Posts Tagged 'égalité femmes-hommes'

L’universalisme est inhérent au féminisme

IMG_1929Le féminisme a toujours été pluriel : qui s’intéresse au féminisme a entendu parler des clivages dans les années 70, entre la tendance essentialiste de psychanalyse et politique d’Antoinette Fouque, la tendance universaliste opposée au différentialisme le jugeant consécutif de constructions sociales, et la tendance matérialiste des féministes lutte de classes.

Plus récemment, les féministes, qu’elles soient engagées pour l’abolition de la prostitution ou contre le voile islamique des employées de crèche (affaire babyloup) et celui des mères accompagnatrices scolaires, témoignent que les oppositions actuelles sont infiniment plus violentes que celles des années 70. Les théories Queers américaines ont inspiré un féminisme dit «pro-sexe» (comme si le féminisme était contre la sexualité !), ses activistes peuvent être très virulent.e.s contre les féministes cisgenres (par opposition à transgenre) et les militantes abolitionnistes de la prostitution. Le sont tout autant les activistes relativistes des mouvements indigénistes et racialistes qui malgré des contradictions flagrantes, se prétendent féministes. 

Dès la fin des années 90, avec la montée des intégrismes religieux et l’influence grandissante au sein des institutions internationales, de pays tel que l’Iran ou l’Arabie Saoudite, émergent des groupes dits «féministes musulmans» ; généreusement financés, ils s’emploient à contester l’universel des droits des femmes et à disqualifier le féminisme universaliste. Les féministes universalistes iraniennes, saoudiennes, égyptiennes, et toutes les autres, sont empêchées ou menacées et beaucoup doivent trouver asile en occident pour résister.

En occident, ceci se traduit par un relativiste culturel dont nombre d’intellectuels et politiques de gauche se font hélas les porte-voix. Le relativisme culturel renvoie les femmes à des spécificités communautaires, traditionnelles et religieuses. Ce qui est valable pour les femmes occidentales, ne le serait pas pour celles qui chez nous, ont des origines étrangères. Mettre en avant l’origine, la culture, la religion, pour en faire des instruments de soumission à l’oppression patriarcale, il fallait y penser, les islamo-gauchistes ne s’en sont pas privés et tant pis si le communautarisme pénalise les femmes : le musulman opprimé, la musulmane c’est moins sûr, s’étant substitué au prolétaire, dans l’imaginaire révolutionnaire.

S’il est entendu que le mouvement féministe a toujours été fluctuant, il devient de plus en plus difficile de s’y retrouver, c’est pourquoi il est important de revenir souvent aux fondamentaux :

le groupe des femmes est globalement, toujours en situation d’infériorité par rapport au groupe des hommes :

  • contraception, avortement, le groupe des femmes est essentiellement confronté à ces problématiques, 
  • les carrières, travaux, oeuvres, du groupe des femmes sont globalement moins valorisées et rémunérés que ceux des hommes,
  • les violences sexuelles et les violences conjugales frappent de manière écrasante  le groupe des femmes,

Quelles que soient leur origine, couleur de peau, religion ou absence de religion, classe sociale, ou orientation sexuelle, les femmes subissent toutes et dans le monde entier,  les effets du système patriarcal. Ils sont à peine perceptibles pour certaines, mais dans le pire des cas, des femmes sont privées de toute liberté. Le système patriarcal ne sera plus une menace le jour où nous serons toutes libres. Le féminisme exige une solidarité entre les femmes du monde entier. C’est un mouvement social, universel, d’émancipation, pour une égalité réelle entre les femmes et les hommes. Osé, ne trouvez-vous pas ? Croyez-le ou pas, cette vue est amplement contestée de nos jours.

L’universalisme c’est la vocation universelle d’une idée, d’un projet, etc.

En France, l’universalisme républicain est une doctrine qui pose l’égalité en droit entre tous les citoyens et citoyennes, comme constitutionnelle de la République. Les Droits Humains sont constitués d’un corpus de droits et libertés dont peuvent se prévaloir tous les êtres humains. Par définition, ils s’opposent à tout relativisme. Et c’est bien ainsi, que dans le monde entier, le féminisme aussi a été pensé et pratiqué. L’universalisme est inhérent au féminisme.

Nul besoin d’inventer de «nouveaux féminismes» comme le font au 21ème siècle, les médias friands de sensationnalisme : les violences obstétricales ou le harcèlement de rue seraient de nouvelles préoccupations pour les féministes ? Comme si nous ne les avions pas toujours combattues !

Nul besoin d’accoler des adjectifs au féminisme tels que :

  • «féminisme musulman« représenté par : l’association «Femmes dans la mosquée» alors qu’il n’existe pas plus de féminisme musulman que catholique ou juif,  ou par l’association Lallab dont le credo est de rejeter «le féminisme blanc» et d’imposer l’acceptation du voile islamique. L’islam politique veut imposer le voile, c’est un marqueur de sa progression, et la mode dite «pudique» l’aide à y parvenir en le dépolitisant de son caractère religieux. Lallab cautionne les injonctions à la pudeur prescrites aux seules femmes et ce faisant, est un relais efficace du système patriarcal.
  • « afro-féminisme » comme si la couleur de peau avait la moindre incidence sur l’oppression vécue, en tant que femme, dans une société patriarcale,
  • « féminisme inclusif » comme si le féminisme excluait des personnes engagées pour l’élimination du système patriarcal et pour l’égalité femmes-hommes ; comme s’il était incapable de prendre en compte des discriminations et violences spécifiques. Il suffit d’entrer dans une maison des femmes pour voir le nombre de groupes et de thématiques qui y interagissent. En revanche, comme tout mouvement social, le féminisme n’échappe pas aux tensions et dissensions internes. Le féminisme dit inclusif est souvent prétexte à la victimisation, aussi à plus ou moins de complaisance envers des comportements sexistes considérés comme acceptables parce que l’appartenance au groupe communautaire est prépondérante à l’appartenance au groupe des femmes. Ceci ne signifie pas pour autant que le mouvement féministe est exempt de reproches ; il doit se soumettre à la critique, mais il y a des manières constructives de le faire.
  • « féminisme dé-colonial, «féminisme intersectionnel» : certes, les oppressions se surajoutent et à l’évidence, être femme, noire et pauvre par exemple, est sûrement plus difficile que d’être blanche et aisée socialement. Mais une femme blanche, même aisée, est toujours susceptible de subir discriminations et violences de genre.  Le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme, tout autant que la pauvreté et les discriminations en général, doivent êtres combattus, mais aucun repli identitaire ne peut affranchir les femmes de la domination masculine qui traverse toutes les communautés, toutes les religions, toutes les cultures et toutes les classes sociales. La domination masculine n’a jamais eu besoin de l’occident ni des colonisateurs pour exister. Le plus souvent, l’intersectionnalité dilue les revendications féministes dans des agendas politiques, et invariablement, elles passent au second plan. Empiler les oppressions, les hiérarchiser en atomisant les femmes et en rendant les femmes blanches responsables de l’oppression des personnes racisées est un renversement des responsabilités qui incombent en réalité, aux systèmes patriarcaux et capitalistes. L’intersectionnalité, dé-construction de la solidarité universelle féministe, ne peut renverser la domination masculine, elle l’entretient.

Accoler des caractéristiques au féminisme n’ajoute rien, au contraire, cela divise. Le différentialisme sépare les femmes les unes des autres. Comment pourrait-il en être autrement : traditions et religions sont empreintes de sexisme, elles ont toujours servi le système patriarcal avec le plus grand zèle. Assigner des femmes à des spécificités plutôt que les rassembler dans une lutte commune, retarde l’émancipation collective du groupe des femmes. 

Le relativiste culturel avec toutes ses variantes, n’est pas seulement une récupération, un dévoiement du féminisme, c’est un contre-féminisme, une forme particulièrement perverse de résistance du système patriarcal.

S’il n’y a jamais eu une seule version du féminisme en effet, certains féminismes ne sont que des impostures,  jamais le féminisme ne s’adapte pas aux règles posées par l’oppresseur, il les renverse.

Le féminisme universaliste est pourtant de plus en plus isolé, régulièrement censuré et pour ainsi dire banni des milieux universitaires et médiatiques qui préfèrent promouvoir le relativisme et ses égéries. Le féminisme universitaire influence intellectuels et médias et exerce une emprise y compris sur le mouvement des femmes. Les relativistes et indigénistes en lutte contre un fantasmagorique « racisme d’état » ont réussi à imprégner tous les mouvements sociaux, et les mouvements antiraciste, féministe et LGBT n’ont pas été épargnés. Il est temps de passer à l’offensive et de réhabiliter le féminisme universaliste, qui seul peut venir à bout du système patriarcal universel. Nous nous y employons nombreuses et déterminées,  et nous y parviendrons.

Christine Le Doaré

et en Vidéo – intervention lors de la Rencontre féministe universaliste pour le 8 mars, le 2 mars 2019 au Château de Nantes : https://www.facebook.com/clr.paysdelaloire.7/videos/pcb.208884030068090/208882783401548/?type=3&theater

 

 

Non, les droits des musulmanes ne sont pas des Droits des Femmes ! Réponse à la Tribune la libre.be 2/8/18

IMG_7125Non, les droits des musulmanes ne sont pas des Droits des Femmes !

Réponse à la Tribune la libre.be 2/8/18

Selon un article paru jeudi 2 août dans la libre.be , « Les droits des musulmanes font partie des droits des femmes ». D’après ce texte, « l’interdiction de signes ou vêtements religieux dans l’emploi ou le secteur public constitue une discrimination ».

Ce texte n’a pas été écrit par hasard. Sous la pression d’un Collectif de musulmanes qui revendique « un modèle d’inclusion et de pluralisme européen », la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement Européen (mais si, un jour viendra, elles et ils parleront de droits DES femmes et éviteront tout essentialisme) a débattu récemment de la place des femmes musulmanes en Europe.

Ce collectif considère que les restrictions relatives au port des vêtements religieux témoignent d’une suspicion généralisée envers les musulmans. Interpellant les états membres de l’UE, il affirme que le débat qui s’est tenu au sein du Parlement Européen sur la situation d’exclusion des musulmanes, constitue « un soutien à la solidarité féministe avec les femmes musulmanes qui commence à se manifester en Europe ».

Parmi les signataires nous retrouvons Rokhaya Diallo, Lila Charef du Collectif contre l’islamophobie en France, etc.

Je commence par noter que les groupes de pression sur les institutions nationales et européennes ne sont pas sans effet.

Pourtant la façon de faire n’est pas nouvelle : se victimiser « femmes musulmanes exclues » et détourner les référentiels droits humains, droits des femmes «  solidarité féministe « pour obtenir des privilèges spécifiques communautaires et religieux .

Pourtant le risque est grand de compromettre l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes dans chaque pays, comme au niveau européen ainsi que compromettre le principe de neutralité religieuse dans les secteurs privé et public.

Sur le « féminisme » revendiqué dans cet article, je note que la question des violences faites aux femmes est survolée, quasiment accessoire dans le texte ;  elle n’est que prétexte à promouvoir l’idée d’une islamophobie généralisée en Europe. Instrumentalisation des luttes féministes s’il en est !

Le port d’un signe distinctif ostentatoire tel que le voile islamique, hijab, abaya… est un marqueur sexiste puisqu’il ne concerne que les femmes. Il est sensé marqué la pudeur des femmes face à l’avidité sexuelle des hommes, et par voie de conséquence,  accuse les femmes qui ne se voilent pas d’impudeur. Etrange manière de lutter contre les stéréotypes sexuels et sexistes et d’avancer vers l’égalité femmes-hommes. Dans l’espace public, c’est déjà difficile de voir à quel point le nombre de femmes soumises à ce diktat communautaire et religieux patriarcal est en augmentation, mais dans le milieu de l’entreprise ou des services publics, ce serait catastrophique pour les droits et libertés des femmes. Ce marqueur et drapeau de l’islamisme est une entrave à l’émancipation des femmes et la marche vers l’égalité femmes-hommes, nous ne le dirons jamais assez. Les musulmanes ne se voilent pas toutes loin de là, celles qui le font affichent une revendication politique.

Sur « la place des femmes musulmanes en Europe », je pense utile de rappeler que les femmes musulmanes n’ont pas de droits spécifiques en tant que musulmane, pas plus que les catholiques, les juives, les boudhistes, …, elles ont des droits en tant que citoyenne d’un état membre de l’UE, et en France citoyenne d’une République laïque.

Elles ont donc le droit de pratiquer leur culte dans leur sphère privée et intime, culte qui ne doit en rien interférer avec la vie de la République, ses institutions, ses services.

Dans l’entreprise, imagine t’on des salariés organisés et divisés selon leur conviction religieuse ? A quoi veut-on aboutir exactement ici ? A favoriser le vivre ensemble ou à afficher le religieux avant le reste, à exacerber les communautarismes, à diviser les citoyens d’un pays de l’UE, à fragmenter une UE déjà fort fragilisée ?

Des signataires de cet article sont aussi celles qui se revendiquent soit du féminisme essentialiste, relativiste, racialiste, intersectionnel, « pro-sexe »/queer d’une Joan Scott ou d’une Christine Delphy par exemple, ou du « féminisme islamique », aussi celles qui signent les tribunes exigeant la libération de Tariq Ramadan…, étrange coalition, pas étonnant qu’elle ait si peu à voir avec le féminisme. Pour s’y retrouver dans le féminisme, ses « versions » et dérives : https://christineld75.wordpress.com/2016/10/07/combien-y-a-t-il-de-feminismes/

L’action d’un tel Collectif représente un danger pour nos démocraties nationales comme pour l’Union Européenne. Il serait temps d’en prendre pleinement conscience. C’est-à-dire pour les féministes occidentales refuser toute alliance avec cette imposture de « féminisme », et pour les parlements et gouvernements, ne pas se laisser aussi facilement influencer, manipuler, et à l’inverse consolider le socle toujours imparfait mais irremplaçable de valeurs d’égalité sur lequel se fondent nos démocraties.

Christine Le Doaré

Rosen, il lui a poussé des ailes

Rosen, entrée Assemblée Nationale, vote de la loi d'abolition, 3 décembre 2013

Rosen, entrée Assemblée Nationale, vote de la loi d’abolition, 3 décembre 2013

La prostitution, pendant très longtemps, on en a peu parlé, pas plus qu’on ne parlait de la condition des femmes.

Une pratique ancestrale, une tradition presque, organisée pour que les mariages durent, pour déniaiser les garçons, pour distraire les marins solitaires, et que sais-je encore, certains ont même longtemps prétendu que c’était le seul moyen d’éviter les viols.

L’important, c’était que les hommes profitent de leur supériorité économique et sociale pour soumettre à leur bon vouloir, des femmes, affectées à cette fonction.

Les prostituées en revanche, à part quelques poètes, pas grand monde ne s’est intéressé à leur sort, des femmes ou des personnes vulnérables, sans grands moyens, alors, c’est tout juste si la société ne leur faisait pas une faveur !

Dans la plus grande hypocrisie, la société toute entière, s’arrangeait pour les cacher et les humilier, considérant pourtant normal de perpétuer cet esclavage sexuel genré.

La société patriarcale tente encore de préserver ce privilège masculin qu’elle présente toujours comme un besoin sexuel, hygiénique, inhérent à la virilité et à la sexualité masculine.

Ces clichés sexistes ont pourtant fait long feu et grâce au combat des féministes et des abolitionnistes, on parle enfin de la prostitution comme d’une violence sexuelle faite aux femmes, aussi aux enfants et à quelques hommes plus vulnérables.

Aucune société moderne, progressiste, qui vise l’égalité entre les femmes et les hommes ne peut tolérer l’existence de servitudes de genre et surtout pas la violence physique et psychologique de l’exploitation sexuelle.

Même si une minorité de prostituées se revendique libre, la prostitution s’exerce le plus souvent dans un contexte de maltraitance et dans tous les cas, nourrit la traite des êtres humains.

S’il n’y a pas de demande, il n’y a pas d’offre et donc pas de trafic.

Les clients qui consomment ce qu’ils considèrent être un produit/service, comme un autre, ne se préoccupent ni des origines, âges, conditions dans lesquelles les femmes se prostituent et sont souvent complices des pires exactions (enlèvements, séquestrations, sévices,…).

Il est amplement temps qu’ils le comprennent et considèrent les femmes pour ce qu’elles sont, à savoir leurs égales ; on n’achète pas ses pairs, on n’achète pas l’intimité d’autres humains.

La loi d’abolition de la prostitution votée à une large majorité à l’Assemblée Nationale, le 4 décembre 2013  – 1* Rien ne sera plus comme avant -, propose notamment d’organiser la sortie de la prostitution des personnes qui le souhaitent, de dépénaliser les personnes prostituées mais en revanche de pénaliser les clients prostitueurs, en les condamnant à une amende.

Enfin une loi qui va dans le bon sens, seulement voilà, neuf mois plus tard,  elle n’a toujours pas été votée au Sénat.

Pour les abolitionnistes, c’est beaucoup trop long, parce qu’il y a urgence, chaque jour, des personnes basculent dans une prostitution qui peut les broyer très vite, des étrangères échouent en nombre sur nos trottoirs, parkings d’autoroutes, etc., et trop souvent y laissent la vie.

Alors, prise d’un élan incompressible, Rosen s’est élancée pour avaler les 743 kilomètres qui séparent Saintes de Paris.

Saintes est la dernière ville où Rosen s’est prostituée, dans un salon de massage qu’elle a ouvert après son mariage ; Paris est la première, elle commence comme hôtesse dans un bar à champagne en 1988.

Rosen explique avec ses mots à elle, qu’une jeunesse destructrice avec un père alcoolique, des mauvaises rencontres, des viols, notamment commis par un ami de son père, etc., l’ont conduite à se prostituer.

Au départ, elle pensait contrôler, mais l’argent facile, le « succès » : « c’est une drogue, puis une mort lente » dit Rosen.

Un temps menant une double vie, ayant peur de « manquer » et droguée à l’excitation de ce que lui apporte cette prostitution « choisie », elle officie dans son salon de massage, pourtant mariée à un médecin, mère de six enfants et sportive accomplie.

Puis, c’est la prise de conscience et suivront dix longues années d’un travail sur soi, de recherches, de rencontres associatives, avec le Mouvement du Nid notamment, pour en sortir et devenir une militante abolitionniste qui avec Laurence Noël, créent une branche française des « survivantes de la prostitution ».

Elle sait comment elle en est arrivé là, mais ne supporte pas que ce soit toujours possible aujourd’hui, en 2014, en France.

Elle condamne la société de ne pas protéger les femmes contre cette violence.

Avec une loi d’abolition, elle ne se serait probablement pas prostituée ou en serait sortie plus rapidement et facilement.

A raison, elle reproche à la société sa coupable passivité.  –2* Voir le blog consacré à la Marche de Rosen –  

Moi aussi, comme tant de féministes et d’abolitionnistes, j’attends impatiemment l’adoption définitive de la loi d’abolition.

Présidente du Centre LGBT Paris depuis déjà quelques années, en 2009/2010, j’ai soudainement été violement attaquée par le STRASS et Act-Up Paris,  pour avoir osé dire que féministe, engagée pour les droits LGBT depuis des années, je soutenais également l’abolition de la prostitution.

Je devrais les en remercier, car sidérée par la violence d’un lobby prostitueur que j’ai depuis appris à mieux connaitre, j’ai approfondi la question et compris à quel point, ce qui n’était alors qu’une intuition, était en réalité une urgence.

La prostitution n’est-elle pas l’expression la plus extrême et barbare de la domination masculine ?

Tant que toutes les femmes ne seront pas libérées de cette servitude, aucune femme ne sera vraiment libre. L’abolition n’est pas négociable.

Pour autant, je n’aurais jamais eu le courage de m’engager ainsi dans une Marche de plus de 700 kilomètres.

C’est facile à dire, à écrire, Rosen marche, elle marche pour l’abolition, oui mais elle marche chaque jour, entre 20 et 25 km, elle rencontre des gens, explique, dialogue, fait signer une pétition en faveur de la pénalisation des clients, parfois elle est reçue par des éluEs (comme Catherine Coutelle, députée de la 2e circonscription de la Vienne et Présidente de la délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité des chances entre les hommes et les femmes),  elle est interviewée par des médias, etc..

Alors, il faut imaginer ce que c’est vraiment, pas après pas, jour après jour, les intempéries (soleil de plomb ou pluie battante), les pieds blessés, les jambes lourdes, les incidents de parcours (une roue crevée de la caravane de Luc, le vaillant retraité militant qui l’accompagne et assure une logistique minimale), les aléas familiaux (un fils hospitalisé) et pourtant, chaque jour, il faut repartir.

Alors Rosen, avec ses 58 ans a beau ne plus avoir les jambes d’une marathonienne, elle a l’énergie de ses convictions et les ailes de l’espoir lui ont poussé et la propulsent vers Paris.

Il est intéressant de noter une fois de plus, que si les médias régionaux, sur son passage, s’intéressent à l’évènement (journaux, TV), en revanche, au plan national, la couverture reste modeste, (Un bon article dans Libération  notamment), alors que des médias japonais, américains, vietnamiens…eux, couvrent l’évènement !

Chez nous, les médias restent frileux et préfèrent donner la parole aux clients qui pleurent une fin anticipée de leurs privilèges d’un autre temps.

Un tel courage force l’admiration, parce que ce n’est pas tout de le dire, il faut le faire !

Je l’accompagne en pensées, je sais que nous sommes nombreuses et nombreux (associations, collectifs et individu-e-s en France comme à l’étranger) à attendre son arrivée à Paris où nous pourrons la remercier comme il se doit pour ce geste valeureux qui fera date dans l’histoire du féminisme.

Qu’on se le dise, la loi d’abolition, Rosen et nous abolitionnistes et féministes, nous la voulons au plus vite, ici en France, aussi pour les femmes du monde entier.

Christine Le Doaré

 

1* Rien ne sera plus comme avant

https://christineld75.wordpress.com/2013/12/05/rien-ne-sera-plus-jamais-comme-avant/

 

2* Voir le blog consacré à la Marche de Rosen.  

https://marchepourlabolition.wordpress.com/

 

 

Le double effet kiss-cool de la pénalisation du client prostitueur

2469989

En version courte sur le site de Libération – Société – Rebonds :
http://mobile.liberation.fr/societe/2013/07/02/il-est-temps-de-penaliser-le-client-prostitueur_915424
En version courte sur Prostitution et Société :
http://www.prostitutionetsociete.fr/eclairage/point-de-vue/il-est-temps-de-penaliser-le

L’état français qui a fait le choix de l’abolition en 1960, doit maintenant l’appliquer. Bien que la question soit polémique, il est temps d’agir et de faire preuve de courage politique.
Une véritable politique abolitionniste exige de voter une loi globale : renforcer la lutte contre la traite, abroger le délit de racolage, pénaliser le client, adopter de sérieuses alternatives sociales et agir dans le domaine de la prévention et de l’éducation.

Les personnes prostituées sont avant tout victimes des violences sexuelles du système prostitueur, aussi, la loi sur le racolage qui prévoie six mois de prison, doit-elle être abrogée.
En revanche, ce sont bien les coupables des violences qui faut pénaliser. La lutte contre la traite et les mafias du sexe doit s’intensifier ; le client, acteur majeur du système prostitueur doit être responsabilisé. Lorsqu’il achète, non pas des services mais des violences sexuelles, il enrichit les proxénètes mais aussi l’état qui se paye sur le dos de femmes victimes de violences. Si la pénalisation du client s’impose c’est parce que sa demande est à l’origine de l’existence même du système prostitueur, 3ème marché criminel mondial. Une économie criminelle coupable de violences inouïes à l’encontre de femmes et d’enfants déplacés, dressés, violés, torturés. Voulons-nous oui ou non, l’égalité entre les femmes et les hommes ; le respect des droits de l’enfant ; le respect du principe d’inaliénabilité du corps et en réalité, de l’être humain ? C’est bien d’un projet de société humaniste et féministe dont il est question, pas de pudibonderie, ni même de morale.

Les voix s’élèvent, toujours plus nombreuses pour affirmer que la prostitution résulte d’une vision patriarcale de la sexualité : les hommes auraient des pulsions sexuelles irrépressibles et seraient en droit de disposer d’êtres destinés pour survivre, à les assouvir, sans désir, ni plaisir.
La prostitution est bien moins affaire de sexualité que de domination. Les hommes préservent non pas « le plus vieux métier du monde » mais un privilège archaïque qui leur évite de se confronter d’égal à égal, dans une relation à l’autre (peu importe cette relation d’ailleurs, du « plan cul » à la relation de couple). A l’évidence, maintenir la domination masculine compromet tout projet d’Egalité entre les femmes et les hommes.

La violence est intrinsèque à la situation de prostitution (subir des actes répétés de pénétration par des inconnus qui s’imposent par l’argent ; avoir peur d’un pervers ; subir le rejet social; etc. ) et s’y ajoutent les violences avérées des proxénètes et des clients : menaces, vols, coups, viols, tortures, sans compter les meurtres.
Des études en attestent, beaucoup de femmes, quelques hommes, ayant subi des violences sexuelles, s’infligent la violence prostitutionnelle. Les raisons économiques ne sont pas les seules à pousser les femmes dans la prostitution. Pensant contrôler, réparer, elles s’enferment dans une spirale de dévalorisation de soi. Même les prostituées « libres », témoignent en sortant, avoir vécu dans un état d’anesthésie et de dissociation qui seul, leur permettait de tenir. Ne pas sentir ni admettre la réalité de ce qu’elles endurent pour pouvoir y retourner le lendemain. Facile de se donner bonne conscience et de croire leurs discours, fabriqués pour ne pas craquer !

Quand les féministes des années 70 défendaient « la liberté de disposer de son corps », elles réclamaient une sexualité et une contraception libres et gratuites et la légalisation de l’avortement. Ce slogan est récupéré par des lobbys aux fins de marchandisation des corps (des êtres car le corps n’est pas dissocié), soumis aux industries du sexe. Peu à peu, les récupérations successives des mouvements féministes, l’absence de politiques ambitieuses éducatives et répressives contre les violences faites aux femmes, nous ont conduits à une véritable culture du viol et il faut voir les ravages de la libéralisation de la prostitution dans les pays réglementaristes. L’Allemagne, dépassée par le développement du trafic, à son tour tire un bilan négatif (Dossier Der Spiegel) et se promener à la Jonquera espagnole est édifiant.

La prostitution n’est pas un mode de sexualité comme un autre, mais bien une violence sexuelle. La lutte contre la prostitution entre à 100% dans le champ des violences faites aux femmes.
Les violences ne se combattent pas avec de bonnes intentions. Les législations libérales et les discours néolibéraux des lobbys pro-prostitution ont fait leur temps. Défendre la liberté d’une minorité d’escort-e-s petits entrepreneurs, contre les droits de l’écrasante majorité des femmes prostituées contraintes, n’est pas légitime mais indécent.

Il faudrait aujourd’hui à nos représentants, un courage politique identique à celui qui a prévalu quand le viol ou les violences conjugales sont entrées à leur juste place dans le code pénal.
Nos député-e-s doivent s’engager et refuser que des êtres humains ne soient soumis au pouvoir des marchés financiers du sexe et à la domination de clients qui pensent, par l’argent, effacer un acte de violence. Tout être humain peut comprendre que la sexualité relève d’un rapport à l’autre, et qu’il est révoltant de forcer un consentement par l’argent.
Les violences sexuelles ne sont jamais anodines, aussi ne peut-il être question d’une simple contravention, mais au moins d’un délit, voire d’un crime. En droit français, le législateur détermine les seuls délits et crimes, il ne peut donc pas prévoir une contravention punie d’une simple amende. Pour un délit, la peine est de 2 mois à 10 ans de prison, une peine alternative telle qu’un stage de citoyenneté ou des jours amendes peut être substituée à l’emprisonnement. Sachant que ne pas payer sa boisson au café (acte de filouterie) est un délit passible de 6 mois de prison et de 7500 euros d’amende, pénaliser le client prostitueur ne devrait pas constituer un obstacle infranchissable ! Avec le temps et la sensibilisation de la population à légalité et à l’inaliénabilité de l’être humain, la demande baissera non plus par crainte de la répression, mais par conviction.

Rappelons que l’abolition n’est pas la prohibition. L’interdiction ou la prohibition de la prostitution, pénalise à la fois le client et la personne prostituée, plaçant cette dernière en situation de danger. Les abolitionnistes ne sont pas naïfs, ils savent qu’une prostitution résiduelle persistera et s’ils veulent pénaliser le client c’est dans l’intérêt de la société toute entière.
Un véritable effet « Kiss- cool » quand on y pense :
-Premier effet : avancer plus vite vers l’égalité femmes-hommes et refuser une marchandisation toujours plus prégnante des êtres humains.
-Deuxième effet : inverser la charge pénale en la reportant sur le client et non plus sur la personne prostituée. Un rapport de force inversé en faveur des personnes prostituées, face à un client, conscient de seul commettre une infraction et ayant donc intérêt à se tenir à carreau !

La pénalisation du client n’entraîne pas une plus grande précarisation, ni mise en danger des prostituées. Ce qui met toute personne prostituée en danger, c’est le risque induit par le fait d’être seule et vulnérable avec le client, que ce soit dans la rue, dans une voiture, dans un appartement, ou dans un bois. Le danger c’est le client lui-même. Même les «traditionnelles » de la rue Blondel qui partagent en plein Paris, un immeuble, disent avoir toujours peur des clients qu’elles ne connaissent pas ! Dans les pays abolitionniste, la prostitution n’a pas été déportée au fond des bois, elle a diminué, au moins de moitié et se produit aussi en centre ville. En revanche, les prostituées ont accès aux aides sociales, de santé et de prévention aux IST ; sorties de la clandestinité ; elles peuvent imposer plus facilement le port du préservatif.

Ceux qui considèrent que les résultats des pays abolitionnistes sont difficiles à évaluer (même si tout le monde s’accorde à reconnaitre une baisse spectaculaire de la demande et une meilleure égalité femmes-hommes), ne peuvent ignorer les dégâts spectaculaires causés par les politiques libérales : demande exponentielle et de plus en plus sordide (prix au rabais…) ; croissance des trafics, impossible à juguler. Dans ces conditions, entre un bénéfice certain et une catastrophe annoncée, comment croire un seul instant que la France ferait le mauvais choix ?

Christine Le Doaré


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives