Posts Tagged 'alternative'

Leur politique est à la dérive, un nouveau cap est possible

7772255632_un-bureau-de-vote-a-angouleme-illustrationEn France, mais aussi au Danemark, en Autriche, au Royaume-Uni, etc., les résultats des élections Européennes 2014 sont un désastre. Comment dépasser un tel malaise, reste-t-il des raisons d’espérer, lesquelles ?

L’Europe ne fait plus rêver. Pourquoi aussi, ne s’est-elle pas donné les moyens du fédéralisme ?
En restant au milieu du gué, sans politiques économique et sociale harmonisées, sans régulation de l’industrie financière, sans justice sociale, difficile de construire un ensemble cohérent.
Il aurait probablement fallu consolider une Europe plus restreinte, puis l’élargir. Chercher à agrandir trop vite un ensemble aussi hétérogène, n’avait guère de sens.
Les taux d’abstention les plus faibles : – 25 % de votants, sont enregistrés dans les anciens pays du bloc de l’Est : Pologne, Croatie, Slovaquie (87% d’abstention), mais curieusement, dans les pays où la crise économique a frappé le plus fort, Grèce, Italie, Espagne, le taux de participation est de 57 %, le sentiment d’appartenance reste fort.

Il faut aussi bien l’admettre, les gens sont plein de paradoxes et ne cherchent guère à s’informer, encore moins à s’impliquer.
Des régions entières, des pays, ont prospéré grâce à des financements européens, mais si l’on demande aux habitants quelle est la part de financements européens dans les réalisations et équipements dont ils bénéficient au quotidien, ils n’en savent rien.
Ils sont ravis de ne plus sortir de passeport aux frontières ni de changer de devise et pourtant, ils n’ont que le protectionnisme national à la bouche.
Les institutions européennes ont imposé aux législations nationales d’évoluer sur les droits des minorités, notamment sur les droits et libertés des personnes LGBT, mais il n’est pas certain que les citoyenNEs concernéEs aient voté pour donner au Parlement européen les moyens de continuer son action en ce sens.
Les gouvernements nationaux les déçoivent, les électeurs se vengent aux municipales et européennes. Illogique et inopérant.

Bien sûr, la part de responsabilité des partis politiques traditionnels, coupables de tant d’inconséquence, d’inefficacité et de suffisance malgré les échecs répétés, est gigantesque.
Les populistes des extrêmes ne nous sauveront jamais de rien car à part détruire ils ne proposent pas d’alternatives réalistes, mais ils s’y entendent pour agiter les épouvantails.
C’est ainsi que beaucoup d’observateurs trouvent des excuses aux français qui ont voté FN (25% des voix). Pas moi, et je me demande à qui j’en veux le plus, à celles et ceux qui se sont abstenus, défaitistes, individualistes, inconscients et puériles (73% des moins de 35 ans n’ont pas pris part au vote, moins d’un jeune sur trois n’a daigné se déplacer jusqu’à un bureau de vote) ou aux électeurs tout aussi inconscients ou pire encore, fascisants, du FN ?
Je ne comprends pas ces gens qui, devant une vingtaine de bulletins offrant un choix varié de messages à adresser aux institutions européennes, n’aient pas trouvé mieux à faire que de préférer celui du FN.

Tout de même, faut-il être irresponsable et même stupide pour déposer dans l’urne un bulletin du Front National, parti qui s’attache à gommer une identité troublée, xénophobe, raciste, sexiste, homophobe, dont le programme est indigent et qui n’a jamais fait la preuve de la moindre capacité à gérer des affaires économiques et sociales !
Pour quelles suffisantes raisons donner sa voix à un parti prompt à trouver des boucs émissaires, à exacerber les violences et attiser les haines ?
De quel droit mettre la France et l’Europe dans une telle situation de risque politique ?
Que va peser la France dans l’Europe avec 50% de renouvellement de ses députés qui vont devoir apprendre le job, sachant que les 24 députés FN ne vont pas mouiller leur chemise pour une institution qu’ils veulent supprimer ?

Au nouveau Parlement européen siégeront environ 140 eurodéputés hostiles à l’Europe.
Des députés nazis, membres d’Aube Dorée en Grèce, de Jobbik en Hongrie ou d’UKIP en Grande Bretagne, et d’extrême-droite tels que des députés du Front National et du Parti Populaire Danois, vont se retrouver dans l’enceinte d’une institution dont la création a notamment été inspirée par un rejet du nazisme.
Des eurosceptiques de gauche, tels que des députés espagnols issus de Podemos – les Indignés, aussi vont siéger dans une institution qu’ils rejettent.
Le PEE de la droite conservatrice avec environ 217 sièges, les 199 députés du groupe socialiste, les libéraux(61) et les Verts (50), maintiennent les grands équilibres droite/gauche traditionnelle, mais qui peut croire qu’une telle cacophonie permettra à l’Europe de se reprendre et d’avancer vers plus de justice sociale et financière ?

Qui va payer les conséquences d’une telle situation ? Sans surprise, les plus vulnérables et en particulier les femmes.
Les droits des femmes, sur les questions de l’avortement notamment, ont été fragilisés, à plusieurs reprises, ces derniers temps. Alors, j’ai beaucoup de peine à imaginer le nouveau Parlement européen impulsant des politiques progressiste et féministe que nous attendons.

Combien de temps encore allons-nous devoir subir les errances et les échecs de sociétés machistes qui saccagent la planète et sacrifient des vies humaines ?
Nous en avons marre de tourner en rond indéfiniment et depuis la nuit des temps ; des révolutions infailliblement récupérées aux alternances politiques de façade, intrigues de pouvoir et de domination, guerres économiques ou guerres de tranchées, tout se ressemble et rien ne convient.

Il faut se mobiliser pour réaliser l’égalité femmes-hommes, renoncer aux privilèges qui profitent au genre masculin au détriment des femmes, rejeter les rapports d’exploitation, de domination et de violence, abandonner enfin les systèmes d’oppression déficients et déshumanisants que sont le libéralisme et le patriarcat.
Le féminisme est un projet de société à part entière, la seule alternative crédible aux vieux systèmes d’oppression qui ont fait leur temps ; une civilisation féministe pourrait bien être le seul moyen d’instituer une société socialiste, écologiste et humaniste.

En Suède, le PFS, parti féministe suédois a obtenu 5,3% des voix et aura un siège au Parlement européen.
En France, les listes du tout nouveau FPES, parti paritaire « Féministes pour une Europe Solidaire » lancé tardivement et sans moyens financiers ni audience médiatique, a tout de même réuni 30 000 voix.
Loin de toute naïveté, sans nourrir des illusions inconsidérées, nulle part ailleurs, je ne vois de raisons d’espérer en un meilleur avenir.

Limpidité d’un mouvement, opacité d’un lobby

k8475715Masquer une absence de représentativité, le véritable enjeu du lobby pro-prostitution et de son syndicat « libéral » ?

Un article est paru la semaine dernière sur le lobby pro-prostitution en France : Anatomie d’un lobby pro-prostitution – Étude de cas: le STRASS, en France. (http://sousleparapluierouge.wordpress.com/2013/03/26/anatomie-dun-lobby-pro-prostitution-etude-de-cas-le-strass-en-france/)
Il contient des révélations gênantes pour ce lobby et ses alliés politiques, ses financeurs ; certaines informations, à la marge sont erronées, mais pour l’essentiel, les renseignements sont exacts et compromettants. La question qui n’est pas traitée en revanche, c’est pourquoi ? Pourquoi ce lobby se comporte t’il ainsi et surtout pourquoi s’arroge t’il le droit de parler au nom des femmes prostituées ? Pourquoi, doit-il se comporter d’une façon aussi abusive et disproportionnée, face au mouvement abolitionniste ? Quels sont les enjeux qu’il entend préserver ?

Les abolitionnistes n’ont qu’une seule motivation : la défense des personnes prostituées. Quoi d’autre ? Cherchez bien, pour quelles autres raisons, est-on abolitionniste ? Des raisons religieuses ? Pour certains, mais la plupart de ceux que je connais sont athées, (au début du siècle dernier, les fondateurs du mouvement abolitionniste avaient des motivations religieuses, mais c’étaient des prêtres ouvriers, pas des cardinaux !) J’ai beau chercher, je ne vois pas d’autres motivations. Les abolitionnistes savent que l’argent de la survie et/ou l’emprise d’un proxénète ou le rapt d’un réseau maffieux sont les seules raisons de la prostitution. Ils ne peuvent accepter que des êtres humains, et à plus de 95% des femmes, soient ainsi condamné-e- s à se faire violence pour sortir de la misère et /ou condamnées à subir la contrainte des souteneurs ou de la traite.

Les abolitionnistes n’ont donc qu’un seul objectif : que cessent les violences, l’exploitation et l’esclavage sexuel des femmes sacrifiées à la domination masculine et à sa légendaire incontrôlable sexualité. La prostitution est en réalité, bien moins affaire de sexualité que de pouvoir et de contrôle. Les phallocrates pensent avoir un droit, une créance, d’ordre divin peut-être ( !), à la sexualité, et veulent l’exercer où et quand bon leur semble. Ceci constitue en soi, un obstacle objectif à l’égalité femme-homme.

Pas leur sœur, pas leur mère, pas leur femme, mais un quota de femmes, que les clients et l’ensemble du système prostitueur appellent, prostituées, putes ou sex-workers, et qui doivent s’estimer heureuses d’être payées. En réalité, ce ne sont ni des putes, ni des prostituées, ni même des sex-workers, mais bien des femmes. Des femmes pénétrées passe après passe, jusqu’à la nausée, quand elles ne sont pas agressées, violées, tuées. Ces femmes sont de plus en plus jeunes et de plus en plus nombreuses, elles sont déplacées, entassées sur les lieux de prostitution, qui comme un gangrène, prolifèrent partout sur la planète. Les industries du sexe rivalisent d’imagination et les profits de cette entreprise capitaliste mondialisée sont toujours de plus en plus élevés.

Les abolitionnistes savent qu’une prostitution résiduelle survivra, au moins un temps, le temps de l’éducation et de la sensibilisation d’une ou de plusieurs générations. Mais ils veulent agir sur les violences, freiner les trafics, sensibiliser les femmes les plus fragiles, les étudiantes, les précaires, etc. et avancer vers une société plus humaine. Les abolitionniste luttent contre le système prostitueur et veulent aussi sensibiliser le client prostitueur qui génère la demande et alimente financièrement le système. Les clients prostitueurs peuvent comprendre que ce ne sont pas des putes, prostituées ou sex-workers qu’ils payent mais des femmes, que jamais un consentement ne s’achète, que la sexualité est libre et gratuite, que l’égalité est un espoir citoyen responsable.

Le projet abolitionniste n’est pas vraiment difficile à comprendre. Certes, il est souvent dévoyé et présenté comme prohibitionniste (répressif), mais toute personne de bonne volonté peut consulter le site Internet http://www.abolition2012.fr et prendre connaissance des détails du projet, constater que l’abrogation du délit de racolage est une condition, etc. C’est malgré tout un sujet de société complexe et tout le monde ne parvient pas à se faire une opinion. En revanche, le lobby pro-prostitution refuse un débat honnête et se commet dans des postures répréhensibles tant par leur outrance, que par leur violence. Dans tous les cas, rien ne justifie d’attaquer ainsi un projet abolitionniste aussi transparent, féministe et humaniste ; on peut ne pas être d’accord sur tout, on peut ajouter, retrancher ou modifier des points du projet mais une telle agressivité cache forcément quelque chose.

Selon moi, le lobby pro-prostitution et ses allié-e-s, sont essentiellement masculins et/ou ont une conception du féminisme qui se limite au slogan des années 70 « libre de son corps » (dont beaucoup sont revenues, ayant compris, que cette liberté revenait dans le meilleur des cas à justifier une disponibilité permanente au désir masculin), et sans penser que sans égalité pas de liberté, sans compter que la liberté de s’aliéner, au minimum, ça se discute. Souvent, comme pour mieux faire diversion, le lobby pro-prostitution se prétend féministe, mais remarquez bien que ce n’est jamais que lorsque l’on parle de prostitution (et donc d’appropriation du corps des femmes) ; en réalité, il suffit de creuser un peu pour comprendre que leurs références « féministes » relèvent plus de Marcella Iacub que d’Andréa Dworkin !
Le STRASS a bien fini par mettre en avant quelques porte-paroles femmes, question de crédibilité, (en général, elles n’y survivent pas bien longtemps), mais il a bien été fondé et reste contrôlé par des hommes, souvent gays et activistes. Je n’ai rien contre eux personnellement, même s’ils me diffament et menacent régulièrement, faisant ainsi la démonstration de leur vacuité politique, mais je me demande pourquoi ils pensent avoir le droit de parler au nom des femmes prostituées ?
Cette poignée d’hommes, à longueur d’interviews TV ou presse, dévoile les caractéristiques de sa prostitution (Travesti en femme, fouetter des clients fonctionnaires et/ou résidents des beaux quartiers et/ou homos refoulés puis empocher 250 euros la demi-heure http://www.2h27.fr/2010/04/nuit-maitresse-gilda-travesti-dominatrice-prosititution-sexe/ ; d’autres escorts Internet, sélectionnent leur clientèle sur le Net) ; à l’évidence, ceci n’a rien de commun avec l’essentiel de la prostitution féminine qui représente pourtant l’écrasante majorité de la prostitution.
L’activité est en effet peu risquée et lucrative (mise à part la prostitution de rue, de jeunes migrants souvent livrés aux réseaux, et dont on entend si peu parler). On comprend mieux la vivacité de ce lobby à protéger son business à tout prix et par tous les moyens. On comprend moins bien que des politiques qui prônent la décroissance et prétendent combattre les effets du néo-libéralisme, exercent à son égard une telle bienveillance.

Comment peuvent-ils venir à bout de telles contradictions si ce n’est en laissant croire que les abolitionnistes sont des assassins, que ce sont eux qui propagent le sida, qu’ils vont être responsables des prostitué-e-s refoulé-e-s hors des villes dans des zones à risque, etc. bref, en tentant de les discréditer ? Pourtant, ils le savent pertinemment : seuls les clients qui dans une perpétuelle surenchère baisent sans capote, contaminent au VIH-sida ; et tous les abolitionnistes militent pour l’abrogation du délit de racolage et ne sont en rien pour la répression bien au contraire, ils interviennent régulièrement pour la défense des personnes prostituées, qu’ils suivent, dans leurs associations.

Quand les femmes prostituées se révoltent contre cette hégémonie masculine et à l’instar des réseaux de « survivantes de la prostitution » expliquent que ces prostitués gays sont, consciemment ou non, des alliés objectifs du système prostitueur, leur parole est violemment déniée, bafouée. Ce lobby voudrait préserver les privilèges masculins du système patriarcal quitte à anéantir les femmes prostituées, qu’il ne s’y prendrait pas mieux. Est-ce pour cette raison, qu’il se croit obligé de diffamer, salir, pervertir le projet abolitionniste et les abolitionnistes comme les anciennes prostituées qui le dérangent ? Moi, à force, je finis par le croire.

L’enjeu principal pour ce lobby n’est-il pas de masquer à tout prix qu’il n’est pas si représentatif des personnes prostituées ? Les femmes prostituées ont tout à gagner à l’abolition, car celles qui le souhaitent pourraient bénéficier du projet abolitionniste et de l’accompagnement socioprofessionnel à une reconversion. Il semble bien que leurs intérêts ne convergent que très peu et d’ailleurs, mise à part une ou deux prostituées très occasionnelles, femmes, dans les manifestations, regardez-bien, vous y verrez des associations financées pour un tout autre objet, des patrons de boites et/ou bars gays, quelques activistes, mais pas de femmes prostituées ou si peu. Un peu de bon sens et de sens de l’observation ne nuisent jamais. Désormais, moi, ce sont les femmes prostituées que je veux entendre, en tous cas pas un syndicat « libéral » !

si vous pensez que l’égalité femmes-hommes est possible, si vous voulez contribuer au projet abolitionniste et construire une alternative à la prostitution, rejoignez-nous le 13 avril prochain, à la Machine du Moulin Rouge pour l’abolition citoyenne de la prostitution.

Retrouvez l’événement sur le blog : abolition13avril.wordpress.com
Twitter : @abolition2012
Facebook : http://www.facebook.com/abolition2012?ref=hl


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives