autres, les pauvres, les racisées, les immigrées, etc. Une exploitation ultime et particulièrement malveillante de la misère.

Plus personne ne l’ignore, la prostitution n’a en réalité pas grand-chose à voir avec la sexualité, les clients prostitueurs ne sont pas célibataires mais mariés le plus souvent et les violeurs ne sont pas pour autant clients de la prostitution. Bref, les clichés ont vécu et ce temps là est révolu.

Certes, la sexualité humaine est diverse, complexe, mais il n’y a plus aucune raison pour que le genre/sexe masculin continue de s’assurer un accès privilégié et sécurisé, à moindre coût, à une sexualité « garantie » grâce à des rapports sexuels tarifés. L’égalité est en marche, seuls des échanges libres entre partenaires consentants sont acceptables ; l’esclavage sexuel, ni dans la conjugalité, ni dans la prostitution, n’est plus admissible.
Bien sûr messieurs, il vous faudra séduire et convaincre, mais c’est bien le minimum, non ?

Du reste, la prostitution ce n’est pas du sexe, le sexe entre adultes consentants, tout le monde s’en fiche, ce qui en revanche est un problème, c’est l’échange d’argent, c’est l’achat d’un acte sexuel tarifé.
L’indisponibilité du corps humain, de ses organes comme de son intimité doit être rappelée et garantie. Il ne peut y avoir de marché de la « passe », côté en bourse ou pas, encore moins de formation ni de diplôme de la bonne ou du bon prostitué-e, et pourquoi pas des agences d’évaluation de la compétence ou de la performance tant qu’on y est !

Le libéralisme est passé par là, il faudrait tout monnayer, tout vendre et spéculer aussi sur les corps humains, leur valeur sexuelle marchande, mais heureusement, certains états essayent de mettre des barrières.
L’enjeu est de taille, des millions de femmes, d’enfants, quelques hommes aussi, chez nous mais partout dans le monde, comptent sur nous ; pourvu que nous soyons à la hauteur !
Avec un peu de cohérence et de volonté politique, bientôt, nous rejoindrons les pays progressistes qui ont bien eu raison de faire le pari d’un autre vivre ensemble et de faire évoluer les mentalités.
Il faut toujours espérer que les mentalités évolueront dans le sens de l’émancipation de toutes et tous.

Lutter contre les violences inouïes du système prostitueur, voici pour la France, une belle façon de se distinguer et de briller au plan international, surtout, ne la manquons pas.

Christine Le Doaré

– Sites d’information sur les régimes politiques abolitionnistes (ne pénalise que le client prostitueur ; prohibitionniste : pénalise la personne prostituée comme le client prostitueur / interdiction ; réglementariste : régularise le proxénétisme (bordels, vitrines… le prostitueur devient un client comme un autre / et /ou un commerçant comme un autre) :

http://www.abolition2012.fr

http://www.mouvementdunid.org

http://www.prostitutionetsociete.fr

-Informations sur le lobby pro-prostitution : http://scoop-it/u/fee-ministe

– Informations classées par rubriques (légales, rapports, articles, etc.) sur la prostitution. Régulièrement mis à jour : http://www.scoop-it/t/prostitution-les-lobbys-pro-french-English

Le 13 avril, rêvons et agissons pour une humanité libre de la prostitution

photo pour blogRêver de plus de justice et d’humanité, pour les enfants et pour les femmes qui subissent tant de violences machistes, pour les hommes aussi ; pour nous libérer toutes et tous des manques, frustrations, inquiétudes et souffrances que nous imposent les systèmes d’oppression capitaliste et patriarcal.

Rêver que demain, nous parvenions à vivre mieux, à produire moins et mieux, à respecter notre environnement et tous les êtres vivants, à retrouver des rythmes apaisants, à échanger sereinement ; à construire sans détruire.

Rêver que l’exploitation des êtres humains sera achevée, que chacun-e choisira une façon de contribuer au collectif, qu’il s’agisse d’un métier ou d’autre chose, en fonction de ses goûts et compétences et des besoins de la société.

Rêver que la marchandisation des corps, ne sera plus qu’un lointain et triste souvenir. Respecter que l’affectif et/ou la sexualité relèvent de l’intime, d’un intime politique peut-être, mais de l’intime tout de même. La sexualité et l’affectif ne s’évaluent pas, ne se valorisent pas, ne se monnayent pas, ils doivent rester en dehors des marchés et s’échanger librement et gratuitement.

Je fais ce rêve d’un vivre ensemble autrement, enrichissant pour nous et non pour ceux qui nous exploitent. Des alternatives sont possibles, les systèmes qui nous oppriment sont à bout de souffle, il est temps d’inventer autre chose et tant qu’à faire, que ce soit frais, lumineux et généreux.

La prostitution doit disparaître, Victor Hugo le disait déjà : «On dit que l’esclavage a disparu de la civilisation européenne. C’est une erreur. Il existe toujours, mais il ne pèse plus que sur la femme, et il s’appelle prostitution. » (Victor Hugo – les misérables). L’idée même d’un quota d’êtres humains, les plus vulnérables : les plus pauvre et/ou les plus fragiles, sacrifié-e-s sur l’autel de la légende patriarcale d’une sexualité masculine incontrôlable et/ou du besoin de domination et de pouvoir des hommes sur les femmes, voire sur d’autres hommes, est injustifiable. La prostitution c’est bien le paroxysme de la domination masculine, l’un de ses derniers remparts. Non, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais aucun « droit de créance » à la sexualité !

Mais me direz-vous fort justement, que vont devenir les personnes en situation de prostitution, comment vont-elles survivre ? Certes, les systèmes d’oppression ne sont pas tombés et nous ne vivons pas encore dans le « Meilleur des mondes ». Rien ne se produira, voire pire adviendra, si nous ne commençons pas, quelque part, à poser des pierres qui peu à peu formeront les fondations d’une nouvelle société. Pouvons- nous continuer de préserver et cautionner ces systèmes inhumains et morbides ?

Alors, il nous faut rêver oui, c’est à dire agir. Réunir nos forces et agir pour un monde sans violences et sans prostitution. C’est le projet Abolition 2012 qui propose l’abolition du délit de racolage passif, mais pas de façon isolée, car ce serait alors un piège qui enfermerait les personnes prostituées dans plus de risques et de dangers. Abolition 2012 exige l’adoption simultanée et pour les personnes qui le souhaitent, d’un plan social alternatif à la prostitution avec des mesures d’encadrement de sortie et de réinsertion sociale et professionnelle. Enfin, Abolition 2012 suggère de pénaliser les clients prostitueurs qui nourrissent la demande et toutes les dérives afférentes, espérant ainsi sensibiliser et éduquer des générations d’hommes conditionnés par le système patriarcal, pour qu’ils avancent vers l’égalité femmes-hommes et comprennent que le consentement affectif et/ou sexuel ne s’achète pas.

C’est en rêvant et en agissant que l’on avance. C’est ce que nous allons faire ensemble le 13 avril 2013 à la Machine du Moulin rouge, œuvrer à l’abolition de la prostitution. Les invité-e-s, artistes, politiques, témoins, et vous et nous toutes et tous ensemble, nous allons commencer à construire l’avenir, un avenir fait de respect et d’espoir en l’humanité, notre humanité. Ne restez-pas sur le bas-côté, participez !

Christine Le Doaré

Mobilisons- nous le 13 avril !

Le collectif Abolition 2012 organise le 13 avril de 13h30 à 18h un événement à la Machine du Moulin rouge à Paris pour construire ensemble une société sans prostitution et obtenir l’adoption d’une loi d’abolition du système prostitueur. De nombreuses personnalités viendront exprimer pourquoi, comme nous, elles pensent que l’abolition, c’est la seule solution, pour mettre fin à cette violence qu’est la prostitution !

Inscription obligatoire : http://www.emailmeform.com/builder/form/ff6Hg04w82bU8y72Q

Retrouvez l’événement sur le blog : abolition13avril.wordpress.com
Twitter : @abolition2012
Facebook : http://www.facebook.com/abolition2012?ref=hl


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives