Posts Tagged 'FEMEN'

Vous avez bien dit « dignité » ?

photo publiée sur la page FB de la Marche

photo publiée sur la page FB de la Marche

Une Marche « pour la dignité et contre le racisme », quelle personne progressiste, ne voudrait pas participer ?

Tentant en effet, jusqu’à lecture de l’appel et des signataires que féministe laïque et lesbienne, je ne manque jamais de vérifier, ne souhaitant pas m’associer à des forces réactionnaires en matière de droits des femmes et des minorités.

 

Marcher contre tous les racismes, pour vivre ensemble dans le respect des différences, de toutes les différences ?

Pas vraiment et pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les vidéos et photos postées après la Marche.

 

Bien sûr il y avait dans cette Marche des personnes de bonne volonté, animées des meilleures raisons du monde de manifester. Pas si facile de comprendre que les organisateurs de la Marche qui instrumentalisent habilement l’antiracisme, ne mènent qu’à une impasse.

Une approche identitaire et racialiste est fatalement manichéenne, à fortiori quand elle se fonde sur un flagrant mensonge : il y aurait en France un RACISME D’ÉTAT et des assassinats de noirs, d’arabes commis sciemment et impunément par des policiers.

NON, n’y a pas de racisme d’état en France, il y a indéniablement du racisme, un racisme culturel et social, aussi des bavures policières, mais l’état ne les cautionne pas, même s’il pourrait toujours s’investir de manière plus efficiente.

Mais nous ne sommes pas ni aux USA, ni ailleurs, mais bien en République française laïque.

Il en va de même pour l’homophobie / la lesbophobie : il n’y a pas d’homophobie d’état en France et les policiers ne tuent pas sciemment et impunément des gays ou des lesbiennes.

Néanmoins l’homophobie / la lesbophobie sévissent toujours et des politiques publiques doivent être maintenues, développées, en concertation avec les associations et mouvements concernés.

 

A y regarder de plus près, il saute aux yeux que des groupes organisateurs et leur cortège dans la Marche, ne sont pas tant préoccupés par le racisme, mot / maux que nous devrions d’ailleurs mettre au pluriel : les racismes dont l’antisémitisme, discriminations et violences, que par ce qu’ils appellent  »islamophobie », aussi, la cause palestinienne et un rejet de l’occident et de ses valeurs.

 

-Comment marcher au milieu d’appels à la haine contre les FEMEN, contre CHARLIE, contre la laïcité, contre un prétendu lobby juif ?

-Comment marcher au milieu de drapeaux et mots d’ordre antisémites qui vont bien au-delà des appels au boycott d’Israël, soutien à peine voilé au terrorisme islamique du Hamas, à l’ »Intifada des couteaux » ?

Au prétexte que l’islam serait la religion des opprimé-e-s, (automatiquement renvoyé-e-s à une appartenance religieuse), tout est bon pour conforter le communautarisme et prendre fait et cause pour le religieux et tant pis si l’islam, comme toute religion, opprime les femmes et les minorités sexuelles, jusqu’à même les assassiner dans ses versions les plus radicales.

-Comment marcher derrière une ligne de femmes mises en avant comme un étendard, grossière récupération d’un « féminisme » instrumentalisé, alors qu’en réalité, personne ne se soucie des violences qu’elles rencontrent au sein de leur communauté et que ce sont les garçons qui ont le plus souvent affaire à la justice/police ?

-Comment accepter que Voltuan, soit bousculé parce que sur sa pancarte était écrit « All lives matters » et cautionner ainsi ce violent rejet de l’universalisme ?

 

-Dans quelle mesure les groupes féministes et LGBT qui cautionnent cette idéologique politique sont-ils conscients de conforter le sexisme et l’homophobie d’un communautarisme sectaire ?

-Dans quelle mesure les formations politiques telles qu’EELV ou le PCF et autres, qui s’associent sans état d’âme aucun, à des groupes, individu-e-s identitaires racialistes pour des raisons électoralistes, ont-elles conscience de favoriser l’avancée du Front National ?

Leur responsabilité est immense, pourtant, elles ne se demandent même pas pourquoi cette Marche nationale organisée pendant des mois, n’a pas mobilisé grand monde, 3000 personnes tout au plus.

Autain, Coronado, Plenel et les autres, à quoi jouent-ils, quel est leur intérêt personnel à cautionner cette mascarade ?

 

Comment s’associer à une Marche moins concernée par les problèmes de racisme et les solutions à apporter que par un esprit de vengeance, de division et de haine, au point de compromettre à tout jamais, toute possibilité de vivre ensemble ?

Et comment des personnes qui se disent de gauche, des intellectuels, des médias, peuvent-ils cautionner une telle manipulation, un tel dévoiement de l’antiracisme ?

 

Dans toute action politique les motivations des organisateurs sont primordiales. Pour rassembler contre le / les racismes, il faudra dépasser les clichés, écarter les mensonges, les malveillants, les antis républicains, les antis laïcs du PIR (Parti des Indigènes de la République*) Houria Bouteldja en tête, le rappeur Médine, Tariq Ramadan et les autres, et même y penser à deux fois avant d’invoquer Angela Davis (pro-prostitution, voile, islamiste…) qui si elle fut une militante de la cause noire aux USA, a pourtant cautionné Elridge Cleaver et les autres militants noirs qui revendiquaient tout de même : «La libération de l’homme noir passe par le viol des femmes blanches ».

L’antiracisme phagocyté par des islamo-gauchistes, avec la complaisance de trop de politiques et médias, est en réalité le meilleur allié de l’extrême droite. Il serait temps que tous les républicains et en particulier les féministes et les LGBT le réalisent pleinement car l’époque exige que nous nous rassemblions toutes et tous sans tarder, contre toutes les discriminations et violences, contre tous les racismes, pour partager avec bienveillance et respect les valeurs d’une république laïque qui loin d’être exemplaire, nous garantit au moins, un minimum de démocratie.

Christine Le Doaré

 

* Le PIR (Parti des Indigènes de la République) qui lui n’a pas milité pour la disparition du concept de race, ni pour l’universalisme !

« Comme il existe un rapport de force entre les races, le but de notre organisation est de le politiser pour le faire basculer en notre faveur ».

Ça a le mérite d’être clair, l’objectif du PIR est de remplacer une domination par une autre, pas d’en venir à bout.

p2

p3

p1

p4

 

http://pek.blogs.com/pek/2015/11/la-dignit%C3%A9-cest-la-lutte-contre-toutes-les-formes-racisme.html

http://www.prochoix.org/wordpress/?p=661

http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/9247

http://www.prochoix.org/wordpress/?p=667

 

A condition de marier les FEMEN aux féministes radicales !

5248703Hier soir, j’étais bien installée devant le documentaire « Nos seins, nos armes » de Nadia El Fani et Caroline Fourest, espérant enfin mieux comprendre les FEMEN et leurs motivations. Ces femmes sont impressionnantes et sur bien des points on ne peut que soutenir leur engagement, pourtant, j’ai toujours ressenti un certain doute sans savoir vraiment pourquoi, alors merci aux réalisatrices, j’ai ma réponse.

Sous l’impulsion de quatre jeunes fondatrices, le groupe s’est créé en Ukraine, « pays corrompu où le poids de l’argent facile et de l’église est énorme ». Leur mouvement est d’inspiration marxiste « La nouvelle éthique » et leur éducation politique féministe provient de la lecture d’un livre marxiste écrit par un socialiste allemand du XIXe siècle, August Bebel. Leur objectif est de mener un combat contre les dictatures, les industries du sexe et l’église. Elles disent que L’église et l’état s’entendent toujours sur le dos des femmes.
C’est peu à peu, mais assez rapidement, qu’elles ont adopté le moyen d’action de se déshabiller et de « faire entendre leurs voix par l’intermédiaire de leurs corps ». Les hommes sont d’abord intrigués, attirés, puis comprennent par les slogans qu’ »ils ne peuvent pas contrôler leur nudité ». En effet, leur seule arme c’est leurs seins, car elles utilisent leur corps comme un manifeste et affirment que ce message est universel. Leur ambition est de libérer les femmes partout dans le monde et pour cela, elles doivent créer une armée « de nouvelles femmes qui deviendront des combattantes d’une guerre pacifique ». Ces femmes devront à la fois être agressives mais pacifistes, féministes mais seins nus.

Alors bien sûr c’est, c’est emballant : moi aussi je lutte contre les industries du sexe et les effets pervers des religions, et moi aussi j’en ai marre que le corps des femmes soit encore et toujours un enjeu, donc elles m’intéressent. Seulement voilà, si nous sommes d’accord sur les luttes à mener, peut-être le sommes-nous moins sur les méthodes à employer ? Que penser de ces injonctions quasi militaires, de la mise en danger de jeunes recrues, de cette fanfaronnade du « seul nouveau féminisme digne d’intérêt » ? Bref, ce type d’action est-il convaincant et surtout, peut-il se suffire à lui-même ?

A l’évidence, dans les pays de l’Est et en particulier en Ukraine, pour ébranler les autorités et attirer leur attention sur la censure de l’église et le développement des mafias des industries du sexe, des actions provocatrices sont adaptées au contexte local. Les médias assureront la sécurité.
Toutefois, sans le relais d’autres groupes citoyens, féministes, politiques qui font le travail de fond, de terrain comme idéologique, de telles actions, quand elles ne choquent pas, peuvent secouer un temps les consciences mais il y a fort à parier qu’elles ne feront pas seules, évoluer durablement les mentalités.
Les happenings sont basés sur le visuel ; ça fonctionne un temps, celui de la surprise et de la nouveauté. C’est un peu comme les actions de la Barbe, nécessaires pour secouer les consciences, mais au bout d’un certain nombre d’actions identiques, l’effet de surprise tombe et s’il n’y a pas un relais avec une réflexion politique et stratégique plus élaborée, avec d’autres groupes, associations, chercheurs et politiques et bien, la nouveauté passe de mode. Heureusement, en France, ces autres forces existent, mais ailleurs aussi, et des centaines d’associations réalisent ce travail jour après jour, pour lentement mais sûrement, gagner des droits et faire avancer les mentalités : la Fédération Nationale Solidarité Femmes, le Lobby Européen des Femmes, le Collectif féministe contre le viol, Osez le féminisme, Les Effrontées, la fédération contre les violences faites aux femmes, Femmes solidaires, la CADAC, la Marche Mondiale des femmes, La coordination Lesbiennes en France, etc.

Les FEMEN ne s’intéressent pas à l’égalité entre les sexes, ne luttent pas contre le sexisme « ordinaire » car selon elles, qu’il s’agisse des différences de salaire ou de la répartition des tâches domestiques : «Ce sont des questions secondaires ». Mais ne savant-elles pas que tout est lié et complémentaire et dépend de la situation de chaque pays ?
Il y a toujours une limite à l’exportation d’un modèle de lutte, mais surtout, qui nous fera croire que dans les pays de l’Est, il n’y a pas de femmes qui luttent autrement ni d’autres associations féministes ? Le problème des FEMEN ce n’est pas leur action, mais de vouloir nous faire croire, qu’elles seules agissent et que leur mode d’action est le plus performant et légitime. Beaucoup d’hommes ne vont pas piger le sens de leurs interventions, seulement attirés par leurs seins nus.

En regardant le documentaire, en particulier leur action face aux fascistes de Civitas, j’ai aussi compris que cette détermination à aller à la rencontre d’agresseurs relève plus d’un activisme romantisme que de l’action politique. Tout le monde connait la brutalité de Civitas, nul besoin, d’aller les chatouiller sous le nez ; cette autosatisfaction à avoir affronté « le diable » a tout de même quelque chose de naïf.

Ce que je comprends des FEMEN, c’est qu’elles veulent exporter et exploiter la rage des fondatrices Ukrainiennes, confrontées à une quasi dictature et à de sordides industries du sexe. Elles ont un slogan, un visuel, des seins, elles en ont fait une marque, elles la vendent. Qu’elles puissent contribuer à la libération des femmes, tant mieux ; qu’elles en soient le fer de lance ? Je ne le pense pas et il faudrait demander aux femmes Ukrainiennes ce qu’elles en pensent. Selon moi, leur plus grande faiblesse c’est le manque développement politique. Ce n’est pas forcément un problème, mais tout de même, avoir comme référence féministe August Bebel, quand existe une multitude d’auteur-e-s telles que Beauvoir, Mackinnon, Jeffreys, Delphy, Dworkin, etc. ça laisse tout de même songeur-se.

De nos jours, toute jeune bloggeuse peut se mettre en danger en quelques secondes et condamner sa vie à l’exil. La jeune égyptienne, réfugiée en Suède et qui porte une pancarte « Sharia is not constitution » devant l’ambassade d’Egypte à Stockholm, a tellement raison, mais était-elle obligée de se mettre à nue pour ça ? Quand on la regarde et l’écoute, on sent le poids immense qui pèse sur cette adolescente fragile, manifestement dépassée par les évènements. D’autres femmes se battent et résistent en Egypte, la presse en parle moins, elle n’a pas de photo de nu à vendre, mais quel combat sera le plus utile aux femmes égyptiennes ?

Alors, au final, je reste admirative de certaines actions des FEMEN, telle qu’en 2012 la coupe de l’Europe en Ukraine, le déplacement de 100 000 prostituées ; tout au long du championnat elles vont « dénoncer l’argent facile promis par l’industrie du sexe, les femmes objets tout juste bonnes à se marier ou à se prostituer », (cette phase politique, c’est Caroline Fourest qui commente dans son commentaire, pas les FEMEN qui la prononcent).
A Paris,  le manque de fond, d’analyse et de culture féministe, le dédain affiché envers les mouvements féministes, passe moins bien tout comme ce côté on va vous expliquer ce qu’il faut faire nous qui avons l’attention des photographes ;  l’embrigadement quasi militaire de jeunes recrues peut aussi être questionné.
Si le féminisme c’est faire des pompes et avoir des seins présentables, je me demande avec inquiétude si demain, les brindilles un peu plates, les féministes qui ont pris un peu d’âge, celles qui se déplacent en fauteuil roulant, etc. vont pouvoir le rester ou pas ?

Le problème des FEMEN ce n’est pas tant leur mode d’action, leurs seins nus, même si leur mise en danger a bien quelque chose de sacrificiel,  c’est plutôt cette forme de provocation quelque peu arrogante, à vouloir nous faire croire qu’elles sont à l’avant-garde du féminisme et même les seules féministes qui vaillent.

Christine Le Doaré

– une page Facebook de nombreuses anciennes membres et de tous les pays (vous verrez leur témoignage est édifiant et ne constitue pas vraiment pour moi une surprise) : https://www.facebook.com/christine.ledoare#!/pages/EXit-FEMEN-The-truth-about-Femen/272316346234582

– un lien vers une vidéo des FEMEN que personnellement j’ai bcp de mal à trouver féministe :

– un article intéressant de Mona Chollet aujourd’hui ! : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives