Posts Tagged 'libération sexuelle'

Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?

220px-Palco_BolognaPride08Les LGBT vont-ils s’adapter au système ou le changer ?
Mixité, diversité, comment se rejoindre un jour ?

Depuis que l’homosexualité est devenue une question de société, nombre de gays se sont désintéressés des questions d’égalité réelle entre les femmes et les hommes et du féminisme. Il semble qu’ils en ont déjà fini d’interroger leur propre misogynie ? Le mouvement n’a t’il de LGBT que son sigle ?

En matière de discriminations et de violences, d’égalité des droits (mariage et adoption), on peut considérer qu’il y a bien une transversalité de luttes.
Mais déjà, en matière de GPA c’est moins évident, comme à chaque fois qu’il est question de l’appropriation du corps (des vies en réalité), des femmes. Toutes les autres revendications ne se recoupent pas et les problématiques spécifiques des lesbiennes, en général, n’intéressent pas les gays.

La question des inégalités femmes-hommes est centrale. Combien de gays admettent bénéficier de privilèges du fait de leur appartenance au groupe des hommes ? Comment faire prendre conscience à un gay que ne pas combattre un système revient à le conforter ? Peut-il se désolidariser du groupe des hommes dont il cherche tant à se faire accepter ? C’est pourtant bien sa seule chance objective de vivre un jour dans une société égalitaire, libre de sexisme et donc d’homophobie.

Ce manque de motivation à challenger la domination masculine est aussi encouragé par l’attitude de beaucoup de lesbiennes qui par identification, tentent de s’affranchir des contraintes sociales et culturelles liées à leur genre. Qu’elles en soient conscientes ou pas, dans tous les cas, penser se libérer seules, alors que d’autres femmes continuent de subir la domination masculine, est illusoire.

J’en ai rencontré, notamment engagées aux côtés des gays dans la lutte contre le sida, qui niaient leur double oppression de femmes et de lesbiennes. Elles en connaissaient un rayon en matière de prévention-sexualité gay, mais se satisfaisaient du manque de réciprocité et certaines ignoraient même l’essentiel de la prévention lesbienne ! Comment faire comprendre à une lesbienne que sans solidarité avec le groupe des femmes, tant que l’égalité réelle ne sera pas achevée, que le féminisme n’aura pas changé et réinventé la société. elle n’aura jamais que l’illusion de sa propre libération ? Vivre sous domination sous domination masculine l’entravera et la menacera toujours.

Les Trans. quant à eux, se sont à juste titre, plaints du manque d’intérêt et de solidarité des gays à leur égard, mais elles-eux non plus, ne se sont pas intéressés à la déconstruction du système patriarcal ; il est rare de croiser un ou une trans féministe.

Au début, n’étaient visibles que les transsexuelles hommes devenus femmes (M to F). Au contraire d’être féministes, la plupart adoptaient même les codes sociaux d’une représentation féminine parfaitement sexiste. Incompréhension des lesbiennes, forcément.

Puis ont émergé les transsexuels femmes devenues hommes (F to M), un peu plus conscientes du sexisme et des enjeux de l’égalité femmes-hommes, ayant été des femmes et souvent rejetées car ne se pliant pas aux stéréotypes de genre. Toutefois, une fois installées dans leur sexe de réassignation, la plupart des personnes trans. se fondent dans la masse pour une nouvelle vie et participent moins aux luttes féministes et LGBT.

Puis les personnes transgenres qui questionnent le genre mais ne veulent pas nécessairement s’engager dans les opérations de réassignation de genre, sont devenues visibles, aidées par le mouvement Queer qui, pensait-on, ouvrait une brèche vers plus d’imagination et de libertés.

Dommage, toutes ces différentes façons d’être trans n’ont pas non plus vraiment réussi à se comprendre entre elles. Elles s’accordent sans conteste sur la nécessité d’obtention de papiers d’identité conformes à son genre, en revanche, elles se déchirent, notamment sur la question de l’accompagnement médical et psychologique du parcours de réassignation de genre.

Pire encore, les revendications trans. sont maintenant instrumentalisées par les politiques : assimiler opportunément les questions de genres aux archi minoritaires droits des trans pour mieux freiner les droits des femmes et surtout ne pas avancer trop vite en matière d’égalité Femmes-Hommes, beaucoup de politiciens européens sont déjà rompus à l’exercice.

Les Trans-actvistes, en particulier dans les pays anglo-saxons, sont de plus en plus hostiles à l’égard des féministes. (Attaques conférence radfem pays anglo-saxons).

Peu à peu, le mouvement LGBT, plus à l’aise avec les questions trans. que féministes et lesbiennes, puisqu’elles ne les remettent pas vraiment en question, ont inscrit et priorisé les revendications Trans. à leur agenda.

Quant aux bi(s), elles et ils considèrent n’être que la dernière roue du carrosse, ce qui n’est pas faux, mais il faut bien reconnaître qu’il est assez difficile d’articuler des revendications bi, notamment en matière d’égalité réelle femmes-hommes ou d’égalité des droits LGBT. Quand on discrimine ou agresse une personne, c’est à cause de son orientation sexuelle réelle ou supposée et c’est la relation homosexuelle de la personne bisexuelle qui pose alors problème. La question de l’acceptation de la bisexualité est une intéressante question culturelle mais elle est difficile à traduire en termes politiques.

L’interprétation en France des théories Queer, a aussi joué un rôle. Les théories Queer permettent d’appréhender les questions de genre pour mieux déconstruire les normes et proposer des alternatives. Mais chez nous, elles ont souvent été utilisées pour diluer les luttes et masquer les véritables enjeux de pouvoir.

Ainsi, quand un homme blanc Queer décrète être une « lesbienne noire », parce que c’est ainsi qu’il lui plaît de se définir, c’est intéressant sur le plan théorique, mais seule la lesbienne noire subit vraiment une triple domination sociale et culturelle (femme, lesbienne et racisée) ; ce type de posture n’a aucun d’effet sur la vie quotidienne de l’immense majorité des gens et encore moins ne remet en question l’oppression des femmes.

C’est théoriquement excitant mais socialement inopérant, ça ne change strictement rien aux rapports sociaux de classe.

Les hommes (gays ou pas) qui adorent les Slutwalks et autres manifestations ou représentations « pro-sexe », les qualifient de « seul féminisme valable » ; ils ont raison, elles ne remettent nullement en question la domination masculine, bien au contraire, elles assignent les femmes à de nouveaux rôles tout aussi normés que les précédents mais imposés cette fois, par les performantes et omniprésentes, industries du sexe.

C’est un peu comme si le système patriarcal s’adaptait et engendrait de nouvelles générations d’adeptes au sein même des mouvements qui théoriquement pourraient le mettre en échec.

En effet, les groupuscules radicaux qui prospèrent à la marge du mouvement LGBT se prétendent subversifs mais en réalité, s’avèrent être de redoutables alliés du système patriarcal.

Ayant parfaitement intégré les codes de l’oppresseur, ils répandent des thèses néolibérales « post-féministes » et vont jusqu’à confisquer violemment la parole des féministes.

Complices des industries du sexe, pornographie et prostitution notamment, dont ils prétendent se réapproprier les scénarios, ils glorifient sans ciller la marchandisation et l’aliénation des êtres humains.

Rien n’est plus facile que d’instrumentaliser la libération sexuelle des femmes et « la liberté de disposer de son corps » est passée par la moulinette du libéralisme : à l’évidence, que des femmes s’affirment libérées par le porno ou la prostitution ne va rien changer à l’ordre établi, ni déstabiliser la domination masculine, bien au contraire !

L’influence de ceux que l’on appelle à tort « pro-sexe », « trans-activistes » en tête, s’est même révélée être l’une des menaces les plus virulentes à l’encontre de féministes ou de groupes féministes (Annulation conférence Rad-Fem, harcèlement de militantes, etc.).

Curieusement, ce sont les associations de santé communautaires, financées pour la lutte contre le sida, qui s’en font les meilleurs relais dans le mouvement LGBT.

Face à une telle adversité, nombre de lesbiennes politiques n’approchent pas ou ne font que traverser le mouvement mixte LGBT. Rares sont les militantes lesbiennes féministes qui travaillent dans le mouvement mixte, y occupent une position de « leadeuse », portent les revendications communes tout en s’affichant féministes et en challengeant le sexisme. A quelques exceptions près, elles sont vite isolées, harcelées, discréditées voire menacées et s’épuisent sans obtenir beaucoup de résultats.

Néanmoins, je comprends bien que des lesbiennes soient convaincues que dans une société mixte, il n’y a pas d’autre alternative que la mixité, ce fut mon cas pendant de longues années.

Je pensais que s’exclure dans la non-mixité, n’était pas efficace pour combattre la domination masculine. Aujourd’hui, je n’affirmerais plus rien de tel. L’effort à produire pour surnager et assurer un minimum de visibilité lesbienne et féministe au sein du mouvement LGBT est démesuré. Pour que cet investissement soit viable et productif, il faudrait conjuguer deux facteurs, le premier : plus de lesbiennes féministes investies en même temps et le deuxième: plus de gays concernés par l’abolition du patriarcat. Autant dire une belle utopie !

Dans tous les cas, je pense maintenant que la bonne stratégie consiste à leur demander de s’informer, de se former (les outils théoriques, les expériences et les expertes sont disponibles), de travailler et de faire leurs preuves, nous verrons ensuite.

En conclusion, je dirai que le mouvement LGBT a probablement eu tort de se focaliser exclusivement sur l’égalité des droits, étape certes indispensable, mais impuissante à changer la société en profondeur. Ce sont les LGBT qui vont s’adapter au système et pas l’inverse !

Admettons-le, le mouvement LGBT n’a de mixte que son sigle. Il se défend bien en matière d’égalité des droits, mais fait l’économie de l’essentiel : la lutte contre la domination masculine. Il ne suffit pas de dire : le sexisme engendre l’homophobie ou encore, le mépris du féminin est l’un des ressorts des LGBTphobies, voire même l’homophobie et la lesbophobie sont des manifestations de peur face à des alternatives qui ne sont pas prévues et sont vécues comme des menaces du système, encore faut-il en tirer les conséquences et s’engager dans la lutte contre les systèmes d’oppression, y compris à l’intérieur du mouvement.

Le mouvement LGBT qui a fortement contribué à l’évolution des mœurs en France, aurait les moyens de devenir un véritable mouvement de libération et d’émancipation. Il peut jouer un rôle majeur dans la lutte pour l’égalité Femmes/hommes, encore faudrait-il qu’il le veuille et s’en donne les moyens. Pour l’instant, il n’a même pas commencé, à l’inverse, il s’y oppose souvent.

Ses choix seront déterminants pour l’avenir et il ne pourra pas longtemps continuer de se cacher derrière son petit doigt.

Libération sexuelle et liberté de disposer de son corps

600269_10151496884167948_298307319_nLiberté, quelle liberté, où en sont les femmes ?

Entre timides battues en brèche, violents retours de bâtons, le système patriarcal contre lequel nous sommes mobilisé-e-s, détient probablement le record de longévité des systèmes d’oppression. Il sévit dans tous les domaines mais affectionne particulièrement l’intime et la sexualité.

Je me suis souvent demandé comment s’étaient débrouillés les hommes pour que le mouvement de libération sexuelle des années 60/70, leur profite autant ? Il n’est pas question de le nier, les droits et libertés des femmes ont progressé à partir des années 60, mais nombreuses sont celles qui ont fini par l’admettre : la libération des mœurs sans égalité réelle femmes-hommes jetait comme une ombre au tableau. Les femmes se devaient surtout d’être en permanence disponibles et enthousiastes, sous peine d’être considérées comme de mauvaises coucheuses. Alors, libération sexuelle oui, mais dans les limites imposées par la domination masculine.

Après plus de 40 ans la situation a certes évolué mais je ne suis pas certaine que dans leur majorité, les femmes s’en sortent vraiment mieux. Le patriarcat n’en finit pas de s’éterniser, les femmes n’ont toujours pas gagné l’égalité, encore moins leur liberté. Un peu partout, les droits reproductifs dont l’avortement sont menacés, limités ; des millions de femmes sont toujours enfermées dans les mariages forcés et la prostitution.
Nos sociétés phallocrates essayent bien de nous faire croire que tout va pour le mieux : que les femmes orientales se satisferaient de la soumission et que le voile les protègerait ; que les femmes occidentales s’éclateraient de la Lolita à la Couguar !
En réalité, de manière plus ou moins subtile, partout des femmes résistent aux humiliations et aux violences. Dans les sociétés occidentales, l’hypersexualisation des petites filles et la chosification / pornification des femmes s’impose massivement et à une vitesse fulgurante.
C’est le leurre qu’a trouvé la domination masculine pour continuer de nous contrôler et imposer sa volonté. Des femmes libérées, fort bien, mais qui plaisent aux hommes !

Finalement, la Suède, reste l’un des rares pays a n’avoir pas gommé le caractère féministe de la révolution sexuelle ; elle a notamment choisi d’abolir la prostitution, c’est-à-dire de ne pas inquiéter les prostituées qui, sans craindre d’être arrêtées, peuvent porter plainte en cas de violences ; mais de condamner le proxénétisme et l’achat de services sexuels, pour instaurer l’égalité femmes-hommes et promouvoir l’indisponibilité marchande de l’être Humain.

Dans un tel contexte, quelles sont les libertés sexuelles des femmes ?

Peut-être faut-il commencer par poser le postulat que jamais, personne, n’est totalement libre. Notre naissance, notre cadre de vie, nos rencontres, nous font et défont constamment. Les institutions sont déterminantes, l’enseignement, les valeurs républicaines et/ou religieuses, politiques, syndicales sont des moules.
Bien sûr chaque personne dispose d’une marge de manœuvre et opérera des choix tout au long de sa vie ; des choix cruciaux, mais jamais en dehors du regard des autres ni des codes des groupes d’appartenance et/ou de rejet. Un « sans abri » est aussi libre que moi, mais de quoi est-il ou elle, libre, exactement ? Suis-je aussi libre que d’autres qui détiennent des moyens que je n’ai pas (âge, revenus, formation, qualifications, réseaux sociaux/politiques, etc.) ?
Dans bien des situations, ce n’est pas la liberté qui protège les personnes vulnérables ou fragiles, mais la loi, le cadre social, les références culturelles et morales ou leur absence.

Rappelons aussi que les espaces de liberté sont de nos jours de plus en plus réduits. Notre imaginaire aussi est colonisé. Les industries du sexe, les plus inventives et prolifiques qui soient, savent se vendre : omniprésentes, elles influencent toute notre culture : la représentation hypersexualisée des femmes et des petites filles dans la mode, la photographie, le roman, le cinéma, etc., ce sont elles.
Elles servent les fantasmes masculins et séduisent nombre de jeunes et moins jeunes femmes, elles leur racontent qu’elles sont libération et émancipation.
L’hétérosexiste industrie du sexe formate et tient sous contrôle la sexualité des femmes comme celle des hommes ; elle répond aux attentes, quand elle ne les crée pas, de consommateurs mâles, toujours plus exigeants et violents. Même quand des lesbiennes se lancent dans la production pornographique, il est rare que les codes de domination / soumission qui prévalent dans la très normative industrie du sexe, soient vraiment questionnés.
Yolande Geadah a écrit : « La banalisation de la pornographie, conduit à la “prostitution de la sexualité”, à travers laquelle la sexualité est pour ainsi dire confisquée par l’industrie du sexe, qui réussit à imposer partout sa culture pornographique. De marginale qu’elle était, la prostitution devient ainsi la nouvelle norme sexuelle, encouragée et mise en valeur très activement par l’industrie du sexe. »

Paradoxe invraisemblable, de plus en plus de femmes, influencées par les industries du sexe, réclament le droit de se pornifier et de se prostituer au nom du féminisme et de la liberté à disposer de son corps !
Seulement voilà, quand les féministes des années 60/70 défendaient le droit de « disposer librement de leur corps », elles réclamaient l’imagination au pouvoir et non le carcan des normes d’une industrie, elles revendiquaient une sexualité libre et gratuite, hors des contraintes du mariage « traditionnaliste » (devoir conjugal et maternité), elles voulaient jouir d’une sexualité de désir et de plaisir, d’échanges dans l’écoute de soi comme de l’autre.
Elles réclamaient une contraception libre et gratuite et la légalisation de l’avortement. Ces slogans ont été récupérés, détournés aux fins de chosification et de marchandisation des corps (des êtres en réalité, car le corps n’est pas dissociable).
Liberté et libéralisme ce n’est pas pareil. Comme l’a si bien dit Richard Poulin : « La prostitution prétendument “libre” relève du libéralisme et non de la liberté ».

Personne ne l’ignore, dans leur écrasante majorité, les femmes prostituées sont de classes sociales défavorisées, racisées (déplacées de leurs pays d’origine, réfugiées, immigrantes clandestines), souvent victimes d’un accident de la vie, souvent elles ont été violées, parfois elles cumulent plusieurs de ces situations. Les pays qui ont légalisé la prostitution le reconnaissent un par un, et le dernier en date, l’Allemagne : les violences et les agressions augmentent.
Dans un Rapport remis au gouvernement en 1997 dans l’Etat de Victoria, il était déjà écrit : « La légalisation, loin de protéger les prostituées, ne fait que légitimer le droit des hommes à abuser sexuellement des femmes ».
Comment un état peut-il à la fois lutter contre le harcèlement sexuel et organiser un marché du sexe dont il taxe les revenus ? L’état lutte contre les violences faites aux femmes mais il organiserait et cautionnerait un système de domination et de violences sexuelles, auquel accéder moyennant finance ?
Le paiement, cette « ruse de la domination », a dit l’anthropologue Françoise Héritier. L’argent, qui nourrit le système prostitueur légal comme illégal, garantit aux hommes d’accéder aux femmes, quand bon leur semble.

Par quel paradoxe, les libertaires et antilibéraux qui dénoncent la « marchandisation » envahissante, sauf lorsqu’il s’agit des femmes, en arrivent-ils à envisager, au nom du principe à disposer librement de son corps, de légaliser les violences sexuelles du système prostitueur ? Pour organiser l’exploitation et les violences, il suffirait d’appeler les prostitué-e-s « travailleuses du sexe » et le tour serait joué ? Pour accepter que des femmes subissent la dissociation émotionnelle ou anesthésie mentale, indispensable pour supporter de se prostituer et d’y retourner chaque jour, il suffirait donc de brandir le sésame du « libre choix » ?
A quoi bon s’interroger sur le respect de l’intime et de la dignité, ne pas occulter le traumatisme des violences sexuelles subies avant l’entrée dans la prostitution et sa fossilisation ensuite, c’est tellement complexe, alors que le « libre choix », c’est tellement plus simple !

Malka Marcovich, militante abolitionniste a écrit : « Le corps n’est pas une marchandise et il conserve des traces. Des pénétrations à répétition, sans désir, même avec vaseline, ne laissent pas indemne. »
Mais nos champions des libertés préfèrent complaisamment prendre fait et cause pour une minorité d’escort-e-s activistes, micro-entrepreneurs non représentatifs. (+ de 90% des prostituées veulent en sortir, mais le lobby pro-prostitution, comme les médias ne s’intéressent qu’aux 10% restants).
Entretenir des fantasmes, c’est tout de même beaucoup plus sexy ! Oui, des anti-libéraux, des Verts favorables à la décroissance, des progressistes, peuvent quand il s’agit de sexualité et domination, se rendre complices d’un système criminel d’exploitation et de violences inouïes qui génère toujours plus de profits.
Et ce ne sont pas les puritains, depuis toujours défenseurs de la prostitution qui vont leur donner tort ! « La morale puritaine bourgeoise, inspirée du christianisme, selon laquelle l’idéal féminin réside dans la virginité ou la maternité, interdit les relations sexuelles libres pour les femmes, mais tolère ou encourage la prostitution pour assouvir les besoins sexuels des hommes célibataires tout en préservant la chasteté des jeunes filles de bonne famille », rappelle Yolande Geadah.
Le pire encore c’est quand de grandes bourgeoises intellectuelles qui ne connaissent rien à la question, grâce à leur notoriété et vernis féministe, prétendent s’exprimer au nom des femmes prostituées. Elisabeth Badinter dans Le Monde (31 juillet 2002) « Redonnons la parole aux prostituées », bien sûr, il n’y a qu’elle qui s’exprime, et ne lui demandez surtout pas de donner aux « survivantes » de la prostitution !

Ceux qui comme Madame Badinter, ne font pas la différence entre libéralisme et liberté, dans une société phallocrate de plus en plus acculturée et dépolitisée, individualiste et vide de sens collectif, compromettent en réalité toute chance d’abolir un jour le patriarcat.
Le libéralisme, les récupérations successives des luttes féministes, l’absence de politiques ambitieuses éducatives et répressives contre les violences faites aux femmes, les ravages de la libéralisation de la prostitution et des industries du sexe, présentées comme apologie de la liberté sexuelle, pèsent sur toutes les femmes ; imposent une plus grande chosification ; instaurent une véritable culture du viol.

C’en est assez ! Non, les femmes ne sont pas toutes vénales, non les femmes ne sont pas toutes masochistes, non les femmes ne sont pas toutes des « putes » et encore moins des « putes féministes » !
Ces slogans misogynes du lobby-prostitution, qui plaisent tant aux hommes et aux femmes qui le soutiennent, sèment la confusion et tentent de faire passer pour libération sexuelle ce qui n’est en réalité que subordination de la sexualité des femmes à la domination masculine et aux dictats des industries du sexe.

Oui les femmes veulent disposer librement de leurs corps, c’est pourquoi elles s’opposent à toute forme de servage. Dans le couple ou le mariage, elles veulent inventer les amours et sexualités qui les épanouissent.
Yolande Geadah a écrit : « Les rapports sexuels dans le mariage ne sont qu’un élément de la vie à deux, important certes, mais qui s’inscrit dans une relation humaine complète et non pas morcelée, comme c’est le cas dans la prostitution ».

Les industries du sexe et la prostitution (non pas « le plus vieux métier du monde », mais bien la plus vieille arnaque patriarcale) ne sont en rien subversives ni libératrices, mais au contraire, juste un enfermement de plus.
Du « plan cul » à la relation de couple, les femmes veulent s’émanciper, libérer leurs désirs et leurs plaisirs autant de la domination masculine que du libéralisme.
Liberté, égalité !

Christine Le Doaré

Note :
« Vint enfin un temps où tout ce que les hommes avaient regardé comme inaliénable devint objet d’échange, de trafic et pouvait s’aliéner. C’est le temps où les choses mêmes qui jusqu’alors étaient communiquées mais jamais échangées ; données mais jamais vendues ; acquises mais jamais achetées – vertu, amour, opinion, science, conscience, etc. – où tout enfin passa dans le commerce. C’est le temps de la corruption générale, de la vénalité universelle, ou, pour parler en termes d’économie politique,le temps où toute chose, morale ou physique,étant devenue valeur vénale, est portée au marché. » Karl Marx, Misère de la philosophie, 1847, cité par Richard Poulin dans La mondialisation des industries du sexe


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives