Posts Tagged 'manipulation'

STRASS, Morgane Merteuil : inversions et manipulations

marche-tete-04-900x599Morgane Merteuil, STRASS, réglementaristes de la prostitution et inversion rhétorique au service de la manipulation.

Savez-vous que les personnes qui ne consomment pas assez de biens matériels sont responsables des ratées du système capitaliste ? Egalement, que les victimes du racisme sont responsables de l’inquiétude des occidentaux menacés par une société métissée et plurielle ?
Je vous sens crispéEs là, non mais c’est quoi ce discours néolibéral et raciste ? Inversion sémantique au service de la manipulation idéologique ? Oui, sans aucun doute !
Pourtant, quand Morgane Merteuil, porte-parole du STRASS*1. écrit que les clients et plus généralement les bénéficiaires du système prostitueur rendent service aux femmes en leur permettant de se prostituer quand les féministes abolitionnistes, elles, les mettent en danger, le procédé est rigoureusement le même mais peu y trouvent à redire.
Pourquoi sur le sujet de la prostitution tant de progressistes ont-ils l’esprit critique en berne, quand sur d’autres sujets, ils sont prompts à repérer les tentatives de manipulation à coups d’inversions sémantiques flagrantes ?

Le dernier texte de Morgane Merteuil est un chef-d’œuvre du genre. Elle y opère une double manipulation.
Elle s’appuie sur un texte de Joan W. Scott « Émancipation et égalité : une généalogie critique », donné lors d’une conférence Au-delà du patriarcat du colloque Penser l’émancipation (Nanterre, février 2014).

Le titre de Merteuil « Putes, corps désirants et émancipations », donne le ton, comme si juxtaposer des mots inconciliables suffisait pour convaincre de la pertinence du propos :
« putes » ce qui signifie : femmes (le plus souvent, mais pas seulement) performant des rapports sexuels sans désir et pour de l’argent, sous la contrainte (le plus souvent, mais pas toujours) ; rien que l’utilisation du mot « pute » est douteux, il permet de détourner l’attention et d’effacer la violence de la réalité de la prostitution,
« corps désirants » mais qu’est-ce donc qu’un corps désirant ? Un être désirant, oui, je vois, un corps désirant, déjà beaucoup moins, à moins que Morgane Merteuil ne reconnaisse l’état de distanciation / dissociation nécessaire pour se prostituer, l’esprit ici et le corps tout là-bas ?
Dans tous les cas, parler de « corps désirants » dans le cadre de la prostitution, alors que nombre de professionnels de santé et de féministes s’accordent à la qualifier de violence sexuelle intrinsèque et que les associations de défense de prostituéEs prétendent en faire un travail, est pour le moins contradictoire.
« émancipations », le mot est au pluriel, c’est tout de suite plus signifiant.
C’est aussi un artifice pour associer l’émancipation des femmes musulmanes à celles des femmes prostituées, le STRASS ratisse large et aux côtés de ses amiEs des Indigènes de la République, Morgane Merteuil tente de nous convaincre que « féminisme musulman » et « féminisme pute », même combat ! *2.Voir « Des déchaînézs au genoux du patriarcat ».

Le texte est à l’image du titre : une laborieuse tentative d’inversion des responsabilités, chaque argument étant maltraité jusqu’à l’absurde.
Bien entendu, les industries du sexe ne sont plus des industries ultra-capitalistes qui s’en mettent plein les poches sur le dos de femmes exploitées, les proxénètes comme les clients ne sont plus des instruments de la domination masculine et ne sont jamais responsabilisés, en revanche, les féministes abolitionnistes seraient des libérales « des franges répressives » et mettraient en danger les personnes prostituées.
De quelle manière et avec quels moyens, vous ne saurez jamais, ce qui compte c’est de semer le doute, de faire de la désinformation et de propager des mensonges.

Joan W. Scott prétend que « la rhétorique de l’émancipation sexuelle et de l’égalité entre les sexes, en ce qu’elle est soumise à un capital mondialisé qui fait du désir, et de sa capacité à l’assouvir, un préalable à la citoyenneté, contribue à la perpétuation de la domination de « populations minoritaires défavorisées », et notamment des femmes musulmanes ».
La théorie de Joan W. Scott est tout de même particulièrement perverse, elle suggère que l’émancipation des femmes occidentales, leur droit à une sexualité libre et désirante, leur volonté d’égalité, sont responsables de la domination des femmes musulmanes qui elles, n’auraient pas atteint ce niveau de liberté et ne pourraient donc, de ce fait, accéder au statut de citoyenne.
Entendez bien, les femmes musulmanes ne seraient pas opprimées par la domination masculine, l’interprétation masculine de textes religieux, le poids des traditions, non, du tout, elles seraient dominées à cause des féministes, des femmes occidentales libérées et seules dignes d’un statut de citoyenne !
Formidable exemple d’inversion des responsabilités et de manipulation rhétorique !
Les féministes universalistes « orientales » qui luttent dans les pays musulmans apprécieront cette obole au féminisme islamiste et plus encore au système patriarcal !
[Que des intervenants capables de telles manipulations soient invitéEs dans des universités françaises me laisse perplexe.]

Puis, entraînée dans son élan, non contente, comme Joan W. Scott, d’accuser « la communauté des nations » d’avoir choisi « le désir sexuel comme dénominateur commun universel dans la définition de l’humain », et par conséquent, selon Morgane Merteuil, d’être « islamophobe », [vous suivez j’espère ?], la porte-parole du STRASS extrapole et, seconde manipulation, se demande « si le rejet des revendications des travailleuses du sexe peut, lui aussi, correspondre un autre aspect du discours civilisationnel analysé ici par Joan W. Scott ».

Je vous épargne quelques paragraphes plutôt inintelligibles, pour arriver à ceci : « L’accent placé sur une sexualité libérée … fait écho au désir de consommer qui sert de moteur au marché, et permet de détourner l’attention des injustices économiques et sociales qui résultent de la discrimination et des formes structurelles de l’inégalité. On touche bien là à un des fondements de l’idéologie libérale, qui fait finalement reposer sur la volonté individuelle la capacité d’émancipation (sexuelle), sans prendre en compte les rapports de domination et de dépendance qui peuvent entraver celle-ci. Ainsi, dans le débat sur la prostitution, la position abolitionniste consistera essentiellement en une volonté de « responsabilisation » des clients…, sans que ne soient jamais abordées les causes économiques et structurelles qui peuvent pousser des femmes non seulement à exercer cette activité mais de manière plus générale à être dépendantes des hommes. »
Quel plus beau déni de la réalité des luttes féministes !
Un allié pareil, le patriarcat en rêvait, Morgane Merteuil l’incarne, il peut dormir sur ses deux oreilles.
Morgane Merteuil avance que la libéralisation de la prostitution et la soumission à des dictats religieux/coutumiers, sont des enjeux de luttes émancipatrices.
En réalité, les groupuscules d’activistes du STRASS, du collectif « 8marspourtoutes » et leurs quelques alliéEs politiques et universitaires s’emploient à faire diversion pour éviter toute atteinte sérieuse au système patriarcal et c’est à peu prés tout.

Constamment et simultanément les féministes combattent les systèmes d’oppression idéologiques, économiques et sociaux, dénoncent la pression des industries patriarcales et capitalistes du sexe qui ne cessent d’envahir nos sociétés hypersexualisées, combattent les inégalités femmes-hommes, etc.
Nous abordons la question de la prostitution, en tant que projet de société, à fortiori collectif, par opposition aux réglementaristes qui ne parlent jamais que de choix individuels de quelques « libérales/libéraux » qui exerceraient « librement » sans se préoccuper des millions de femmes déplacées, torturées, violées et prisonnières de proxénètes, de la traite.
Et tout ça, nous le ferions sans jamais interroger et combattre les raisons économiques et sociales qui poussent les femmes à se prostituer ?
Allons donc, nous ne cessons d’expliquer que désespoir, besoin d’argent et passage à l’acte favorisé par des violences sexuelles antérieures, sont les raisons qui poussent le plus souvent les femmes à se prostituer, quand elles n’y sont pas contraintes par un proxénète ou un réseau mafieux.
Une seule femme opprimée, une seule femme violée, une seule femme prostituée et ce sont toutes les femmes qui risquent elles aussi, de subir ce même destin.

Le féminisme n’a pas de sens s’il n’aboutit pas à libérer les femmes, toutes les femmes, de l’emprise de la domination masculine, de leur exploitation et de leurs violences.
La domination masculine vise à contrôler les femmes, leur sexualité, la reproduction ; les religions, les traditions, les institutions sont les instruments de ce pouvoir masculin.
La prostitution n’est jamais que l’un des plus archaïques moyens de s’approprier les femmes – et souvent les enfants, parfois des hommes – réduitEs à des commodité sexuelle au service des hommes. Le voile et plus encore la burqa, le niqab, n’ont d’autre fonction que d’effacer les femmes et de les désigner propriété exclusive du père ou du mari tout puissant.
Morgane Merteuil aura beau triturer la réalité dans tous les sens, nous inventer des concepts « d’épanouissement sexuel islamophobes », – quelle personne sensée peut accréditer une seule seconde l’idée que nos politiques publiques associent épanouissement sexuel et droits sociaux ? -, elle n’est jamais du côté des femmes, de leur libération, de l’abolition du patriarcat.
C’est d’ailleurs pour cette unique raison et manifestement pas pour la pertinence de ses analyses, qu’elle cumule tant de soutiens et d’intérêts médiatiques et politiques.

Une manipulation rhétorique aussi grossière que celle qui consiste à inverser les responsabilités et absoudre au passage les bénéficiaires des systèmes patriarcal et prostitueur, est lamentable mais ce qui l’est plus encore, c’est la complaisance dont elle bénéficie pour continuer sans vergogne, à la tête du STRASS et des réglementaristes de la prostitution, à salir le mouvement féministe et tenter de le diviser.

Christine Le Doaré

********************************************************************************************************
*1.STRASS : Syndicat des travailleurs du sexe

*2 : https://christineld75.wordpress.com/2014/04/02/des-dechainees-aux-genoux-du-patriarcat-2/

Le manifeste de la honte et de notre colère !

capture-d_ecc81cran-2013-04-17-acc80-16-02-41Un manifeste « contre la pénalisation des prostituées et de leur client » lancé par le STRASS et Act-Up Paris notamment,  est depuis quelques semaines proposé avec insistance, à la signature du  monde associatif. *1.

Que dit-il ?

Il affirme fort justement que les personnes prostituées ne doivent pas être pénalisées et que le délit de racolage doit être abrogé. C’est vrai, et en effet, abolitionnistes comme réglementaristes s’accordent sur cette mesure, d’ailleurs déjà votée par le Sénat ; il est fort probable qu’elle le sera aussi à l’Assemblée Nationale.

Cette question n’est donc pas polémique, ne fait même aucun doute : il faut abroger le délit de racolage, les prostitué-e-s victimes de violences ne sont pas coupables et ne doivent pas être stigmatisées.

En revanche, ce qui fait polémique, c’est la position sur la pénalisation du client.

Affirmer que la pénalisation du client va renforcer la précarisation des prostituées, les éloigner du système de santé et de la prévention est plutôt fantaisiste.

En outre, le tour de force consiste à lier le destin des prostitué-s-e à celui de leurs clients ! 

Pourtant, il suffit d’y regarder de près : dans tous les pays abolitionnistes*2., la prostitution qui a amplement diminué, n’a pas disparu au fond des bois, elle a lieu en plein centre-ville.

Les prostitué-e-s ont accès aux aides sociales et à la prévention en matière de santé.

Logiquement, comme elles ne sont plus dans la clandestinité, elles peuvent imposer plus facilement le port du préservatif et surtout porter plainte en cas de violences.

En réalité, l’abolition inverse  la charge pénale et la reporte sur le client et d’ailleurs, toute personne un tant soit peu sensée le sait, ce qui met toute personne prostituée en danger, c’est le risque induit par le fait d’être seule et vulnérable avec le client, que ce soit dans la rue, dans une voiture, dans un appartement, ou dans un bois.

Peu importe le mode de rencontre, le danger c’est le client lui-même ! 

Les clients prostitueurs qui consomment du sexe tarifé enrichissent les proxénètes sur le dos de femmes le plus souvent pauvres, racisées et/ou  violentées dans leur jeunesse. La demande du client est à l’origine du système prostitueur, 3e marché criminel mondial.

Une économie criminelle coupable de violences inouïes à l’encontre de femmes et d’enfants déplacés, dressés, violés, torturés.

Pourquoi tant d’indulgence à leur égard, pourquoi cette impunité alors que la prostitution est bien une violence sexuelle ?

Alors, commencer ce manifeste en posant « quelle que soit notre position sur la prostitution » pour finir par amalgamer une position sur la pénalisation des prostituées avec une position sur la pénalisation du client alors que les deux peuvent parfaitement diverger, n’est pas très honnête.

Mais de la part d’un lobby pro-prostitution est-ce étonnant ? Comment peut-on ainsi se laisser abuser par un groupuscule majoritairement constitué de « dominas » masculins qui soumettent d’autres hommes et ne représente en rien l’écrasante majorité des femmes prostituées, elles-mêmes principalement contraintes ?

Mais surtout, rien n’est dit des constats catastrophiques et alarmants des pays qui ont légalisé la prostitution et s’inquiètent désormais de la situation qu’ils ont pourtant installée.

Ces pays sont débordés par des mafias proxénètes de plus en plus puissantes, la traite s’est intensifiée, les profits financiers sont gigantesques.

L’exploitation des personnes prostituées est grandissante : on constate un développement  des pratiques de plus en plus violentes et dégradantes, avec des prix au rabais, des femmes soldées.

Il faut lire les dossiers des magazines allemand « Der Spiegel » et hollandais « De Volkskrant » pour s’en convaincre et comprendre de quoi il est vraiment question.

La France, pays abolitionniste qui n’applique pas correctement cette politique puisqu’elle pénalise les prostituées et fait preuve d’une complaisance envers les clients, pourrait-elle commettre les erreurs des pays réglementaristes en s’engageant  à son tour dans cette voie ?

Il  serait pourtant temps d’adopter une  véritable politique abolitionniste et de se donner les moyens de combattre l’une des pires violences sexuelles  patriarcales que la loi ne condamne toujours pas. Les abolitionnistes ne veulent plus de mesures isolées, mais l’adoption d’une loi globale afin de : renforcer la lutte contre la traite, abroger le délit de racolage, adopter de sérieuses alternatives sociales ; lancer des actions de prévention et d’éducation et pénaliser le client.

Eduquer au respect du principe d’inaliénabilité de l’être humain et à  l’égalité femmes-hommes, c’est le rôle de l’état, pas de renforcer le proxénétisme !

Nous en avons assez que le slogan féministe des années 70 « liberté de disposer de son corps», soit  récupéré par des lobbys aux fins de marchandisation. *3.

Nous en avons assez des récupérations successives de nos luttes, assez de la culture du viol et des ravages de la libéralisation de la prostitution !

Que des groupuscules de la nébuleuse radicale libertarienne, Verts en tête, des associations de santé communautaire, aient signé ce Manifeste ne nous surprend guère. En revanche, d’autres signatures sont plus étonnantes.

C’est vrai de nos jours, Internet est devenu le lieu d’une mobilisation perpétuelle et il est possible de signer chaque jour nombre de pétitions, sans guère avoir le temps de les lire toutes en détail.

Tout de même, signer c’est s’engager, alors, je demande à tous les signataires de cette pétition d’assumer leur soutien et de m’expliquer, nous expliquer, pourquoi, aux côtés de petits entrepreneurs libéraux et d’un lobby ultra-minoritaire,  ils jugent bon, sur le dos des femmes exploitées et violentées dans la prostitution,  de s’ériger en défenseurs de la domination masculine, du libéralisme et du système patriarcal ?

*1. Ce manifeste n’est pas encore publié sauf sur une page FB, il devait être publié à la rentrée ; pour l’instant, il est adressé avec insistance pour ne pas dire, harcèlement, aux associations et formations, pour les conduire à signer. L’objectif est de prétendre que le monde associatif soutient le lobby pro-prostitution.

*2. Pays abolitionniste : la France est abolitionniste mais n’applique pas correctement cette politique : en effet, elle ne pénalise que la personne prostituée (délit de racolage), le client prostitueur n’étant lui jamais inquiété.

Le délit de racolage vient d’être abrogé par le Sénat, il devrait l’être à l’AN (doit être voté par les deux chambres), les abolitionnistes y sont favorables, mais préfèreraient une loi et politique globale.

Projet abolitionniste et loi globale : à l’instar de la Suède, l’Islande et d’autres encore, des pays qui ne pénalisent pas la personne prostituée, qui mettent en place des politiques sociales et de santé (réinsertion…), qui éduquent et pénalisent le client prostitueur à l’origine des violences sexuelles et de la perpétuation et même de l’expansion du système prostitueur.

*3. « Libération sexuelle et liberté à disposer de son corps » ou Liberté et libéralisme c’est différent : https://christineld75.wordpress.com/2013/07/07liberation-sexuelle-et-liberte-a-disposer-de-son-corps/

– Des arguments qui relèvent de la manipulation : 

Le lobby pro-prostitution veut nous convaincre que dans les pays abolitionnistes, les prostitué-e-s sont plus en danger que dans les pays qui ont légalisé la prostitution comme l’Allemagne. Ceci n’a aucun sens. Dans tous les pays, quel que soit leur régime, réglementariste, abolitionniste et prohibitionniste, les meurtres de prostituées sont bien trop nombreux,  particulièrement dans  les pays réglementaristes où la criminalité est en augmentation. Ces meurtres sont toujours perpétrés par des hommes violents, des proxénètes ou des clients.

Ex : Liste non exhaustive de meurtres de prostituées dans un pays règlementariste, l’Allemagne :

Prostituée assassinée en 2013 à Euskirchen, Allemagne (3)

Prostituée assassinée en 2012 à Rostock, Allemagne (4)

Prostituée assassinée en 2012 à Hannover, Allemagne (5)

Prostituée assassinée en 2011 à Stade, Allemagne (6)

Prostituée assassinée en 2011 à Chemnitz, Allemagne (7)

Prostituée assassinée en 2010 à Halberstadt, Allemagne (8)

Prostituée assassinée en 2010 à Hagen, Allemagne (9)

Prostituée assassinée en 2009 à Eberswalde, Allemagne (10)

Prostituée assassinée en 2008 à Stuttgart, Allemagne (11)

Actuellement, la plupart des meurtres (comme des violences) ont lieu « à l’intérieur » (hôtel, domicile du prostitueur, bordel…), c’est-à-dire là où l’escorte ou la personne prostituée a pris rendez-vous par internet, etc…

Mais il est possible que le principal risque pour la personne prostituée soit encore le SUICIDE : 170 fois PLUS DE TENTATIVES DE SUICIDES que la population générale (A Teixeira, 2011) : « Et si JE MEURS AVANT MON SUICIDE, C’EST QU’ON M’AURA ASSASSINÉE, je mourrai entre les mains d’un fou, étranglée par un client parce que j’aurai dit un mot de trop () je mourrai d’avoir tu ce que je pense passionnément, MA CONTRIBUTION À CE QU’IL Y A DE PIRE DANS LA VIE »

Nelly Arcan, Putain, p. 87 Nelly Arcan s’est suicidée à 36 ans.

John J. Potterat 2003, a étudié 1936 femmes prostituées sur une période de 32ans et a montré que les personnes prostituées ont 18 fois plus de risques de mourir par homicide que la population générale (même âge, même origine), avec une moyenne d’âge de décès à 34ans.(2)

(2) http://aje.oxfordjournals.org/content/159/8/778.full

(3)http://www.general-anzeiger-bonn.de/region/44-Jaehriger-aus-Vettweiss-angeklagt article1101156.html

(4) http://www.spiegel.de/panorama/justiz/lebenslaengliche-haft-wegen-mord-an-prostituierter-a-903485.html

(5) http://www.lz.de/owl/8958625_Mindener_wegen_Mord_an_Prostituierter_vor_Gericht.html

(6) http://www.abendblatt.de/hamburg/polizeimeldungen/article2037767/Prostituierte-in-Stade-ermordet-Opfer-wurde-erwuergt.html

(7) http://www.mz-web.de/panorama/chemnitz-mann-wegen-messerattacke-auf-prostituierte-vor-gericht,20642226,17388232.html

(8) http://www.mz-web.de/panorama/chemnitz-mann-wegen-messerattacke-auf-prostituierte-vor-gericht,20642226,17388232.html

(9)http://www.derwesten.de/wp/staedte/hagen/prostituierte-in-hagen-tot-auf-ihrem-bett-gefunden-id2431068.html

(10) http://www.moz.de/artikel-ansicht/dg/0/1/149734

(11) http://www.spiegel.de/panorama/justiz/mysterioeser-prostituierten-mord-viele-spuren-kein-motiv-a-628334.html

-Sites d’information sur les régimes politiques abolitionnistes (ne pénalise que le client prostitueur ;  prohibitionniste : pénalise la personne prostituée comme le client prostitueur / interdiction ; réglementariste : régularise le proxénétisme (bordels, vitrines… le prostitueur devient un client comme un autre / et /ou un commerçant comme un autre) :

http://www.abolition2012.fr

http://www.mouvementdunid.org

www.prostitutionetsociete.fr

-Informations sur le lobby pro-prostitution : http://scoop-it/u/fee-ministe

-Informations classées par rubriques (légales, rapports, articles, etc.) sur la prostitution. Régulièrement mis à jour : http://www.scoop-it/t/prostitution-les-lobbys-pro-french-English

Liste des signataires de ce manifeste :

Contactez-les, demandez-leur des comptes, cessez de les soutenir :

Acceptess-Transgenres, Acthe, Act Up-Paris, Act Up-Sud Ouest, Aides, les

Amis du Bus des Femmes, An Nou Allé, Arap-Rubis (Nimes), Arcat-Santé, Aris-

Centre LGBTI (Lyon), ARPS (Association Réunionnaise pour la Prévention des

Risques liés à la Sexualité ), ADRPP (Association pour les droits, la

reconnaissance et la protection des prostitué(e)s), ASUD (Auto Support des

Usagers de Drogues), ANA (Avec Nos Ainées), Autres Regards (Marseille), Black

Caucus France (Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s africain/e/s

& ultramarin/e/s), Cabiria (Lyon), CGLBT (Centre Gay Lesbien Bi et Trans

de Rennes), Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer),

Collectifdom, Collectif féministe 8 mars pour toutes, Collectif Droits et

Prostitution, Collectif Existrans, Collectif des prostituées du 16ème

arrondissement de Paris, Collectif des prostituées de Gerland, Collectif

des travailleuSEs du sexe de Perpignan et des Pyrénées Orientales, les

DurEs à Queer, Elus Locaux Contre le Sida, l’En Dehors, Fédération

Anarchiste, Fédération Total Respect / Tjenbé Rèd, Femmes de la Terre, les

Flamands Roses, FRISSE (Femmes, réduction des risques et sexualités),

GARCES (Groupe d’Action et de Réflexion Contre l’Environnement Sexiste –

collectif féministe de Sciences Po), GayKitschCamp, Grisélidis (Toulouse),

HF-Prévention Santé, I.P.P.O (Bordeaux), Itinéraires Entr’Actes (Lille),

Kingsqueer de Kingsqueer, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de

l’Enseignement, Médecins du Monde, Minorités, la Mutinerie, les Myriades

Transs, NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), Observatoire des

Transidentités, l’OII Francophonie (Organisation Internationale

Intersexe), Onzième

Dom (Union des Français/es d’outre-mers du XIème arrondissement de Paris),

ORTrans (Objectif Respect Trans), OUTrans, Paroles Autour de la Santé

(Guadeloupe), le Pink Bloc, le Planning Familial, Rainbow Caucus France

(Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s LGBT), Sans Contrefaçon,

SIS Association, les Sœurs de la Perpétuelle indulgence – Couvent de

Paname, Couvent de Paris, et Couvent des 69 Gaules, Solidaires Etudiants,

Solidarité Sida, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la

Magistrature, STRASS (Syndicat du Travail Sexuel), STS (Support Transgenre

Strasbourg), Tjenbé Rèd Prévention, les Tumultueuses, Warning

 


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives