Posts Tagged 'industries du sexe'

Abolition, la victoire arrachée !

prison-code-barreEnfin, après tant d’années de luttes acharnées, l’abolition de la prostitution va pouvoir faire ses preuves en France. C’est une victoire pour les féministes et pour tous les progressistes qui aspirent à la défaite de tous les esclavages.

L’abolition et non la prohibition, pour dépénaliser les personnes prostituées, les sortir de l’isolement et de la stigmatisation et leur donner les moyens si elles le souhaitent, de quitter cet esclavage sexuel d’un autre temps, à la croisée des oppressions de sexe, classe et origine.

Les clients quant à eux, consommateurs qui ne se préoccupent guère d’un système d’exploitation et de violence qu’ils alimentent par leur demande, vont être informés et pénalisés s’ils s’obstinent.

Il était temps que le législateur français soit cohérent avec le projet d’émancipation des femmes et d’égalité femmes-hommes qu’il prétend porter et cesse de cautionner ces hommes qui, par l’argent, contraignent des femmes ou des hommes d’ailleurs, à leur délivrer des services sexuels.

 

Ce ne sera pas simple, les associations et services sociaux auront besoin de moyens matériels et financiers conséquents pour mener à bien une politique abolitionniste efficace ;  pour faire évoluer les mentalités, il faudra promouvoir résolument les valeurs de consentement et de respect, propres à la liberté sexuelle.

 

Si la bataille a été âpre et longue, ce n’est pas fortuit.

Les bénéficiaires du système prostitueur : proxénètes en tous genres, entourage ou puissants réseaux mafieux, sans oublier l’opulente industrie du sexe ni les nombreux acteurs du lobby prostituteur et leurs soutiens politiques et médiatiques, ne vont pas considérer d’un bon œil, la perte d’une confortable manne financière pour les uns, d’un combat idéologique contre les femmes, pour les autres.

Pour constituer un rempart contre les violences de ce système et conduire une politique abolitionniste digne de ce nom, il faudra faire preuve d’une indéfectible volonté politique et soutenir en le finançant correctement, un tissu associatif féministe et abolitionniste compétent.

 

Les personnes les plus vulnérables subissent durement les lois des marchés financiers et sont des proies faciles pour le système prostitueur. Les féministes abolitionnistes et leurs allié-e-s associatifs et politiques sont souvent menacé-e-s, ici en France et partout où l’abolition de la prostitution est en question.

Les remparts sont bien fragiles, nos parlementaires ont enfin eu le courage politique de les renforcer.

Les attaques les plus violentes viennent bien comme on doit s’y attendre, des industries du sexe, de  groupes réactionnaires et masculinistes mais aussi,  beaucoup plus perfidement, de groupes de gauche qui se prétendent alternatifs et même « féministes » !

Il faut passer un certain temps dans les milieux militants pour appréhender correctement ces  alliances délétères entre des groupes et idéologies qui à priori n’ont pas grand-chose en commun tels que par exemple les féministes dites « pro-sexe », les défenseurs de la réglementation de la prostitution et les islamo-gauchistes.

Nombreuses sont les féministes diffamées, menacées, attaquées, les unes après les autres, dans le but de les isoler et discréditer.

En général, il s’agit de féministes qui résistent à la récupération « 3ème génération » et au dévoiement des  fondamentaux du féminisme au profit d’un féminisme queer dit « pro-sexe ».

Le féminisme « 3ème génération » fleurit dans certains milieux influents, universitaires, médiatiques, LGBT où il est de bon ton de ne plus parler d’études féministes mais d’études de genre, où les problématiques Trans., touchant pourtant un public ultra minoritaire, prennent le pas sur et au détriment de la lutte contre le sexisme, pour l’égalité et en faveur d’une société féministe, où les questions d’appropriation des corps – et vies – des femmes telles que la reproduction et la sexualité, sont présentées de manière à servir les besoins masculins  (prostitution / GPA – gestation pour autrui, etc.).

 

Actuellement, l’éditorialiste féministe bien connue Meghan Murphy fait l’objet d’une violente campagne de dénigrement orchestrée par les lobbys de l’industrie du sexe, destinée à la faire taire et pire, à lui faire perdre son emploi. *1.

Le Conseil d’administration et l’ancienne présidente porte-parole d’Osez-le-féminisme subissent une calomnieuse campagne de diffamation. Le communiqué de presse écrit par un groupe de militantes démissionnaires de l’antenne OLF Lyon est une attaque personnelle à charge et sans aucun élément tangible et vérifiable.

Il faut dire qu’à Lyon, la Gay Pride a depuis longtemps associé à la défense des droits des personnes LGBT, les revendications de libre prostitution et de GPA (Gestation pour Autrui) !

Les méthodes d’entrisme des lobbys pro-prostitution, STRASS (« Syndicat » des « travailleurs » du sexe) entre autres, formés aux pratiques des milieux politiques de l’ultra-gauche et de « l’islamo-gauchisme » étant particulièrement virulentes, il ne leur a pas fallu longtemps pour infiltrer et tenter de déstabiliser une association féministe bien connue pour ses positions abolitionnistes de la prostitution.

Que les responsables locales et nationales élues, sa présidente en tête, ne se laissent pas déborder et défendent les principes fondateurs d’une plate-forme constitutive votée, ADN de l’association, est tout à fait légitime.  La tentative de récupération ayant échoué, ne reste plus qu’à tenter de déstabiliser un CA et une présidente qui tiennent le cap et mettre en danger l’association.

Il est toujours possible de trouver des défauts aux militant-e-s qui prennent des responsabilités, ce n’est pas tâche facile et personne n’est irréprochable ; nombre de responsables associatifs sont ambitieux et motivé-e-s par des carrières politiques, à OLF comme ailleurs, mais le ton de la lettre et surtout l’absence d’arguments de fond et politiques, ne laissent que peu de doutes sur l’objet de la manœuvre.

On touche le fond quand des journalistes, longtemps complaisants à l’égard des lobbys prostitueurs, relayent l’info-poubelle ; tiens au hasard : Quentin Girard de Libération qui emballe le moulin en twittant une image du CP avec l’accroche : « Tiens, une partie d’OLF s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre » ! 2.*

Que des Fondatrices d’OLF aient été, soient encore, au PS ou sympathisantes est un fait, mais d’autres sont proches d’autres formations, et de là à dire qu’OLF n’est « que la chapelle féministe du PS », il y a une sacrée marge, d’autant plus que l’association n’a tout de même pas rechigné à interpeller le gouvernement sur un bon nombre de sujets relatifs aux droits des femmes.

Depuis ce premier CP, des journalistes avisés ont repris l’affaire en mains, et tentent de faire passer OLF pour des représentantes d’un féminisme blanc et bourgeois qui mépriserait les femmes racisées. Voir l’article surréaliste de Madame Figaro 3.* soudainement promue spécialiste en féminisme et qui nous explique le mouvement des femmes et ses divisions internes !

 

Trouver en Madame Figaro un relais des théories des « féministes » dites « pro-sexe »,  « féministes » islamo-gauchistes et « féministes » islamistes, peut être saisissant, mais à bien y réfléchir, relayer la parole de ceux qui s’emploient à toute force à diviser les mouvements féministes, à séparer les femmes et à les enfermer dans des spécificités culturelles et religieuses propres aux systèmes de domination à l’œuvre dans leur pays où communauté d’origine, est plutôt malin.  Diviser pour mieux régner, ne peut qu’arranger le système patriarcal.

Alors même qu’elles sont les seules en réalité, à dénoncer et combattre les violences inouïes  des mariages forcés, de la relégation, des crimes d’honneur, de la lapidation, de l’infanticide des petites filles, de l’excision, de la prostitution, des violences domestiques et sexuelles, des féminicides, etc., les féministes ne trouvent jamais grâce aux yeux des mystificateurs.

Soit elles sont accusées de parler à la place des femmes « racisées », elles sont alors condescendantes, et les femmes racisées qui prennent la parole  sont-elles,  « vendues  à l’ennemi de race » (voir l’article du PIR Parti Des Indigènes de la République, sur Sophia Aram 4.*), soit elles sont accusées de colonialistes qui passent sous silence l’oppression des femmes racisées.

Les « féministes intersectionnelles », « féministes » dites « pro-sexe » et féministes islamistes » communautaristes, voire intégristes, et leurs complaisant-e-s allié-e-s. se mettent quant à elles/eux, au service du genre et de leurs frères opprimés, au détriment des droits et libertés des femmes du monde entier, allant jusqu’à cautionner leur aliénation au nom de la culture et de la religion, alors qu’elles/ils vomissent les religions dès lors qu’il ne s’agit plus de l’Islam.

Quand, au Maghreb et ailleurs, les femmes se libèrent du joug de l’oppression religieuse machiste, elles/ils les ignorent avec un manifeste mépris sexiste. 5*

Leur politique d’entrisme et de sabotage, à Lyon comme ailleurs,  gangrène qui s’étend partout où une solide formation politique, la solidarité et le courage de s’opposer font défaut, est redoutable.

 

Ce ne sont que quelques récents exemples parmi tant d’autres, d’une guerre qui ne dit pas son nom mais blesse gravement des militant-e-s, divise profondément la société et dans le cas de la prostitution, laisse depuis trop longtemps sans recours, des personnes prostituées brisées par la violence des milieux prostitueurs.

Aujourd’hui, c’est bien une heureuse victoire, mais la bataille fut, est et restera rude.

 

A l’issue de ce vote historique, nous, féministes et progressistes abolitionnistes,  n’allons pas bouder notre plaisir. Nous avons toutes les raisons de nous réjouir aux côtés des personnes prostituées qui vont enfin sortir de ce paradoxe insensé : être stigmatisées et détruites par ceux-là même qui revendiquent et/ou profitent sexuellement et/ou financièrement, de leur activité.

Nous pouvons saluer le travail formidable des associations regroupées au sein du Collectif abolition2012 et le soutien de député-e-s engagé-e-s pour la dignité et la liberté des êtres humains.

Mais ne nous faisons pas d’illusion, instituer une véritable alternative au système d’exploitation sexuelle et de domination  le plus violent qui soit, et repousser les lobbys des industries du sexe, ne se fera pas sans peine.

 

Un bon début, abolition !

Christine Le Doaré

 

*1https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2015/06/09/la-guerre-de-lindustrie-du-sexe-contre-les-feministes/

 

 

*2 Quentin Girard ‏@quentingirard 4 juin

Tiens, une partie d’@osezlefeminisme s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre.

 

Voir la photo14 Retweets7 favoris

Répondre

Retweeter14

Favori7

Plus

 

3.* http://madame.lefigaro.fr/societe/le-feminisme-exclut-il-les-minorites-090615-96897

4.* http://indigenes-republique.fr/politiser-la-trahison-le-cas-sophia-aram-2/

5* « Toutes en minijupe contre la campagne sois un homme et voile tes femmes «

«Rescapées de l’enfer islamistes, elles se délivrent de leur burqa », ils ne connaissent pas !

https://ldlltunisia.wordpress.com/2015/05/23/toutes-en-mini-jupe-la-contre-campagne-de-sois-un-homme-et-voile-tes-femmes

http://www.ouvalalgerie.com/monde/367-Rassemblement-en-mini-jupe-%C3%A0-Tunis-en-solidarit%C3%A9-avec-les-femmes-alg%C3%A9riennes.html

http://madame.lefigaro.fr/societe/fuyant-daech-elles-renouent-avec-la-liberte-en-retirant-leurs-burqa-080615-96891

Mon genre, ton genre, mais quel genre ?

sans-titreEn France, tout le monde ou presque se jette à corps perdu dans la polémique sur le genre, mais personne, jamais, ne parle tout à fait, de la même chose.

Je le réalise une fois de plus ce matin en écoutant sur France Inter, François Ozon présenter son dernier film dont le personnage principal est un travesti. Avec Augustin Trapenard, il parle donc de genre et de féminité.

Ozon dit s’intéresser aux femmes car elles restent un mystère, aussi, parce qu’il ne fait pas un cinéma d’action et « qu’on attend des hommes, plus de l’action ».

« On » c’est qui ? L’action aux hommes et la sensibilité aux femmes ?

Ozon pense questionner le genre, oui, mais de quelle façon quand il nous ressert les clichés habituels d’hommes qui, et ce quelle que soit leur orientation sexuelle, pensent le genre d’un point de vue masculin.

Dans « Jeune et jolie », déjà, il met en scène une très jeune femme qui se prostitue comme on irait le dimanche après-midi, faire un tour en forêt, sans que jamais, elle ne nous dise pourquoi.

Pourtant, la question de la prostitution des jeunes est un sujet de société particulièrement inquiétant qui relève plutôt de la protection de l’enfance en danger et de la situation des femmes, que d’une romance éthérée et non problématisée.
Mais revenons au genre.

La manifpourtous dénonce une diabolique « théorie du genre » instrumentalisée dans le seul but de maintenir les privilèges de genre, c’est-à-dire la domination masculine sur les femmes.

Ses partisans ont bien compris que le seul danger en réalité est l’égalité femmes-hommes ; eux, tiennent à maintenir des familles traditionnelles avec une répartition des rôles bien établie qui implique des femmes soumises.

Pour la France réactionnaire, résister à la « théorie du genre », en réalité, c’est se battre contre le féminisme et ses combats pour l’égalité et pour un autre projet de société.

Les théories queers, les gays, les trans. et plus généralement le mouvement LGBT parlent en réalité bien moins d’égalité entre les femmes et les hommes que de confusion des genres.

Théoriquement, c’est intéressant d’abolir les genres, explorer le champ des possibles et tacler les frontières entre les sexes biologiques et les constructions sociales des genres féminin et masculin.

Mais n’est-ce pas un peu comme vouloir devenir champion cycliste avant même d’avoir retiré les petites roues du tricycle ?

Depuis le temps que les théories Queer existent, ne faut-il pas se demander à qui cela sert en réalité quand personne dans ces mouvements, ne travaille sérieusement sur la domination masculine ?

Confrontées à la réalité sociale de nos sociétés hyper-genrées qui entretiennent volontairement les stéréotypes sexistes pour inférioriser et asservir les femmes, ces théories ne servent en réalité, pas à grand-chose.

D’ailleurs, les gays qui n’ont que le mot genre à la bouche, le dissocient parfaitement des luttes féministes et rendent bien trop souvent, mauvais service aux femmes, avec leurs représentations hyper sexistes et hyper sexualisées des femmes.

Leurs icones, égéries, marraines préférées sont toujours des femmes dignes des couvertures de Playboy.

Une vraie femme, à leurs yeux, est souvent une femme-clichée, mode, sexe et glamour, affublée de talons hauts, maquillée et à moitié nue, sinon, c’est une lesbienne et les lesbiennes, ils s’en moquent assez.

En réalité, ils n’ont pas commencé le moindre travail de déconstruction des stéréotypes sexistes, ce qui les intéresse, c’est de ne pas être eux, limités à leur sexe ni genre, et pouvoir s’approprier quand ils le souhaitent, et sous leur contrôle, les caractéristiques dites « féminines ».

En revanche, savoir ce que les femmes – féministes – pensent de la « féminité » comme construction et contrainte sociales, ne les intéresse pas le moins du monde.

Respecter les différences entre les sexes, ne pas en déduire de supériorité ni infériorité, ne pas les hiérarchiser et donc déconstruire les genres sociaux et leurs assignations, rien de tout ceci n’a véritablement été exploré.

Dans le domaine des Etudes de genre, sont volontiers niés :

  • Les effets de la domination masculine à l’œuvre dans les sphères universitaires, intellectuelles et médiatiques. Comment croire dans ce cas, que les droits et libertés des femmes ne soient pas lésés ?

Quels sont les liens entre les Etudes de genre et les représentations Queer hyper-sexualisées des femmes, valorisant les rapports de domination/soumission, la prostitution et autres fantasmes masculins, à la plus grande satisfaction des très vaillantes et lucratives industries du sexe ?

  • Les combats féministes contre des discriminations et violences spécifiques, pour l’égalité et pour la promotion d’autres valeurs de vie en société.

Si les féministes ont longtemps été solidaires des LGBT et le sont encore, le plus souvent, l’inverse n’est pas vrai, ces derniers ne s’investissent pas ou très peu pour les droits des femmes et n’hésitent même plus à les mettre en péril, en particulier dans les domaines qui relèvent de l’appropriation de leurs corps (GPA/prostitution…).

A l’extrême, des trans-activistes, dans les pays anglo-saxons, mais également chez nous, s’autorisent à interdire violemment à des féministes de prendre la parole et même à organiser des conférences non-mixtes.

Alors parler de genre, du genre, quel genre, ton genre, mon genre ?

Il est urgent de revenir aux fondamentaux et de définir des priorités utiles.
En tant que féministe, parler du genre, reste et restera, tant que la situation des femmes ne se sera pas améliorée, à peu près partout sur cette planète (éducation, salaires, santé, violences, violences conjugales, viols, féminicides, etc.), parler de l’abolition de la domination masculine, un point c’est tout.

Christine Le Doaré

Un tournant décisif pour l’abolition !

14037_148752161961252_1608100489_nAlors bien sûr il y a eu l’avis de la Commission des Droits de l’Homme, un avis qui n’aide pas vraiment à y voir plus clair et surtout pas à libérer les femmes de leurs obligations patriarcales.
Des « sages » pas prêts à remettre en question les privilèges de la domination masculine, les leurs tout compte fait, puisque cette commission est composée de 40 hommes pour 19 femmes !
(https://christineld75.wordpress.com/2014/06/01/19-femmes-pour-40-hommes-de-quoi-sagit-il/)

Heureusement, les évidences ont cela de bien que malgré toutes les traditions, toutes les réticences, tous les lobbys, tôt ou tard, elles crèvent les yeux du plus grand nombre.
Toute personne de bonne foi qui fait un parallèle entre les bénéfices et désavantages du régime suédois et allemand ou hollandais, par exemple, ne peut être que convaincue par l’urgence de mettre un terme à un système néfaste pour les êtres humains qui le subissent et par ailleurs second plus important marché criminel au monde.

La prostitution, ça ne peut simplement pas durer parce que :
– Les hommes qui y ont recours entretiennent un marché dont le produit est un être humain, son intimité, marché alimenté principalement par des criminels et un petit pourcentage d’indépendantes qui se disent « libres » et heureuses « d’être pute » (selon les termes exacts du groupuscule qui entend les représenter : le STRASS)
– L’égalité femmes-hommes est compromise par une répartition des rôles qui assigne aux femmes de mettre leur corps au service de la sexualité et surtout de la domination masculine ; toute éducation au respect dans la sexualité devient hasardeuse
– La prostitution est une violence sexuelle qui occasionne de sérieux traumatismes physiques et mentaux
C’est en substance ce que vient de dire la Délégation sénatoriale aux Droits des Femmes et à l’Egalité des Chances entre les Hommes et les Femmes, le 5 juin dernier, en adoptant le rapport de Mme Brigitte Gonthier-Maurin (CRC, Hauts-de-Seine), et en l’assortissant de 11 recommandations.
Le rapport appuie la pénalisation de l’achat d’actes sexuels et la responsabilité des clients de la prostitution, l’abrogation du délit de racolage ainsi que l’attribution de moyens pérennes au financement du parcours de sortie de prostitution :
« La délégation a considéré que la prostitution est avant tout une violence qui s’exerce contre les femmes, qu’elle ne saurait être considérée comme un métier et que le débat sur la prostitution pose, en réalité, la question de l’égalité entre hommes et femmes. « et en ajoutant : « La délégation souhaite également, renforcer la sensibilisation à l’égalité entre hommes et femmes dès le plus jeune âge. Elle recommande également la généralisation des ABCD de l’égalité »

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes de son côté, a salué l’adoption de ce rapport favorable à la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel, déjà votée par l’Assemblée Nationale. Il a rappelé que le renforcement de la position abolitionniste de la France s’inscrivait dans une dynamique européenne initiée par l’adoption du rapport Honeyball, en février dernier.

Il faudrait maintenant que le vote de la proposition de loi soit rapidement inscrit au calendrier du Sénat afin que nous puissions engager une véritable politique abolitionniste en France et venir en aide aux personnes prostituées qui le souhaitent. Il y a urgence.

Il semblerait bien que cette dynamique désormais dépasse les frontières de l’Europe : le gouvernement Canadien s’est prononcé à son tour, le 4 juin dernier, pour un dispositif global incluant la protection des victimes du système prostitueur, la pénalisation des proxénètes et des clients. Le gouvernement canadien reconnait que les femmes autochtones sont sur-représentées parmi les personnes prostituées.
Son approche consiste à agir sur plusieurs axes : criminaliser les clients qui alimentent et perpétuent la demande de la prostitution ; protéger les personnes prostituées, les aider à sortir de la prostitution, mais ne pas intervenir lorsqu’elles souhaitent continuer leur activité ; également protéger les collectivités contre les torts causés par la prostitution.
Le gouvernement canadien veut frapper fort, les peines de prison prévues sont comprises entre 18 mois et 5 ans, assorties d’amendes, 500 $ pour la première infraction.
Ces amendes seraient doublées si l’infraction est commise près de parcs, d’écoles où des enfants pourraient se trouver.
L’objectif est que les clients comprennent les préjudices qu’ils causent aux personnes prostituées et cessent cette pratique d’un autre âge.
La loi s’attaque aussi au proxénétisme en renforçant le dispositif existant, elle accroît notamment la peine d’emprisonnement maximale de 10 ans actuelle en la portant à 14 ans.
Enfin, les programmes de réinsertion seront financés par des nouveaux fonds qui s’élèvent à 20 millions de dollars.

Enfin, l’exploitation, et n’ayons pas peur des mots, l’esclavage, qui frappe les plus démunis et vulnérables, qui est responsable de trafics sordides d’êtres humains, sont en passe d’être véritablement combattus à l’échelle de la planète.

Cependant, la mobilisation doit continuer, les lobbys des industries du sexe sont particulièrement puissants, infiltrés à tous les niveaux de décision, les enjeux financiers sont pour eux colossaux, alors vigilance et persévérance sont de mise.
Il serait naïf de penser qu’ils ne vont pas tenter de résister, d’agir et jusqu’au bout, et toujours, comme tout système d’exploitation et d’oppression.
Les élus de tous bords doivent s’investir et faire preuve d’un fort courage politique.

Christine Le Doaré

***********************************************************************************

France :
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/violences-de-genre/actualites-69/article/la-delegation-aux-droits-des
http://www.mouvementdunid.org/Une-loi-d-abolition-de-la
http://www.osezlefeminisme.fr/article/communique-de-presse-06juin2014-prostitution-labolition-au-senat-maintenant

Europe :
http://www.prostitutionetsociete.fr/actualites/actualites-europe/inedit-le-conseil-de-l-europe
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2014-0162+0+DOC+XML+V0//FR

Canada:
http://sisyphe.org/spip.php?article4780#.U5DR0LeIyyM.facebook
http://www.abolitionprostitution.ca…
http://www.cbc.ca/news/politics/jimmy-carter-offers-canada-advice-on-updating-prostitution-laws-1.2654394
http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/societe/qui-est-derriere-le-lobby-de-la-prostitution/#.U5Hd96OQTPK.twitter
http://www.lepoint.fr/monde/prostitution-le-canada-veut-penaliser-les-clients-05-06-2014-1832581_24.php

Des «Déchaînées » aux genoux du patriarcat !

pancakes-158510Des «Déchaînées » aux genoux du patriarcat !
Ou pourquoi, à peine connues, les théories « féministes « post-modernes sont vouées aux poubelles de l’Histoire.

« Islam et prostitution : les féministes, le voile et le string » de ValérieCG ou Crêpe Georgette. Vous ne rêvez pas, dans un même titre, s’enchaînent les mots : Islam, prostitution, féministes et voile. String c’est juste pour faire style.

Surprenant ? Pas vraiment, depuis quelque temps déjà, une mouvance constituée de : bloggeuses influentes (notamment « Les Déchaînées »*1.), aussi la nébuleuse « 8marspourtoutes » *2., de Morgane Merteuil et d’autres du STRASS *3 et aussi d’Act-Up Paris, de quelques militants du NPA, aussi des Verts et de quelques universitaires amplement médiatisés, a pour ambition de parvenir à décrédibiliser puis diviser le mouvement féministe, en récupérant certaines luttes de femmes.

Les théoriciens et théoriciennes du « féminisme » post-moderne dit improprement « pro-sexe », nullement effrayéEs par les amalgames improbables, récupèrent des luttes de femmes que la société rejette et /ou que leurs « choix » isolent.
Ces femmes, à priori, tout les oppose : les unes revendiquent de se voiler « librement », les autres de se prostituer « librement ».
On ne peut imaginer plus grand écart entre les motivations et revendications d’un tel rassemblement, mais le mot « librement » a indéniablement un fort pouvoir d’attraction sur les libertariens !

D’un côté, nous avons des femmes voilées qui semblent ignorer que des générations de femmes se sont battues pour s’en affranchir, que des femmes sont, en France, sommées de le porter par les hommes de leur entourage, que d’autres femmes dans le monde sont harcelées, lapidées et assassinées quand elles ne le portent pas.
En tous cas, elles s’acharnent à défendre en France, ce morceau de tissu qu’aucun texte religieux n’impose, mais infligé aux seules femmes par des hommes qui encore et toujours exigent de les contrôler et entravent leur liberté.
Paradoxalement, ces femmes s’entêtent à leur donner raison et se déclarent « libres », certaines le sont sûrement, mais combien sont instrumentalisées par le « féminisme islamique », des islamo-gauchistes et intellectuels si bienveillants à leur encontre ?

De l’autre, des prostituéEs qui semblent ignorer qu’en guise de liberté, elles participent à l’organisation patriarcale d’une distribution des rôles agencée pour garantir aux hommes une mise à disposition des corps des femmes.
Réduites à une convenance sexuelle, elles n’expriment aucune solidarité envers les femmes forcées dans la prostitution, comme si elles ignoraient que les clients ne s’inquiètent jamais de la situation des femmes et filles qu’ils payent, que leur demande nourrit une traite criminelle et un sordide trafic d’êtres humains.
Une liberté d’entreprise incompatible avec la défense des droits humains et à fortiori des droits des femmes.

Rien de bien moderne, subversif ni féministe dans ces revendications, si ce n’est que le mot « librement » justifie tout, y compris de renforcer le contrôle et les violences contre les femmes puisqu’elles semblent y consentir.
En réalité dans un cas comme dans l’autre, des femmes souffrent du regard de la société, de violences et de discriminations mais plutôt que de lutter contre les raisons de leurs problèmes à savoir, l’arbitraire de l’interprétation masculine des religions et les violences sexuelles de la domination masculine, elles tentent d’aménager leur oppression plutôt que de l’abolir.
Erreur fatale, l’oppression ne s’aménage pas, elle s’abolit.

Le mouvement féministe est loin d’être parfait et ne se préoccupe probablement pas assez des multiples discriminations de sexe, classe, race-racisation-, il est compréhensible que des femmes se pensent laissées pour compte ; en revanche, ce qui est scandaleux c’est l’instrumentalisation éhontée de frustrations légitimes par des intellectuels et des activistes que l’honnêteté intellectuelle n’étouffe pas.
Le relativisme culturel est pourtant de plus en plus contesté, à commencer par les femmes concernées dans les pays arabes ; les femmes du monde entier sont solidaires face à des violences et discriminations qui les concernent toutes, c’est ça le féminisme et le relativisme culturel les divise.
Le soutien direct ou indirect de plus en plus flagrant aux industries du sexe, que les femmes dès qu’elles sortent de la prostitution, dénoncent en grand nombre, est de plus en plus difficile à cacher.
Nous vivons dans un monde formidable : les systèmes d’oppression, les industries n’ont même plus besoin d’assurer leur maintien et défense eux-mêmes, des personnes et groupes se présentant comme subversifs le font bien mieux à leur place !

Ce sont les mêmes qui nous rabattent les oreilles de l’intersectionnalité des luttes, concept utile pour exiger des femmes qu’elles attendent le grand soir pour revendiquer des droits spécifiques ; dommage, l’Histoire et même la plus récente nous prouve qu’elles sont alors très vite muselées et renvoyées à leur oppression.

Aucun des arguments avancés dans le texte « Islam et prostitution… », au paroxysme de cette posture aberrante ultra-libérale et islamo-gauchiste et qui revient à promouvoir un racisme de l’occident pas plus intelligent que ne l’est aucun racisme, ne résiste bien longtemps à une lecture un tant soit peu critique et surtout féministe.

« La lutte contre le voile, outil fédérateur d’un féminisme en mal de visibilité » !
Il faut le lire pour le croire ! La lutte contre les discriminations, l’éducation à l’égalité, la lutte contre les violences (le viol, les violences conjugales, etc.) sont des sujets fédérateurs parmi bien d’autres et depuis toujours, pour les militantes féministes.
En outre, la question du voile est un vrai sujet de société sur lequel les féministes aussi ont leur mot à dire car religions, interprétation masculine des religions et oppression des femmes ont toujours été fortement liés !

« Civiliser les femmes musulmanes : « mission oppression », au nom du féminisme » !
Entre culture du complot et fantasme de persécution de type « Indigènes de la République » ! Comment croire une seule seconde que le mouvement féministe penserait à « civiliser les musulmanes » ?
Les femmes du monde entier ont toujours cherché à s’affranchir du poids des religions, de toutes les religions et de ce qu’elles imposent aux femmes.
Quelle pathétique névrose que de masquer les voix des féministes du monde musulman qui résistent pour mettre en avant les « féministes islamistes », instruments des pouvoirs intégristes !

« 2013, le féminisme anti-putes s’offre les feux de la rampe » !
Référence à la loi d’abolition de la prostitution qui comporte la pénalisation du client prostitueur. Comme si depuis toujours le mouvement féministe n’était pas abolitionniste de la prostitution, plutôt que complaisant à l’égard des hommes qui abusent du pouvoir de l’argent pour contraindre des femmes à une sexualité non désirée ?
Mais c’est quoi au juste le féminisme sinon l’émancipation des femmes pour l’égalité femmes-hommes, une société qui se libère des dominations, exploitations et violences et abolit les privilèges patriarcaux à commencer par les plus anciens et à l’origine même du patriarcat : l’appropriation du corps des femmes pour la sexualité et la reproduction dans le mariage comme dans la prostitution ?!

Tout est à l’avenant, les fondamentaux d’un féminisme universel et laïc sont bafoués dans un jargon complotiste, des arguments absurdes, une grossière manipulation idéologique.
Qui donc peut être dupe ? Cette mouvance, démasquée depuis un certain temps déjà, ne poursuit en réalité pas d’autres buts que la perpétuation du patriarcat, alors je me demande bien pourquoi ces « féministes » de pacotille continuent de faire semblant ? Croient-elles vraiment pouvoir ainsi souiller les luttes féministes et tromper celles et ceux qui les suivent, encore longtemps ?
Pourquoi ne disent-elles pas clairement qu’elles sont du côté de l’oppresseur, des dictats religieux, du contrôle des femmes ? Pourquoi ne rejoignent-elles et ils pas les masculinistes, les islamistes, enfin qui elles et ils veulent, mais cessent d’usurper le nom de féminisme ?

Quelle terrible imposture, les seulEs véritables « putophobes » et « islamophobes » ce sont eux, tout juste bons à attiser la haine et à diviser.

Christine Le Doaré

*****************************************************************************************

*1 Les Déchaînées : Valérie CG et Crêpe Georgette + Daria Marx + Gaëlle-Marie Zimmerman et A Contrario : http://www.crepegeorgette.com/2014/03/17/creation-de-lassociation-les-de-chainees/

l’article objet de ce post : « Islam, prostitution, … » : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache%3Ahttp%3A%2F%2Fwww.dechainees.fr%2F2014%2F02%2F27%2Fislam-prostitution-feminisme-voile-string%2F

*2
https://christineld75.wordpress.com/2014/03/09/un-etrange-8-mars-2014/
https://christineld75.wordpress.com/2014/03/04/encore-un-8-mars-et-des-questions-qui-fachent/

*3 STRASS : Syndicat des travailleurs du sexe

Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?

220px-Palco_BolognaPride08Les LGBT vont-ils s’adapter au système ou le changer ?
Mixité, diversité, comment se rejoindre un jour ?

Depuis que l’homosexualité est devenue une question de société, nombre de gays se sont désintéressés des questions d’égalité réelle entre les femmes et les hommes et du féminisme. Il semble qu’ils en ont déjà fini d’interroger leur propre misogynie ? Le mouvement n’a t’il de LGBT que son sigle ?

En matière de discriminations et de violences, d’égalité des droits (mariage et adoption), on peut considérer qu’il y a bien une transversalité de luttes.
Mais déjà, en matière de GPA c’est moins évident, comme à chaque fois qu’il est question de l’appropriation du corps (des vies en réalité), des femmes. Toutes les autres revendications ne se recoupent pas et les problématiques spécifiques des lesbiennes, en général, n’intéressent pas les gays.

La question des inégalités femmes-hommes est centrale. Combien de gays admettent bénéficier de privilèges du fait de leur appartenance au groupe des hommes ? Comment faire prendre conscience à un gay que ne pas combattre un système revient à le conforter ? Peut-il se désolidariser du groupe des hommes dont il cherche tant à se faire accepter ? C’est pourtant bien sa seule chance objective de vivre un jour dans une société égalitaire, libre de sexisme et donc d’homophobie.

Ce manque de motivation à challenger la domination masculine est aussi encouragé par l’attitude de beaucoup de lesbiennes qui par identification, tentent de s’affranchir des contraintes sociales et culturelles liées à leur genre. Qu’elles en soient conscientes ou pas, dans tous les cas, penser se libérer seules, alors que d’autres femmes continuent de subir la domination masculine, est illusoire.

J’en ai rencontré, notamment engagées aux côtés des gays dans la lutte contre le sida, qui niaient leur double oppression de femmes et de lesbiennes. Elles en connaissaient un rayon en matière de prévention-sexualité gay, mais se satisfaisaient du manque de réciprocité et certaines ignoraient même l’essentiel de la prévention lesbienne ! Comment faire comprendre à une lesbienne que sans solidarité avec le groupe des femmes, tant que l’égalité réelle ne sera pas achevée, que le féminisme n’aura pas changé et réinventé la société. elle n’aura jamais que l’illusion de sa propre libération ? Vivre sous domination sous domination masculine l’entravera et la menacera toujours.

Les Trans. quant à eux, se sont à juste titre, plaints du manque d’intérêt et de solidarité des gays à leur égard, mais elles-eux non plus, ne se sont pas intéressés à la déconstruction du système patriarcal ; il est rare de croiser un ou une trans féministe.

Au début, n’étaient visibles que les transsexuelles hommes devenus femmes (M to F). Au contraire d’être féministes, la plupart adoptaient même les codes sociaux d’une représentation féminine parfaitement sexiste. Incompréhension des lesbiennes, forcément.

Puis ont émergé les transsexuels femmes devenues hommes (F to M), un peu plus conscientes du sexisme et des enjeux de l’égalité femmes-hommes, ayant été des femmes et souvent rejetées car ne se pliant pas aux stéréotypes de genre. Toutefois, une fois installées dans leur sexe de réassignation, la plupart des personnes trans. se fondent dans la masse pour une nouvelle vie et participent moins aux luttes féministes et LGBT.

Puis les personnes transgenres qui questionnent le genre mais ne veulent pas nécessairement s’engager dans les opérations de réassignation de genre, sont devenues visibles, aidées par le mouvement Queer qui, pensait-on, ouvrait une brèche vers plus d’imagination et de libertés.

Dommage, toutes ces différentes façons d’être trans n’ont pas non plus vraiment réussi à se comprendre entre elles. Elles s’accordent sans conteste sur la nécessité d’obtention de papiers d’identité conformes à son genre, en revanche, elles se déchirent, notamment sur la question de l’accompagnement médical et psychologique du parcours de réassignation de genre.

Pire encore, les revendications trans. sont maintenant instrumentalisées par les politiques : assimiler opportunément les questions de genres aux archi minoritaires droits des trans pour mieux freiner les droits des femmes et surtout ne pas avancer trop vite en matière d’égalité Femmes-Hommes, beaucoup de politiciens européens sont déjà rompus à l’exercice.

Les Trans-actvistes, en particulier dans les pays anglo-saxons, sont de plus en plus hostiles à l’égard des féministes. (Attaques conférence radfem pays anglo-saxons).

Peu à peu, le mouvement LGBT, plus à l’aise avec les questions trans. que féministes et lesbiennes, puisqu’elles ne les remettent pas vraiment en question, ont inscrit et priorisé les revendications Trans. à leur agenda.

Quant aux bi(s), elles et ils considèrent n’être que la dernière roue du carrosse, ce qui n’est pas faux, mais il faut bien reconnaître qu’il est assez difficile d’articuler des revendications bi, notamment en matière d’égalité réelle femmes-hommes ou d’égalité des droits LGBT. Quand on discrimine ou agresse une personne, c’est à cause de son orientation sexuelle réelle ou supposée et c’est la relation homosexuelle de la personne bisexuelle qui pose alors problème. La question de l’acceptation de la bisexualité est une intéressante question culturelle mais elle est difficile à traduire en termes politiques.

L’interprétation en France des théories Queer, a aussi joué un rôle. Les théories Queer permettent d’appréhender les questions de genre pour mieux déconstruire les normes et proposer des alternatives. Mais chez nous, elles ont souvent été utilisées pour diluer les luttes et masquer les véritables enjeux de pouvoir.

Ainsi, quand un homme blanc Queer décrète être une « lesbienne noire », parce que c’est ainsi qu’il lui plaît de se définir, c’est intéressant sur le plan théorique, mais seule la lesbienne noire subit vraiment une triple domination sociale et culturelle (femme, lesbienne et racisée) ; ce type de posture n’a aucun d’effet sur la vie quotidienne de l’immense majorité des gens et encore moins ne remet en question l’oppression des femmes.

C’est théoriquement excitant mais socialement inopérant, ça ne change strictement rien aux rapports sociaux de classe.

Les hommes (gays ou pas) qui adorent les Slutwalks et autres manifestations ou représentations « pro-sexe », les qualifient de « seul féminisme valable » ; ils ont raison, elles ne remettent nullement en question la domination masculine, bien au contraire, elles assignent les femmes à de nouveaux rôles tout aussi normés que les précédents mais imposés cette fois, par les performantes et omniprésentes, industries du sexe.

C’est un peu comme si le système patriarcal s’adaptait et engendrait de nouvelles générations d’adeptes au sein même des mouvements qui théoriquement pourraient le mettre en échec.

En effet, les groupuscules radicaux qui prospèrent à la marge du mouvement LGBT se prétendent subversifs mais en réalité, s’avèrent être de redoutables alliés du système patriarcal.

Ayant parfaitement intégré les codes de l’oppresseur, ils répandent des thèses néolibérales « post-féministes » et vont jusqu’à confisquer violemment la parole des féministes.

Complices des industries du sexe, pornographie et prostitution notamment, dont ils prétendent se réapproprier les scénarios, ils glorifient sans ciller la marchandisation et l’aliénation des êtres humains.

Rien n’est plus facile que d’instrumentaliser la libération sexuelle des femmes et « la liberté de disposer de son corps » est passée par la moulinette du libéralisme : à l’évidence, que des femmes s’affirment libérées par le porno ou la prostitution ne va rien changer à l’ordre établi, ni déstabiliser la domination masculine, bien au contraire !

L’influence de ceux que l’on appelle à tort « pro-sexe », « trans-activistes » en tête, s’est même révélée être l’une des menaces les plus virulentes à l’encontre de féministes ou de groupes féministes (Annulation conférence Rad-Fem, harcèlement de militantes, etc.).

Curieusement, ce sont les associations de santé communautaires, financées pour la lutte contre le sida, qui s’en font les meilleurs relais dans le mouvement LGBT.

Face à une telle adversité, nombre de lesbiennes politiques n’approchent pas ou ne font que traverser le mouvement mixte LGBT. Rares sont les militantes lesbiennes féministes qui travaillent dans le mouvement mixte, y occupent une position de « leadeuse », portent les revendications communes tout en s’affichant féministes et en challengeant le sexisme. A quelques exceptions près, elles sont vite isolées, harcelées, discréditées voire menacées et s’épuisent sans obtenir beaucoup de résultats.

Néanmoins, je comprends bien que des lesbiennes soient convaincues que dans une société mixte, il n’y a pas d’autre alternative que la mixité, ce fut mon cas pendant de longues années.

Je pensais que s’exclure dans la non-mixité, n’était pas efficace pour combattre la domination masculine. Aujourd’hui, je n’affirmerais plus rien de tel. L’effort à produire pour surnager et assurer un minimum de visibilité lesbienne et féministe au sein du mouvement LGBT est démesuré. Pour que cet investissement soit viable et productif, il faudrait conjuguer deux facteurs, le premier : plus de lesbiennes féministes investies en même temps et le deuxième: plus de gays concernés par l’abolition du patriarcat. Autant dire une belle utopie !

Dans tous les cas, je pense maintenant que la bonne stratégie consiste à leur demander de s’informer, de se former (les outils théoriques, les expériences et les expertes sont disponibles), de travailler et de faire leurs preuves, nous verrons ensuite.

En conclusion, je dirai que le mouvement LGBT a probablement eu tort de se focaliser exclusivement sur l’égalité des droits, étape certes indispensable, mais impuissante à changer la société en profondeur. Ce sont les LGBT qui vont s’adapter au système et pas l’inverse !

Admettons-le, le mouvement LGBT n’a de mixte que son sigle. Il se défend bien en matière d’égalité des droits, mais fait l’économie de l’essentiel : la lutte contre la domination masculine. Il ne suffit pas de dire : le sexisme engendre l’homophobie ou encore, le mépris du féminin est l’un des ressorts des LGBTphobies, voire même l’homophobie et la lesbophobie sont des manifestations de peur face à des alternatives qui ne sont pas prévues et sont vécues comme des menaces du système, encore faut-il en tirer les conséquences et s’engager dans la lutte contre les systèmes d’oppression, y compris à l’intérieur du mouvement.

Le mouvement LGBT qui a fortement contribué à l’évolution des mœurs en France, aurait les moyens de devenir un véritable mouvement de libération et d’émancipation. Il peut jouer un rôle majeur dans la lutte pour l’égalité Femmes/hommes, encore faudrait-il qu’il le veuille et s’en donne les moyens. Pour l’instant, il n’a même pas commencé, à l’inverse, il s’y oppose souvent.

Ses choix seront déterminants pour l’avenir et il ne pourra pas longtemps continuer de se cacher derrière son petit doigt.

Libération sexuelle et liberté de disposer de son corps

600269_10151496884167948_298307319_nLiberté, quelle liberté, où en sont les femmes ?

Entre timides battues en brèche, violents retours de bâtons, le système patriarcal contre lequel nous sommes mobilisé-e-s, détient probablement le record de longévité des systèmes d’oppression. Il sévit dans tous les domaines mais affectionne particulièrement l’intime et la sexualité.

Je me suis souvent demandé comment s’étaient débrouillés les hommes pour que le mouvement de libération sexuelle des années 60/70, leur profite autant ? Il n’est pas question de le nier, les droits et libertés des femmes ont progressé à partir des années 60, mais nombreuses sont celles qui ont fini par l’admettre : la libération des mœurs sans égalité réelle femmes-hommes jetait comme une ombre au tableau. Les femmes se devaient surtout d’être en permanence disponibles et enthousiastes, sous peine d’être considérées comme de mauvaises coucheuses. Alors, libération sexuelle oui, mais dans les limites imposées par la domination masculine.

Après plus de 40 ans la situation a certes évolué mais je ne suis pas certaine que dans leur majorité, les femmes s’en sortent vraiment mieux. Le patriarcat n’en finit pas de s’éterniser, les femmes n’ont toujours pas gagné l’égalité, encore moins leur liberté. Un peu partout, les droits reproductifs dont l’avortement sont menacés, limités ; des millions de femmes sont toujours enfermées dans les mariages forcés et la prostitution.
Nos sociétés phallocrates essayent bien de nous faire croire que tout va pour le mieux : que les femmes orientales se satisferaient de la soumission et que le voile les protègerait ; que les femmes occidentales s’éclateraient de la Lolita à la Couguar !
En réalité, de manière plus ou moins subtile, partout des femmes résistent aux humiliations et aux violences. Dans les sociétés occidentales, l’hypersexualisation des petites filles et la chosification / pornification des femmes s’impose massivement et à une vitesse fulgurante.
C’est le leurre qu’a trouvé la domination masculine pour continuer de nous contrôler et imposer sa volonté. Des femmes libérées, fort bien, mais qui plaisent aux hommes !

Finalement, la Suède, reste l’un des rares pays a n’avoir pas gommé le caractère féministe de la révolution sexuelle ; elle a notamment choisi d’abolir la prostitution, c’est-à-dire de ne pas inquiéter les prostituées qui, sans craindre d’être arrêtées, peuvent porter plainte en cas de violences ; mais de condamner le proxénétisme et l’achat de services sexuels, pour instaurer l’égalité femmes-hommes et promouvoir l’indisponibilité marchande de l’être Humain.

Dans un tel contexte, quelles sont les libertés sexuelles des femmes ?

Peut-être faut-il commencer par poser le postulat que jamais, personne, n’est totalement libre. Notre naissance, notre cadre de vie, nos rencontres, nous font et défont constamment. Les institutions sont déterminantes, l’enseignement, les valeurs républicaines et/ou religieuses, politiques, syndicales sont des moules.
Bien sûr chaque personne dispose d’une marge de manœuvre et opérera des choix tout au long de sa vie ; des choix cruciaux, mais jamais en dehors du regard des autres ni des codes des groupes d’appartenance et/ou de rejet. Un « sans abri » est aussi libre que moi, mais de quoi est-il ou elle, libre, exactement ? Suis-je aussi libre que d’autres qui détiennent des moyens que je n’ai pas (âge, revenus, formation, qualifications, réseaux sociaux/politiques, etc.) ?
Dans bien des situations, ce n’est pas la liberté qui protège les personnes vulnérables ou fragiles, mais la loi, le cadre social, les références culturelles et morales ou leur absence.

Rappelons aussi que les espaces de liberté sont de nos jours de plus en plus réduits. Notre imaginaire aussi est colonisé. Les industries du sexe, les plus inventives et prolifiques qui soient, savent se vendre : omniprésentes, elles influencent toute notre culture : la représentation hypersexualisée des femmes et des petites filles dans la mode, la photographie, le roman, le cinéma, etc., ce sont elles.
Elles servent les fantasmes masculins et séduisent nombre de jeunes et moins jeunes femmes, elles leur racontent qu’elles sont libération et émancipation.
L’hétérosexiste industrie du sexe formate et tient sous contrôle la sexualité des femmes comme celle des hommes ; elle répond aux attentes, quand elle ne les crée pas, de consommateurs mâles, toujours plus exigeants et violents. Même quand des lesbiennes se lancent dans la production pornographique, il est rare que les codes de domination / soumission qui prévalent dans la très normative industrie du sexe, soient vraiment questionnés.
Yolande Geadah a écrit : « La banalisation de la pornographie, conduit à la “prostitution de la sexualité”, à travers laquelle la sexualité est pour ainsi dire confisquée par l’industrie du sexe, qui réussit à imposer partout sa culture pornographique. De marginale qu’elle était, la prostitution devient ainsi la nouvelle norme sexuelle, encouragée et mise en valeur très activement par l’industrie du sexe. »

Paradoxe invraisemblable, de plus en plus de femmes, influencées par les industries du sexe, réclament le droit de se pornifier et de se prostituer au nom du féminisme et de la liberté à disposer de son corps !
Seulement voilà, quand les féministes des années 60/70 défendaient le droit de « disposer librement de leur corps », elles réclamaient l’imagination au pouvoir et non le carcan des normes d’une industrie, elles revendiquaient une sexualité libre et gratuite, hors des contraintes du mariage « traditionnaliste » (devoir conjugal et maternité), elles voulaient jouir d’une sexualité de désir et de plaisir, d’échanges dans l’écoute de soi comme de l’autre.
Elles réclamaient une contraception libre et gratuite et la légalisation de l’avortement. Ces slogans ont été récupérés, détournés aux fins de chosification et de marchandisation des corps (des êtres en réalité, car le corps n’est pas dissociable).
Liberté et libéralisme ce n’est pas pareil. Comme l’a si bien dit Richard Poulin : « La prostitution prétendument “libre” relève du libéralisme et non de la liberté ».

Personne ne l’ignore, dans leur écrasante majorité, les femmes prostituées sont de classes sociales défavorisées, racisées (déplacées de leurs pays d’origine, réfugiées, immigrantes clandestines), souvent victimes d’un accident de la vie, souvent elles ont été violées, parfois elles cumulent plusieurs de ces situations. Les pays qui ont légalisé la prostitution le reconnaissent un par un, et le dernier en date, l’Allemagne : les violences et les agressions augmentent.
Dans un Rapport remis au gouvernement en 1997 dans l’Etat de Victoria, il était déjà écrit : « La légalisation, loin de protéger les prostituées, ne fait que légitimer le droit des hommes à abuser sexuellement des femmes ».
Comment un état peut-il à la fois lutter contre le harcèlement sexuel et organiser un marché du sexe dont il taxe les revenus ? L’état lutte contre les violences faites aux femmes mais il organiserait et cautionnerait un système de domination et de violences sexuelles, auquel accéder moyennant finance ?
Le paiement, cette « ruse de la domination », a dit l’anthropologue Françoise Héritier. L’argent, qui nourrit le système prostitueur légal comme illégal, garantit aux hommes d’accéder aux femmes, quand bon leur semble.

Par quel paradoxe, les libertaires et antilibéraux qui dénoncent la « marchandisation » envahissante, sauf lorsqu’il s’agit des femmes, en arrivent-ils à envisager, au nom du principe à disposer librement de son corps, de légaliser les violences sexuelles du système prostitueur ? Pour organiser l’exploitation et les violences, il suffirait d’appeler les prostitué-e-s « travailleuses du sexe » et le tour serait joué ? Pour accepter que des femmes subissent la dissociation émotionnelle ou anesthésie mentale, indispensable pour supporter de se prostituer et d’y retourner chaque jour, il suffirait donc de brandir le sésame du « libre choix » ?
A quoi bon s’interroger sur le respect de l’intime et de la dignité, ne pas occulter le traumatisme des violences sexuelles subies avant l’entrée dans la prostitution et sa fossilisation ensuite, c’est tellement complexe, alors que le « libre choix », c’est tellement plus simple !

Malka Marcovich, militante abolitionniste a écrit : « Le corps n’est pas une marchandise et il conserve des traces. Des pénétrations à répétition, sans désir, même avec vaseline, ne laissent pas indemne. »
Mais nos champions des libertés préfèrent complaisamment prendre fait et cause pour une minorité d’escort-e-s activistes, micro-entrepreneurs non représentatifs. (+ de 90% des prostituées veulent en sortir, mais le lobby pro-prostitution, comme les médias ne s’intéressent qu’aux 10% restants).
Entretenir des fantasmes, c’est tout de même beaucoup plus sexy ! Oui, des anti-libéraux, des Verts favorables à la décroissance, des progressistes, peuvent quand il s’agit de sexualité et domination, se rendre complices d’un système criminel d’exploitation et de violences inouïes qui génère toujours plus de profits.
Et ce ne sont pas les puritains, depuis toujours défenseurs de la prostitution qui vont leur donner tort ! « La morale puritaine bourgeoise, inspirée du christianisme, selon laquelle l’idéal féminin réside dans la virginité ou la maternité, interdit les relations sexuelles libres pour les femmes, mais tolère ou encourage la prostitution pour assouvir les besoins sexuels des hommes célibataires tout en préservant la chasteté des jeunes filles de bonne famille », rappelle Yolande Geadah.
Le pire encore c’est quand de grandes bourgeoises intellectuelles qui ne connaissent rien à la question, grâce à leur notoriété et vernis féministe, prétendent s’exprimer au nom des femmes prostituées. Elisabeth Badinter dans Le Monde (31 juillet 2002) « Redonnons la parole aux prostituées », bien sûr, il n’y a qu’elle qui s’exprime, et ne lui demandez surtout pas de donner aux « survivantes » de la prostitution !

Ceux qui comme Madame Badinter, ne font pas la différence entre libéralisme et liberté, dans une société phallocrate de plus en plus acculturée et dépolitisée, individualiste et vide de sens collectif, compromettent en réalité toute chance d’abolir un jour le patriarcat.
Le libéralisme, les récupérations successives des luttes féministes, l’absence de politiques ambitieuses éducatives et répressives contre les violences faites aux femmes, les ravages de la libéralisation de la prostitution et des industries du sexe, présentées comme apologie de la liberté sexuelle, pèsent sur toutes les femmes ; imposent une plus grande chosification ; instaurent une véritable culture du viol.

C’en est assez ! Non, les femmes ne sont pas toutes vénales, non les femmes ne sont pas toutes masochistes, non les femmes ne sont pas toutes des « putes » et encore moins des « putes féministes » !
Ces slogans misogynes du lobby-prostitution, qui plaisent tant aux hommes et aux femmes qui le soutiennent, sèment la confusion et tentent de faire passer pour libération sexuelle ce qui n’est en réalité que subordination de la sexualité des femmes à la domination masculine et aux dictats des industries du sexe.

Oui les femmes veulent disposer librement de leurs corps, c’est pourquoi elles s’opposent à toute forme de servage. Dans le couple ou le mariage, elles veulent inventer les amours et sexualités qui les épanouissent.
Yolande Geadah a écrit : « Les rapports sexuels dans le mariage ne sont qu’un élément de la vie à deux, important certes, mais qui s’inscrit dans une relation humaine complète et non pas morcelée, comme c’est le cas dans la prostitution ».

Les industries du sexe et la prostitution (non pas « le plus vieux métier du monde », mais bien la plus vieille arnaque patriarcale) ne sont en rien subversives ni libératrices, mais au contraire, juste un enfermement de plus.
Du « plan cul » à la relation de couple, les femmes veulent s’émanciper, libérer leurs désirs et leurs plaisirs autant de la domination masculine que du libéralisme.
Liberté, égalité !

Christine Le Doaré

Note :
« Vint enfin un temps où tout ce que les hommes avaient regardé comme inaliénable devint objet d’échange, de trafic et pouvait s’aliéner. C’est le temps où les choses mêmes qui jusqu’alors étaient communiquées mais jamais échangées ; données mais jamais vendues ; acquises mais jamais achetées – vertu, amour, opinion, science, conscience, etc. – où tout enfin passa dans le commerce. C’est le temps de la corruption générale, de la vénalité universelle, ou, pour parler en termes d’économie politique,le temps où toute chose, morale ou physique,étant devenue valeur vénale, est portée au marché. » Karl Marx, Misère de la philosophie, 1847, cité par Richard Poulin dans La mondialisation des industries du sexe

« Putophobe » ou STRASSphobe ?

 « Putophobe » ou STRASSphobe ?   

Brisons le tabou d’une mixité d’apparence !

Le 3 mars dernier,  j’ai publié sur mon blog «Nos combats LGBT » sur Têtue.com, le texte « Non votre féminisme n’est pas nouveau ! ». J’ai volontairement laissé passer deux semaines avant de revenir sur ce document qui a provoqué des réactions dont l’ampleur et la force m’ont étonnée. Je n’avais pas envisagé que ce texte révèlerait de tels clivages.

L’objectif de ce nouveau post est double : dire comment j’ai reçu les diverses réactions ; proposer des hypothèses quant aux raisons de ce petit séisme et tenter d’apporter quelques pistes de réflexion afin de former les alliances nécessaires à un avenir commun.

Des réactions très tranchées !

Il me semble important de préciser que si je suis bien présidente du Centre LGBT Paris idF, je suis également une citoyenne libre de ses convictions, comme tout un chacun. Lorsque je parle au nom du Centre, je signe de mon nom, suivi de ma fonction. Les communications signées au nom du Centre font l’objet d’un communiqué de presse et figurent sur le site Internet. Tel ne fut pas le cas pour ce papier. En outre,  si ce blog m’a été ouvert, c’est parce que je  suis présidente du Centre, mais aussi et surtout parce que j’exerce et ai exercé d’autres fonctions associatives et fréquemment pris position en faveur des droits LGBT. A l’évidence, ce blog donne une visibilité au Centre LGBT et à nos luttes, mais si je me contentais de ne poster que les communications du Centre, je limiterais l’utilité même d’un blog qui sert aussi à exprimer des avis bien plus personnels et sur des sujets plus divers.

A l’exception d’un lecteur appelant à la sérénité,  les réactions reçues sont à ranger en deux catégories distinctes et opposées : d’un côté des commentaires où se disputaient au manque d’arguments construits et à propos, des interprétations, insultes,  menaces, diffamation et haine et de l’autre côté,  des manifestations de soutien, d’affection, des documents ; de rares tentatives de récupération aussi parfois.

Je l’affirme haut et fort, personne n’est légitime à me faire taire, le texte posté constituait un avis tout à fait décent, construit, pesé et partagé par un grand nombre de personnes LGBT et ou féministes ; il n’était en rien provoquant, injurieux ou menaçant. En outre, je pense avoir fait mes preuves en matière de militantisme LGBT. Je suis  engagée publiquement depuis une époque où il n’était pas si facile de s’afficher,  présidente de SOS homophobie un temps, j’ai ensuite contribué à relever le CGL de ses déboires passés pour en faire un Centre LGBT dont le bilan est positif et dont les membres m’ont réélue,  n’en déplaise à quelques bruyants détracteurs.

Je dois bien l’avouer, être traitée de « putophobe » et de « féministe de droite », recevoir des insultes sexistes et lesbophobes,  être menacée et diffamée… toute cette violence stérile n’a fait que décupler ma combativité, naturellement à un niveau déjà très élevé ! Tout ceci doit laisser bien perplexes ceux qui me considèrent comme bien trop à gauche ! Si ce n’était si grave,  cela serait à se tordre de rire !

La fonction expose, mais tout de même,  que de fantasmes et de personnalisation, alors que les questions soulevées par l’article sont éminemment collectives et politiques et que mes positions sont loin d’être particulièrement originales ou  isolées !

L’enjeu du débat

Je doute que le texte ait été lu attentivement par ceux qui m’ont agonie d’injures ; de nos jours, la somme d’informations à digérer rapidement, Internet et les réseaux sociaux, nous conduisent à zapper, cliquer, parcourir et rarement approfondir. Le texte est en ligne et peut toujours être lu, arguments et citations peuvent être relevés ; mais depuis, j’ai approfondi la question et la nature des critiques du STRASS et autres extrémistes, m’ont dévoilé les véritables raisons d’un tel tollé !

Sur la question de la prostitution

Je dois l’avouer, j’ai commis quelques erreurs dans ce premier texte, je n’étais alors que peu informée sur la question, simplement exaspérée par les pressions qui s’exercent dans les sphères associatives et politiques.

Je ne vais pas reprendre ce que j’ai écrit dans mon premier post suffisamment détaillé, il suffit de relire ; mais je ne l’ai pas écrit assez clairement, en France, la prostitution est légale ; le racolage et le proxénétisme sont eux, interdits. Le combat fait donc rage entre tenants de l’abolition de la prostitution et de sa réglementation. Il est très clair qu’un des objectifs du  STRASS (Syndicat des travailleurs du sexe) est de dépénaliser le proxénétisme, c’est ce qu’il avoue en revendiquant « la décriminalisation de l’organisation du travail du sexe dont le racolage », oui dont, et donc aussi du proxénétisme !

Je ne l’ai pas assez dit non plus, je ne suis pas contre les prostituéEs, aucune féministe ne l’est, mais contre le système prostitutionnel, contre l’exploitation capitaliste et mondialisée des industries du sexe.

Je dénonce la loi LSI et le harcèlement des prostituéEs, également, les violences subies.

Dans la réponse publique qu’il m’a adressée, le STRASS tente de tout embrouiller, il accuse je ne sais trop qui d’ailleurs, de valeurs religieuses, de militantisme discret… et même en cherchant bien, je vois mal en quoi ceci répond aux problèmes posés de sexualité oppressive des hommes sur les femmes (rappelons tout de même qu’une écrasante majorité des prostituéEs sont des femmes  même si au STRASS on entend toujours s’exprimer les 2 ou 3 mêmes hommes – j’ai d’ailleurs noté qu’une porte-parole a récemment être mise en avant), de marchandisation du corps humain, d’endettement auprès du mac, de trafic, d’enlèvement, de menaces sur la famille, de maisons d’abattage et de dressage, de drogue pour tenir, d’assassinats … ? Vous voyez,  vous ?

Le STRASS oppose des logiques individualiste et singulière, telle que le droit d’une personne à se prostituer,  à des rapports collectifs et sociaux  de domination/soumission et d’exploitation. Bien logiquement, il défend ses revenus, également en tant que syndicat, alors que nous parlons d’un système prostitutionnel et de ses ravages.

Que le STRASS n’ait pas de conscience politique passe encore, en revanche, le négationnisme dont il fait preuve est proprement inadmissible et terriblement dangereux comme tout négationnisme d’ailleurs.

“Le Doaré nous ressort le petit couplet classique sur les esclaves de l’Est et d’Afrique, et des gamins gays jetés de chez leurs parents, des traumatismes sexuels dans l’enfance, etc. Toujours les mêmes affirmations sans preuves. ”

Mais que fait donc le STRASS des enquêtes et études produites en quantité par Jeffreys, Farley, Dworkin, Russel, Poulin, Legardinier et tous les autres ? Que répond-il à celle-ci : La légalisation de la prostitution, une expérience sociale qui a échoué en Australie : http://sisyphe.org/spip.php?article723 ? ou celle-là : Extraits de l’étude de Bindel et Kelly de la London Metropolitan University ? * en fin de texte.

Hasards de l’actualité,  la semaine dernière, dans Envoyé Spécial, nous était présenté un reportage sur la prostitution des mineurs, fruit d’un sérieux travail d’investigation journalistique. Edifiants, ces témoignages de jeunes Rom à la Gare du Nord, de jeunes nigérianes aux mains des réseaux maffieux… Le STRASS nous répondra probablement que ces faits sont également sortis de  l’imaginaire des journalistes !

Quant au reste de la réponse, jargon incompréhensible, confusions historiques,  mauvaise foi,  et que dire de l’expression « nos partenaires sexuels » ? ! Ah bon, partenaires, même plus clients, mais au juste de quoi parle t’on ici et de qui se moque t’on ?

De quels prostituéEs le STRASS défend t’il donc les intérêts ? Ceux qui sont dans une misère économique et sociale, ceux qui sont plus ou moins forcés d’en passer par là, ceux qui sont victimes de la traite et des mafias ou bien d’une portion congrue de prostitution choisie, escortes ou  fils de bonne famille qui font leur petite révolution ?

Alors non, je ne suis pas putophobe, mais STRASSophobe, s’il faut l’être, et bien soyons-le !

Sur la question « pro-sexe »

Les tenants du « pro-sexe » ou « sexe positif » – récupération par les femmes des métiers du sexe et de la pornographie  (comme s’il n’y avait pas de sexe positif, d’énergie, de désir et de plaisir en dehors de la pornographie et de la prostitution !) –  verraient-ils d’un mauvais œil que l’on ne soit pas convaincu  par la nouvelle norme imposée d’une sexualité qui instrumentalise et déshumanise l’autre ?  N’a-t-on même pas le droit  d’être déçu par ce qui nous est  vendu sous le label  « pro-sexe » pour être créatif, subversif et libérateur ? Ne peut-on, le plus souvent, juger ces prestations ennuyeuses,  tristes, déconcertantes et de piètre qualité sans risquer d’être qualifié de prude ou d’imbécile ? Bien entendu il y a parfois quelques agréables surprises, elles sont si rares ! Tout n’est pas glauque et trash, certaines créations érotiques sont novatrices et offrent un  espace de liberté.

Enfin, je n’ai jamais dit que je souhaitais remplacer le « pro-sexe » par le « no-sexe » en vogue aux Etats-Unis, je les renvoie simplement dos à dos comme étant de simples phénomènes de mode !

Indéniablement,  « pro-sexe » et féminisme ne font que très rarement bon ménage, le féminisme supposant tout de même d’appréhender l’autre dans sa globalité, à égalité, et en dehors de toute exploitation, à fortiori marchande.

Sur la question du relativisme culturel

Je ne parle pas du voile, mais de la burqa ou du niqab, artifices effaçant les femmes pour mieux les isoler.

Le relativisme culturel pratiqué sur cette question à l’égard des femmes n’est selon moi que du sexisme. En quoi cet artifice serait-il respectable au seul motif que la femme qu’il efface n’est pas de culture occidentale ? Comment, une personne progressiste peut-elle ne pas défendre le droit à l’émancipation de toutes les femmes partout dans le monde ?

Pourquoi n’écouter que les intégristes ou celles et ceux qu’ils ont conditionnés ? Chacun le sait, les oppresseurs doivent trouver des relais parmi les opprimés pour que le système fonctionne. Pourquoi ne pas écouter toutes ces femmes laïques ou musulmanes, progressistes, féministes, qui nous demandent l’interdiction de ces outils d’oppression et de négation des femmes ?

Stupéfiant de la part de ceux qui clament à longueur de temps que nous n’écoutons pas les prostituéEs !

Les raisons du séisme, des clivages profonds qu’il nous faudra bien dépasser.

Le plus curieux tout de même, il faut bien le noter, c’est que les pro-réglementation de la prostitution sont aussi le plus souvent pro-sexe, pro-voile, pro-drogues, pro… un peu tout et rien en fait… et le plus souvent, dans une grande démagogie… Une sorte de laboratoire expérimental, dans lequel nous devrions tous nous immerger, peu importe si les dénouements sont pour le moins aléatoires !

Le tabou de la Mixité d’apparence

Je suis une farouche défenseuse des Droits Humains, sociaux et économiques également.

La société est mixte, je crois donc en la mixité ! Pour ceux qui en douteraient, je pense l’avoir incontestablement prouvé, investie depuis des années dans la lutte contre les LGBTphobies et pour l’égalité des droits, à laquelle j’ai amplement pris part ; alors, que les spécialistes du procès d’intention s’abstiennent !

Partisane de la mixité, je n’ai pour autant jamais dissocié cette lutte, des luttes féministes.  Les LGBTphobies s’expliquent selon moi par le sexisme patriarcal de nos sociétés. La contrainte à l’hétérosexualité et les rôles traditionnellement impartis aux hommes et aux femmes se sont maintenus par la domination masculine exercée sur les femmes. Tout est lié et nous ne vaincrons pas l’un sans l’autre.

Pourtant, depuis que je milite dans le mouvement mixte LGBT, il m’est arrivé régulièrement, d’être confrontée à la misogynie, voire à la lesbophobie de certains gays. J’ai toujours voulu considérer ces cas comme isolés et ne pas remettre en cause pour autant mon engagement, convaincue que la plupart de mes compagnons de route avaient analysé les mécanismes liés de toutes nos oppressions, admis ce qu’ils devaient aux luttes féministes,  compris que nous étions des alliés objectifs, bien plus forts ensemble que séparés.  Avec acharnement j’ai partagé, échangé, pour que l’on se rejoigne, toujours.

La mixité en laquelle je crois ne s’improvise pas, ne se décrète pas, c’est un travail, un long chemin. Une mixité authentique, de confrontation, qui déconstruit pour reconstruire et ne se contente pas d’apparence et de juxtaposition.

Et c’est peut-être bien là que réside le problème.   Des gays ont apporté une contribution théorique à la déconstruction du patriarcat et de l’homophobie, certains continuent mais ils sont rares, isolés.

Que constatons-nous aujourd’hui dans la plupart des associations mixtes ?

A de rares exceptions près (SOS homophobie…), les lesbiennes y sont peu nombreuses,  leurs spécificités peu priorisées et surtout, il n’y a guère d’échanges entre les gays et les lesbiennes sur la double oppression de femme et de lesbienne (ni de celle de trans. et de lesbienne ou de gay). Tout le monde fait plus ou moins comme si nous étions à égalité dans une société sans discriminations sexistes, sans privilèges. Je ne vais pas reprendre la plate-forme des revendications élaborées par le CNDF (Collectif National pour les Droits des Femmes) pour la Journée Internationale des Droits des Femmes, il suffit de revenir au post précédant, mais chacun sait parfaitement que cela est faux !

La mixité est le plus souvent une mixité d’apparence, même si certaines associations font plus d’efforts que d’autres pour y remédier.

C’est encore plus flagrant avec les associations de lutte contre le sida, certes, les lesbiennes sont touchées par le sida, mais elles le sont bien plus encore par d’autres IST et par certains cancers ; c’est de gynécologie médicale dont il faut parler dans notre cas, et pour le faire correctement,  il faut des fonds et tout un tas de moyens qui ne sont pas mis en œuvre.

Il me semble que plus les groupes sont radicaux, plus la mixité authentique est un leurre.

Pas étonnant dans ces conditions que les thèses  pro-réglementation de la prostitution et  pro-sexe rencontrent un grand succès parmi leurs membres.

Les filles se fondent dans l’urgence des revendications des garçons ; nécessairement elles se diluent et ce ne sont pas les quelques lesbiennes,  pas nécessairement alibis,  mais qui n’ont pas le temps ni les moyens de travailler sur les questions spécifiquement lesbiennes, ou alors de façon très marginale, qui peuvent y changer quelque chose. Et d’ailleurs le souhaitent-elles ? En discutant avec certaines,  j’ai parfois eu l’impression que par de curieux raccourcis, elles tendaient plutôt à s’identifier aux garçons et à gommer leurs propres spécificités, parce qu’il peut sembler plus facile d’endosser leurs  libertés et modes de vies que d’arracher les leurs. Une illusion qui peut fonctionner à condition de ne pas trop se mêler à la société et de vivre plus ou moins en circuit fermé.

En revanche, j’ai bien noté que nombre de lesbiennes renonçaient à la mixité,  ne trouvant pas leur place parmi nous. Elles militent à la Coordination Lesbienne en France, Cineffable… Au sein de nouveaux groupes féministes comme La Barbe ou Osez le féminisme !… ou de regroupements informels autour d’universitaires… Récemment invitée à un anniversaire, j’ai rencontré en une seule soirée,  environ 75 lesbiennes « politisées », féministes ou radicales, que je n’avais jamais croisées dans les mouvements LGBT.

Ce n’est pas par hasard si le STRASS et les gays et lesbiennes de groupes radicaux  ont violemment rejeté le texte « Non votre féminisme n’est pas nouveau ! », alors que quelques gays et lesbiennes du mouvement mixte attentif à une mixité authentique et surtout les lesbiennes et féministes hors mixité, l’ont approuvé.

Je suggère qu’il est temps de briser les tabous du silence et de l’apparence et de travailler sur la mixité, que les gays nous donnent des signes qu’ils se solidarisent avec nous, aussi avec les femmes progressistes et féministes sur les questions de société qui nous importent ; à défaut, la mixité dans les mouvements LGBT ne profitera pas autant, à tout le monde.

Faut-il le préciser, ce texte est un message de rassemblement et d’espoir.

Christine Le Doaré

* Une étude comparative Australie et Pays Bas réalisée en 2004 par Bindel et Kelly de la London Metropolitan University démontre les effets pervers de la légalisation du proxénétisme. Les liens entre prostitution et crime organisé ne font qu’augmenter : «… En octobre 2003, la mairie d’Amsterdam a décidé de fermer la zone de tolérance ouverte à la prostitution de rue. Le maire a invoqué “un dilemme diabolique” en expliquant qu’il “apparaissait impossible de créer pour les femmes prostituées une zone saine et contrôlable qui ne soit pas récupérée par le crime organisé….”. « … La légalisation ne fait pas disparaître la prostitution de rue ni les dangers qui y sont liés. On a même enregistré une augmentation significative dans le Victoria avec des niveaux plus élevés de viols et de violences.De même, les bordels légaux tendent à être pris en main par les entrepreneurs de l’industrie du sexe et il n’est pas facile pour les femmes elles-mêmes d’organiser et de maintenir des collectifs de prostituées…. » « …Dans le Victoria, entre 2000 et 2002, on a enregistré une augmentation de 91% du nombre de femmes présentant une infection au HIV, pour une augmentation de 56 % dans la population globale…. ».

Non, votre féminisme n’est pas nouveau !

Non, votre féminisme n’est pas nouveau !

8 mars, Journée internationale des femmes oblige, laissons de côté quelques instants nos combats LGBT. La moitié ou à peu près de l’humanité mérite tout de même bien ça !

Depuis toujours récupéré, dévoyé, dévalorisé, parfois même ridiculisé, le féminisme est bel et bien toujours pertinent pour changer les relations entre les êtres et espérer un jour vivre dans un monde plus égalitaire et apaisé.

L’égalité n’est pas une alternative, c’est une impérieuse nécessité ; n’est-il pas extravagant qu’au xxie siècle elle ne soit toujours pas achevée ?

Le 8 mars est organisée une manifestation à laquelle participeront de nombreux groupes féministes, mais aussi associations et quelques partis politiques. La plate-forme revendicative est accessible sur le site du Collectif national des droits des femmes (CNDF) : monde du travail – inégalité des salaires, 80 % des travailleurs pauvres, plafond de verre… –, représentativité politique, sexualité et contraception, santé, violences et viols, prise en compte des revendications lesbiennes…

Le CNDF est un collectif, le mouvement des femmes n’a d’ailleurs jamais été uniforme : entre psy et po (psychanalyse et politique) et les femmes de l’extrême gauche, ça n’a jamais été le grand amour et les lesbiennes n’ont pas toujours non plus été accueillies bras ouverts ! Au sein d’un collectif se confrontent des positions parfois divergentes, ce qui permet d’apprendre des autres et d’évoluer, à condition toutefois d’adhérer aux fondamentaux fondateurs.

Une « nébuleuse alternative » constituée de groupuscules et individus en appelle à « un nouveau féminisme » et propose une autre manifestation que celle du CNDF. Par nature curieuse, j’ai voulu comprendre les raisons d’un tel besoin de séparation et de visibilité ; alors j’ai comparé leurs revendications avec celles de la plate-forme du CNDF. J’ai aussi consulté leurs échanges sur le groupe Internet « Un nouveau féminisme est possible » et j’y ai retrouvé, sans surprise, quelques militants de la nébuleuse des alternatifs « pro-sexe » ou « sexe positif ».

Quel bilan tirer de la comparaison des revendications ? Si on les survole, elles sont similaires : contre l’oppression, l’appropriation du corps des femmes, l’injonction aux normes, aux rôles ; contre les violences, le viol, les violences conjugales ; contre la précarisation des femmes, les différences de salaire ; contre la sous-représentation politique des femmes ; pour la sauvegarde de la gynécologie médicale, l’IVG… Je précise que toutes ces revendications m’agréent à 100 %.

La « nébuleuse alternative » s’intéresse peut-être plus – et à juste titre – aux questions de choix de sexe, genre et sexualité. Indéniablement, beaucoup de féministes sont éloignées des questions trans ; pourtant, des trans sont devenues, deviendront des femmes, d’autres ne veulent pas être assimilées au genre masculin, d’autres encore veulent s’affranchir du genre.

Notre « nébuleuse alternative » insiste aussi sur les problèmes des femmes « racialisées » ; étrange expression tout de même, si l’on considère qu’il n’existe qu’une seule race, la race humaine. J’ai un peu de mal à imaginer que le CNDF et la Marche Mondiale des Femmes ne soient pas convaincu de la nécessité de lutter contre le racisme et surtout de l’exigence d’inclure plutôt que de parler en leur nom les femmes de couleur, les femmes immigrées qui doivent enfin avoir voix au chapitre pour dénoncer leur double, voire triple oppression !

Je comprends aussi que les membres de la « nébuleuse alternative » reprochent au CNDF d’exclure des individus ou groupes du cortège du 8 mars. L’exclusion n’est peut-être pas une réponse adaptée en effet, mais ce sont en partie les mêmes qui veulent chasser Gaylib (les LGBT de l’UMP) de la Marche des Fiertés LGBT ! Comprend qui peut…

À condition d’adhérer aux principes fondamentaux de la plate-forme revendicative et de ne pas trahir les principes fondateurs de la lutte, quelles que soient par ailleurs leurs différences politiques et stratégiques, tous ceux qui défendent les droits des personnes LGBT et ne s’opposent pas à l’égalité des droits ne doivent-ils pas pouvoir participer à la Marche des Fiertés, et tous ceux qui défendent les droits des femmes pouvoir défiler à la manifestation féministe du 8 mars ? Je crois bien que si.

Nous venons de le vérifier, les revendications convergent. Reste une question à élucider : la « nébuleuse alternative » contrevient-elle aux principes fondamentaux du féminisme ?

Il faut persévérer un peu, au bout de la liste des revendications, je crois bien avoir trouvé la raison de la vindicte des féministes à leur encontre : « Parce que nous subissons de front la loi sur la sécurité intérieure (LSI). Parce qu’on nous dit qu’on ne peut pas faire ce qu’on veut de nos corps et de nos vies. Parce que les prostituéEs sont criminaliséEs, harceléEs, violentéEs. Parce que ce sont d’abord elles et eux qui sont précariséEs et misEs en danger par la pénalisation des clients. Parce que c’est la loi sur le racolage et la clandestinisation supplémentaire des étrangères qui sont dangereuses, pas le travail du sexe quand il est choisi, et s’il est autogéré et protégé par le droit commun. »

Cette phrase indique sans ambiguïté que des « travailleurs du sexe » sont membres du groupe et que ce groupe revendique la réglementation de la prostitution.

Les travailleurs du sexe qui s’expriment notamment au travers du Syndicat des travailleurs du sexe (STRASS) affirment qu’ils se prostituent librement ; ce sont majoritairement des hommes « biologiques », également quelques trans femmes (M to F), mais plus rares sont les prostituées femmes « biologiques » ou les trans masculins (F to M) en leur sein.

Ces travailleurs du sexe sont particulièrement doués en matière de communication et avec quelques prostituées de luxe, escortes filles et garçons, sur Internet, ils monopolisent l’attention des médias sur la question ; rien de bien surprenant en cela, ils ravissent la bonne conscience de beaucoup d’hommes, allez disons-le, qui rechignent à questionner leur rapport à l’autre dans le domaine du sexe et plus généralement de l’intime.

À l’inverse, les esclaves modernes que sont les prostituées en provenance des pays de l’Est ou d’Afrique notamment ou les gamins gay mis à la porte de chez eux et n’ayant pas d’autre alternative pour survivre n’intéressent guère les médias car lorsqu’ils s’expriment, c’est pour raconter leur cauchemar, à des années-lumière de tout glamour ! Il faut avoir entendu ces garçons raconter leur histoire ; ces filles qui n’ont aucune échappatoire car leurs familles sont menacées, décrire jusqu’à la nausée les violences subies, la drogue et l’alcool, elles enchaînent les passes, leurs conditions de vie sont lamentables et beaucoup sont assassinées dans l’indifférence générale.

J’ai visionné récemment un documentaire sur la prostitution sur Arte, j’ai bien écouté les prostituées « volontaires », toutes rêvent d’en sortir, l’une de celles qui dit s’être librement prostituée confiait sans ciller être actuellement amoureuse et donc ne plus se prostituer ! Tiens donc, mais pour quelle raison, s’il s’agit comme le prétendent les travailleurs du sexe, d’un métier comme un autre ? En France, 92 % des prostituées veulent en sortir, mais ce sont les 8 % de « volontaires » qui fascinent les médias ! En outre, creuser un peu leur discours, c’est vite comprendre que pour beaucoup d’entre elles, la prostitution fait office de thérapie paradoxale pour tenter de dépasser un traumatisme, le plus souvent des violences sexuelles dans l’enfance.

Sans même questionner le caractère « volontaire » proclamé par quelques prostitué(e)s, pour un ou une prostitué(e) « volontaire », combien de centaines de prostitué(e)s forcé(e)s ?

Si tout le monde est bien convaincu de la nécessité de ne pas stigmatiser les prostitué(e)s, mais plutôt de lutter contre les violences et discriminations commises à leur encontre, en revanche, les avis divergent sur les modalités pour y parvenir et sur leur finalité.

Pour quelles raisons les « pro-sexe » et pro-prostitution plus généralement ne disent-ils jamais que les féministes sont favorables à la poursuite des proxénètes et des industriels du sexe, également des clients (sans client, pas de marché), mais pas du tout à la poursuite des prostitué(e)s ? Ils ne parlent jamais non plus de l’expérience des féministes australiennes qui se sont battues pour réglementer la prostitution et le regrettent aujourd’hui, le bilan étant désastreux.

La légalisation de la prostitution, une expérience sociale qui a échoué en Australie : http://sisyphe.org/spip.php?article723

En fait, ils ne donnent que peu d’arguments, jamais de chiffres, ils se contentent de nier en bloc, de prétendre que les abolitionnistes et les féministes en particulier sont malhonnêtes et n’ont rien compris. Seulement voilà, il faut juste les croire sur parole !

Ce que je trouve plus accablant encore, c’est que des universitaires, des chercheurs, sans surprise très majoritairement masculins, sont de fervents adeptes de la réglementation et de la banalisation de la prostitution ; ceux-là devancent ou cautionnent les mouvements pro-réglementation.

Du haut de leurs privilèges, ils défendent notamment qu’il n’est pas pire de se prostituer que de se faire exploiter dans des emplois « classiques ». Bien sûr, ils ne s’intéressent qu’à la prostitution « choisie », balayent tout le reste d’un revers de la main, et surtout font comme s’ils ne savaient pas que l’argent facile du ou de la prostituté(e) est aussi l’argent qui les détruit, l’argent qu’il faut pour payer toutes les substances et autres artifices nécessaires pour tenir sur la longueur et que les « carrières » ne durent pas ! Plus grave encore, ils ignorent les conclusions des rapports établis par les pays qui ont adopté la légalisation. L’objectif premier de la réglementation consiste à soustraire les industries du sexe au crime organisé ; ces rapports révèlent pourtant clairement que le contrôle des mafias et du crime organisé sur ces industries est, après réglementation, pire que jamais ; également qu’il n’est plus possible de faire la chasse à la prostitution forcée, car interdire le trafic tout en autorisant la prostitution revient exactement au même que vouloir interdire la traite tout en autorisant l’esclavage !

Face à une telle mauvaise foi, je finis par me demander à qui profitent de telles positions et qui les finance ? Une amie, jeune chercheuse, m’a récemment confiée avoir voulu entreprendre une thèse féministe sur la prostitution : elle a fini par abandonner, sa directrice de thèse ayant été menacée.

En France, c’est donc la guerre entre partisans de la réglementation et ceux de la prohibition et quelque chose me dit que les féministes de la manifestation unitaire du 8 mars ne défendent pas les intérêts des industries du sexe, prostitution comprise, qui drainent sans complexe les capitaux néocoloniaux et exploitent souvent jusqu’à la mort des femmes, parfois des garçons, du monde entier, toujours plus nombreux et plus jeunes.

C’est indéniable, défendre les industries capitalistes et mondialisées du sexe ne fait pas partie des fondamentaux du féminisme, n’en déplaise aux partisans « pro-sexe » !

Les « pro-sexe » prétendent que les féministes subissent une influence religieuse et morale ou encore qu’elles sont dépassées, qu’il s’agit d’une question de génération. Pourtant, de très jeunes féministes sont abolitionnistes et certains « pro-sexe » ont amplement passé soixante ans !

En réalité, ce sont tout à la fois une conscience aiguë de l’oppression des femmes et de la domination masculine, également une remise en question des mythes naturalistes relatifs à la sexualité et surtout une forte conscience de classe qui motivent leur position. Yolande Geadah l’a fort bien résumé : « La morale puritaine bourgeoise, inspirée du christianisme, selon laquelle l’idéal féminin réside dans la virginité ou la maternité, interdit les relations sexuelles libres pour les femmes, mais tolère ou encourage la prostitution pour assouvir les besoins sexuels des hommes célibataires tout en préservant la chasteté des jeunes filles de bonne famille. » Ce n’est pas par hasard si Christine Boutin est favorable aux maisons closes !

Les féministes et pro-féministes refusent la forme ultime de l’exploitation de l’homme par l’homme ou de la femme par l’homme (sans oublier la prostitution gay). Je ne peux m’empêcher de citer ici un fameux philosophe du xixe siècle, insoupçonnable d’une quelconque influence religieuse : « Vint enfin un temps où tout ce que les hommes avaient regardé comme inaliénable devint objet d’échange, de trafic et pouvait s’aliéner. C’est le temps où les choses mêmes qui jusqu’alors étaient communiquées mais jamais échangées ; données mais jamais vendues ; acquises mais jamais achetées – vertu, amour, opinion, science, conscience, etc. – où tout enfin passa dans le commerce. C’est le temps de la corruption générale, de la vénalité universelle, ou, pour parler en termes d’économie politique, le temps où toute chose, morale ou physique, étant devenue valeur vénale, est portée au marché » (Karl Marx, Misère de la philosophie, 1847, cité par Richard Poulin dans La Mondialisation des industries du sexe). Édifiant, non ?

Ce sociologue canadien qui déclare « La prostitution prétendument “libre” relève du libéralisme et non de la liberté » a également observé que les victimes de la prostitution sont dans leur immense majorité des femmes et des enfants issus « de couches sociales défavorisées, aux revenus précaires et limités, de minorités ethniques, de groupes indigènes, de réfugiés, d’immigrants clandestins, du tiers monde, des pays déstructurés par leur transition vers l’économie capitaliste ».

Nous comprenons mieux pourquoi notre « nébuleuse alternative » ne peut déployer ses banderoles pro-prostitution dans le cortège féministe du 8 mars. Ce jour est la Journée internationale du droit des femmes : drôle d’idée tout de même que de vouloir intégrer un cortège féministe pour revendiquer le droit de se prostituer alors que l’écrasante majorité des prostitués sont des femmes qui exercent sous la contrainte ! Si la question de la prostitution devait être abordée lors de cette manifestation, ce serait pour dénoncer les industries du sexe, les mafias, les trafics, les profits des patrons de maisons closes, les violences, les viols, la drogue…

Personnellement, je trouve que le modèle suédois qui sanctionne toute forme de proxénétisme et tout achat de services sexuels, mais n’inquiète jamais directement les prostitué(e)s qui peuvent ainsi porter plainte sans risque pour des faits de violences ou des viols, constitue peut-être bien l’une des meilleures réponses existantes. Reste peut-être à étudier mieux encore la question et les solutions à mettre en œuvre chez nous.

Aussi, quel étrange mélange des genres de se revendiquer « pour un féminisme qui refuse de voir son discours récupéré à des fins racistes, qui sache se démultiplier, concevoir l’émancipation sous toutes ses formes, et se revendique aussi des féminismes anticolonialiste, pro-sexe, trans et lesbiennes » ? Qu’ont donc en commun les théories anticolonialistes et les assertions des « pro-sexe » et pour quelles obscures raisons s’arrogent-ils l’exclusivité ou la spécificité des luttes antiracistes ? Peut-on m’expliquer en quoi défendre les droits des lesbiennes et ceux des trans serait lié aux théories « pro-sexe » ? Comme des milliers d’autres, je suis lesbienne, féministe, je défends ardemment les droits des trans, plus généralement des personnes LGBT, je combats toute forme de racisme, les discriminations vécues par les personnes handicapées me révoltent aussi… et pourtant, les préoccupations « pro-sexe » au mieux m’indiffèrent et souvent m’exaspèrent !

Tout ceci ne relève-t-il pas d’une forme de mystification qui n’a de progressiste ou révolutionnaire que le nom ? Que ce soit en matière de prostitution où je rejoins Yolande Geadah (« Les réglementaristes acquiescent, sciemment ou non, au célèbre adage thatchérien : “Je ne connais pas de société, je ne connais que des individus” ») comme dans tous les autres domaines d’ailleurs.

Face aux théories, événements, comportements, productions, créations qualifiés de « pro-sexe », je reste souvent perplexe, rarement séduite.

Tout d’abord, se revendiquer « pro-sexe » sous-entend nécessairement que d’autres sont contre. Mais qui sont donc ces autres ? L’Église, la bourgeoisie, les générations précédentes ? Il y a longtemps que les apôtres de la pudibonderie ont perdu la bataille ! Pourquoi alors ce besoin de promouvoir le sexe ; serait-il menacé ? Il me semble pourtant que le sexe est à l’aise partout, omniprésent dans les programmes télé, au cinéma, dans la rue, sur les affiches ; les enfants y sont désormais confrontés dès leur plus jeune âge… Partout des incitations à jouir sans entraves, jusque dans nos assiettes avec tous ces aliments et compléments alimentaires aphrodisiaques dont on nous rebat les oreilles. Mais quels sont donc les problèmes des « pro-sexe » avec le sexe pour être ainsi dans la surenchère et s’imaginer être plus libres, créatifs, émoustillants et exaltants que les autres et que produisent-ils donc de si alléchant ?

Toujours motivée par ma curiosité, les performances « artistiques » que j’ai pu découvrir relèvent, à de rares exceptions près, de l’amateurisme le plus déplaisant ; le propos y est somme toute assez pauvre, le jeu des acteurs très approximatif. Que l’on souhaite s’amuser en privé, je comprends et alors tout est bon à prendre, mais capturer un public et lui faire payer un droit d’entrée pour de bien piètres prestations, j’ai plus de mal à suivre. Les films porno quant à eux sont souvent déconcertants, parfois même d’une tristesse et d’une laideur confondantes, les corps sont ultra-instrumentalisés, plus les godes sont énormes et les situations glauques, mieux c’est ! Les soirées sex-club sont promues comme un must incontournable et terriblement in. En réalité, il ne s’agit que de reproduire ce qui se joue dans n’importe quel sex-club depuis des décennies : esclave sexuel tenu en laisse, voyeurisme, exhibition, artifices et instruments, pratiques sadomaso… Bien entendu, certains produits sont mieux aboutis et plus convaincants que d’autres et soyons clair, je ne porte aucun jugement moral sur tout ceci : élevée par des parents athées, je considère que chacun choisit sa sexualité et les pratiques qui lui conviennent à partir du moment ou tout se passe entre adultes consentants, mais je n’ai toujours pas compris ce que tout ceci pouvait bien avoir de particulièrement excitant, encore moins de nouveau et surtout de subversif !

À vrai dire, l’univers « pro-sexe » m’inspire au mieux un sévère ennui, au pis je perçois tant de souffrances et d’entraves dans ce qui nous est montré à voir et entendre par certains et surtout certaines que je crois comprendre ce qui se joue là en réalité mais ne se dit pas, ne se discute jamais. Ceci me bouleverse et m’intéresse infiniment plus.

Ce qui nous est vendu là, car c’est aussi un business ne nous y trompons pas, pour être une géniale débauche de sexe ultradécomplexé et en toute convivialité, me conduit à me demander jusqu’où les « pro-sexe » iront dans une forme de thérapie financée par un public quelque peu naïf et généreux, prêt à soutenir, avec beaucoup d’indulgence, ce que produit sa communauté !

Allez, j’ose le dire, le sexe est en effet génial, comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs, mais celui qui me comble et me trouble, c’est celui que je partage avec l’autre que je ne perds jamais de vue dans sa globalité, celui qui peut avec le moins d’artifices et de mise en scène possible nous transporter ; pas étonnant que les performances « pro-sexe » me déçoivent le plus souvent. Je ne leur en veux bien sûr pas pour ça, mais parce qu’ils prétendent ériger en nouveaux standards de la sexualité et de la jouissance moderne et subversive leurs modèles tristes et glacés à pleurer ; fort heureusement pour eux, beaucoup de personnes LGBT ont un humour, une patience et une solidarité à toute épreuve et réclament rarement un remboursement !

À peine connues et déjà dépassées, les théories « pro-sexe », malgré mon agacement, ne méritaient peut-être pas autant d’attention, d’ailleurs, de nos jours c’est le mouvement « no sex » qui les supplante ! Oui, l’alternance en quelque sorte, trop de pression à consommer du sexe conduit, par opposition, les adeptes du « no sex » à refuser tout échange sexuel et c’est furieusement tendance aux États-Unis.

En France, avec notre petit retard habituel, les « pro-sexe » exercent encore une fascination sur des personnes mystifiées par ce qui n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux. Il est vrai qu’il n’est pas si facile de déconstruire de séduisantes théories apparemment révolutionnaires et admettre qu’elles peuvent se révéler réactionnaires.

N’est-ce pas terrible de réaliser notamment que les mafieux du crime organisé et les patrons des industries du sexe ne pouvaient pas rêver de meilleurs alliés ?

Non, votre féminisme n’est pas nouveau, il n’est tout simplement pas si féministe que ça !

Christine Le Doaré


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives