Posts Tagged 'colère'

Coup de gueule contre mes anciens compagnons de route

th_mafalda06

Un coup de gueule, lâché comme un cri, dans un souffle, brutal, brouillon, contre mes anciens compagnons de lutte, les militants LGBT.

De nombreux militants LGBT postent sur les réseaux sociaux, une interview réalisée par un média LGBT avec une sociologue américaine qui a publié une étude sur la GPA en Inde. Ils ne retiennent des propos tenus par la sociologue qui pourtant positionne bien  les gestatrices comme des victimes, que ce qui les arrange, à savoir, l’hypothèse que la Gestation pour autrui serait émancipatrice pour les femmes indiennes.

En exploitant cette allégation,  ils cautionnent un système d’exploitation et s’allient aux pires partisans de l’oppression des femmes.

Dire que pendant des années j’ai pensé que les LGBT qui revendiquaient la GPA, aussi   la réglementation de la prostitution, deux  systèmes d’exploitation des femmes au service d’hommes le plus souvent, le faisaient de bonne foi, parce qu’ils n’avaient pas réfléchi au problème et ne l’avaient pas correctement évalué.

Fallait-il que je sois naïve !

Désormais, je sais qu’il n’en est rien : c’est délibérément qu’ils entendent profiter eux-aussi de la condition des femmes, de la misère, de la vulnérabilité des plus faibles.

Nous étions habituéEs à nous battre contre les « pro-vie », contre les intégristes qui veulent contrôler tout ce qui touche à la sexualité des femmes et à la reproduction.

Nous étions habituéEs à nous battre contre l’obscurantisme, les sexistes, homophobes et lesbophobes qui défendent leurs privilèges.

Il faudrait maintenant se battre contre ceux des gays et lesbiennes qui à leur tour, réclament que des femmes soient instrumentalisées et exploitées dans la GPA ; soient déplacées, enlevées, menacées, dressées, agressées, violées, détruites, voire assassinées dans la prostitution.

Je ne peux plus  rester solidaire de militants LGBT qui font comme si le système patriarcal n’existait pas, comme si les privilèges de la domination masculine devaient perdurer  et qui exigent leur part du gâteau.

Quand je vois des activistes LGBT, la plupart d’entre eux et notamment l’APGL (association des parents gays et lesbiens) vanter  l’article d’une sociologue étrangère qui  prétend que la GPA permet aux femmes  indiennes de s’émanciper, ça me donne envie de pleurer.

J’en arrive à penser que si le trafic d’organes pouvait leur être utile, ils trouveraient le moyen de le valoriser.

En outre, les interpeller,  c’est se confronter à des gays arrogants qui vous expliquent ce qu’est le féminisme, celui qu’ils acceptent  parce qu’il ne les remet pas en question.

Des lesbiennes se solidarisent d’eux et justifient le pire, trahissant leur classe de sexe, juste pour s’assurer qu’elles bénéficieront en retour de leur soutien, nécessaire pour l’obtention de leur PMA.

Complices de la domination masculine sur le dos des femmes qu’elles méprisent et enferment dans une condition de reproductrice.

Si ce n’est pas désespérant !

Le tout avec la caution d’universitaires, de  sociologues et autres.

Alors soudain, la raison pour laquelle les études féministes ont été écrasées, remplacées par les études de genre, devient évidente.

Les hommes peuvent plus facilement prendre le contrôle de l’enseignement, décider de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas, et donner le ton à des  générations de jeunes femmes et hommes intéressés par les études de genre.

Peu à peu le féminisme est dénaturé,  remplacé par un post-féminisme « pro-sexe » qui ne fait pas grand mal au patriarcat !

Les fondamentaux historiques du féminisme : lutter contre une appropriation des corps et vies des femmes par les  hommes qui transmettent à leur guise leurs  gènes et leur patrimoine financier, sont  à peine abordés.

Quel intérêt ? Parlons plutôt  d’autre chose : nous sommes tous dans la même galère, nous devons tous nous émanciper et bla bla bla le tour est joué : plus de sexe,  plus d’opprimées, et donc  plus besoin de luttes féministes. Euréka !

En fait le féminisme pour ces post-modernes, militants LGBT en tête,  c’est simple, c’est tout ce qui  leur permet d’expérimenter, de s’amuser et surtout ne les remet pas en question.

Le pire encore, c’est qu’ils parviennent à en convaincre les jeunes lesbiennes nourries aux études de genre façon « pro-sexe » et  « queer »,  à des années- lumière du féminisme et de ses fondamentaux.  La récupération des mouvements de libération est une constante, mais là chapeau !

Je trouve de plus en plus insupportable la bêtise et l’arrogance de trop de LGBT ignorants de l’histoire de l’humanité,  des mouvements sociaux, du mouvement de libération des femmes.

Je suis de plus en plus excédée par leurs  choix, leur manque de pertinence et de solidarité, leur absence de sincérité et d’honnêteté intellectuelle.

Je trouve de plus en plus pénible que si peu de  LGBT plus sensés, de féministes, ne contestent leur incurie ni leur demandent  si vraiment tout va bien dans leur tête.

Je voudrais dire aux LGBT conscients de la domination masculine, ainsi qu’aux féministes qui critiquent les dérives du mouvement LGBT qu’il ne suffit pas de travailler dans un entre soi sécurisant, il faut aussi intervenir pour empêcher que ne s’étendent des idées et revendications odieuses et fortement  préjudiciables aux femmes.

Le nombre de personnes qui se taisent est sidérant.

Nous ne pouvons pas laisser un mouvement de libération écraser un autre mouvement social pour parvenir à ses fins, d’autant plus quand ce mouvement social le précède, l’a aidé à émerger, et concerne tout de même de la moitié de l’humanité !

J’espère seulement que nous n’aurons pas demain en France une conjoncture défavorable aux droits et libertés légitimes des personnes LGBT, ce serait compliqué de se solidariser tout en condamnant des revendications qui  nous mettent en danger !

Des militants LGBT indignes qui nous compromettent toutes et tous dans leur quête égotique et inique.

Ignorent-ils que les féministes  lesbiennes, aussi  les gays pro-féministes, affrontent également les  discriminations et violences sexistes,  lesbophobes et homophobes et sont donc aussi concernéEs par les luttes et revendications LGBT ?

Ne pas pouvoir compter sur le mouvement LGBT,  quel paradoxe tout de même : des gays, des lesbiennes même, alliés du système patriarcal !

Des militants indignes qui dénigrent, diffament, menacent,  attaquent même, celles et ceux d’entre nous qui citoyenNEs engagéEs, de gauche, féministes et luttant pour les droits des minorités avons pourtant amplement contribué à la libération des personnes homosexuelles.

En arriver là, devoir se battre contre d’anciens compagnons de lutte parce qu’à leur tour ils légitiment les violences contre les femmes, il y a vraiment de quoi être dégoûtéEs et très en colère.

Christine Le Doaré

Le manifeste de la honte et de notre colère !

capture-d_ecc81cran-2013-04-17-acc80-16-02-41Un manifeste « contre la pénalisation des prostituées et de leur client » lancé par le STRASS et Act-Up Paris notamment,  est depuis quelques semaines proposé avec insistance, à la signature du  monde associatif. *1.

Que dit-il ?

Il affirme fort justement que les personnes prostituées ne doivent pas être pénalisées et que le délit de racolage doit être abrogé. C’est vrai, et en effet, abolitionnistes comme réglementaristes s’accordent sur cette mesure, d’ailleurs déjà votée par le Sénat ; il est fort probable qu’elle le sera aussi à l’Assemblée Nationale.

Cette question n’est donc pas polémique, ne fait même aucun doute : il faut abroger le délit de racolage, les prostitué-e-s victimes de violences ne sont pas coupables et ne doivent pas être stigmatisées.

En revanche, ce qui fait polémique, c’est la position sur la pénalisation du client.

Affirmer que la pénalisation du client va renforcer la précarisation des prostituées, les éloigner du système de santé et de la prévention est plutôt fantaisiste.

En outre, le tour de force consiste à lier le destin des prostitué-s-e à celui de leurs clients ! 

Pourtant, il suffit d’y regarder de près : dans tous les pays abolitionnistes*2., la prostitution qui a amplement diminué, n’a pas disparu au fond des bois, elle a lieu en plein centre-ville.

Les prostitué-e-s ont accès aux aides sociales et à la prévention en matière de santé.

Logiquement, comme elles ne sont plus dans la clandestinité, elles peuvent imposer plus facilement le port du préservatif et surtout porter plainte en cas de violences.

En réalité, l’abolition inverse  la charge pénale et la reporte sur le client et d’ailleurs, toute personne un tant soit peu sensée le sait, ce qui met toute personne prostituée en danger, c’est le risque induit par le fait d’être seule et vulnérable avec le client, que ce soit dans la rue, dans une voiture, dans un appartement, ou dans un bois.

Peu importe le mode de rencontre, le danger c’est le client lui-même ! 

Les clients prostitueurs qui consomment du sexe tarifé enrichissent les proxénètes sur le dos de femmes le plus souvent pauvres, racisées et/ou  violentées dans leur jeunesse. La demande du client est à l’origine du système prostitueur, 3e marché criminel mondial.

Une économie criminelle coupable de violences inouïes à l’encontre de femmes et d’enfants déplacés, dressés, violés, torturés.

Pourquoi tant d’indulgence à leur égard, pourquoi cette impunité alors que la prostitution est bien une violence sexuelle ?

Alors, commencer ce manifeste en posant « quelle que soit notre position sur la prostitution » pour finir par amalgamer une position sur la pénalisation des prostituées avec une position sur la pénalisation du client alors que les deux peuvent parfaitement diverger, n’est pas très honnête.

Mais de la part d’un lobby pro-prostitution est-ce étonnant ? Comment peut-on ainsi se laisser abuser par un groupuscule majoritairement constitué de « dominas » masculins qui soumettent d’autres hommes et ne représente en rien l’écrasante majorité des femmes prostituées, elles-mêmes principalement contraintes ?

Mais surtout, rien n’est dit des constats catastrophiques et alarmants des pays qui ont légalisé la prostitution et s’inquiètent désormais de la situation qu’ils ont pourtant installée.

Ces pays sont débordés par des mafias proxénètes de plus en plus puissantes, la traite s’est intensifiée, les profits financiers sont gigantesques.

L’exploitation des personnes prostituées est grandissante : on constate un développement  des pratiques de plus en plus violentes et dégradantes, avec des prix au rabais, des femmes soldées.

Il faut lire les dossiers des magazines allemand « Der Spiegel » et hollandais « De Volkskrant » pour s’en convaincre et comprendre de quoi il est vraiment question.

La France, pays abolitionniste qui n’applique pas correctement cette politique puisqu’elle pénalise les prostituées et fait preuve d’une complaisance envers les clients, pourrait-elle commettre les erreurs des pays réglementaristes en s’engageant  à son tour dans cette voie ?

Il  serait pourtant temps d’adopter une  véritable politique abolitionniste et de se donner les moyens de combattre l’une des pires violences sexuelles  patriarcales que la loi ne condamne toujours pas. Les abolitionnistes ne veulent plus de mesures isolées, mais l’adoption d’une loi globale afin de : renforcer la lutte contre la traite, abroger le délit de racolage, adopter de sérieuses alternatives sociales ; lancer des actions de prévention et d’éducation et pénaliser le client.

Eduquer au respect du principe d’inaliénabilité de l’être humain et à  l’égalité femmes-hommes, c’est le rôle de l’état, pas de renforcer le proxénétisme !

Nous en avons assez que le slogan féministe des années 70 « liberté de disposer de son corps», soit  récupéré par des lobbys aux fins de marchandisation. *3.

Nous en avons assez des récupérations successives de nos luttes, assez de la culture du viol et des ravages de la libéralisation de la prostitution !

Que des groupuscules de la nébuleuse radicale libertarienne, Verts en tête, des associations de santé communautaire, aient signé ce Manifeste ne nous surprend guère. En revanche, d’autres signatures sont plus étonnantes.

C’est vrai de nos jours, Internet est devenu le lieu d’une mobilisation perpétuelle et il est possible de signer chaque jour nombre de pétitions, sans guère avoir le temps de les lire toutes en détail.

Tout de même, signer c’est s’engager, alors, je demande à tous les signataires de cette pétition d’assumer leur soutien et de m’expliquer, nous expliquer, pourquoi, aux côtés de petits entrepreneurs libéraux et d’un lobby ultra-minoritaire,  ils jugent bon, sur le dos des femmes exploitées et violentées dans la prostitution,  de s’ériger en défenseurs de la domination masculine, du libéralisme et du système patriarcal ?

*1. Ce manifeste n’est pas encore publié sauf sur une page FB, il devait être publié à la rentrée ; pour l’instant, il est adressé avec insistance pour ne pas dire, harcèlement, aux associations et formations, pour les conduire à signer. L’objectif est de prétendre que le monde associatif soutient le lobby pro-prostitution.

*2. Pays abolitionniste : la France est abolitionniste mais n’applique pas correctement cette politique : en effet, elle ne pénalise que la personne prostituée (délit de racolage), le client prostitueur n’étant lui jamais inquiété.

Le délit de racolage vient d’être abrogé par le Sénat, il devrait l’être à l’AN (doit être voté par les deux chambres), les abolitionnistes y sont favorables, mais préfèreraient une loi et politique globale.

Projet abolitionniste et loi globale : à l’instar de la Suède, l’Islande et d’autres encore, des pays qui ne pénalisent pas la personne prostituée, qui mettent en place des politiques sociales et de santé (réinsertion…), qui éduquent et pénalisent le client prostitueur à l’origine des violences sexuelles et de la perpétuation et même de l’expansion du système prostitueur.

*3. « Libération sexuelle et liberté à disposer de son corps » ou Liberté et libéralisme c’est différent : https://christineld75.wordpress.com/2013/07/07liberation-sexuelle-et-liberte-a-disposer-de-son-corps/

– Des arguments qui relèvent de la manipulation : 

Le lobby pro-prostitution veut nous convaincre que dans les pays abolitionnistes, les prostitué-e-s sont plus en danger que dans les pays qui ont légalisé la prostitution comme l’Allemagne. Ceci n’a aucun sens. Dans tous les pays, quel que soit leur régime, réglementariste, abolitionniste et prohibitionniste, les meurtres de prostituées sont bien trop nombreux,  particulièrement dans  les pays réglementaristes où la criminalité est en augmentation. Ces meurtres sont toujours perpétrés par des hommes violents, des proxénètes ou des clients.

Ex : Liste non exhaustive de meurtres de prostituées dans un pays règlementariste, l’Allemagne :

Prostituée assassinée en 2013 à Euskirchen, Allemagne (3)

Prostituée assassinée en 2012 à Rostock, Allemagne (4)

Prostituée assassinée en 2012 à Hannover, Allemagne (5)

Prostituée assassinée en 2011 à Stade, Allemagne (6)

Prostituée assassinée en 2011 à Chemnitz, Allemagne (7)

Prostituée assassinée en 2010 à Halberstadt, Allemagne (8)

Prostituée assassinée en 2010 à Hagen, Allemagne (9)

Prostituée assassinée en 2009 à Eberswalde, Allemagne (10)

Prostituée assassinée en 2008 à Stuttgart, Allemagne (11)

Actuellement, la plupart des meurtres (comme des violences) ont lieu « à l’intérieur » (hôtel, domicile du prostitueur, bordel…), c’est-à-dire là où l’escorte ou la personne prostituée a pris rendez-vous par internet, etc…

Mais il est possible que le principal risque pour la personne prostituée soit encore le SUICIDE : 170 fois PLUS DE TENTATIVES DE SUICIDES que la population générale (A Teixeira, 2011) : « Et si JE MEURS AVANT MON SUICIDE, C’EST QU’ON M’AURA ASSASSINÉE, je mourrai entre les mains d’un fou, étranglée par un client parce que j’aurai dit un mot de trop () je mourrai d’avoir tu ce que je pense passionnément, MA CONTRIBUTION À CE QU’IL Y A DE PIRE DANS LA VIE »

Nelly Arcan, Putain, p. 87 Nelly Arcan s’est suicidée à 36 ans.

John J. Potterat 2003, a étudié 1936 femmes prostituées sur une période de 32ans et a montré que les personnes prostituées ont 18 fois plus de risques de mourir par homicide que la population générale (même âge, même origine), avec une moyenne d’âge de décès à 34ans.(2)

(2) http://aje.oxfordjournals.org/content/159/8/778.full

(3)http://www.general-anzeiger-bonn.de/region/44-Jaehriger-aus-Vettweiss-angeklagt article1101156.html

(4) http://www.spiegel.de/panorama/justiz/lebenslaengliche-haft-wegen-mord-an-prostituierter-a-903485.html

(5) http://www.lz.de/owl/8958625_Mindener_wegen_Mord_an_Prostituierter_vor_Gericht.html

(6) http://www.abendblatt.de/hamburg/polizeimeldungen/article2037767/Prostituierte-in-Stade-ermordet-Opfer-wurde-erwuergt.html

(7) http://www.mz-web.de/panorama/chemnitz-mann-wegen-messerattacke-auf-prostituierte-vor-gericht,20642226,17388232.html

(8) http://www.mz-web.de/panorama/chemnitz-mann-wegen-messerattacke-auf-prostituierte-vor-gericht,20642226,17388232.html

(9)http://www.derwesten.de/wp/staedte/hagen/prostituierte-in-hagen-tot-auf-ihrem-bett-gefunden-id2431068.html

(10) http://www.moz.de/artikel-ansicht/dg/0/1/149734

(11) http://www.spiegel.de/panorama/justiz/mysterioeser-prostituierten-mord-viele-spuren-kein-motiv-a-628334.html

-Sites d’information sur les régimes politiques abolitionnistes (ne pénalise que le client prostitueur ;  prohibitionniste : pénalise la personne prostituée comme le client prostitueur / interdiction ; réglementariste : régularise le proxénétisme (bordels, vitrines… le prostitueur devient un client comme un autre / et /ou un commerçant comme un autre) :

http://www.abolition2012.fr

http://www.mouvementdunid.org

www.prostitutionetsociete.fr

-Informations sur le lobby pro-prostitution : http://scoop-it/u/fee-ministe

-Informations classées par rubriques (légales, rapports, articles, etc.) sur la prostitution. Régulièrement mis à jour : http://www.scoop-it/t/prostitution-les-lobbys-pro-french-English

Liste des signataires de ce manifeste :

Contactez-les, demandez-leur des comptes, cessez de les soutenir :

Acceptess-Transgenres, Acthe, Act Up-Paris, Act Up-Sud Ouest, Aides, les

Amis du Bus des Femmes, An Nou Allé, Arap-Rubis (Nimes), Arcat-Santé, Aris-

Centre LGBTI (Lyon), ARPS (Association Réunionnaise pour la Prévention des

Risques liés à la Sexualité ), ADRPP (Association pour les droits, la

reconnaissance et la protection des prostitué(e)s), ASUD (Auto Support des

Usagers de Drogues), ANA (Avec Nos Ainées), Autres Regards (Marseille), Black

Caucus France (Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s africain/e/s

& ultramarin/e/s), Cabiria (Lyon), CGLBT (Centre Gay Lesbien Bi et Trans

de Rennes), Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer),

Collectifdom, Collectif féministe 8 mars pour toutes, Collectif Droits et

Prostitution, Collectif Existrans, Collectif des prostituées du 16ème

arrondissement de Paris, Collectif des prostituées de Gerland, Collectif

des travailleuSEs du sexe de Perpignan et des Pyrénées Orientales, les

DurEs à Queer, Elus Locaux Contre le Sida, l’En Dehors, Fédération

Anarchiste, Fédération Total Respect / Tjenbé Rèd, Femmes de la Terre, les

Flamands Roses, FRISSE (Femmes, réduction des risques et sexualités),

GARCES (Groupe d’Action et de Réflexion Contre l’Environnement Sexiste –

collectif féministe de Sciences Po), GayKitschCamp, Grisélidis (Toulouse),

HF-Prévention Santé, I.P.P.O (Bordeaux), Itinéraires Entr’Actes (Lille),

Kingsqueer de Kingsqueer, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de

l’Enseignement, Médecins du Monde, Minorités, la Mutinerie, les Myriades

Transs, NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), Observatoire des

Transidentités, l’OII Francophonie (Organisation Internationale

Intersexe), Onzième

Dom (Union des Français/es d’outre-mers du XIème arrondissement de Paris),

ORTrans (Objectif Respect Trans), OUTrans, Paroles Autour de la Santé

(Guadeloupe), le Pink Bloc, le Planning Familial, Rainbow Caucus France

(Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s LGBT), Sans Contrefaçon,

SIS Association, les Sœurs de la Perpétuelle indulgence – Couvent de

Paname, Couvent de Paris, et Couvent des 69 Gaules, Solidaires Etudiants,

Solidarité Sida, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la

Magistrature, STRASS (Syndicat du Travail Sexuel), STS (Support Transgenre

Strasbourg), Tjenbé Rèd Prévention, les Tumultueuses, Warning

 


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives