Posts Tagged 'prostitution'

Une date historique de l’émancipation des femmes : 6 avril 2016 la prostitution enfin abolie

IMG_0437

Le 6 avril 2016 est un jour de victoire pour toutes les féministes et leurs alliés, tous les progressistes et tenants de l’Egalité. Enfin, après des années d’une âpre bataille, à une très large majorité, l’Assemblée Nationale adopte la loi d’abolition de la prostitution et libère les femmes de la plus ancienne et odieuse oppression patriarcale qui soit : considérer les femmes comme des commodités ou pire encore, des esclaves sexuelles.

Le 29 novembre 2013, j’étais à l’Assemblée Nationale pour assister au vote de la proposition de loi d’abolition de la prostitution.

Révélation dans l’hémicycle | irréductiblement féministe !

https://christineld75.wordpress.com/2013/11/29/revelation-dans-lhemicycle/

 

A l’affichage des votes j’ai ressenti un immense soulagement, comme si le poids de siècles d’esclavage sexuel pesant sur les femmes, allait enfin s’alléger. Les femmes (mais aussi les enfants et quelques hommes), ne peuvent être envisagéEs comme des commodités sexuelles. C’est la même logique que celle du viol, l’argent en moins, l’argent qui donne l’illusion d’un consentement acquis.

Cette fois je n’y étais pas mais à l’annonce des résultats du vote, j’ai explosé de joie, consciente de cette immense avancée pour les femmes et pour l’humanité.

 

La loi d’abolition et non de prohibition est juste et équilibrée : elle décriminalise les personnes prostituées, responsabilise les clients qui nourrissent la demande et favorise le trafic d’êtres humains, prévoie des actions de prévention, adopte des programmes de sortie et réinsertion pour les prostituées qui le souhaitent.

Au fait, que dit la loi d’abolition | irréductiblement féministe !

https://christineld75.wordpress.com/2013/11/08/au-fait-que-dit-la-loi-dabolition-de-la-prostitution/

 

Une loi n’est que peu de choses sans ses décrets d’application, une forte volonté politique et de sérieux moyens alloués à sa mise en œuvre. Cette loi est d’importance : elle protège des personnes vulnérables et punit ceux qui sans scrupule, en profitent, pensant connaître le prix à payer pour abuser sexuellement d’un être humain ; aussi, tous les moyens d’assurer son succès devront-ils être rapidement réunis.

Ni « liberticide », ni « morale », la loi abolitionniste de la prostitution est POLITIQUE | irréductiblement féministe !

https://christineld75.wordpress.com/2013/11/15/ni-liberticide-ni-morale-la-loi-abolitionniste-de-la-prostitution-est-politique/

 

Le Sénat, plus à l’écoute des lobbies prostitueurs que des « survivantes » (anciennes prostituées désormais libres de leur parole) et associations féministes, a fait traîner la montre, plus soucieux du porte-monnaie des clients que du sort des personnes prostituées en grand nombre, agressées, violées et même tuées soit par leurs clients, soit par les réseaux de trafiquants.

 

Cette lourde servitude patriarcale devait bien être défaite un jour. Le 6 avril 2016 est une date à inscrire au calendrier des victoires arrachées de haute lutte par les féministes. Victoire.

Christine Le Doaré

Abolition, la victoire arrachée !

prison-code-barreEnfin, après tant d’années de luttes acharnées, l’abolition de la prostitution va pouvoir faire ses preuves en France. C’est une victoire pour les féministes et pour tous les progressistes qui aspirent à la défaite de tous les esclavages.

L’abolition et non la prohibition, pour dépénaliser les personnes prostituées, les sortir de l’isolement et de la stigmatisation et leur donner les moyens si elles le souhaitent, de quitter cet esclavage sexuel d’un autre temps, à la croisée des oppressions de sexe, classe et origine.

Les clients quant à eux, consommateurs qui ne se préoccupent guère d’un système d’exploitation et de violence qu’ils alimentent par leur demande, vont être informés et pénalisés s’ils s’obstinent.

Il était temps que le législateur français soit cohérent avec le projet d’émancipation des femmes et d’égalité femmes-hommes qu’il prétend porter et cesse de cautionner ces hommes qui, par l’argent, contraignent des femmes ou des hommes d’ailleurs, à leur délivrer des services sexuels.

 

Ce ne sera pas simple, les associations et services sociaux auront besoin de moyens matériels et financiers conséquents pour mener à bien une politique abolitionniste efficace ;  pour faire évoluer les mentalités, il faudra promouvoir résolument les valeurs de consentement et de respect, propres à la liberté sexuelle.

 

Si la bataille a été âpre et longue, ce n’est pas fortuit.

Les bénéficiaires du système prostitueur : proxénètes en tous genres, entourage ou puissants réseaux mafieux, sans oublier l’opulente industrie du sexe ni les nombreux acteurs du lobby prostituteur et leurs soutiens politiques et médiatiques, ne vont pas considérer d’un bon œil, la perte d’une confortable manne financière pour les uns, d’un combat idéologique contre les femmes, pour les autres.

Pour constituer un rempart contre les violences de ce système et conduire une politique abolitionniste digne de ce nom, il faudra faire preuve d’une indéfectible volonté politique et soutenir en le finançant correctement, un tissu associatif féministe et abolitionniste compétent.

 

Les personnes les plus vulnérables subissent durement les lois des marchés financiers et sont des proies faciles pour le système prostitueur. Les féministes abolitionnistes et leurs allié-e-s associatifs et politiques sont souvent menacé-e-s, ici en France et partout où l’abolition de la prostitution est en question.

Les remparts sont bien fragiles, nos parlementaires ont enfin eu le courage politique de les renforcer.

Les attaques les plus violentes viennent bien comme on doit s’y attendre, des industries du sexe, de  groupes réactionnaires et masculinistes mais aussi,  beaucoup plus perfidement, de groupes de gauche qui se prétendent alternatifs et même « féministes » !

Il faut passer un certain temps dans les milieux militants pour appréhender correctement ces  alliances délétères entre des groupes et idéologies qui à priori n’ont pas grand-chose en commun tels que par exemple les féministes dites « pro-sexe », les défenseurs de la réglementation de la prostitution et les islamo-gauchistes.

Nombreuses sont les féministes diffamées, menacées, attaquées, les unes après les autres, dans le but de les isoler et discréditer.

En général, il s’agit de féministes qui résistent à la récupération « 3ème génération » et au dévoiement des  fondamentaux du féminisme au profit d’un féminisme queer dit « pro-sexe ».

Le féminisme « 3ème génération » fleurit dans certains milieux influents, universitaires, médiatiques, LGBT où il est de bon ton de ne plus parler d’études féministes mais d’études de genre, où les problématiques Trans., touchant pourtant un public ultra minoritaire, prennent le pas sur et au détriment de la lutte contre le sexisme, pour l’égalité et en faveur d’une société féministe, où les questions d’appropriation des corps – et vies – des femmes telles que la reproduction et la sexualité, sont présentées de manière à servir les besoins masculins  (prostitution / GPA – gestation pour autrui, etc.).

 

Actuellement, l’éditorialiste féministe bien connue Meghan Murphy fait l’objet d’une violente campagne de dénigrement orchestrée par les lobbys de l’industrie du sexe, destinée à la faire taire et pire, à lui faire perdre son emploi. *1.

Le Conseil d’administration et l’ancienne présidente porte-parole d’Osez-le-féminisme subissent une calomnieuse campagne de diffamation. Le communiqué de presse écrit par un groupe de militantes démissionnaires de l’antenne OLF Lyon est une attaque personnelle à charge et sans aucun élément tangible et vérifiable.

Il faut dire qu’à Lyon, la Gay Pride a depuis longtemps associé à la défense des droits des personnes LGBT, les revendications de libre prostitution et de GPA (Gestation pour Autrui) !

Les méthodes d’entrisme des lobbys pro-prostitution, STRASS (« Syndicat » des « travailleurs » du sexe) entre autres, formés aux pratiques des milieux politiques de l’ultra-gauche et de « l’islamo-gauchisme » étant particulièrement virulentes, il ne leur a pas fallu longtemps pour infiltrer et tenter de déstabiliser une association féministe bien connue pour ses positions abolitionnistes de la prostitution.

Que les responsables locales et nationales élues, sa présidente en tête, ne se laissent pas déborder et défendent les principes fondateurs d’une plate-forme constitutive votée, ADN de l’association, est tout à fait légitime.  La tentative de récupération ayant échoué, ne reste plus qu’à tenter de déstabiliser un CA et une présidente qui tiennent le cap et mettre en danger l’association.

Il est toujours possible de trouver des défauts aux militant-e-s qui prennent des responsabilités, ce n’est pas tâche facile et personne n’est irréprochable ; nombre de responsables associatifs sont ambitieux et motivé-e-s par des carrières politiques, à OLF comme ailleurs, mais le ton de la lettre et surtout l’absence d’arguments de fond et politiques, ne laissent que peu de doutes sur l’objet de la manœuvre.

On touche le fond quand des journalistes, longtemps complaisants à l’égard des lobbys prostitueurs, relayent l’info-poubelle ; tiens au hasard : Quentin Girard de Libération qui emballe le moulin en twittant une image du CP avec l’accroche : « Tiens, une partie d’OLF s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre » ! 2.*

Que des Fondatrices d’OLF aient été, soient encore, au PS ou sympathisantes est un fait, mais d’autres sont proches d’autres formations, et de là à dire qu’OLF n’est « que la chapelle féministe du PS », il y a une sacrée marge, d’autant plus que l’association n’a tout de même pas rechigné à interpeller le gouvernement sur un bon nombre de sujets relatifs aux droits des femmes.

Depuis ce premier CP, des journalistes avisés ont repris l’affaire en mains, et tentent de faire passer OLF pour des représentantes d’un féminisme blanc et bourgeois qui mépriserait les femmes racisées. Voir l’article surréaliste de Madame Figaro 3.* soudainement promue spécialiste en féminisme et qui nous explique le mouvement des femmes et ses divisions internes !

 

Trouver en Madame Figaro un relais des théories des « féministes » dites « pro-sexe »,  « féministes » islamo-gauchistes et « féministes » islamistes, peut être saisissant, mais à bien y réfléchir, relayer la parole de ceux qui s’emploient à toute force à diviser les mouvements féministes, à séparer les femmes et à les enfermer dans des spécificités culturelles et religieuses propres aux systèmes de domination à l’œuvre dans leur pays où communauté d’origine, est plutôt malin.  Diviser pour mieux régner, ne peut qu’arranger le système patriarcal.

Alors même qu’elles sont les seules en réalité, à dénoncer et combattre les violences inouïes  des mariages forcés, de la relégation, des crimes d’honneur, de la lapidation, de l’infanticide des petites filles, de l’excision, de la prostitution, des violences domestiques et sexuelles, des féminicides, etc., les féministes ne trouvent jamais grâce aux yeux des mystificateurs.

Soit elles sont accusées de parler à la place des femmes « racisées », elles sont alors condescendantes, et les femmes racisées qui prennent la parole  sont-elles,  « vendues  à l’ennemi de race » (voir l’article du PIR Parti Des Indigènes de la République, sur Sophia Aram 4.*), soit elles sont accusées de colonialistes qui passent sous silence l’oppression des femmes racisées.

Les « féministes intersectionnelles », « féministes » dites « pro-sexe » et féministes islamistes » communautaristes, voire intégristes, et leurs complaisant-e-s allié-e-s. se mettent quant à elles/eux, au service du genre et de leurs frères opprimés, au détriment des droits et libertés des femmes du monde entier, allant jusqu’à cautionner leur aliénation au nom de la culture et de la religion, alors qu’elles/ils vomissent les religions dès lors qu’il ne s’agit plus de l’Islam.

Quand, au Maghreb et ailleurs, les femmes se libèrent du joug de l’oppression religieuse machiste, elles/ils les ignorent avec un manifeste mépris sexiste. 5*

Leur politique d’entrisme et de sabotage, à Lyon comme ailleurs,  gangrène qui s’étend partout où une solide formation politique, la solidarité et le courage de s’opposer font défaut, est redoutable.

 

Ce ne sont que quelques récents exemples parmi tant d’autres, d’une guerre qui ne dit pas son nom mais blesse gravement des militant-e-s, divise profondément la société et dans le cas de la prostitution, laisse depuis trop longtemps sans recours, des personnes prostituées brisées par la violence des milieux prostitueurs.

Aujourd’hui, c’est bien une heureuse victoire, mais la bataille fut, est et restera rude.

 

A l’issue de ce vote historique, nous, féministes et progressistes abolitionnistes,  n’allons pas bouder notre plaisir. Nous avons toutes les raisons de nous réjouir aux côtés des personnes prostituées qui vont enfin sortir de ce paradoxe insensé : être stigmatisées et détruites par ceux-là même qui revendiquent et/ou profitent sexuellement et/ou financièrement, de leur activité.

Nous pouvons saluer le travail formidable des associations regroupées au sein du Collectif abolition2012 et le soutien de député-e-s engagé-e-s pour la dignité et la liberté des êtres humains.

Mais ne nous faisons pas d’illusion, instituer une véritable alternative au système d’exploitation sexuelle et de domination  le plus violent qui soit, et repousser les lobbys des industries du sexe, ne se fera pas sans peine.

 

Un bon début, abolition !

Christine Le Doaré

 

*1https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2015/06/09/la-guerre-de-lindustrie-du-sexe-contre-les-feministes/

 

 

*2 Quentin Girard ‏@quentingirard 4 juin

Tiens, une partie d’@osezlefeminisme s’est rendue compte que l’organisation était trop affiliée au PS et se barre.

 

Voir la photo14 Retweets7 favoris

Répondre

Retweeter14

Favori7

Plus

 

3.* http://madame.lefigaro.fr/societe/le-feminisme-exclut-il-les-minorites-090615-96897

4.* http://indigenes-republique.fr/politiser-la-trahison-le-cas-sophia-aram-2/

5* « Toutes en minijupe contre la campagne sois un homme et voile tes femmes «

«Rescapées de l’enfer islamistes, elles se délivrent de leur burqa », ils ne connaissent pas !

https://ldlltunisia.wordpress.com/2015/05/23/toutes-en-mini-jupe-la-contre-campagne-de-sois-un-homme-et-voile-tes-femmes

http://www.ouvalalgerie.com/monde/367-Rassemblement-en-mini-jupe-%C3%A0-Tunis-en-solidarit%C3%A9-avec-les-femmes-alg%C3%A9riennes.html

http://madame.lefigaro.fr/societe/fuyant-daech-elles-renouent-avec-la-liberte-en-retirant-leurs-burqa-080615-96891

Une affiche dont elles ne sont pas FièrEs

 

f4ffff066935fca24f0e7682de988755

Le groupe lesbien FièrEs quitte l’Inter-LGBT, organisateur de la Marche des Fiertés LFBT annuelle. Dans son communiqué, FièrEs incrimine le « sexisme » de l’Inter-LGBT, mais le fait déclencheur de ce départ est l’affiche de la Marche des Fiertés 2015.(*1.)

Je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer de ce différend. Connaissant particulièrement bien le milieu militant LGBT, ayant pris connaissance des arguments des unes et des autres, je les renvoie exactement dos-à-dos.

L’affiche d’abord : quand j’ai vu cette affiche qui représente une Marianne noire ou disons, « racisée », avec le slogan : « Marche des Fiertés LGBT, nos luttes vous émancipent », j’ai pensé : l’Inter-LGBT ne sait plus quoi inventer.

L’association, qui n’a jamais travaillé sérieusement sur la lesbophobie, ni encore moins sur le sexisme, investirait subitement le champ de l’antiracisme ?

Je suis perplexe à plus d’un titre :

–        L’intention ne colle pas avec les pratiques ni travaux de l’Inter-LGBT, on pense inévitablement à de la récupération à bon compte ;

–        La nécessaire lutte contre les discriminations et violences exercées à l’encontre des personnes LGBT ne suffit-elle plus pour interpeler le grand public et mobiliser les LGBT en vue de la Marche des fiertés annuelle ?

–        Les luttes LGBT auraient pu, notamment, contribuer à l’émancipation des femmes, mais hélas, depuis que les gays ont abandonné toute déconstruction du système patriarcal et revendiquent la GPA comme la réglementation de la prostitution, ce n’est plus d’actualité.

Par conséquent, quand l’Inter-LGBT prétend contribuer à l’émancipation d’autres minorités, on est en droit d’émettre quelques doutes.

L’Inter-LGBT nous a habituéEs à ces maladresses. En 2011 déjà, l’affiche qui montrait un coq républicain avec un boa en plumes autour du cou, avait défrayé la chronique.

Cette fois, la fédération aura maladroitement voulu coller à la mode identitaire en vogue.

Cette posture lui aura valu l’effet inversement recherché.

Les curieux motifs de FièrEs ensuite : si FièrEs évoque d’autres sujets de discorde, cette affiche est donc la provocation de trop.

Pourtant, une association lesbienne et « féministe » a bien d’autres raisons de quitter l’Inter-LGBT: le mouvement LGBT est apathique sur les questions d’égalité femmes/hommes, de lutte contre le sexisme, de visibilité lesbienne. En matière d’appropriation et d’exploitation des corps et vies des femmes – prostitution ou Gestation pour autrui (GPA)…-, il  ne se distingue en rien d’hétérosexuels sexistes qui défendent les mêmes privilèges.

Je me demande même si  obtenir l’égalité avec les hommes hétérosexuels dans le mariage et la reproduction,  quitte à écraser sur son passage, les droits et libertés des femmes, n’est pas devenu son seul objectif. Il semble bien en fin de comptes, que le système patriarcal ait trouvé un allié de poids.

Terriblement dommageable quand on sait les discriminations et violences toujours exercées à l’encontre de gays ou de lesbiennes.

Les positions antiféministes de l’Inter-LGBT sur la GPA et la prostitution ont motivé l’an dernier la sortie de la Coordination Lesbienne en France (CLF). Ces positions n’ont jamais   gêné FièrEs qui n’a pas manifesté la moindre solidarité à l’encontre de la CLF, ni d’aucune autre militante lesbienne stigmatisée pour son féminisme, par le mouvement LGBT. Bien au contraire, à les entendre, les féministes « ringardes » allaient être avantageusement remplacées par de jeunes et pertinentes lesbiennes « féministes » queers !

Les gays ont adoré, aujourd’hui ils grimacent ! Voilà, l’égo de FièrEs qui pensait être accueillie à bras ouverts a été mis à rude épreuve,  elles n’ont pas été « écoutées », pire, elles ont été « méprisées ».

FièrEs découvre donc le sexisme de l’Inter-LGBT pourtant souvent décrié, mais ne dit rien des revendications qui posent problème aux féministes ; en revanche elle déclare : « La représentation d’une personne noire, associée à ces symboles républicains, légitime selon nous l’assimilationnisme ou l’intégration forcée que subissent les racisé.e.s, appelé-e-s à rejeter leur culture quand elle n’est pas française et à se fondre dans la République, ses valeurs et sa culture, qui continuent de les discriminer. »

L’influence de théories antirépublicaines d’une certaine gauche identitaire : Ah le concept d’intersectionnalité des luttes mal digéré et mâtiné du discours des identitaires du PIR (Parti des Indigènes de la République) et autres islamo-gauchistes !

Loin de moi l’idée de minimiser le racisme et ses ravages, et plus exactement les racismes, la xénophobie, l’antisémitisme et toutes les formes de rejet qui découlent invariablement de la peur de l’autre, perçu comme différent, pas plus bien sûr que l’implacable nécessité d’en venir à bout,

mais, par quelle vérité :

– une femme noire ne pourrait-elle pas être associée à des symboles républicains ? Qui décide de cette exclusion et à quel titre ? Une femme noire ne doit-t-elle symboliser que le racisme / l’antiracisme ?

– une femme noire serait d’abord noire, puis femme, puis lesbienne ? Qui décide de cette hiérarchie ?

– une femme métisse, est-elle assignée à la « race » noire  ou peut-elle choisir l’autre moitié, voire  s’en moquer ?

– une femme qui a l’apparence d’une femme « non-racisée » mais qui ne l’est pas, va-t-elle devoir présenter son arbre généalogique et certificat de naissance avant de pouvoir  rejoindre les luttes antiracistes ?

– toute femme « racisée » est-elle toujours plus légitime à parler du racisme qu’une femme qui ne l’est pas mais, conscientisée, est engagée pour l’égalité ?

Ces assignations autoritaires basées exclusivement sur la « race » visible / supposée, d’une personne, ont des relents de racisme ; les races n’existent pas, les personnes racistes oui.

Les personnes « racisées » seraient intégrées de force et obligées de se fondre dans la République ?

Les personnes « racisées » sont, dans une grande majorité, françaises depuis des générations. La plupart d’entre elles ont su garder des traditions et religions, ce qui les intéressait et aussi trouver leur compte dans un autre mode de vie.

Croire qu’elles sont toutes attachées à leur culture d’origine, sans distance ni réserve est aussi naïf que de croire que la culture française est intégralement et uniformément adoptée par tous les français-e-s non « racisé-e-s » !

D’ailleurs de quel droit, retire-t-on aux personnes « racisées » le choix de la France et l’adhésion à ses valeurs ? De quel droit les assigne-t-on automatiquement à des cultures et traditions, religions, régimes politiques d’origine… ?

Bien sûr, des personnes « racisées », même si elles ne feraient jamais le choix de retourner dans leur pays d’origine, ont de bonnes raisons de se plaindre de la République, en particulier celles qui vivent dans des zones défavorisées, avec un avenir douteux, mais c’est aussi le cas de nombre de personnes « non racisées ».

Cette sanctuarisation des traditions, des religions, que l’on plaque sur l’étranger-e est d’une condescendance indécente. C’est un peu comme s’il fallait que les descendants des auvergnats ou des bretons continuent de vivre de nos jours avec sabots aux pieds et passent tous leurs dimanches à l’église, puis s’enfilent des litres de calva !

Surtout, comment une association « féministe » telle que FièrEs, fait-elle pour occulter le fait que nombre de traditions, coutumes, religions, sont sources de discriminations et de violences envers les femmes ? Les sacraliser revient le plus souvent à cautionner les traitements sexistes et moyenâgeux qu’elles réservent aux femmes.

Ça me fait penser à ces militantes noires qui bien que féministes, occultaient les violences domestiques et sexuelles, les viols, juste parce qu’ils étaient commis par des hommes noirs ; à ces militantes islamistes qui se disent féministes mais portent la burqa ou le niqab et de la sorte, condamnent celles qui tentent de s’affranchir de cette servitude sexiste en les désignant comme moins parfaites qu’elles, moins soumises aux dictats des hommes et aux règles religieuses qu’ils inventent à leur gré.

Les personnes racisées ont aussi le droit d’être laïques, athées, il faut cesser de les associer systématiquement à une culture, une religion.

L’intersectionnalité des luttes a toujours été utilisée par une certaine gauche libertarienne et ses « féministes » pour impliquer les femmes dans des luttes de libération puis les renvoyer chez elles, une fois la révolution finie ou les revendications obtenues.

Il n’aura échappé à personne que la gauche libertarienne pro-prostitution ne se demande jamais pourquoi les prostituées sont presque toujours des  femmes, pauvres, racisées ! Etonnant comme alors, l’intersectionnalité des luttes ne leur parle plus du tout !

Enfin, selon quelles croyances des personnes « racisées » seraient-elles, contrairement aux autres, irréprochables de xénophobie, racisme, antisémitisme envers des « races », ethnies ou « communautés » autres que les leurs ?

L’Histoire regorge de personnes et groupes qui indépendamment de leur propres origines, se sont engagées contre l’esclavage, le colonialisme et le racisme,  alors que d’autres indifféremment de leur race ou origine, ont défendu d’odieux privilèges.

Comment les champions de l’idéologie identitaire se débrouillent-ils avec le fait que les premiers esclavagistes étaient arabes, mais qu’Olympes de Gouges, femme si je ne m’abuse non « racisée », a tant fait pour la libération des esclaves ?

En conclusion : L’antiracisme perd tout quand il se confond avec le communautarisme, les divisions identitaires, l’exclusion, la haine de la République.

Tous les systèmes économiques et sociaux au monde maintiennent, avec plus ou moins de violence, une organisation basée sur la domination et certaines catégories de population cumulent des oppressions de classe, de sexe et de « race » ou d’origine.

Exercer des solidarités pour mieux contrôler et limiter le pouvoir des états et des systèmes économiques est vital.

La République le permet, alors que d’autres régimes bafouent toute volonté publique et collective d’organisation et de défense des droits et libertés.

La République, qui bien entendu, déçoit plus souvent qu’à son tour,  est néanmoins une démocratie qui institue des règles débattues, votées et connues de tous afin d’organiser le vivre ensemble. C’est l’inverse d’une société morcelée dans une multitude de micro-intérêts égocentriques ou concentrée aux mains d’un régime autocrate.

Elle préserve les citoyens de l’arbitraire des régimes totalitaires et garantit aux personnes des droits et des libertés, individuels et collectifs.

Elle est amplement perfectible mais n’empêche pour autant personne de vivre selon ses goûts, habitudes, traditions ou religions, seulement voilà, elle ne consacre pas tous les particularismes, seulement les règles communes à toutes et tous. Il ne s’agit pas de se fondre dans la République, mais d’adhérer à un projet commun de vivre ensemble sans lequel rien ne peut se construire.

Soyons sérieux, les « Indigènes de la République » (PIR) et autres identitaires qui prétendent combattre le racisme à coups de procès d’intention, d’accusations, d’exclusions, ne valent pas mieux que le front National.

Ce sont les deux faces d’une même haine qui mène à l’impasse, les uns survalorisent la nation française et lui volent son identité, les autres veulent son fractionnement « indigène ».  Dans les deux cas, j’ai la certitude que ni les uns ni les autres ne s’intéressent réellement aux droits et libertés des femmes ni des LGBT.

N’est-il pas terriblement affligeant de voir un groupe lesbien qui se dit féministe adopter à son tour une rhétorique identitaire, par définition hostile aux droits et libertés des femmes, pour contrer le sexisme de l’Inter-LGBT ?!

Si nous n’y prenons pas garde, les dérives – mais on peut aussi écrire délires – identitaires, finiront par nous perdre.

Christine Le Doaré

 

*1 : affiche Marche des Fiertés 2015 :

f4ffff066935fca24f0e7682de988755

 

Sur l’affaire de l’affiche arborant un coq républicain (et pas seulement) https://christineld75.wordpress.com/2011/04/25/les-ayatollahs-de-linterieur/

Sur les dérives identitaires et/ou  islamo-gauchistes de certains groupes « féministes » et/ ou LGBT

https://christineld75.wordpress.com/2015/03/19/islamo-gauchistes-prenez-nous-pour-des-cruches/

https://christineld75.wordpress.com/2015/01/12/je-suis-feministe-je-suis-charlie/

https://christineld75.wordpress.com/2014/12/17/avec-le-feminisme-abolir-la-haine/

Sur le sexisme du mouvement LGBT

https://christineld75.wordpress.com/2015/02/14/coup-de-gueule-contre-mes-anciens-compagnons-de-route/

https://christineld75.wordpress.com/2014/06/30/qui-voudrait-dun-populisme-identitaire-homosexuel/

https://christineld75.wordpress.com/2014/06/09/feminisme-et-mouvement-lgbt-le-divorce-est-il-prononce/

https://christineld75.wordpress.com/2013/07/18/combien-de-temps-le-mouvement-lgbt-va-t-il-pouvoir-se-cacher-derriere-son-petit-doigt/

https://christineld75.wordpress.com/2012/11/21/masculiniste-et-gay-cest-possible/

https://christineld75.wordpress.com/2012/06/01/les-quatre-lettres-du-sigle-lgbt/

https://christineld75.wordpress.com/2011/11/28/quelle-mixite/

Sur ce « féministe » queer dit « pro-sexe » :

Un 8 mars laïque et universaliste, partout dans le monde, même dans le 20ème ! https://christineld75.wordpress.com/2015/03/02/mon-genre-ton-genre-mais-quel-genre-2/

https://christineld75.wordpress.com/2014/11/03/mon-genre-ton-genre-mais-quel-genre/

https://christineld75.wordpress.com/2014/04/02/des-dechainees-aux-genoux-du-patriarcat-2/

https://christineld75.wordpress.com/2014/03/09/un-etrange-8-mars-2014/

https://christineld75.wordpress.com/2014/03/04/encore-un-8-mars-et-des-questions-qui-fachent/

https://christineld75.wordpress.com/2013/11/22/8marspourtoutes-ou-loubli-dun-enorme-detail-de-lhistoire-feministe/

Un 8 mars laïque et universaliste, partout dans le monde, même dans le 20ème !

67791378Tribune collective :

Un 8 mars laïque et universaliste, partout dans le monde, même dans le 20ème !

La récupération de mouvements sociaux par des forces conservatrices ou obscurantistes est une constante. En matière de féminisme, elle est parfois spectaculaire. Ce qui vient de se produire en mairie du 20eme arrondissement de Paris en est un exemple.

GARDEZ-MOI DE MES AMI-ES, MES ENNEMI-ES JE M’EN CHARGE

La maire, Frédérique Calandra, avait confié à son adjointe en charge de l’égalité Femmes/Hommes la programmation d’événements autour du 8 mars, Journée Internationale des Femmes.

Bien mal lui en a pris !

Cette élue EELV n’a pas hésité à flirter avec des idéologies éloignées de l’émancipation des femmes dont le relativisme culturel et le « féminisme dit- pro-sexe ».

Oubliant qu’elle représentait la mairie, l’élue EELV a choisi de transformer la semaine du 8 mars en semaine de promotion exclusive de thèses et personnalités particulièrement polémiques, pour la plupart engagées depuis longtemps aux côtés des Indigènes de la République (PIR), du site Les mots sont importants et dans la lutte contre la loi 2004 sur le port des signes religieux à l’école :

– Christine Delphy et Sylvie Tissot, sociologues, sont toutes deux initiatrices du premier Manifeste (2005) des Indigènes de la République ; elles sont en outre signataires du manifeste de soutien aux Y’a bon Awards décernés (pour « racisme ») à Caroline Fourest en 2012.

– Rokhaya Diallo est animatrice des Indivisibles, groupe à l’origine de ce prix.

– Ndella Paye est porte-parole d’un collectif de mères voilées militant pour l’abrogation de la circulaire Chatel.

BONJOUR LE 8 MARS !

Quelques semaines après les assassinats des journalistes de Charlie Hebdo, on peut s’étonner qu’une élue choisisse d’offrir un plateau totalement monochrome à des personnes qui ont signé un texte « contre le soutien à Charlie Hebdo » après le premier attentat de 2011.

Partout dans le monde, la Journée Internationale pour le Droit des Femmes est un moment privilégié où les féministes échangent sur leurs revendications, pratiques et stratégies d’émancipation. Militantes, chercheuses, politiques impliqué-es contre les violences sexistes et pour l’égalité entre les sexes, sont invité-es à faire le point et lancer de nouveaux programmes pour battre en brèche la domination masculine et le patriarcat.

C’est l’occasion d’une solidarité internationale avec les femmes qui se battent contre l’oppression des religions d’état ou des groupes fondamentalistes.

Aussi, détourner le 8 mars pour promouvoir des personnalités controversées parce qu’elles ne trouvent rien à redire ni aux pressions de l’arbitraire religieux imposées aux femmes, ni aux violences du système prostitutionnel, est pour le moins manipulatoire.

MÊME PAS PEUR !

Nous saluons l’annulation de cette programmation, acte lucide et courageux de la Maire du 20e arrondissement de Paris.

Nous connaissons la propension de certains groupes à confisquer la parole des féministes et des partisanes de la laïcité; et leur aptitude à se victimiser à la moindre occasion.

Nous savons la violence avec laquelle Caroline Fourest fut interdite de parole lors d’un débat sur le danger du Front National à la fête de l’Humanité.

Nous avons déjà supporté insultes et intimidations proférées par les ami-es de Rokhaya Diallo, issu-es d’un pseudo « syndicat de travailleurs du sexe » pro-système prostitutionnel.

Face à cette nouvelle tentative de récupération et de dévoiement de la Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes, nous, féministes universalistes, laïques, engagées pour l’égalité femmes/hommes, contre le racisme et l’antisémitisme, nous apportons tout notre soutien à Frédérique Calandra, maire du 20eme arrondissement de Paris.

La mise au point de la Maire du 20ème Frédérique Calandra :

https://www.facebook.com/frederique.calandra/posts/10153165530037948?fref=nf&pnref=story#

 

Arlette Zilberg, Christine Le Doaré

Les premières signataires, issues du Mouvement des Femmes :

Annie Sugier, Djemila Benhabib, Michèle Loup, Françoise Morvan, Monique Dental, Nadia Benmissi, Bernice Dubois, Marie-Josèphe Bonnet, Jacqueline Feldman, Martine Cerf, Marieme Helie Lucas, Laure Caille, Isabelle Steyer, Nadine Bouteilly, Ana Pak, Agnès Setton, Josiane Doan, Anaïs Decans, Irène Corradin, Mair Verthuy, Sporenda, Catherine Kintzler, Geneviève Duché, Nelly Trumel, Patricia Duthion, Brigitte Boucheron, Christelle Raspolini,  Bernadette Doleux, Evelyne Rochedereux,  Mélusine Vertelune, Yael Mellul, Agnès Perrin-Doucey, Françoise Courtiade, Martine LLanes, Françoise Armengaud, Malika El Idrissi, Josée Contreras, Catherine Moreau, Samira Banna, Sophie Boiszeau, Agnès Bellego, Caroline Merlin, Christelle Di Pietro, Françoise Roux, Claude Strano, Nicole Savey, Soad Baba Aissa, Maïté Albagly, Hypathie, Françoise Brié, Claudy Bouyon, Nicole Crépeau, Carine Delahaie, Marie-Noëlle Gérolami, Jamileh Nedaï, Sabine Salmon, Gisèle Noublanche, Marie-Josée Salmon,

********************************************************************************************************************************************

Un second  CP rédigé cette fois par des féministes « historiques » qui remettent les pendules à l’heure !

COMMUNIQUE DE PRESSE

SOUTIEN FEMINISTE À FREDERIQUE CALANDRA, MAIRE DU 20E ARRONDISSEMENT

Nous soutenons la décision prise par Mme Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement de Paris, d’annuler les débats prévus pour le 8 mars.

Ces débats avaient en effet été organisés de manière à ne laisser la parole qu’à une seule vision politique, un féminisme controversé qui partage les idées du Parti des Indigènes de la République. Cette vision disqualifie les valeurs de la citoyenneté démocratique et le féminisme universaliste au prétexte qu’ils seraient portés par des « blancs occidentaux ». Il dévalorise du même coup les luttes féministes pour l’accès aux droits humains, à l’égalité et à la liberté, qui se développent dans d’autres pays (hors Occident)

Une telle position enferme les individus dans des assignations identitaires et va à l’encontre de l’idéal d’autonomie qui fonde le féminisme.

Des débats de cette nature ne seraient propices ni à la réflexion critique ni à la création d’une intelligence collective des questions brûlantes qui se posent à tous, femmes et hommes, français ou non, « blancs » ou non.

Suite aux attentats des 7, 8 et 9 janvier, il n’était pas concevable pour une institution publique, de donner la parole sans débat contradictoire, et donc de soutenir des positions politiques dont les représentantes sont au mieux restées silencieuses face à l’assassinat des journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo, des policiers et des juifs, au pire ont pris la parole pour relativiser ces crimes.

Nous avons toutes participé au Mouvement de libération des femmes, certaines depuis le début des années 70. Ensemble, nous saluons aujourd’hui, en mars 2015, le courage de Frédérique Calandra, une élue qui a fait preuve de cohérence par rapport aux valeurs qui nous sont communes: liberté, égalité, solidarité, laïcité. Et nous espérons que beaucoup d’autres mairies témoigneront de la même détermination dans leur défense.

Premières signataires :

Catherine Deudon, photographe auteur de Un mouvement à soi : Images du mouvement des femmes, 1970-2001, 2002, Syllepse ;

Liliane Kandel, co-auteur des chroniques du « Sexisme ordinaire » (à l’initiative de Simone de Beauvoir), les Temps modernes, 1973-1983 ;

Christine Le Doaré, présidente de Sos-Homophobie de 1998 à 2002 et du Centre LGBT Paris-IdF de 2005 à 2012 ;

Claudie Lessellier, responsable du Rajfire (Collectif féministe d’action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées) et co-présidente de la Maison des femmes de Paris ;

Françoise Picq, auteur de Libération des femmes, quarante ans de mouvement, 2011, Dialogues ;

Nadja Ringart, co-auteur de Mouvement de Libération des Femmes : Textes premiers, 2009, Stock ;

Annie Sugier, Présidente de la Ligue internationale du Droit des Femmes, (fondée par Simone de Beauvoir ), et Vice-Présidente de la Coordination Française du Lobby Européen des Femmes (CLEF) ;

Ioana Wieder-Atherton, co-fondatrice en 1982 avec Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig du Centre audio-visuel Simone de Beauvoir ;

Arlette Zilberg, présidente de la Commission Féminisme des Verts puis EELV (2004-2009); maire-adjointe du 20ème ardt de Paris (2001-2008)

Paris, le 2 mars 2015

Coup de gueule contre mes anciens compagnons de route

th_mafalda06

Un coup de gueule, lâché comme un cri, dans un souffle, brutal, brouillon, contre mes anciens compagnons de lutte, les militants LGBT.

De nombreux militants LGBT postent sur les réseaux sociaux, une interview réalisée par un média LGBT avec une sociologue américaine qui a publié une étude sur la GPA en Inde. Ils ne retiennent des propos tenus par la sociologue qui pourtant positionne bien  les gestatrices comme des victimes, que ce qui les arrange, à savoir, l’hypothèse que la Gestation pour autrui serait émancipatrice pour les femmes indiennes.

En exploitant cette allégation,  ils cautionnent un système d’exploitation et s’allient aux pires partisans de l’oppression des femmes.

Dire que pendant des années j’ai pensé que les LGBT qui revendiquaient la GPA, aussi   la réglementation de la prostitution, deux  systèmes d’exploitation des femmes au service d’hommes le plus souvent, le faisaient de bonne foi, parce qu’ils n’avaient pas réfléchi au problème et ne l’avaient pas correctement évalué.

Fallait-il que je sois naïve !

Désormais, je sais qu’il n’en est rien : c’est délibérément qu’ils entendent profiter eux-aussi de la condition des femmes, de la misère, de la vulnérabilité des plus faibles.

Nous étions habituéEs à nous battre contre les « pro-vie », contre les intégristes qui veulent contrôler tout ce qui touche à la sexualité des femmes et à la reproduction.

Nous étions habituéEs à nous battre contre l’obscurantisme, les sexistes, homophobes et lesbophobes qui défendent leurs privilèges.

Il faudrait maintenant se battre contre ceux des gays et lesbiennes qui à leur tour, réclament que des femmes soient instrumentalisées et exploitées dans la GPA ; soient déplacées, enlevées, menacées, dressées, agressées, violées, détruites, voire assassinées dans la prostitution.

Je ne peux plus  rester solidaire de militants LGBT qui font comme si le système patriarcal n’existait pas, comme si les privilèges de la domination masculine devaient perdurer  et qui exigent leur part du gâteau.

Quand je vois des activistes LGBT, la plupart d’entre eux et notamment l’APGL (association des parents gays et lesbiens) vanter  l’article d’une sociologue étrangère qui  prétend que la GPA permet aux femmes  indiennes de s’émanciper, ça me donne envie de pleurer.

J’en arrive à penser que si le trafic d’organes pouvait leur être utile, ils trouveraient le moyen de le valoriser.

En outre, les interpeller,  c’est se confronter à des gays arrogants qui vous expliquent ce qu’est le féminisme, celui qu’ils acceptent  parce qu’il ne les remet pas en question.

Des lesbiennes se solidarisent d’eux et justifient le pire, trahissant leur classe de sexe, juste pour s’assurer qu’elles bénéficieront en retour de leur soutien, nécessaire pour l’obtention de leur PMA.

Complices de la domination masculine sur le dos des femmes qu’elles méprisent et enferment dans une condition de reproductrice.

Si ce n’est pas désespérant !

Le tout avec la caution d’universitaires, de  sociologues et autres.

Alors soudain, la raison pour laquelle les études féministes ont été écrasées, remplacées par les études de genre, devient évidente.

Les hommes peuvent plus facilement prendre le contrôle de l’enseignement, décider de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas, et donner le ton à des  générations de jeunes femmes et hommes intéressés par les études de genre.

Peu à peu le féminisme est dénaturé,  remplacé par un post-féminisme « pro-sexe » qui ne fait pas grand mal au patriarcat !

Les fondamentaux historiques du féminisme : lutter contre une appropriation des corps et vies des femmes par les  hommes qui transmettent à leur guise leurs  gènes et leur patrimoine financier, sont  à peine abordés.

Quel intérêt ? Parlons plutôt  d’autre chose : nous sommes tous dans la même galère, nous devons tous nous émanciper et bla bla bla le tour est joué : plus de sexe,  plus d’opprimées, et donc  plus besoin de luttes féministes. Euréka !

En fait le féminisme pour ces post-modernes, militants LGBT en tête,  c’est simple, c’est tout ce qui  leur permet d’expérimenter, de s’amuser et surtout ne les remet pas en question.

Le pire encore, c’est qu’ils parviennent à en convaincre les jeunes lesbiennes nourries aux études de genre façon « pro-sexe » et  « queer »,  à des années- lumière du féminisme et de ses fondamentaux.  La récupération des mouvements de libération est une constante, mais là chapeau !

Je trouve de plus en plus insupportable la bêtise et l’arrogance de trop de LGBT ignorants de l’histoire de l’humanité,  des mouvements sociaux, du mouvement de libération des femmes.

Je suis de plus en plus excédée par leurs  choix, leur manque de pertinence et de solidarité, leur absence de sincérité et d’honnêteté intellectuelle.

Je trouve de plus en plus pénible que si peu de  LGBT plus sensés, de féministes, ne contestent leur incurie ni leur demandent  si vraiment tout va bien dans leur tête.

Je voudrais dire aux LGBT conscients de la domination masculine, ainsi qu’aux féministes qui critiquent les dérives du mouvement LGBT qu’il ne suffit pas de travailler dans un entre soi sécurisant, il faut aussi intervenir pour empêcher que ne s’étendent des idées et revendications odieuses et fortement  préjudiciables aux femmes.

Le nombre de personnes qui se taisent est sidérant.

Nous ne pouvons pas laisser un mouvement de libération écraser un autre mouvement social pour parvenir à ses fins, d’autant plus quand ce mouvement social le précède, l’a aidé à émerger, et concerne tout de même de la moitié de l’humanité !

J’espère seulement que nous n’aurons pas demain en France une conjoncture défavorable aux droits et libertés légitimes des personnes LGBT, ce serait compliqué de se solidariser tout en condamnant des revendications qui  nous mettent en danger !

Des militants LGBT indignes qui nous compromettent toutes et tous dans leur quête égotique et inique.

Ignorent-ils que les féministes  lesbiennes, aussi  les gays pro-féministes, affrontent également les  discriminations et violences sexistes,  lesbophobes et homophobes et sont donc aussi concernéEs par les luttes et revendications LGBT ?

Ne pas pouvoir compter sur le mouvement LGBT,  quel paradoxe tout de même : des gays, des lesbiennes même, alliés du système patriarcal !

Des militants indignes qui dénigrent, diffament, menacent,  attaquent même, celles et ceux d’entre nous qui citoyenNEs engagéEs, de gauche, féministes et luttant pour les droits des minorités avons pourtant amplement contribué à la libération des personnes homosexuelles.

En arriver là, devoir se battre contre d’anciens compagnons de lutte parce qu’à leur tour ils légitiment les violences contre les femmes, il y a vraiment de quoi être dégoûtéEs et très en colère.

Christine Le Doaré

Mon genre, ton genre, mais quel genre ?

sans-titreEn France, tout le monde ou presque se jette à corps perdu dans la polémique sur le genre, mais personne, jamais, ne parle tout à fait, de la même chose.

Je le réalise une fois de plus ce matin en écoutant sur France Inter, François Ozon présenter son dernier film dont le personnage principal est un travesti. Avec Augustin Trapenard, il parle donc de genre et de féminité.

Ozon dit s’intéresser aux femmes car elles restent un mystère, aussi, parce qu’il ne fait pas un cinéma d’action et « qu’on attend des hommes, plus de l’action ».

« On » c’est qui ? L’action aux hommes et la sensibilité aux femmes ?

Ozon pense questionner le genre, oui, mais de quelle façon quand il nous ressert les clichés habituels d’hommes qui, et ce quelle que soit leur orientation sexuelle, pensent le genre d’un point de vue masculin.

Dans « Jeune et jolie », déjà, il met en scène une très jeune femme qui se prostitue comme on irait le dimanche après-midi, faire un tour en forêt, sans que jamais, elle ne nous dise pourquoi.

Pourtant, la question de la prostitution des jeunes est un sujet de société particulièrement inquiétant qui relève plutôt de la protection de l’enfance en danger et de la situation des femmes, que d’une romance éthérée et non problématisée.
Mais revenons au genre.

La manifpourtous dénonce une diabolique « théorie du genre » instrumentalisée dans le seul but de maintenir les privilèges de genre, c’est-à-dire la domination masculine sur les femmes.

Ses partisans ont bien compris que le seul danger en réalité est l’égalité femmes-hommes ; eux, tiennent à maintenir des familles traditionnelles avec une répartition des rôles bien établie qui implique des femmes soumises.

Pour la France réactionnaire, résister à la « théorie du genre », en réalité, c’est se battre contre le féminisme et ses combats pour l’égalité et pour un autre projet de société.

Les théories queers, les gays, les trans. et plus généralement le mouvement LGBT parlent en réalité bien moins d’égalité entre les femmes et les hommes que de confusion des genres.

Théoriquement, c’est intéressant d’abolir les genres, explorer le champ des possibles et tacler les frontières entre les sexes biologiques et les constructions sociales des genres féminin et masculin.

Mais n’est-ce pas un peu comme vouloir devenir champion cycliste avant même d’avoir retiré les petites roues du tricycle ?

Depuis le temps que les théories Queer existent, ne faut-il pas se demander à qui cela sert en réalité quand personne dans ces mouvements, ne travaille sérieusement sur la domination masculine ?

Confrontées à la réalité sociale de nos sociétés hyper-genrées qui entretiennent volontairement les stéréotypes sexistes pour inférioriser et asservir les femmes, ces théories ne servent en réalité, pas à grand-chose.

D’ailleurs, les gays qui n’ont que le mot genre à la bouche, le dissocient parfaitement des luttes féministes et rendent bien trop souvent, mauvais service aux femmes, avec leurs représentations hyper sexistes et hyper sexualisées des femmes.

Leurs icones, égéries, marraines préférées sont toujours des femmes dignes des couvertures de Playboy.

Une vraie femme, à leurs yeux, est souvent une femme-clichée, mode, sexe et glamour, affublée de talons hauts, maquillée et à moitié nue, sinon, c’est une lesbienne et les lesbiennes, ils s’en moquent assez.

En réalité, ils n’ont pas commencé le moindre travail de déconstruction des stéréotypes sexistes, ce qui les intéresse, c’est de ne pas être eux, limités à leur sexe ni genre, et pouvoir s’approprier quand ils le souhaitent, et sous leur contrôle, les caractéristiques dites « féminines ».

En revanche, savoir ce que les femmes – féministes – pensent de la « féminité » comme construction et contrainte sociales, ne les intéresse pas le moins du monde.

Respecter les différences entre les sexes, ne pas en déduire de supériorité ni infériorité, ne pas les hiérarchiser et donc déconstruire les genres sociaux et leurs assignations, rien de tout ceci n’a véritablement été exploré.

Dans le domaine des Etudes de genre, sont volontiers niés :

  • Les effets de la domination masculine à l’œuvre dans les sphères universitaires, intellectuelles et médiatiques. Comment croire dans ce cas, que les droits et libertés des femmes ne soient pas lésés ?

Quels sont les liens entre les Etudes de genre et les représentations Queer hyper-sexualisées des femmes, valorisant les rapports de domination/soumission, la prostitution et autres fantasmes masculins, à la plus grande satisfaction des très vaillantes et lucratives industries du sexe ?

  • Les combats féministes contre des discriminations et violences spécifiques, pour l’égalité et pour la promotion d’autres valeurs de vie en société.

Si les féministes ont longtemps été solidaires des LGBT et le sont encore, le plus souvent, l’inverse n’est pas vrai, ces derniers ne s’investissent pas ou très peu pour les droits des femmes et n’hésitent même plus à les mettre en péril, en particulier dans les domaines qui relèvent de l’appropriation de leurs corps (GPA/prostitution…).

A l’extrême, des trans-activistes, dans les pays anglo-saxons, mais également chez nous, s’autorisent à interdire violemment à des féministes de prendre la parole et même à organiser des conférences non-mixtes.

 

Alors parler de genre, du genre, quel genre, ton genre, mon genre ?

Il est urgent de revenir aux fondamentaux et de définir des priorités utiles.
En tant que féministe, parler du genre, reste et restera, tant que la situation des femmes ne se sera pas améliorée, à peu près partout sur cette planète (éducation, salaires, santé, violences, violences conjugales, viols, féminicides, etc.), parler de l’abolition de la domination masculine, un point c’est tout.

Christine Le Doaré

 

 

 

Pourrait-on débattre de la GPA ? Oui. Et du patriarcat ?

IMG_3006photo Manifpourtous octobre 2014

topicLa grande confusion LGBT

Pourrait-on parler de la GPA ? Oui, on pourrait ; mais pourrait-on également parler du patriarcat et de la domination masculine ? C’est moins sûr.

D’ailleurs, y a déjà eu nombre de débats sur la GPA et toute personne souhaitant s’informer sur la question dispose de nombreux matériaux (débats et nombreux écrits, thèses et anti-thèses).

En ce qui me concerne, en 2011, j’écrivais déjà ce texte, de l’intérieur du mouvement LGBT, à l’époque présidente du Centre LGBT Paris :

https://christineld75.wordpress.com/2011/05/30/asymetrie-reproductive-et-gestation-pour-autrui-gpa/

Depuis, je n’ai pas changé de position, je l’ai affirmée, confortée par nombre de faits et de témoignages, de plus en plus interloquée par les arguments cyniques et parfois fantaisistes présentés par les pro-GPA.

Pour le fond du débat je renvoie donc au texte ci-dessus.

Mon intention dans ce nouveau texte est seulement de montrer à quel point le débat est dévoyé par des arguments spécieux et fallacieux.

Les partisans de la GPA en appellent désormais à l’origine des temps, prétendent que la GPA a toujours existé et que la Vierge Marie symbolise la première « mère porteuse » de l’histoire.

S’il faut en passer par la fin des temps pour avoir un débat, c’est tout de même un peu compliqué, d’autant plus qu’à cette époque-là, la vie des femmes n’était pas très reluisante, libre arbitre et libre choix n’étaient pas des concepts très en vogue.

A l’époque, la peine de mort et l’esclavage étaient aussi ordinaires, faudrait-il les réhabiliter ?

En appeler à la bible pour défendre des revendications que l’on assimile d’ailleurs à tort, à une égalité de droits entre hétérosexuels et homosexuels, ( la GPA est interdite pour tout le monde), est pour le moins, déconcertant.

La légendaire générosité féminine remise au gout du jour ? « Plus près de toi mon dieu » ?

C’est touchant, mais comme déconstruction du genre et promotion de l’égalité femme-homme, il y a mieux.

Et puis surtout, un peu de bon sens, s’il vous plait !

Marie, mise enceinte sans y avoir consenti (en soi, c’est tout de même glauque), a élevé et vécu avec « son fils ».

Comme mère porteuse, on fait mieux !

Pour rappel une mère porteuse, ou gestatrice, remet l’enfant à la naissance, à ses bénéficiaires.

Autre argument contestable : les français seraient majoritairement en faveur de la GPA.

Oui, c’est aussi le cas pour la peine de mort ; ils sont aussi de plus en plus nombreux à plébisciter le FN, etc.

Si les françaisEs, dans leur majorité, étaient féministes, ça se saurait !

Allons-donc, si de tous temps la GPA a existé, c’est bien parce que nous sommes dans une société patriarcale et que les « Livres saints » sont un des moyens de l’imposer en opprimant les femmes.

En outre, les quelques GPA familiales, amicales, phénomènes ultra-marginaux, ne sont pas en cause ; en revanche, la généralisation de la GPA, marchandisation de l’humain et exploitation de la capacité de reproduction des femmes, est impensable.

La GPA est un artifice qui permet de ne pas s’embarrasser d’une relation et d’acheter sur le marché, comme n’importe quel autre produit prêt à l’emploi, un enfant porté à terme par une inconnue.

Le problème malgré tout c’est que les femmes ne sont pas des unités de production.

Etre favorable à la GPA c’est, comme pour la prostitution,  cautionner la conjonction parfaite des oppressions de genre, de classe, et de « race », d’un libéralisme décomplexé.

Les féministes ne peuvent pas oublier une des raisons d’être majeures du système patriarcal : s’approprier les corps et vies des femmes, afin de contrôler la reproduction.

Ce sont les femmes qui enfantent, par conséquent, contrôler leur sexualité et la reproduction, est indispensable pour s’assurer une descendance à laquelle transmettre ses gênes et son patrimoine.

Le pire encore, c’est qu’à force de parler d’égalité des droits pour la GPA et de tenter de passer en force, les gays compromettent l’extension de la PMA, aux lesbiennes et aux femmes célibataires. Aveuglés par la poursuite de leurs objectifs, ils sont parvenus à associer ce qui pourtant ne se compare en rien.

En outre, la PMA, que l’on y soit favorable ou pas, relève bien de l’égalité de droits puisque les femmes hétérosexuelles en couple peuvent, elles, y avoir recours. Le gouvernement, semble t’il,  attend l’avis du comité national d’éthique.

Les lesbiennes des collectifs mixtes consentent à être instrumentalisées, c’est dommage.

Tout ceci est préjudiciable au mouvement LGBT qui en est tout de même rendu, à amalgamer à la Manifpourtous,  le gouvernement, qui a bien voté le Mariagepourtous et votera probablement la PMA !

Je ne soutiens pas spécialement ce gouvernement qui n’honore pas ses promesses politiques, de là à cautionner des mensonges éhontés.

Dans tous les cas, se proclamer solidaires des lesbiennes pour mieux placer la GPA, n’est pas digne.

Ne pas être solidaires des femmes sur la question de la GPA et plus généralement ne pas se positionner contre la marchandisation de l’humain (Ceci est également vrai pour la question de prostitution portée aux revendications de Marches des Fiertés l’an dernier), c’est se compromettre dans des alliances malsaines et trahir des alliées objectives historiques.

Si ce n’est pas le comble de la mauvaise foi politique pour un mouvement de libération, de conforter le système patriarcal jusqu’à  envisager l’exploitation d’un groupe social encore plus opprimé que le sien !

Contester, c’est risquer être la cible d’amalgames ignobles, des gays n’hésitant plus à insulter les féministes qui s’opposent à la GPA et à la prostitution, en les accusant de soutenir la Manifpourtous !

C’est tout de même invraisemblable, en 2014, au nom de la famille, de l’enfant et de la normalisation sociale, de devoir faire face ainsi à un double front machiste et conservateur :

– le front des pro-GPA qui promeuvent l’exploitation de la fonction reproductrice des femmes,

–  celui des réactionnaires familialistes lesbophobes et homophobes de la Manifpourtous.

Le rassemblement hétéroclite de la Manifpourtous, communiant dans le rejet de l’autre, défile derrière des mots d’ordre absurdes, violemment sexistes, mais aussi, derrière une banderole sur laquelle on peut lire « l’Humain n’est pas une marchandise ».

Pourtant, il ne faut pas prendre ce slogan au pied de la lettre, ces arriérés ne sont en réalité, en rien, opposés à la prostitution ni au trafic d’êtres humains.

Féministes, progressistes, réaffirmons que l’émancipation des femmes passe par la maîtrise de leurs corps et de leurs vies et en aucun cas par une quelconque marchandisation ni de leurs sexualités, ni de leurs fonctions reproductrices.
IMG_3007photo prise lors de la Manifpourtous octobre 2014

Christine Le Doaré

Rosen, il lui a poussé des ailes

Rosen, entrée Assemblée Nationale, vote de la loi d'abolition, 3 décembre 2013

Rosen, entrée Assemblée Nationale, vote de la loi d’abolition, 3 décembre 2013

La prostitution, pendant très longtemps, on en a peu parlé, pas plus qu’on ne parlait de la condition des femmes.

Une pratique ancestrale, une tradition presque, organisée pour que les mariages durent, pour déniaiser les garçons, pour distraire les marins solitaires, et que sais-je encore, certains ont même longtemps prétendu que c’était le seul moyen d’éviter les viols.

L’important, c’était que les hommes profitent de leur supériorité économique et sociale pour soumettre à leur bon vouloir, des femmes, affectées à cette fonction.

Les prostituées en revanche, à part quelques poètes, pas grand monde ne s’est intéressé à leur sort, des femmes ou des personnes vulnérables, sans grands moyens, alors, c’est tout juste si la société ne leur faisait pas une faveur !

Dans la plus grande hypocrisie, la société toute entière, s’arrangeait pour les cacher et les humilier, considérant pourtant normal de perpétuer cet esclavage sexuel genré.

La société patriarcale tente encore de préserver ce privilège masculin qu’elle présente toujours comme un besoin sexuel, hygiénique, inhérent à la virilité et à la sexualité masculine.

Ces clichés sexistes ont pourtant fait long feu et grâce au combat des féministes et des abolitionnistes, on parle enfin de la prostitution comme d’une violence sexuelle faite aux femmes, aussi aux enfants et à quelques hommes plus vulnérables.

Aucune société moderne, progressiste, qui vise l’égalité entre les femmes et les hommes ne peut tolérer l’existence de servitudes de genre et surtout pas la violence physique et psychologique de l’exploitation sexuelle.

Même si une minorité de prostituées se revendique libre, la prostitution s’exerce le plus souvent dans un contexte de maltraitance et dans tous les cas, nourrit la traite des êtres humains.

S’il n’y a pas de demande, il n’y a pas d’offre et donc pas de trafic.

Les clients qui consomment ce qu’ils considèrent être un produit/service, comme un autre, ne se préoccupent ni des origines, âges, conditions dans lesquelles les femmes se prostituent et sont souvent complices des pires exactions (enlèvements, séquestrations, sévices,…).

Il est amplement temps qu’ils le comprennent et considèrent les femmes pour ce qu’elles sont, à savoir leurs égales ; on n’achète pas ses pairs, on n’achète pas l’intimité d’autres humains.

La loi d’abolition de la prostitution votée à une large majorité à l’Assemblée Nationale, le 4 décembre 2013  – 1* Rien ne sera plus comme avant -, propose notamment d’organiser la sortie de la prostitution des personnes qui le souhaitent, de dépénaliser les personnes prostituées mais en revanche de pénaliser les clients prostitueurs, en les condamnant à une amende.

Enfin une loi qui va dans le bon sens, seulement voilà, neuf mois plus tard,  elle n’a toujours pas été votée au Sénat.

Pour les abolitionnistes, c’est beaucoup trop long, parce qu’il y a urgence, chaque jour, des personnes basculent dans une prostitution qui peut les broyer très vite, des étrangères échouent en nombre sur nos trottoirs, parkings d’autoroutes, etc., et trop souvent y laissent la vie.

Alors, prise d’un élan incompressible, Rosen s’est élancée pour avaler les 743 kilomètres qui séparent Saintes de Paris.

Saintes est la dernière ville où Rosen s’est prostituée, dans un salon de massage qu’elle a ouvert après son mariage ; Paris est la première, elle commence comme hôtesse dans un bar à champagne en 1988.

Rosen explique avec ses mots à elle, qu’une jeunesse destructrice avec un père alcoolique, des mauvaises rencontres, des viols, notamment commis par un ami de son père, etc., l’ont conduite à se prostituer.

Au départ, elle pensait contrôler, mais l’argent facile, le « succès » : « c’est une drogue, puis une mort lente » dit Rosen.

Un temps menant une double vie, ayant peur de « manquer » et droguée à l’excitation de ce que lui apporte cette prostitution « choisie », elle officie dans son salon de massage, pourtant mariée à un médecin, mère de six enfants et sportive accomplie.

Puis, c’est la prise de conscience et suivront dix longues années d’un travail sur soi, de recherches, de rencontres associatives, avec le Mouvement du Nid notamment, pour en sortir et devenir une militante abolitionniste qui avec Laurence Noël, créent une branche française des « survivantes de la prostitution ».

Elle sait comment elle en est arrivé là, mais ne supporte pas que ce soit toujours possible aujourd’hui, en 2014, en France.

Elle condamne la société de ne pas protéger les femmes contre cette violence.

Avec une loi d’abolition, elle ne se serait probablement pas prostituée ou en serait sortie plus rapidement et facilement.

A raison, elle reproche à la société sa coupable passivité.  –2* Voir le blog consacré à la Marche de Rosen –  

Moi aussi, comme tant de féministes et d’abolitionnistes, j’attends impatiemment l’adoption définitive de la loi d’abolition.

Présidente du Centre LGBT Paris depuis déjà quelques années, en 2009/2010, j’ai soudainement été violement attaquée par le STRASS et Act-Up Paris,  pour avoir osé dire que féministe, engagée pour les droits LGBT depuis des années, je soutenais également l’abolition de la prostitution.

Je devrais les en remercier, car sidérée par la violence d’un lobby prostitueur que j’ai depuis appris à mieux connaitre, j’ai approfondi la question et compris à quel point, ce qui n’était alors qu’une intuition, était en réalité une urgence.

La prostitution n’est-elle pas l’expression la plus extrême et barbare de la domination masculine ?

Tant que toutes les femmes ne seront pas libérées de cette servitude, aucune femme ne sera vraiment libre. L’abolition n’est pas négociable.

Pour autant, je n’aurais jamais eu le courage de m’engager ainsi dans une Marche de plus de 700 kilomètres.

C’est facile à dire, à écrire, Rosen marche, elle marche pour l’abolition, oui mais elle marche chaque jour, entre 20 et 25 km, elle rencontre des gens, explique, dialogue, fait signer une pétition en faveur de la pénalisation des clients, parfois elle est reçue par des éluEs (comme Catherine Coutelle, députée de la 2e circonscription de la Vienne et Présidente de la délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité des chances entre les hommes et les femmes),  elle est interviewée par des médias, etc..

Alors, il faut imaginer ce que c’est vraiment, pas après pas, jour après jour, les intempéries (soleil de plomb ou pluie battante), les pieds blessés, les jambes lourdes, les incidents de parcours (une roue crevée de la caravane de Luc, le vaillant retraité militant qui l’accompagne et assure une logistique minimale), les aléas familiaux (un fils hospitalisé) et pourtant, chaque jour, il faut repartir.

Alors Rosen, avec ses 58 ans a beau ne plus avoir les jambes d’une marathonienne, elle a l’énergie de ses convictions et les ailes de l’espoir lui ont poussé et la propulsent vers Paris.

Il est intéressant de noter une fois de plus, que si les médias régionaux, sur son passage, s’intéressent à l’évènement (journaux, TV), en revanche, au plan national, la couverture reste modeste, (Un bon article dans Libération  notamment), alors que des médias japonais, américains, vietnamiens…eux, couvrent l’évènement !

Chez nous, les médias restent frileux et préfèrent donner la parole aux clients qui pleurent une fin anticipée de leurs privilèges d’un autre temps.

Un tel courage force l’admiration, parce que ce n’est pas tout de le dire, il faut le faire !

Je l’accompagne en pensées, je sais que nous sommes nombreuses et nombreux (associations, collectifs et individu-e-s en France comme à l’étranger) à attendre son arrivée à Paris où nous pourrons la remercier comme il se doit pour ce geste valeureux qui fera date dans l’histoire du féminisme.

Qu’on se le dise, la loi d’abolition, Rosen et nous abolitionnistes et féministes, nous la voulons au plus vite, ici en France, aussi pour les femmes du monde entier.

Christine Le Doaré

 

1* Rien ne sera plus comme avant

https://christineld75.wordpress.com/2013/12/05/rien-ne-sera-plus-jamais-comme-avant/

 

2* Voir le blog consacré à la Marche de Rosen.  

https://marchepourlabolition.wordpress.com/

 

 

Qui voudrait d’un populisme communautaire homosexuel ?

photo arcenciel[1]

Les personnes homosexuelles ont longtemps eu le choix entre vivre cachées ou risquer le rejet, les discriminations et les violences.

Cette situation s’est améliorée ; dans nombre de pays, la législation réprime depuis des décennies l’homophobie et la lesbophobie, et instaure peu à peu une égalité des droits, partielle ou totale.

Même dans les pays plus progressistes que d’autres où l’homosexualité reste condamnée, tout n’est pas parfait loin de là et dans tous les cas, l’évolution des mentalités reste le véritable challenge. Cependant, c’est indéniable autant qu’irréversible, les gays et les lesbiennes ont redressé la tête et sont désormais des citoyenNEs comme les autres, souvent impliqués dans la vie sociale et politique de leur pays.

Pour gagner cette acceptation, il a fallu passer par des étapes d’affirmation de soi, aussi, parler de « fierté homosexuelle » a eu son utilité. Le risque serait de prendre cette fierté au premier degré car en réalité il n’y a pas plus de fierté à être homosexuelLE, qu’hétérosexuelLE !

La seule fierté pour tout le monde, consiste à être soi et à l’assumer, à respecter les autres et à accepter les différences sans les hiérarchiser.

Vous en conviendrez, la minorité homosexuelle doit être respectée et dispose, comme tout un chacun, de droits, mais n’a pas tous les droits.

Aussi, basculer dans l’arrogance, s’autoriser à écraser d’autres mouvements sociaux qui ne sont pas d’accord avec certaines de ses revendications ou à injurier les politiques qui ne cèdent pas immédiatement à ses attentes, ne pourrait-être que dommageable.

Pourtant, de plus en plus souvent, des positions, propositions, attitudes, défendues par des associations et collectifs, comme par des personnalités représentatives, fleurent bon la démagogie et je me demande si nous n’assistons pas à l’émergence d’un populisme communautaire, dont je pense, personne n’a besoin.

Comme dans tout groupe, toute minorité, il y a toujours eu des extrêmes dont les pratiques sont loin de faire l’unanimité. Mais ce n’est pas à ces extrêmes que je fais ici référence.

Le populisme est une manipulation politique qui consiste à flatter de manière manichéenne et démagogique une population, à encourager ou répondre à des revendications populaires immédiates.

J’ai examiné attentivement les messages véhiculés dans différents médias, en particulier sur les revendications de PMA et de GPA, provenant de gays et de lesbiennes représentatifs et je m’interroge.

 

–          Les réactions à l’annonce de la condamnation par la CEDH de la France, dans l’affaire des enfants nés à l’étranger « par contrats de mères porteuses » ou GPA.

Sur le plan juridique, cette décision est abusive puisque la circulaire Taubira organisait déjà l’inscription dans l’état civil, des enfants nés au moins d’un parent français (droit de la filiation).

Mais surtout, qui peut m’expliquer en quoi, « faire tomber une digue contre le marché international des mères porteuses », comme l’explique la Cour, c’est lutter contre des discriminations à raison de l’orientation sexuelle ?

Est-ce seulement progressiste de favoriser le marché libéral et lucratif de la gestation pour autrui, juste pour que des hommes en couple hétérosexuel ou homosexuel puissent être pères ?

Quel est ce monde dans lequel une Cour de Justice nous enjoint à reconnaître la fabrication d’enfants occidentaux par des femmes pauvres dans des usines reproductrices du tiers monde ou par des femmes américaines ou anglaises dont on rémunère la fonction reproductrice pour les maintenir en dehors du marché du travail, payer les études des enfants ou adjoindre une piscine à la maison familiale ?

Quand la Cour prétend que la France devrait reconnaitre la filiation du parent biologique, bien entendu elle parle du père biologique, mais elle se moque totalement de l’instrumentalisation du corps et de la vie des femmes, elle fait comme si les femmes étaient de simples machines biologiques à enfanter, exactement comme l’industrie produit des marchandises.

Que sait-elle des souhaits de l’enfant ? Qui nous dit, qu’adulte, l’enfant ne souhaitera pas prendre la nationalité de la femme qui l’a mis au monde ? http://nypost.com/2014/06/16/children-of-surrogacy-campaign-to-outlaw-the-practice/

Comment la France va-t-elle pouvoir maintenir une courageuse position éthique et progressiste contre l’économie de marché de la reproduction  alors qu’elle sera contrainte de régulariser automatiquement et à la chaîne, sur son sol, les enfants produits pour des parents qui contournent sciemment sa législation et exercent un odieux chantage ?

Qui peut croire que tout ceci se fait dans l’intérêt de l’enfant ?

L’enfant produit, l’enfant à tout prix, l’enfant sur étagère pour nourrir les fantasmes d’occidentaux alors que la planète se meurt d’une surpopulation galopante et que d’autres enfants par millions sont abandonnés, exploités, etc., et pourraient être adoptés.

Des lesbiennes se désolidarisent de leur classe de sexe pour faire preuve d’un zèle étourdissant dans la perpétuation et même l’invention de nouveaux privilèges masculins.

Cautions féminines, elles vont souvent un peu plus loin que les hommes, afin d’être reconnues.

C’est particulièrement vrai en matière de prostitution et de GPA, deux domaines d’appropriation du corps et des vies des femmes, indispensables au système patriarcal.

Par exemple, Caroline Mécary, avocate et coprésidente de la Fondation Copernic, propose « de disjoindre parentalité et conjugalité et d’organiser juste après le sevrage de l’enfant, une résidence alternée », afin de faciliter à l’avance, la future séparation des conjoints !

Sans le lobby tenace d’associations et de personnes gays et lesbiennes sur la question, la Cour aurait-elle pris cette décision qui bafoue le respect de la personne humaine et les droits des femmes ?

Rien n’est moins sûr.

Ces gays et lesbiennes qui défendent la toute puissance en matière de parentalité, au mépris le plus absolu des droits des femmes, ne font-il pas preuve de populisme communautaire ?

 

–          D’inquiétantes affiches du Collectif Oui-Oui-Oui ! (Oui à la PMA) et du Collectif « Fières », pour la Marche des Fiertés

« PS lesbophobe ! », « Hollande, lesbophobe ! ».

10487582_10152551664479743_8091891247544845155_n[1]La PMA ouverte à toutes les femmes, pourquoi pas ? Après tout, il s’agit d’un don de sperme et pour faire simple on va dire que le sperme se produit rapidement et facilement.

Que le Parti socialiste et plus exactement, le gouvernement Hollande ait une fâcheuse tendance à la reculade et n’honore pas ses promesses de campagne, est un fait ; qu’il soit nécessaire de le rappeler pour faire valoir ses droits, est une conséquence.

Néanmoins, ce collectif oublie que la revendication de la PMA ne concerne pas que les lesbiennes, mais aussi les femmes seules, donc l’accusation de « lesbophobe » n’a guère de sens.

Ensuite, user du suffixe « phobe » n’a en général qu’une finalité : discréditer ses contradicteurs et ce, dans la plus grande malhonnêteté intellectuelle qui soit (sérophobe, putophobe, etc.).

Dans tous les cas, est-ce vraiment indispensable d’injurier en bloc tout le Parti socialiste en le traitant de « lesbophobe » parce que cette mesure n’est pas encore adoptée ?

L’ouverture du mariage aux couples de même sexe date à peine d’un an, a été votée dans des conditions extrêmement difficiles et que personne n’avait imaginées, aussi parce que le PS l’a défendue ; alors prétendre qu’il est lesbophobe est proprement absurde.

Je note que cette avancée (adoptée fin avril 2013) n’a d’ailleurs pas été fêtée par une Marche des Fiertés 2014 à la mémoire un peu courte.

Comment se faire des alliéEs ? C’est simple : cracher dans la soupe, faire pipi par terre, insulter…, tout faire pour acculer ses interlocuteurs à se crisper sur la réputation qui leur est faite.

C’est tout de même affligeant de voir ainsi des gays et des lesbiennes ne pas faire la différence entre des réactions de frustration et des revendications articulées dans un dialogue politique avec l’institution qui peut au Parlement, faciliter l’adoption des droits attendus.

Dans un autre genre, l’affiche produite pour la Marche des Fiertés par le Collectif de jeunes lesbiennes « Fières » : « IVG / PMA Même combat ! », me laisse perplexe. L’interruption volontaire de grossesse, à l’origine de tant d’accidents et de décès de femmes en France avant l’adoption de la loi Veil, mise sur le même plan que la PMA ? Vraiment ? Cette affirmation est aussi mensongère que ridicule.

10502189_816126135078491_6231021827386890894_n[1].jpg Fières

Même l’Inter-LGBT n’hésite plus à flatter ses extrêmes et avec une franche démagogie produit une affiche : « Nos corps, nos droits, ta gueule ! ». Ensuite, ne nous restera plus que les coups, c’est tout de même troublant !

photo[1]

Mais je m’interroge, ces comportements, ces slogans, sont-ils aussi spontanés et sincères qu’il y paraît car après tout, c’est beaucoup plus facile, de se faire remarquer et d’entraîner des partisans, en flattant la propension des gens aux amalgames faciles et à l’outrance, qu’en travaillant sur des dossiers et en entretenant un dialogue politique.

S’agit-il vraiment d’une erreur d’appréciation politique de la situation, sachant que le PS n’est évidemment pas lesbophobe, plutôt peu enclin à combattre les réactionnaires, et que le combat pour la PMA et celui pour l’IVG n’ont strictement rien en commun ?

Non, ces affiches mensongères ne sont pas produites par hasard mais délibérément et pour susciter à bon compte des adhésions.

Ces affiches contre-productives, car mensongères et outrancières, semblent bien elles aussi relever d’un certain populisme communautaire, et ce n’est pas très glorieux.

En Conclusion

Lutter contre les discriminations et les violences à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, lutter pour obtenir l’égalité des droits ne peuvent en aucun cas se mener en bafouant les droits des femmes (contrôle patriarcal de la sexualité et de la reproduction dont relèvent la prostitution et la GPA) ; si en plus, les gays et les lesbiennes devaient verser dans le populisme communautaire, ce serait tout bonnement inacceptable, au même titre que l’est toute forme de populisme politique.

Quand les féministes aidaient le mouvement homosexuel à émerger en protégeant les gays dans cortèges revendicatifs des années 70/80, elles étaient loin d’imaginer qu’ils feraient aux 20ème et 21ème siècles, des choix qui attestent de leur attachement indéfectible à la classe dominante masculine.

Ils ont oublié en route, quelque part, qu’ils sont aussi responsables de l’oppression des femmes.

Le mot « genre » n’a pas la même signification pour les LGBT qui luttent pour la reconnaissance des personnes transsexuelles (identité de genre veut alors dire Trans. Transgenre et TransexuelLE) et les féministes qui luttent pour l’égalité entre les genres masculins et féminins.

Pour se rejoindre, il faudrait déconstruire les rouages de la domination masculine dans les politiques LGBT, mais l’époque où les gays comprenaient l’imbrication du sexisme et de l’homophobie semble révolue.

Même SOS homophobie a oublié cette année la lesbophobie dans son communiqué de presse, titrant : « La lutte contre l’homophobie, transphobie deux ans après l’élection de François Hollande ». Bien la peine que le mot ait fait son entrée au dictionnaire cette année !

Les féministes qui ont toujours été solidaires des LGBT, sont désormais confrontées à des revendications trop souvent antagonistes de leur part (Prostitution/GPA).

Les lignes de fracture se creusent rapidement et la tendance au populisme communautaire  récemment observée, n’arrange rien.

Tout ceci est inquiétant, d’autant plus que le contexte politique général est désastreux, que rapidement et sûrement, l’extrême droite assoit son emprise sur un pays de plus en plus déboussolé.

Mais c’est heureux, personne, pas moi, ni vous je pense, n’avons besoin d’un quelconque populisme communautaire !

Christine Le Doaré

 

Féminisme et mouvement LGBT, le divorce est-il prononcé ?

163506_3026252351461_1229066125_nEn France, depuis 2010, le contexte politique s’est considérablement durci, et c’est dans une extrême tension qu’a été adopté le mariage pour tous.

A cette occasion, l’homophobie et la lesbophobie se sont déchaînés et les LGBT ont bien besoin de la solidarité des mouvements sociaux, en particulier du mouvement des femmes qui de toujours, a été son meilleur allié.

Pourtant, au fil du temps, le mouvement LGBT, s’acharne à creuser un fossé toujours plus profond entre lui et le mouvement féministe. Il refuse de travailler sur la domination masculine, l’organisation sexiste de la société, la place des femmes et des lesbiennes qui subissent une double discrimination. Il brille par son manque de solidarité, absent des luttes féministes, mobilisations, manifestations. A l’inverse, toujours sous la coupe des associations de lutte contre le sida et de leur vision hygiéniste de la société (pas de « travailleuses » contaminées par une IST, des clients préservés et peu importe le sexisme des violences sexuelles, physiques et mentales de la prostitution), il choisit de s’allier aux divers lobbies pro-sexe qui sont sous l’influence des industries du sexe, en particulier au lobby pro-prostitution.

En revendiquant la légalisation de la prostitution et de la GPA (Gestation pour autrui), il contribue de manière égocentrique et sexiste à enfermer les femmes dans leur double assignation patriarcale, de « pute » ou reproductrice. Les féministes refuseront toujours l’appropriation du corps et des vies des femmes dans la sexualité (prostitution, viol…) et dans la reproduction (GPA, mise en danger de l’avortement et de la contraception…) parce que c’est justement la raison d’être d’un système patriarcal qu’elles combattent. Est-ce le rôle du mouvement LGBT de s’associer au système patriarcal et libéral, contre les femmes ? Pourquoi de telles logiques d’alliances ? Pourquoi choisit-il d’attaquer et diffamer les féministes qui contestent de telles dérives ? Accepterait-il qu’un autre mouvement social redéfinisse pour lui, ce que doivent être les droits et libertés LGBT ?

En juin, en France, c’est le mois des Gay Prides. Gay Pride et non Lesbian and Gay pride comme on les a un temps appelées, si on en croit tant la communication militante que médiatique. A Paris, ce sera la Marche des Fiertés, un nom créé pour n’oublier personne, en réalité, un cache-misère. Je me souviens des moqueries quand en 2011 ou était-ce 2012, j’avais été la seule à réagir dans une réunion de l’Inter-LGBT, à l’idée que la Marraine de la Marche soit une actrice porno mainstream ; comme si l’image des femmes n’est pas dégradée dans la pornographie, comme s’il fallait associer revendication LGBT et industries du sexe, comme si personne d’autre n’était disponible pour nous représenter ! Cette année, la chanteuse choisie comme Marraine est une habituée des Unes des magazines masculins les plus sexistes – je vous laisse juger (2 photos) *1  ; la leçon n’a toujours pas été retenue, la culture dominante sexiste est toujours prisée par le mouvement LGBT.

Dans ces conditions, on se demande quelle peut bien y être la place des lesbiennes, plutôt des lesbiennes féministes car ce mouvement s’y entend pour recruter des groupies à son image qui ne vont pas troubler l’image caricaturale qu’ils ont encore trop souvent des femmes. L’entre soi masculin et l’invisibilité des lesbiennes dans le mouvement LGBT est à l’image de la place des femmes dans la société française. Les lesbiennes et associations lesbiennes ou LGBT, un tant soit peu féministes, politisées et suffisamment expérimentées pour remettre en question la domination masculine au sein du mouvement LGBT, ont échoué à le faire évoluer. Il faut dire que les militants Verts « la Commission LGBT des Verts » et socialistes « homosexualité et socialisme » en particulier, associées à Act-Up et au STRASS, se sont particulièrement désolidarisés des luttes lesbiennes et féministes et au contraire, se sont arc-boutés sur des positions clivantes en matière de prostitution et de GPA.

Il paraît que le « nouveau féminisme lesbien » remplacera avantageusement la Coordination Lesbienne en France (CLF) et les militantes aguerries ; on aimerait bien, mais à voir le choix de la Marraine 2014 à Paris, malgré tout, on en doute ! Si le mot lesbophobie est désormais entré dans le dictionnaire, ce n’est sûrement pas grâce au mouvement LGBT, plutôt aux associations telle la CLF qui d’ailleurs, vient de le quitter en tirant un bilan sans appel. – CP de la CLF *2

En ce qui me concerne, après 12 ans de présidence d’associations LGBT, SOS homophobie d’abord, puis le Centre LGBT Paris, j’avais déjà tiré un sévère bilan en 2012 – 3 articles bilan *3  Bilan évacué d’un revers de manche par des militants suffisants qui auraient mieux fait de s’y intéresser car depuis, la situation n’a fait qu’empirer, dans le mouvement LGBT mais aussi à sa périphérie avec des groupes Queers-trans-féministes issus du STRASS, Act-Up et de groupes extrêmes TPDG (TransPDGouines), tel que 8marspourtoutes – articles sur 8marspourtoutes *4

Au sein même du mouvement LGBT les démissions des personnes et associations lesbiennes féministes sont considérables, la CLF, (La dernière rencontre de la CLF en mai 2014 a tout de même réuni le CEL (Marseille), les caram’elles (Nice), les Voies d’Elles (Grenoble), ELEA (Avignon), Bagdam Espace lesbien (Toulouse), Lesbianisme et solidarité (Clermont Ferrand), La Lune (Strasbourg), de FiEres (Paris), de Cibel (Paris), Les Lesbiennes Dépassent les Frontières (Paris), de CQFD Fierté Lesbienne (Montreuil), la coordination de la CLF (Paris)…), mais désormais, des voix s’élèvent aussi à l’extérieur du mouvement, partout dans le mouvement féministe mais aussi dans l’ensemble du mouvement social pour contester les orientations qui sont prises. Osez-Le-Féminisme 69 est diffamée par la LGP Lyon qui plutôt que de se remettre en question sur un amalgame de revendications qui n’ont rien à voir avec les droits LGBT, préfère se ridiculiser en répondant qu’OLF rejoindrait la Manifpourtous ! Mais quelle honte !

Quand je pense que j’ai milité 15 ans pour ce mouvement ! OLF 69 soutenue, par tout OLF mais surtout par une liste impressionnante d’associations et formations telles qu’ATTAC, la Mutuelle des Etudiants, l’UNEF, la Marche Mondiale des Femmes, le CNDF, la CLF, … rappelle que prostitution et GPA sont des violences intolérables faites aux femmes. « Nous tenons à dénoncer clairement la confusion induite par ce mot d’ordre, entre les luttes contre les LGBTphobies, celles pour les droits reproductifs et sexuels des femmes ET la défense de deux des pires produits des systèmes patriarcal et capitaliste : la Gestation Pour Autrui (GPA) et la prostitution. » – le CP d’OLF 69 et les signataires *5

– Le Parti communiste s’oppose également au mot d’ordre de la LGP Lyon, il sera présent mais refuse de partager le mot d’ordre, trouvant dangereux « l’amalgame entre les luttes contre les homophobies et la GPA et la prostitution, qui entrent dans le système marchand capitaliste. Autoriser la GPA revient à l’égaliser la marchandisation du corps des femmes, surtout des plus pauvres. » Ajoutant : « le PCF est en effet pour l’abolition de la prostitution, qui est une violation des droits humains. Nous refusons de parler de prostitution choisie, quand il est clair qu’elle est majoritairement subie, au sein de réseaux mafieux contre lesquels nous devons lutter activement. » – CP du PCF *6

CertainEs sont surpris que l’on en arrive là, pas moi, tout ceci était annoncé et même dénoncé et depuis 2010 au moins. La fracture est seulement plus nette, les militants LGBT sont de moins en moins challengés sur leur sexisme et de plus en plus crispés sur des revendications égocentriques, un peu comme si subir des discriminations et les violences justifiait l’exploitation de personnes encore moins bien placées que soi dans la hiérarchie sociale. Même l’engagement du mouvement LGBT derrière la revendication de la PMA (Procréation médicalement assistée) n’est pas transparent. Les lesbiennes engagées pour la PMA elles-mêmes ne réagissent pas quand les médias titrent à l’occasion de la parution du manifeste « Avec les 343 fraudeuses » : « PMA pour TOUS ». Allons-donc, la PMA ce n’est pas pour tous, mais pour toutes ! Derrière, la PMA, c’est d’autonomie reproductrice des femmes et des couples lesbiens dont il s’agit. Gageons qu’une bonne partie de ce mouvement rêve, à l’instar de la LGP Lyon, d’un paquet cadeau PMA-GPA pour tous, mais n’ose pas encore le dire, pas encore ! La PMA et la GPA n’ont pourtant rien de commun, une simple technique dans un cas, une année de la vie d’une femme et les risques d’exploitation, dans l’autre – Analyse : Asymétrie reproductrice et gestation pour autrui * 7

A l’évidence, les véritables enjeux liés à l’autonomie reproductrice des femmes n’ont pas du tout été compris ou certains se fichent pas mal de la PMA, instrumentalisée juste pour obtenir ensuite la GPA. En outre, même si j’ai signé ce manifeste, je déplore cette course égocentrique occidentale à reproduire ses gènes, alors que la planète étouffe, surpeuplée, que des millions d’enfants pourraient être adoptés (orphelins de guerre, enfants des rues …) mais désespèrent dans l’indifférence totale de tous, même des LGBT qui trouvent préférable d’exploiter des femmes en payant des GPA. Je trouve facile et limite malhonnête intellectuellement d’utiliser le concept des « 343 salopes » à tour de bras, alors qu’il ne s’agit pas de vie ou de mort, contrairement au manifeste original.

Veiller aux équilibres sur la planète, être solidaire de la moitié de l’humanité plongée dans un féminicide sans fin, des millions d’enfants livrés à eux-mêmes, exploités, embrigadés ou croupissant dans des institutions, etc. n’est pas interdit. Pourquoi ne pas lutter pour une évolution européenne et mondiale des droits de l’adoption et s’occuper des enfants déjà néEs ? Le narcissisme couplé au manque d’analyse politique est tel, que les gens imaginent indispensable de se reproduire et pour cela de recourir à n’importe quelle solution pourvu qu’il y ait un résultat rapide et conforme à leurs caprices. L’égalité n’est pas une fin en soi, encore moins quand elle consiste en une égalité d’adhésion au conformisme !

Ne parlons pas des dérives sectaires violentes, portées par des groupes de TPDG noyautés par le STRASS et Act-up, par 8marspourtoutes, qui attaquent physiquement les féministes qui osent s’exprimer, comme lors du ZAP de Marseille pendant la Lesbopride l’an dernier, avec pour objectif de les museler ou encore lors de l’attaque de Zéromacho à Toulouse, dans une manifestation pour la liberté de l’avortement ! Les mêmes qui prévoient en juin d’attaquer les policiers et policières LGBT de l’association FLAG dans les Prides : à Toulouse, « Riposte radicale » soutenus par Act-Up c’est certain, tant qu’à faire plutôt que de s’attaquer à des policiers ripoux, autant zapper ceux qui ont le courage de lutter dans leur institution et de défiler à visage découvert ! – photo de Riposte Radicale *8

Quelle tristesse tout de même de voir une minorité en prise avec des discriminations et des violences ne rien trouver de mieux à faire que de sacrifier sur son chemin les droits des femmes, moitié de l’humanité victime de la domination masculine et du libéralisme, systèmes d’oppression à l’origine de toutes les discriminations à l’encontre de toutes les minorités. Je me demande tout de même quel électrochoc sera assez fort pour réveiller un mouvement par trop noyauté par des extrêmes et leur idéologie douteuse, négligeant ses liens avec le mouvement féministe et au-delà avec le mouvement social.

Quand on constate que même des militantes « historiques », personnalités, lieux, censés représenter des idées et engagements lesbiens et ou féministes et ou radicaux, pour protéger leurs intérêts, gloire intellectuelle et ou universitaire, ou chiffre d’affaire, sont atones devant toutes ces dérives, voire joignent leurs voix à la confusion politique actuelle et contribuent ainsi au dévoiement du sens même du mot féminisme, de ses fondamentaux, de ses luttes et de son histoire, comment s’étonner que le mouvement LGBT lui-même ne se sente pas tenu à plus de solidarité et de cohérence ?!

Mais où sont donc passées la conscience politique féministe et la solidarité des militants des luttes de libération des années 70/80 ? À quand une prise de conscience salutaire ? Si une minorité n’est plus solidaire des grands mouvements sociaux, à qui fera t-elle appel au moindre retour de bâton ? Gay Prides 2014, marcher parce que les ignobles opposants au mariage sont désormais décomplexés et qu’il faut les remettre à leur place ; ne pas marcher parce que ce mouvement n’est solidaire que de lui-même et des industries du sexe patriarcales sur le dos des femmes ?

Je ne dis pas merci, ni au mouvement LGBT inconséquent, encore moins à ses détestables extrêmes, pour me/nous poser un tel dilemme !

Christine Le Doaré

********************************************************************************

*1 : 2 photos de la marraine de la Marche des Fiertés 2014 à Paris 1455985_10152499850094743_3019453888523529746_n (1) 10444757_10152499849929743_5314020272186561870_n (1)

*2 CP de la CLF : http://www.coordinationlesbienne.org/spip.php?article309

*3 3 articles bilan

– Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt : https://christineld75.wordpress.com/2013/07/18/combien-de-temps-le-mouvement-lgbt-va-t-il-pouvoir-se-cacher-derriere-son-petit-doigt/

– Les 4 lettres du sigle LGBT : https://christineld75.wordpress.com/2012/06/01/les-quatre-lettres-du-sigle-lgbt/

– Quelle mixité ? : https://christineld75.wordpress.com/2011/11/28/quelle-mixite/

*4 4 articles 8marspourtoutes :

– 8marspourtoutes ou l’oubli d’un énorme détail de l’histoire féministe : https://christineld75.wordpress.com/2013/11/22/8marspourtoutes-ou-loubli-dun-enorme-detail-de-lhistoire-feministe/

– Un étrange 8 mars : https://christineld75.wordpress.com/2014/03/09/un-etrange-8-mars-2014/

– Encore un 8 mars et des questions qui fâchent : https://christineld75.wordpress.com/2014/03/04/encore-un-8-mars-et-des-questions-qui-fachent/

– Des déchaînées aux genoux du patriarcat : https://christineld75.wordpress.com/2014/04/02/des-dechainees-aux-genoux-du-patriarcat-2/

*5 CP du PCF : http://www.lyonmag.com/article/65326/le-parti-communiste-s-oppose-au-mot-d-ordre-de-la-marche-des-fiertes

*6 CP d’OLF 69 : http://osezlefeminisme69.wordpress.com/2014/06/03/desolidarisation-de-la-marche-des-fiertes-de-lyon-du-14-juin-2014/

*7 Analyse PMA – GPA : Asymétrie reproductrice et gestation pour autrui : https://christineld75.wordpress.com/2011/05/30/asymetrie-reproductive-et-gestation-pour-autrui-gpa/

*8 : photo de « Riposte Radicale » 10371710_10152502571534743_6333835371701202936_n

Un tournant décisif pour l’abolition !

14037_148752161961252_1608100489_nAlors bien sûr il y a eu l’avis de la Commission des Droits de l’Homme, un avis qui n’aide pas vraiment à y voir plus clair et surtout pas à libérer les femmes de leurs obligations patriarcales.
Des « sages » pas prêts à remettre en question les privilèges de la domination masculine, les leurs tout compte fait, puisque cette commission est composée de 40 hommes pour 19 femmes !
(https://christineld75.wordpress.com/2014/06/01/19-femmes-pour-40-hommes-de-quoi-sagit-il/)

Heureusement, les évidences ont cela de bien que malgré toutes les traditions, toutes les réticences, tous les lobbys, tôt ou tard, elles crèvent les yeux du plus grand nombre.
Toute personne de bonne foi qui fait un parallèle entre les bénéfices et désavantages du régime suédois et allemand ou hollandais, par exemple, ne peut être que convaincue par l’urgence de mettre un terme à un système néfaste pour les êtres humains qui le subissent et par ailleurs second plus important marché criminel au monde.

La prostitution, ça ne peut simplement pas durer parce que :
– Les hommes qui y ont recours entretiennent un marché dont le produit est un être humain, son intimité, marché alimenté principalement par des criminels et un petit pourcentage d’indépendantes qui se disent « libres » et heureuses « d’être pute » (selon les termes exacts du groupuscule qui entend les représenter : le STRASS)
– L’égalité femmes-hommes est compromise par une répartition des rôles qui assigne aux femmes de mettre leur corps au service de la sexualité et surtout de la domination masculine ; toute éducation au respect dans la sexualité devient hasardeuse
– La prostitution est une violence sexuelle qui occasionne de sérieux traumatismes physiques et mentaux
C’est en substance ce que vient de dire la Délégation sénatoriale aux Droits des Femmes et à l’Egalité des Chances entre les Hommes et les Femmes, le 5 juin dernier, en adoptant le rapport de Mme Brigitte Gonthier-Maurin (CRC, Hauts-de-Seine), et en l’assortissant de 11 recommandations.
Le rapport appuie la pénalisation de l’achat d’actes sexuels et la responsabilité des clients de la prostitution, l’abrogation du délit de racolage ainsi que l’attribution de moyens pérennes au financement du parcours de sortie de prostitution :
« La délégation a considéré que la prostitution est avant tout une violence qui s’exerce contre les femmes, qu’elle ne saurait être considérée comme un métier et que le débat sur la prostitution pose, en réalité, la question de l’égalité entre hommes et femmes. « et en ajoutant : « La délégation souhaite également, renforcer la sensibilisation à l’égalité entre hommes et femmes dès le plus jeune âge. Elle recommande également la généralisation des ABCD de l’égalité »

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes de son côté, a salué l’adoption de ce rapport favorable à la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel, déjà votée par l’Assemblée Nationale. Il a rappelé que le renforcement de la position abolitionniste de la France s’inscrivait dans une dynamique européenne initiée par l’adoption du rapport Honeyball, en février dernier.

Il faudrait maintenant que le vote de la proposition de loi soit rapidement inscrit au calendrier du Sénat afin que nous puissions engager une véritable politique abolitionniste en France et venir en aide aux personnes prostituées qui le souhaitent. Il y a urgence.

Il semblerait bien que cette dynamique désormais dépasse les frontières de l’Europe : le gouvernement Canadien s’est prononcé à son tour, le 4 juin dernier, pour un dispositif global incluant la protection des victimes du système prostitueur, la pénalisation des proxénètes et des clients. Le gouvernement canadien reconnait que les femmes autochtones sont sur-représentées parmi les personnes prostituées.
Son approche consiste à agir sur plusieurs axes : criminaliser les clients qui alimentent et perpétuent la demande de la prostitution ; protéger les personnes prostituées, les aider à sortir de la prostitution, mais ne pas intervenir lorsqu’elles souhaitent continuer leur activité ; également protéger les collectivités contre les torts causés par la prostitution.
Le gouvernement canadien veut frapper fort, les peines de prison prévues sont comprises entre 18 mois et 5 ans, assorties d’amendes, 500 $ pour la première infraction.
Ces amendes seraient doublées si l’infraction est commise près de parcs, d’écoles où des enfants pourraient se trouver.
L’objectif est que les clients comprennent les préjudices qu’ils causent aux personnes prostituées et cessent cette pratique d’un autre âge.
La loi s’attaque aussi au proxénétisme en renforçant le dispositif existant, elle accroît notamment la peine d’emprisonnement maximale de 10 ans actuelle en la portant à 14 ans.
Enfin, les programmes de réinsertion seront financés par des nouveaux fonds qui s’élèvent à 20 millions de dollars.

Enfin, l’exploitation, et n’ayons pas peur des mots, l’esclavage, qui frappe les plus démunis et vulnérables, qui est responsable de trafics sordides d’êtres humains, sont en passe d’être véritablement combattus à l’échelle de la planète.

Cependant, la mobilisation doit continuer, les lobbys des industries du sexe sont particulièrement puissants, infiltrés à tous les niveaux de décision, les enjeux financiers sont pour eux colossaux, alors vigilance et persévérance sont de mise.
Il serait naïf de penser qu’ils ne vont pas tenter de résister, d’agir et jusqu’au bout, et toujours, comme tout système d’exploitation et d’oppression.
Les élus de tous bords doivent s’investir et faire preuve d’un fort courage politique.

Christine Le Doaré

***********************************************************************************

France :
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/violences-de-genre/actualites-69/article/la-delegation-aux-droits-des
http://www.mouvementdunid.org/Une-loi-d-abolition-de-la
http://www.osezlefeminisme.fr/article/communique-de-presse-06juin2014-prostitution-labolition-au-senat-maintenant

Europe :
http://www.prostitutionetsociete.fr/actualites/actualites-europe/inedit-le-conseil-de-l-europe
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2014-0162+0+DOC+XML+V0//FR

Canada:
http://sisyphe.org/spip.php?article4780#.U5DR0LeIyyM.facebook
http://www.abolitionprostitution.ca…
http://www.cbc.ca/news/politics/jimmy-carter-offers-canada-advice-on-updating-prostitution-laws-1.2654394
http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/societe/qui-est-derriere-le-lobby-de-la-prostitution/#.U5Hd96OQTPK.twitter
http://www.lepoint.fr/monde/prostitution-le-canada-veut-penaliser-les-clients-05-06-2014-1832581_24.php

19 femmes pour 40 hommes de quoi s’agit-il ?

téléchargementUn indice ? N’oubliez pas, nous sommes en France, pays des Droits de l’Homme et non des Droits Humains. Trouvé ? Oui, c’est bien la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme).

Elle a rendu le vendredi 23 mai dernier, un avis sur la loi d’abolition de la prostitution. Cet avis est plutôt difficile à traduire en termes de politique à appliquer en matière de prostitution.

Souvenons-nous, l’Assemblée Nationale, cohérente avec la position abolitionniste de la France, vient de voter en faveur de la pénalisation des clients prostituteurs ; de leur côté, inquiètes des résultats déplorables dans les pays qui ont légalisé la prostitution, les instances Européennes ont pris de fermes recommandations abolitionnistes (Résolution du Parlement européen du 26 février 2014 sur l’exploitation sexuelle et la prostitution et leurs conséquences sur l’égalité entre les hommes et les femmes, qui reconnaît que la prostitution est contraire aux principes régissant les droits de l’homme et contraire aux principes de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne *1 ; Résolution de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du 8 avril 2014 relative à la prostitution, à la traite et à l’esclavage moderne en Europe *2).

Le contexte Français et européen rappelé, on ne peut que s’étonner de l’avis de la CNCDH qui réussit tout de même l’exploit de se référer à plusieurs textes européens, sans mentionner ces récentes et notables résolutions abolitionnistes.

Plus globalement, cette décision donne l’impression que la Commission a peiné à conclure, préférant en fin de compte, rester dans un entre deux inefficient.
D’un côté, elle reconnaît l’intérêt d’une politique abolitionniste, mais de l’autre, elle craint, sans pour autant apporter d’arguments convaincants, que la pénalisation des clients n’entraîne des effets négatifs.
Plus étrange encore, elle déconseille la pénalisation des clients, mais le regrette en remarquant que c’est dommage de se priver de l’effet pédagogique d’une telle mesure.
Comment dire ?
Cela aurait été trop cohérent d’aller jusqu’au bout de l’analyse et reconnaître que toute demande des clients de la prostitution nourrit la traite, puis d’y mettre un terme ?
Les clients consomment des « produits », de plus en plus jeunes, de plus en plus vulnérables, sans se préoccuper de leur vie, sans savoir si les prostituées ne sont pas captives, menacées, brutalisées.
Eduquer à une sexualité libre et désirante, à l’égalité, au respect de l’autre et surtout à refuser l’exploitation sexuelle d’un être humain par un autre, ne sont-ce pas des orientations et préconisations que l’on attendrait de la part d’une commission sensée défendre les Droits Humains ?

Dans son rapport, la CNCDH se dit préoccupée par le risque de clandestinité et d’éloignement de la prostitution dans des lieux reculés. Mais à quoi fait-telle exactement allusion ?
Ignore-t-elle que la prostitution a déjà lieu sur des aires d’autoroutes désertes, sur des routes isolées, des abords de bois, de parcs et dans divers lieux que l’on peut qualifier de « reculés » ?
Ne sait-elle pas que les prostituées assassinées le sont autant dans un appartement, une ruelle, un parc ou un bois ; que le risque permanent provient soit des proxénètes qu’ils appartiennent ou non à des réseaux, soit des clients eux-mêmes ?
La situation d’isolement avec le client, dans n’importe quel lieu que ce soit, en plein centre-ville, dans une chambre d’hôtel, une voiture, un parc, un quai, une villa ou un hôtel de luxe rend toute personne prostituée vulnérable.
L’activité, l’acte prostitutionnel, voilà le danger.
La CNCDH n’a-t-elle pas pris le temps d’interviewer les procureurs des pays abolitionnistes ?
Dommage, parce qu’ils expliquent que la prostitution résiduelle continue de se produire dans les centres villes et que cet argument ressassé en boucle par les défenseurs du lobby prostitueur ne repose sur aucune réalité.
En revanche, dans les pays abolitionnistes, les programmes d’accompagnement de sortie de la prostitution autant que les mesures de prévention, tout comme la pénalisation des clients sont bien parvenus à drastiquement réduire cette forme archaïque et sexiste d’exploitation et à protéger efficacement les personnes prostituées qui choisissent malgré tout de se prostituer car elles ne sont plus pénalisées.

Dans quelles contradictions s’est enfermée la CNCDH pour à la fois reconnaître qu’il faut continuer de pénaliser la prostitution de personnes « vulnérables *3 », tout en affirmant que pénaliser les clients, risquerait de pousser les personnes prostituées dans « des lieux encore plus reculés » ?
Il faut savoir ! Les personnes prostituées vulnérables ne risqueraient rien à être poussées dans des « lieux reculés » ?
Si les clients de prostituées vulnérables peuvent et doivent être pénalisés, sans que la Commission ne s’inquiète du risque de clandestinité les concernant, alors à fortiori, ce risque n’est pas plus réel pour des prostituées moins vulnérables.
En réalité, les risques encourus par les personnes prostituées, tout le monde les connait, ils consistent à subir toutes sortes de violences : la violence sexuelle intrinsèque à la prostitution, les violences relatives à leur état de santé, qu’il s’agisse de contracter une IST autant que de développer des addictions à toutes sortes de substances pour tenir et une mauvaise prise en charge générale, enfin les violences physiques et psychologiques, qu’elles émanent des clients ou des proxénètes.

Je vois au moins deux raisons à cet avis particulièrement confus et qui une fois de plus s’intéresse au faible pourcentage de prostituées réellement « libres » au dépend de toutes celles qui subissent, captives ou non de réseaux mafieux.
La première raison est que le lobby prostitueur n’a pas ménagé ses efforts et mobilisé des soutiens de poids.
Mise à part son amitié avec Dominique Strauss Kahn, que connaît Monsieur Badinter des réalités de la prostitution ? M. Lilian Mathieu, chantre de la légalisation de la prostitution, est-il le seul sociologue en France ?
Les associations gays de lutte contre le sida ne voient la question de la prostitution que par le prisme hygiéniste de la seule lutte contre le sida, sans jamais considérer les personnes dans leur globalité ni s’intéresser aux droits des femmes ou à l’égalité femmes-hommes.
Le STRASS n’est pas un syndicat représentatif mais un groupuscule qui verrait d’un bon œil la légalisation du proxénétisme à l’Allemande se développer chez nous ; je suis curieuse de savoir si le nombre de femmes prostituées membres du STRASS fait un ou deux chiffres, la CNCDH le leur a-t-elle demandé ?
Il ne semble pas que les « survivantes » de la prostitution qui pourtant, savent de quoi elles parlent et peuvent s’exprimer sans subir de pression depuis qu’elles ont quitté le milieu prostitutionnel, aient été auditionnées.
La seconde raison est que cette décision n’a pas été adoptée à l’unanimité, loin s’en faut, mais plutôt de très peu : 4 abstentions, 16 voix contre, 20 voix pour.
Heureusement cet avis n’est que consultatif et passera vite aux oubliettes de l’Histoire.

A l’évidence, cet avis rendu par une écrasante majorité d’hommes, à contre-courant de toutes les mises en garde contre le dangereux développement du business criminel de la prostitution, ménage les clients prostitueurs et plus généralement les vieilles prérogatives sexistes d’une prétendue sexualité masculine irrépressible.
La domination masculine et ses industries du sexe sont toujours à la manœuvre quand il s’agit de se raconter des histoires à bon compte sur le dos des femmes.
Tout de même, je suis étonnée que les hommes ne soient pas plus nombreux à se lever contre la prostitution qui les caricature tant et les rabaisse au niveau d’opportunistes prédateurs.

Les violences sexuelles sanctuarisées par les valeurs libérales et patriarcales d’une commission dont le rôle est pourtant de défendre les Droits Humains et donc aussi les droits des femmes.
Le corps des femmes n’est pas une marchandise, un produit, ni même un service à disposition des hommes, alors vivement une société paritaire et féministe, car ce que nous impose cette société machiste et libérale, nous ne le supporterons plus longtemps.

Dissolution de cette Commission des Droits de l’homme et place à une commission des Droits Humains paritaire, humaniste et féministe !

Christine Le Doaré

****************************************************************************

*1 Résolution du Parlement européen du 26 février 2014 sur l’exploitation sexuelle et la prostitution et leurs conséquences sur l’égalité entre les hommes et les femmes, qui reconnaît que la prostitution est contraire aux principes régissant les droits de l’homme et contraire aux principes de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne : http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140221IPR36644/html/Sanctionner-les-clients-et-non-les-prostitu%C3%A9es

*2 Résolution de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du 8 avril 2014 relative à la prostitution, à la traite et à l’esclavage moderne en Europe http://assembly.coe.int/nw/xml/News/News-View-FR.asp?newsid=4964&lang=1&cat=8

*3 prostituées vulnérables : femmes enceintes, etc.

Boko Haram, enlèvements, traite et prostitution : un effarant déni

Manifestaton-bamako-lyceenneLa mobilisation internationale pour retrouver les lycéennes nigérianes enlevées par la secte terroriste islamiste Boko Haram est enfin de grande ampleur. 1*

En outre, le lien entre l’enlèvement des jeunes femmes au Nigéria et leur présence massive sur les trottoirs européens, qui fut d’abord rappelé par les associations abolitionnistes de la prostitution, est désormais incontestablement établi. 2* et 2 bis*

D’une part, de nombreuses femmes prostituées par des réseaux de traite en France sont nigérianes ; d’autre part, Boko Haram a annoncé sans détour, que les lycéennes seraient vendues comme esclaves, il est donc hélas probable que des lycéennes enlevées échoueront, elles aussi, sur nos trottoirs. 3*

C’est d’ailleurs la thèse défendue par Mathieu Guidère, Professeur d’islamologie à l’université de Toulouse. 4*

L’annonce concomitante par le gouvernement, du plan d’action contre la traite a également été l’occasion de rappeler que 22 millions de personnes dans le monde rapporte un revenu annuel de 32 milliards de dollars aux trafiquants (sources ONU). En outre, le nombre de victimes a augmenté de 18% en un an, en Europe (Sources Eurostats) et la France qui a arrêté 45 réseaux en 2013, est une plaque tournante des trafics.
Ce plan d’action comporte 23 mesures importantes en faveur des personnes prostituées, dont la délivrance d’une carte de séjour temporaire. Il sera notamment financé par les saisies faites auprès des personnes condamnées et par les amendes des clients prostitueurs.
L’engagement du gouvernement est très encourageant, mais les associations abolitionnistes le rappellent, c’est bien le client qui est au cœur du problème, sa demande génère l’exploitation par les proxénètes, des plus démuniEs et vulnérable. 5*

Pourtant, avant que le lien entre l’enlèvement des jeunes lycéennes, l’annonce de leur vente comme esclave et la lutte contre la traite ne soient publiquement discutés, nombre de personnes ont porté des accusations odieuses à l’encontre des abolitionnistes, leur reprochant une récupération honteuse de l’évènement. 6* (Liste de tweets accusateurs).
Aussi, faut-il se demander pourquoi, rappeler les réalités de l’esclavage et de l’exploitation sexuelle, déclenche autant de réactions violentes, bien entendu de la part de militants réglementaristes de la prostitution tels que les membres et soutiens du STRASS 7*, mais aussi de militants LGBT et de bien d’autres.

Que cache un tel déni des réalités ? Pourquoi s’acharner à nier que les femmes enlevées par Boko Haram et par d’autres, les lycéennes et les autres, au Nigéria et ailleurs, finissent le plus souvent dans les réseaux de prostitution quand elles ne sont pas mariées de force, c’est-à-dire violées et séquestrées, souvent par des pédocriminels car elles sont très souvent, encore des enfants ?
A mon avis, la raison en est simple. Etablir ce lien est dangereux pour les tenants de la légalisation de la prostitution, car ceci signifie que condition des femmes et prostitution, traite et prostitution sont des éléments indissociables les uns des autres.
En effet, pas de demande donc pas de clients implique pas de réseaux, pas d’enlèvements et pas de traite ni de prostitution. A l’évidence, aucun client ne s’interroge sur la vie ni le parcours, d’une prostituée ; il ne s’intéresse qu’à son besoin et remercie la société de l’autoriser à exercer une domination sexuelle par l’argent.

C’est tout de même hallucinant de constater jusqu’où va le déni de ceux qui défendent la prostitution et par voie de conséquence, la traite.
L’idée même de pénalisation du client les perturbe à un point tel qu’ils sont prêts à accepter l’enlèvement, la torture, l’esclavage, l’exploitation, le viol des femmes juste pour que perdure l’une des plus archaïques formes de domination sexuelle masculine.

On touche le fond quand des militants LGBT et autres progressistes, qui pourtant luttent pour l’égalité des droits, s’aveuglent à ce point et avec un égocentrisme effrayant, se rendent complices du système prostitueur et des industries du sexe qui doivent, à tout prix, défendre l’organisation, dans la prostitution notamment, du contrôle et de la mise à disposition des femmes et de leurs corps.

Christine Le Doaré

******************************************************************
*1 :
http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203494212705-lyceennes-enlevees-le-president-du-nigeria-veut-prolonger-l-etat-d-urgence-670548.php

2* : http://abolition13avril.wordpress.com/2014/05/13/bringbackourgirls-emotion-et-mobilisation-a-deux-vitesses/

2bis* : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140513.AFP7064/des-associations-denoncent-l-exploitation-en-france-de-prostituees-nigerianes.html?xtor=RSS-25

3* http://www.rtl.be/info/magazinesdelaredaction/Controverse/1090210/-les-lyceennes-enlevees-au-nigeria-vont-finir-sur-les-trottoirs-de-belgique-

4* :
http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/08/1877166-il-y-a-peu-de-chances-qu-on-les-retrouve.html

5* :
http://www.mouvementdunid.org/1er-plan-d-action-national-de

6* :
Sélections de quelques tweets

-Mathieu Nocent @MathieuNocent
@ChLeDoare @_Bintje Ce n’est pas en pénalisant les clients de prostituées que tu vas empêcher Boko Haram d’agir.Ton parallèle est grotesque.
13 mai 2014 20:21

-Aurélien @AureDe
Je propose que l’on échange les 200 lycéennes nigérianes contre @ChLeDoare.
#astuce #BringBackOurGirls pic.twitter.com/KZ49QRDpPW
13 mai 2014 17:19

-Morgane Merteuil @MorganeMerteuil
@ChLeDoare mais LOL. mais quelle est le rapport ? vs en avez pas marre d’instrumentaliser ces 200 meufs? @_Bintje @MathieuNocent @KrysaliaH
13 mai 2014 15:01

-PⒶTATE @_Bintje
c’est de la récupération, et c’est lamentable; maintenant allez chouiner ailleurs sur mon appartenance au « lobby prostituteur ». @ChLeDoare
13 mai 2014 14:37

-Krysalia h. @KrysaliaH
@ChLeDoare on vous demande d’étayer votre propos, vous en êtes incapable. honteuse manipulation ! @Subraf @peperehonni @Ptit_Cheminot
13 mai 2014 13:11

-Krysalia h. @KrysaliaH
@ChLeDoare ok. une série d’affirmations précises concernant ces filles. étayées par… ? @Euterpeaventure @Subraf @_Bintje @Ptit_Cheminot
13 mai 2014 12:36

-PⒶTATE @_Bintje
instrumentaliser l’enlèvement de ces enfants au Nigéria est parfaitemetn dégueulasse, et votre raisonnement ne repose sur RIEN @ChLeDoare
13 mai 2014 11:56

-PⒶTATE @_Bintje
dire « 20% des pros fr sont nigérianne DONC celles enlevées au nigeria sont ds le réseau fr  » est un raisonnement fallacieux @ChLeDoare
13 mai 2014 11:54

-PⒶTATE @_Bintje
j’en connais une qui devrait bien fermer sa gueule, une fois de plus : @ChLeDoare
13 mai 2014 00:07

-Mathieu Nocent @MathieuNocent
@ChLeDoare Quel rapport avec Boko Haram, ce groupe terroriste qui tue dans les lycées ? Christine, tu dérailles complètement. cc @_Bintje
13 mai 2014 08:18

-Christine Le Doaré @ChLeDoare
Les lycéennes nigérianes vendues comme esclaves : responsabilité des clients de la #prostitution engagée. m.facebook.com/story.php?stor… – 12 mai

-João Gabriell @NegreInverti
@ChLeDoare le rapport entre les deux sujets ? Aucun, si ce n’est votre bêtise crasse, doublée de votre indécence. Un peu de respect pitié. – 12 mai

-CERISIER rouge @CerisierRouge
@NegreInverti t’etonnes pas des gens comme ca votent !!! @paul_denton @ChLeDoare
13 mai 2014 05:30

-Christine Le Doaré @ChLeDoare
Les lycéennes nigérianes vendues comme esclaves : responsabilité des clients de la #prostitution engagée. m.facebook.com/story.php?stor… –
12 mai

-JeFreine @Jefreine
@ChLeDoare Mais vous êtes d’une bêtise crasse, en plus de faire preuve de mauvaise foi. C’est hallucinant cette récupération. Et sale. Très.

-Christine Le Doaré @ChLeDoare
Les lycéennes nigérianes vendues comme esclaves : responsabilité des clients de la #prostitution engagée. m.facebook.com/story.php?stor… –
12 mai

-PⒶTATE @_Bintje
j’en connais une qui devrait bien fermer sa gueule, une fois de plus : @ChLeDoare – 12 mai

-PⒶTATE @_Bintje
c’est immonde cette récupération de l’enlèvement des écolières @ChLeDoare
12 mai 2014 22:07

7* STRASS : « syndicat » des « travailleurs » du sexe

Instrumentalisation de la sociologie au service de la domination

1000110_401464493297401_428725151_n La sociologie étudie et explique la dimension sociale des comportements et représentations humains. Les sociologues, parfois dans un jargon inabordable voire pédant, traduisent de façon savante, nos vies familiales, professionnelles, etc.
Je ne sais pas vous, mais j’ai noté que trop de sociologues, plutôt que d’étudier de manière factuelle et objective, les systèmes de relations, orientent leurs travaux dans le but d’influencer les politiques publiques.
En l’espace de deux semaines, j’ai relevé dans les médias, cette pratique qui implique au moins 4 sociologues.

Daniel Weizer Lang est un sociologue spécialisé dans l’étude du masculin ; il s’est longtemps présenté comme féministe. Il a démissionné du groupe de recherche sur les rapports sociaux de sexe, à l’Université Toulouse-Le Mirail (UTM) suite à de nombreux témoignages de ses étudiantes qui se plaignaient de harcèlement sexuel et moral. *1.
Il travaille depuis au Centre d’études des rationalités et des savoirs (Cers-CNRS) de l’UTM.

Quand DWL admet l’existence du système patriarcal, il ignore les responsabilités des individus masculins et s’intéresse surtout aux rapports hiérarchiques entre eux.
Dès lors il ne parle pas d’une classe bénéficiant des mêmes privilèges et complice de pratiques d’oppression contre les femmes, mais de différents groupes d’hommes hiérarchisés. Le refus de responsabiliser les agresseurs, de considérer que la violence est un moyen de contrôle social de classe, le conduira à signer en 2007, la pétition lancée par Éric Verdier « Manifeste citoyen pour les garçons, les hommes et les pères ».

DWL vient de publier aux éditions La Musardine un ouvrage intitulé « La putain et le sociologue ». Est-ce utile de le préciser, lui est LE sociologue, elle est LA putain.
Egotisme et fantasme masculin de domination, la littérature et pas seulement de hall de gare en est pleine, alors pourquoi pas la sociologie, me direz-vous ?
Sauf que les universitaires sont en situation d’exercer un pouvoir sur des générations d’étudiants et les rapports qu’ils produisent peuvent éclairer des politiques publiques.

Détaché comme devrait l’être tout bon sociologue, DWL ? Lisez plutôt, elle est « libre et heureuse » et leur double signature l’atteste.
Vous ne trouvez pas étrange vous, que ce soient toujours les prostituées, jamais les coiffeuses, institutrices, factrices ou dentistes qui sont absolument « libres et heureuses » ? D’ailleurs, pourquoi faire des études de sociologie alors que le bonheur, c’est de se prostituer ? J’allais oublier, pour les femmes seulement, bien entendu !
L’association « Putain » et sociologue est mise en scène pour donner à l’ouvrage, un caractère sulfureux ; nous sommes bien loin de la distance et rigueur nécessaires à toute étude sociologique. Résumons le propos de l’ouvrage : le couple hétérosexuel « à la vie, à la mort » ce serait fini ; l’avenir, c’est la « sexualité récréative » notamment dans la prostitution. Bien entendu, il s’agit de sexualité masculine : tant qu’il y aura des esclaves ! Quant à la sexualité des femmes, circulez, il n’y a rien à voir, à moins qu’elle ne se plie aux fantasmes masculins, échangisme, domination, etc.
Les hommes clients de prostituées effrayés par une loi qui n’est pas encore votée, se seraient déjà rabattus sur les clubs échangistes ou gays ! Euh… alors comme ça la loi de pénalisation des clients serait aussi responsable de favoriser l’homosexualité ?
« L’hétérosexualité est en train de se décomposer en une myriade de catégories, de pratiques sexuelles ». L’hétérosexualité se décompose donc, voyez-vous ça !
DWL ignore-t-il vraiment que les clubs échangistes, la multitude de pratiques sexuelles « humaines » (SM, bondage, urologie, zoologie et autres petites fantaisies) existent depuis fort longtemps et ce quelle que soit l’orientation sexuelle ?
Quatre ans pour ça ? ! Moi, je regrette d’avoir fait du droit, la sociologie, c’est autrement plus amusant ! Ne me dites tout de même pas que l’université a payé pour ça, si ? Non !
Pourtant, dans un article de la Dépêche du Midi intitulé « Les passes de luxe ont rendez-vous sur le net » daté du 15 avril 2014, cet ouvrage nous est présenté comme une référence ; le tapis rouge est déroulé pour le grand sociologue local !
Pourquoi ? Parce que le ton et le discours complaisants avec une sexualité masculine dominante plaisent : c’est facile, émoustillant ; les médias apprécient, c’est vendeur.

*1 Daniel Welzer-Lang, faux ami du féminisme : http://lagitation.free.fr/?article80

Lilian Mathieu chargé de recherche au CNRS, travaille sur la prostitution, le Sida, la double-peine et sort aux éditions Bourin éditeurs, « La fin du tapin », un titre nostalgique qui d’emblée nous conseille de sortir les mouchoirs pour consoler les pauvres clients de prostituées.

Cet ouvrage ne porte pas sur les personnes prostituées ni sur les clients, mais sur l’abolition vue par un sociologue dont la défense du système prostitueur est le sujet de prédilection, j’allais dire le gagne-pain.
A eux seuls, les titres des chapitres suintent le parti pris ; le ton est donné mais le sociologue connait son métier alors la méthode « scientifique » est plaquée sur le discours politique.
La distance et la neutralité nécessaires à tout travail sociologique manquent et l’étude est compromise.
Cet ouvrage est clairement un manifeste réglementariste. Jugez plutôt : La croisade contre la prostitution réglementée ; L’abolitionnisme, entre féminisme et puritanisme ; À l’assaut du réglementarisme ; Un usage émotionnel des chiffres ; Une production victimaire ; Le proxénète comme folk devil ; etc.

Lilian Mathieu avait publié sur Rue 89, le 8 octobre 2013 « Avec le PS, la préférence nationale commencera-t-elle par le tapin ? ».
Dans une période politique difficile, quand un sociologue ose, pour défendre le système prostitueur, associer PS et FN, pour moi ce n’est pas autre chose que du populisme. C’est ce que je lui avais déjà répondu dans Rue 89 *2
*2 : « Les femmes étrangères rêvent de devenir putes, c’est ça ? » http://www.rue89.com/2013/10/12/les-femmes-etrangeres-revent-devenir-putes-cest-ca-246484

Maurice Godelier a publié chez Flammarion «Métamorphoses de la Parenté».
Petite variante : lui, est anthropologue, c’est un peu plus complet ; il nous étudie sous tous nos aspects, à la fois physiques et culturels, l’unicité de l’Humain dans toutes les diversités culturelles et sa différence avec les sociétés animales.

Dans un article intitulé «Ne pas prêter à la famille des missions illusoires» publié dans Libération le 11 avril 2014, il déconstruit l’a priori selon lequel la parenté serait le fondement de la société et affirme « qu’il serait illusoire de croire que la famille pourrait restaurer la société ».
Je veux bien le croire, aussi, quand il dit que « dans une démocratie, si une minorité revendique des droits qui n’ôtent rien à ceux dont jouit la majorité de la population, tôt ou tard, ces droits lui seront accordés. Ce qui fut fait – en partie – par la promulgation de la loi sur le mariage pour tous. »

En revanche, quand il explique pourquoi il est favorable à la légalisation des « mères porteuses », il ne tient soudainement plus compte de l’exigence posée ci-dessus : « des droits qui n’ôtent rien à ceux dont jouit la majorité de la population ».
Pourtant, dans le cas de la GPA (Gestation pour Autrui), il ne s’agit pas d’un contrat de couple, ni même d’un simple don anonyme de sperme comme le plus souvent en matière de PMA (Procréation médicalement assistée), mais plutôt de la mobilisation, marchandisation ou pas, des femmes, et ce, parce qu’elles ont la faculté biologique de porter les enfants.
Que fait-il des droits des femmes ? Admettons que nous légiférions pour autoriser des mères porteuses qui ne seraient pas, en France, rémunérées, combien de femmes sacrifieraient plus d’an an de leur vie, juste par altruisme (imaginez tous les aléas afférents à une grossesse/un accouchement) ?
Faut-il l’encourager dans une perspective d’émancipation et d’égalité, faut-il à nouveau des femmes au foyer et en masse ?
La mise à disposition du corps des femmes, reproduction (GPA), sexualité (prostitution) a la vie dure et ce ne sont décidément pas nos intellectuels qui vont y renoncer et encore moins la dénoncer.
Pas un instant la journaliste de Libération ne challenge le « sachant » ; il parle, c’est comme ça et c’est tout.

Irène Théry, Directrice d’études à l’EHESS, est co-auteure du rapport «Filiation, origines, parentalité».
Dans une tribune du 10 avril 2014, elle défend l’engendrement avec des tiers donneurs.
A juste titre, elle conteste l’accusation faite aux couples lesbiens de « vouloir mentir aux enfants sur leur mode de conception, alors que ce sont les seuls couples qui ne sont jamais tentés de le faire », en revanche, «le mensonge est organisé depuis le début en matière de PMA (Procréation médicalement assistée) par la médecine et le droit, les parents hétérosexuels ont tout fait pour faire passer le mari stérile pour le géniteur. ».
Elle parle d’homophobie et de climat social dégradé. Elle n’a pas tort, tout ceci est vérifiable, mais elle aurait pu s’arrêter là, plutôt que de se laisser emporter dans un élan qui n’a plus grand-chose à voir avec le travail d’une sociologue, et aborder la question de la GPA « ne parlons pas de la GPA, c’est le diable en personne ».
A mon avis la GPA qui assure, aux hommes hétérosexuels comme homosexuels, une descendance, (transmettre gènes et patrimoines est indispensable à la survie du patriarcat), n’est pas aussi gênante que la PMA qui donne aux femmes la possibilité de se reproduire en dehors des relations hétérosexuelles. Il faut voir comme le système GPA est organisé et prolifère aux USA et ailleurs.
La question de l’appropriation du corps des femmes et de leur faculté biologique reproductrice, ne perturbe pas grand monde, hormis les féministes.
Alors, ouvrir la PMA aux couples de lesbiennes est l’objet de la tribune, mais une fois de plus, Mme Théry n’a pas pu s’empêcher de placer la GPA et faire allégeance au système patriarcal.
Pourtant, parler de tiers donneur pour la GPA c’est rudement osé quand on y pense. Comme si ces deux moyens reproductifs pouvaient être mis sur le même plan !

Le STRASS, groupuscule de défense du système prostitueur qui se présente comme syndicat de défense des personnes prostituées – on aimerait bien connaître la représentativité du dit syndicat *3 -, est quant à lui traité à hauteur de sociologue.
Un article publié encore dans Libération le 14 avril 2014, s’intitule « Le Strass dénonce une augmentation des agressions de prostituées », comme s’il s’agissait d’une entité ayant autorité sur la question.
Le STRASS défend les personnes prostituées mais nombreuses sont ces dernières qui attendent la loi d’abolition et ses alternatives sociales et reprochent au groupe de défendre une libéralisation au profit du système prostitueur qui, comme en Allemagne, n’a pas aidé les prostituéEs mais plutôt a enrichi les proxénètes et développé la criminalité.
Dans cette dépêche AFP reprise sans le moindre esprit critique, le STRASS annonce que la « discussion sur la pénalisation des clients » aurait à elle seule, précarisé et marginalisé les prostituées. Crédible ? Allons donc !
Comme si la prostitution ne résultait pas le plus souvent de la précarité de populations fragilisées ; comme si les clients et les proxénètes ne constituaient pas un danger permanent, sans même parler des violences sexuelles intrinsèques aux actes prostitutionnels pratiqués contre de l’argent ?
Des proxénètes et des client exploitent, agressent, violent, tuent des personnes prostituées, pas les programmes de réinsertion du modèle suédois !
Oui les violences, agressions et meurtres contre les personnes prostituées sont en augmentation, raison de plus pour agir rapidement et mettre en œuvre toute la loi d’abolition afin que les prostituéEs bénéficient du statut de victime, dénoncent leurs agresseurs et sortent d’un système de violences, comme la plupart le souhaite.
Le Parlement Européen, le Conseil de l’Europe votent à une écrasante majorité des rapports et recommandations pour pénaliser sans tarder les clients prostitueurs, mais les médias français n’en parlent pas et continuent de pleurnicher sur le sort des clients, donnant la parole à un groupe qui ne représente qu’une poignée d’escortes et d’activistes politiques non représentatifs.
Sa porte-parole vient d’écrire un article intitulé « putes, corps désirants et émancipations » 4*, laborieuse tentative d’inversion des responsabilités où les industries du sexe ne sont plus des industries ultra-capitalistes qui s’en mettent plein les poches sur le dos de femmes exploitées, où ni proxénètes ni clients ne sont jamais critiqués, mais où les féministes abolitionnistes deviennent des libérales « des franges répressives » qui mettent en danger les personnes prostituées.
Ce texte hallucinant qui explore le concept d’épanouissement sexuel islamophobe devrait éclairer toute personne qui accordait jusqu’alors le moindre crédit à ce groupe.

*3 Anatomie d’un lobby pro-prostitution, étude de cas, le STRASS en France : http://sousleparapluierouge.wordpress.com/2013/03/26/anatomie-dun-lobby-pro-prostitution-etude-de-cas-le-strass-en-france/

 

*4 : STRASS, Morgane Merteuil : inversions et manipulations https://christineld75.wordpress.com/2014/04/08/strass-morgane-merteuil-inversions-et-manipulations/

Je me demande dans quel autre pays occidental, autant de sociologues sont si ouvertement au service de la domination masculine, en particulier sur la question de la prostitution, mais aussi de la GPA.
En France, c’est à eux que les médias déroulent le tapis rouge à longueur de colonnes et c’est tellement flagrant que ça en devient gênant.
Médias qui ne relativisent ni questionnent jamais les allégations du STRASS, ce qui nuit sans conteste, à leur crédibilité.
D’autres matériaux, études, ouvrages ; d’autres experts, associations, auteurEs, informéEs, pertinentEs, intègres, sont disponibles ; ainsi les ostraciser est proprement scandaleux.

Christine Le Doaré

A écouter, une émission sur « Femmes libres »

459124715 TURBULENCES EN FEMINISME
Le 16 avril dernier j’étais invitée dans l’Emission « Femmes libres » pour y parler du 8 mars – journée mondiale de lutte pour les droits des femmes -, du mouvement féministe, du mouvement LGBT, des questions de genre, des mouvances dites « pro-sexe » et pro-prostitution (collectif 8marspourtoutes, STRASS, etc.), du postmodernisme politique, avec Elisabeth CLAUDE co-animatrice de l’émission Femmes libres, l’une des 2 émissions féministes de la bande FM, chaque mercredi de 18h30 à 20h30, sur Radio libertaire.
2 heures à revisiter les textes de ce blog.
Moins facile à l’oral qu’à l’écrit, alors quelques imprécisions : Griselidies l’association de prostituées Trans, gay, etc. dont j’ai un écorché le nom est à Toulouse, etc.
Bonne écoute !

Attention, l’enregistrement de l’émission commence avec le générique de l’émission « l’hymne des femmes » chanté par la chorale de Toulouse, à partir de la minute 6 (00.06.00), avant des chansons, des sons…

http://media.radio-libertaire.org/backup/16/mercredi/mercredi_1830/mercredi_1830.mp3

STRASS, Morgane Merteuil : inversions et manipulations

marche-tete-04-900x599Morgane Merteuil, STRASS, réglementaristes de la prostitution et inversion rhétorique au service de la manipulation.

Savez-vous que les personnes qui ne consomment pas assez de biens matériels sont responsables des ratées du système capitaliste ? Egalement, que les victimes du racisme sont responsables de l’inquiétude des occidentaux menacés par une société métissée et plurielle ?
Je vous sens crispéEs là, non mais c’est quoi ce discours néolibéral et raciste ? Inversion sémantique au service de la manipulation idéologique ? Oui, sans aucun doute !
Pourtant, quand Morgane Merteuil, porte-parole du STRASS*1. écrit que les clients et plus généralement les bénéficiaires du système prostitueur rendent service aux femmes en leur permettant de se prostituer quand les féministes abolitionnistes, elles, les mettent en danger, le procédé est rigoureusement le même mais peu y trouvent à redire.
Pourquoi sur le sujet de la prostitution tant de progressistes ont-ils l’esprit critique en berne, quand sur d’autres sujets, ils sont prompts à repérer les tentatives de manipulation à coups d’inversions sémantiques flagrantes ?

Le dernier texte de Morgane Merteuil est un chef-d’œuvre du genre. Elle y opère une double manipulation.
Elle s’appuie sur un texte de Joan W. Scott « Émancipation et égalité : une généalogie critique », donné lors d’une conférence Au-delà du patriarcat du colloque Penser l’émancipation (Nanterre, février 2014).

Le titre de Merteuil « Putes, corps désirants et émancipations », donne le ton, comme si juxtaposer des mots inconciliables suffisait pour convaincre de la pertinence du propos :
« putes » ce qui signifie : femmes (le plus souvent, mais pas seulement) performant des rapports sexuels sans désir et pour de l’argent, sous la contrainte (le plus souvent, mais pas toujours) ; rien que l’utilisation du mot « pute » est douteux, il permet de détourner l’attention et d’effacer la violence de la réalité de la prostitution,
« corps désirants » mais qu’est-ce donc qu’un corps désirant ? Un être désirant, oui, je vois, un corps désirant, déjà beaucoup moins, à moins que Morgane Merteuil ne reconnaisse l’état de distanciation / dissociation nécessaire pour se prostituer, l’esprit ici et le corps tout là-bas ?
Dans tous les cas, parler de « corps désirants » dans le cadre de la prostitution, alors que nombre de professionnels de santé et de féministes s’accordent à la qualifier de violence sexuelle intrinsèque et que les associations de défense de prostituéEs prétendent en faire un travail, est pour le moins contradictoire.
« émancipations », le mot est au pluriel, c’est tout de suite plus signifiant.
C’est aussi un artifice pour associer l’émancipation des femmes musulmanes à celles des femmes prostituées, le STRASS ratisse large et aux côtés de ses amiEs des Indigènes de la République, Morgane Merteuil tente de nous convaincre que « féminisme musulman » et « féminisme pute », même combat ! *2.Voir « Des déchaînézs au genoux du patriarcat ».

Le texte est à l’image du titre : une laborieuse tentative d’inversion des responsabilités, chaque argument étant maltraité jusqu’à l’absurde.
Bien entendu, les industries du sexe ne sont plus des industries ultra-capitalistes qui s’en mettent plein les poches sur le dos de femmes exploitées, les proxénètes comme les clients ne sont plus des instruments de la domination masculine et ne sont jamais responsabilisés, en revanche, les féministes abolitionnistes seraient des libérales « des franges répressives » et mettraient en danger les personnes prostituées.
De quelle manière et avec quels moyens, vous ne saurez jamais, ce qui compte c’est de semer le doute, de faire de la désinformation et de propager des mensonges.

Joan W. Scott prétend que « la rhétorique de l’émancipation sexuelle et de l’égalité entre les sexes, en ce qu’elle est soumise à un capital mondialisé qui fait du désir, et de sa capacité à l’assouvir, un préalable à la citoyenneté, contribue à la perpétuation de la domination de « populations minoritaires défavorisées », et notamment des femmes musulmanes ».
La théorie de Joan W. Scott est tout de même particulièrement perverse, elle suggère que l’émancipation des femmes occidentales, leur droit à une sexualité libre et désirante, leur volonté d’égalité, sont responsables de la domination des femmes musulmanes qui elles, n’auraient pas atteint ce niveau de liberté et ne pourraient donc, de ce fait, accéder au statut de citoyenne.
Entendez bien, les femmes musulmanes ne seraient pas opprimées par la domination masculine, l’interprétation masculine de textes religieux, le poids des traditions, non, du tout, elles seraient dominées à cause des féministes, des femmes occidentales libérées et seules dignes d’un statut de citoyenne !
Formidable exemple d’inversion des responsabilités et de manipulation rhétorique !
Les féministes universalistes « orientales » qui luttent dans les pays musulmans apprécieront cette obole au féminisme islamiste et plus encore au système patriarcal !
[Que des intervenants capables de telles manipulations soient invitéEs dans des universités françaises me laisse perplexe.]

Puis, entraînée dans son élan, non contente, comme Joan W. Scott, d’accuser « la communauté des nations » d’avoir choisi « le désir sexuel comme dénominateur commun universel dans la définition de l’humain », et par conséquent, selon Morgane Merteuil, d’être « islamophobe », [vous suivez j’espère ?], la porte-parole du STRASS extrapole et, seconde manipulation, se demande « si le rejet des revendications des travailleuses du sexe peut, lui aussi, correspondre un autre aspect du discours civilisationnel analysé ici par Joan W. Scott ».

Je vous épargne quelques paragraphes plutôt inintelligibles, pour arriver à ceci : « L’accent placé sur une sexualité libérée … fait écho au désir de consommer qui sert de moteur au marché, et permet de détourner l’attention des injustices économiques et sociales qui résultent de la discrimination et des formes structurelles de l’inégalité. On touche bien là à un des fondements de l’idéologie libérale, qui fait finalement reposer sur la volonté individuelle la capacité d’émancipation (sexuelle), sans prendre en compte les rapports de domination et de dépendance qui peuvent entraver celle-ci. Ainsi, dans le débat sur la prostitution, la position abolitionniste consistera essentiellement en une volonté de « responsabilisation » des clients…, sans que ne soient jamais abordées les causes économiques et structurelles qui peuvent pousser des femmes non seulement à exercer cette activité mais de manière plus générale à être dépendantes des hommes. »
Quel plus beau déni de la réalité des luttes féministes !
Un allié pareil, le patriarcat en rêvait, Morgane Merteuil l’incarne, il peut dormir sur ses deux oreilles.
Morgane Merteuil avance que la libéralisation de la prostitution et la soumission à des dictats religieux/coutumiers, sont des enjeux de luttes émancipatrices.
En réalité, les groupuscules d’activistes du STRASS, du collectif « 8marspourtoutes » et leurs quelques alliéEs politiques et universitaires s’emploient à faire diversion pour éviter toute atteinte sérieuse au système patriarcal et c’est à peu prés tout.

Constamment et simultanément les féministes combattent les systèmes d’oppression idéologiques, économiques et sociaux, dénoncent la pression des industries patriarcales et capitalistes du sexe qui ne cessent d’envahir nos sociétés hypersexualisées, combattent les inégalités femmes-hommes, etc.
Nous abordons la question de la prostitution, en tant que projet de société, à fortiori collectif, par opposition aux réglementaristes qui ne parlent jamais que de choix individuels de quelques « libérales/libéraux » qui exerceraient « librement » sans se préoccuper des millions de femmes déplacées, torturées, violées et prisonnières de proxénètes, de la traite.
Et tout ça, nous le ferions sans jamais interroger et combattre les raisons économiques et sociales qui poussent les femmes à se prostituer ?
Allons donc, nous ne cessons d’expliquer que désespoir, besoin d’argent et passage à l’acte favorisé par des violences sexuelles antérieures, sont les raisons qui poussent le plus souvent les femmes à se prostituer, quand elles n’y sont pas contraintes par un proxénète ou un réseau mafieux.
Une seule femme opprimée, une seule femme violée, une seule femme prostituée et ce sont toutes les femmes qui risquent elles aussi, de subir ce même destin.

Le féminisme n’a pas de sens s’il n’aboutit pas à libérer les femmes, toutes les femmes, de l’emprise de la domination masculine, de leur exploitation et de leurs violences.
La domination masculine vise à contrôler les femmes, leur sexualité, la reproduction ; les religions, les traditions, les institutions sont les instruments de ce pouvoir masculin.
La prostitution n’est jamais que l’un des plus archaïques moyens de s’approprier les femmes – et souvent les enfants, parfois des hommes – réduitEs à des commodité sexuelle au service des hommes. Le voile et plus encore la burqa, le niqab, n’ont d’autre fonction que d’effacer les femmes et de les désigner propriété exclusive du père ou du mari tout puissant.
Morgane Merteuil aura beau triturer la réalité dans tous les sens, nous inventer des concepts « d’épanouissement sexuel islamophobes », – quelle personne sensée peut accréditer une seule seconde l’idée que nos politiques publiques associent épanouissement sexuel et droits sociaux ? -, elle n’est jamais du côté des femmes, de leur libération, de l’abolition du patriarcat.
C’est d’ailleurs pour cette unique raison et manifestement pas pour la pertinence de ses analyses, qu’elle cumule tant de soutiens et d’intérêts médiatiques et politiques.

Une manipulation rhétorique aussi grossière que celle qui consiste à inverser les responsabilités et absoudre au passage les bénéficiaires des systèmes patriarcal et prostitueur, est lamentable mais ce qui l’est plus encore, c’est la complaisance dont elle bénéficie pour continuer sans vergogne, à la tête du STRASS et des réglementaristes de la prostitution, à salir le mouvement féministe et tenter de le diviser.

Christine Le Doaré

********************************************************************************************************
*1.STRASS : Syndicat des travailleurs du sexe

*2 : https://christineld75.wordpress.com/2014/04/02/des-dechainees-aux-genoux-du-patriarcat-2/

Des «Déchaînées » aux genoux du patriarcat !

pancakes-158510Des «Déchaînées » aux genoux du patriarcat !
Ou pourquoi, à peine connues, les théories « féministes « post-modernes sont vouées aux poubelles de l’Histoire.

« Islam et prostitution : les féministes, le voile et le string » de ValérieCG ou Crêpe Georgette. Vous ne rêvez pas, dans un même titre, s’enchaînent les mots : Islam, prostitution, féministes et voile. String c’est juste pour faire style.

Surprenant ? Pas vraiment, depuis quelque temps déjà, une mouvance constituée de : bloggeuses influentes (notamment « Les Déchaînées »*1.), aussi la nébuleuse « 8marspourtoutes » *2., de Morgane Merteuil et d’autres du STRASS *3 et aussi d’Act-Up Paris, de quelques militants du NPA, aussi des Verts et de quelques universitaires amplement médiatisés, a pour ambition de parvenir à décrédibiliser puis diviser le mouvement féministe, en récupérant certaines luttes de femmes.

Les théoriciens et théoriciennes du « féminisme » post-moderne dit improprement « pro-sexe », nullement effrayéEs par les amalgames improbables, récupèrent des luttes de femmes que la société rejette et /ou que leurs « choix » isolent.
Ces femmes, à priori, tout les oppose : les unes revendiquent de se voiler « librement », les autres de se prostituer « librement ».
On ne peut imaginer plus grand écart entre les motivations et revendications d’un tel rassemblement, mais le mot « librement » a indéniablement un fort pouvoir d’attraction sur les libertariens !

D’un côté, nous avons des femmes voilées qui semblent ignorer que des générations de femmes se sont battues pour s’en affranchir, que des femmes sont, en France, sommées de le porter par les hommes de leur entourage, que d’autres femmes dans le monde sont harcelées, lapidées et assassinées quand elles ne le portent pas.
En tous cas, elles s’acharnent à défendre en France, ce morceau de tissu qu’aucun texte religieux n’impose, mais infligé aux seules femmes par des hommes qui encore et toujours exigent de les contrôler et entravent leur liberté.
Paradoxalement, ces femmes s’entêtent à leur donner raison et se déclarent « libres », certaines le sont sûrement, mais combien sont instrumentalisées par le « féminisme islamique », des islamo-gauchistes et intellectuels si bienveillants à leur encontre ?

De l’autre, des prostituéEs qui semblent ignorer qu’en guise de liberté, elles participent à l’organisation patriarcale d’une distribution des rôles agencée pour garantir aux hommes une mise à disposition des corps des femmes.
Réduites à une convenance sexuelle, elles n’expriment aucune solidarité envers les femmes forcées dans la prostitution, comme si elles ignoraient que les clients ne s’inquiètent jamais de la situation des femmes et filles qu’ils payent, que leur demande nourrit une traite criminelle et un sordide trafic d’êtres humains.
Une liberté d’entreprise incompatible avec la défense des droits humains et à fortiori des droits des femmes.

Rien de bien moderne, subversif ni féministe dans ces revendications, si ce n’est que le mot « librement » justifie tout, y compris de renforcer le contrôle et les violences contre les femmes puisqu’elles semblent y consentir.
En réalité dans un cas comme dans l’autre, des femmes souffrent du regard de la société, de violences et de discriminations mais plutôt que de lutter contre les raisons de leurs problèmes à savoir, l’arbitraire de l’interprétation masculine des religions et les violences sexuelles de la domination masculine, elles tentent d’aménager leur oppression plutôt que de l’abolir.
Erreur fatale, l’oppression ne s’aménage pas, elle s’abolit.

Le mouvement féministe est loin d’être parfait et ne se préoccupe probablement pas assez des multiples discriminations de sexe, classe, race-racisation-, il est compréhensible que des femmes se pensent laissées pour compte ; en revanche, ce qui est scandaleux c’est l’instrumentalisation éhontée de frustrations légitimes par des intellectuels et des activistes que l’honnêteté intellectuelle n’étouffe pas.
Le relativisme culturel est pourtant de plus en plus contesté, à commencer par les femmes concernées dans les pays arabes ; les femmes du monde entier sont solidaires face à des violences et discriminations qui les concernent toutes, c’est ça le féminisme et le relativisme culturel les divise.
Le soutien direct ou indirect de plus en plus flagrant aux industries du sexe, que les femmes dès qu’elles sortent de la prostitution, dénoncent en grand nombre, est de plus en plus difficile à cacher.
Nous vivons dans un monde formidable : les systèmes d’oppression, les industries n’ont même plus besoin d’assurer leur maintien et défense eux-mêmes, des personnes et groupes se présentant comme subversifs le font bien mieux à leur place !

Ce sont les mêmes qui nous rabattent les oreilles de l’intersectionnalité des luttes, concept utile pour exiger des femmes qu’elles attendent le grand soir pour revendiquer des droits spécifiques ; dommage, l’Histoire et même la plus récente nous prouve qu’elles sont alors très vite muselées et renvoyées à leur oppression.

Aucun des arguments avancés dans le texte « Islam et prostitution… », au paroxysme de cette posture aberrante ultra-libérale et islamo-gauchiste et qui revient à promouvoir un racisme de l’occident pas plus intelligent que ne l’est aucun racisme, ne résiste bien longtemps à une lecture un tant soit peu critique et surtout féministe.

« La lutte contre le voile, outil fédérateur d’un féminisme en mal de visibilité » !
Il faut le lire pour le croire ! La lutte contre les discriminations, l’éducation à l’égalité, la lutte contre les violences (le viol, les violences conjugales, etc.) sont des sujets fédérateurs parmi bien d’autres et depuis toujours, pour les militantes féministes.
En outre, la question du voile est un vrai sujet de société sur lequel les féministes aussi ont leur mot à dire car religions, interprétation masculine des religions et oppression des femmes ont toujours été fortement liés !

« Civiliser les femmes musulmanes : « mission oppression », au nom du féminisme » !
Entre culture du complot et fantasme de persécution de type « Indigènes de la République » ! Comment croire une seule seconde que le mouvement féministe penserait à « civiliser les musulmanes » ?
Les femmes du monde entier ont toujours cherché à s’affranchir du poids des religions, de toutes les religions et de ce qu’elles imposent aux femmes.
Quelle pathétique névrose que de masquer les voix des féministes du monde musulman qui résistent pour mettre en avant les « féministes islamistes », instruments des pouvoirs intégristes !

« 2013, le féminisme anti-putes s’offre les feux de la rampe » !
Référence à la loi d’abolition de la prostitution qui comporte la pénalisation du client prostitueur. Comme si depuis toujours le mouvement féministe n’était pas abolitionniste de la prostitution, plutôt que complaisant à l’égard des hommes qui abusent du pouvoir de l’argent pour contraindre des femmes à une sexualité non désirée ?
Mais c’est quoi au juste le féminisme sinon l’émancipation des femmes pour l’égalité femmes-hommes, une société qui se libère des dominations, exploitations et violences et abolit les privilèges patriarcaux à commencer par les plus anciens et à l’origine même du patriarcat : l’appropriation du corps des femmes pour la sexualité et la reproduction dans le mariage comme dans la prostitution ?!

Tout est à l’avenant, les fondamentaux d’un féminisme universel et laïc sont bafoués dans un jargon complotiste, des arguments absurdes, une grossière manipulation idéologique.
Qui donc peut être dupe ? Cette mouvance, démasquée depuis un certain temps déjà, ne poursuit en réalité pas d’autres buts que la perpétuation du patriarcat, alors je me demande bien pourquoi ces « féministes » de pacotille continuent de faire semblant ? Croient-elles vraiment pouvoir ainsi souiller les luttes féministes et tromper celles et ceux qui les suivent, encore longtemps ?
Pourquoi ne disent-elles pas clairement qu’elles sont du côté de l’oppresseur, des dictats religieux, du contrôle des femmes ? Pourquoi ne rejoignent-elles et ils pas les masculinistes, les islamistes, enfin qui elles et ils veulent, mais cessent d’usurper le nom de féminisme ?

Quelle terrible imposture, les seulEs véritables « putophobes » et « islamophobes » ce sont eux, tout juste bons à attiser la haine et à diviser.

Christine Le Doaré

*****************************************************************************************

*1 Les Déchaînées : Valérie CG et Crêpe Georgette + Daria Marx + Gaëlle-Marie Zimmerman et A Contrario : http://www.crepegeorgette.com/2014/03/17/creation-de-lassociation-les-de-chainees/

l’article objet de ce post : « Islam, prostitution, … » : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache%3Ahttp%3A%2F%2Fwww.dechainees.fr%2F2014%2F02%2F27%2Fislam-prostitution-feminisme-voile-string%2F

*2
https://christineld75.wordpress.com/2014/03/09/un-etrange-8-mars-2014/
https://christineld75.wordpress.com/2014/03/04/encore-un-8-mars-et-des-questions-qui-fachent/

*3 STRASS : Syndicat des travailleurs du sexe

Les droits des femmes en sont Verts de rage !

150PX-~1Le mardi 11 mars, les députés européens votaient le rapport Zuber et la recommandation faite aux états membres de « garantir le respect du principe fondamental de l’égalité de rémunération à travail égal entre les femmes et les hommes ».

La mobilisation réactionnaire contre les droits des femmes bat son plein alors, il fallait s’en douter, les députéEs européens de droite voteraient contre et rejetteraient le rapport.
En revanche, que les Verts, pour moitié, s’abstiendraient et de fait s’allieraient à la droite pour faire capoter une recommandation importante en matière d’égalité, ça c’était plus inattendu et surtout fâcheux.

Pour quelle raison suffisamment importante ont-ils pris, et dans la plus grand désinvolture, un tel risque et ainsi bafoué les droits des femmes ?
Mais la prostitution bien sûr !
Ce rapport ne comportait qu’une simple allusion à la question de la prostitution, pourtant, y lire que « la prostitution est une violence faite aux femmes » leur a été tellement insupportable qu’il leur a semblé utile de s’allier à la droite et à l’extrême droite, contre les droits des femmes.
Déjà, lors du vote de la loi d’abolition de la prostitution à l’Assemblée Nationale, le groupe EELV n’avait pas semblé s’émouvoir que son intervention ait été applaudie à tout rompre par l’extrême droite et partie de la droite.

Chez les Verts réglementaristes, infiltrés par des groupuscules de défense du lobby prostitueur, il est « interdit d’interdire », alors forcément ils ne supportent pas l’idée même d’imposer aux clients une remise en cause d’un privilège sexuel archaïque.
Ignorent-ils que des esclaves aussi refusaient d’être affranchis, se disant satisfaits de leur sort, fallait-il pour autant ne pas abolir l’esclavage ?

Leur approche des politiques de santé est hygiéniste : les clients et donc les personnes prostituées ne doivent pas être contaminés aux IST. Certes, mais ils refusent de s’intéresser à l’humain dans sa globalité, sa santé sexuelle, physique et mentale ; concernant les violences sexuelles, ils sont dans le déni, ils ignorent tout de la distanciation nécessaire pour gérer des actes sexuels non désirés, de la dissociation pour supporter l’impensable : subir à répétition des actes sexuels imposés par l’argent.
Ignorent-ils que la demande nourrit la traite et qu’aucun client ne se demande quelle est la vie de la personne prostituée, si elle est sous influence, sous la coupe d’un réseau, si elle est mineure ? L’argent déresponsabilise les clients et les Verts les cautionnent sachant que le plus souvent, la prostitution reste une violence imposée, dans une immense majorité, aux femmes.

Indisponibilité marchande des corps humains, est-ce si difficile à comprendre pour des Verts qui prônent la décroissance ?
La caution du viol tarifé est un choix politique, ce choix cautionne les violences sexuelles faites aux femmes et place ceux qui le font, du côté de l’oppresseur et contre les droits des femmes, un point c’est tout. Une fois de plus, démonstration en est faite et le dernier communiqué d’EELV, tentative pathétique de justification, éclaire les contradictions dans lesquels sont plongés les écologistes.

Quand revendiquer un droit au débat, sur une question marginale à une recommandation d’égale rémunération favorable aux droits des femmes, conduit au rejet de cette recommandation, il faut soit arrêter de faire de la politique, soit arrêter de prétendre défendre les droits des femmes.

Christine Le Doaré

Rien ne sera plus jamais comme avant

20131205-170451.jpgQue de contrevérités, inepties et injures n’avons-nous pas entendues avant que nos députéEs, forts de l’importance de ce vote historique, ne votent, ce 4 décembre 2013, à une large majorité, l’abolition de la prostitution ?

Enfin, la France l’affirme, cette archaïque forme d’oppression sur les femmes et les personnes les plus vulnérables, n’est pas légitime.
Au 21ème siècle, il était temps d’en prendre conscience : faire peser une servitude sexuelle de genre (dans tous les cas, les clients sont des hommes), sur les personnes les plus vulnérables, femmes, trans., jeunes, gays, étrangerEs, personnes raciséEs, pauvres, etc., est inhumain.
En outre, nos éluEs devaient réaffirmer les principes de non-patrimonialité et de non marchandisation des corps humains qui doivent échapper aux lois des marchés financiers.
Enfin, il n’y a pas d’autre alternative si nous voulons vraiment avancer vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

En effet, les personnes prostituées ne sont coupables de rien, mais bien victimes du système prostitueur, bientôt, elles seront aidées à s’en extraire. Celles qui voudront continuer, pourront bénéficier des systèmes sociaux et de soin, se retourner contre les clients violents et /ou proxénètes, sans risquer d’être pénalisées.
Les clients en revanche, alimentent de leur argent les réseaux qu’ils nourrissent, c’est un fait incontournable.
Le second marché criminel en chiffre d’affaire, doit être combattu par tous les moyens possibles ; abroger le délit de racolage et ne pas responsabiliser les clients reviendrait à créer un appel d’air dans lequel ne manqueraient pas de s’engouffrer les réseaux mondiaux de trafic d’êtres humains.
Demain, les jeunes seront élevés dans le respect des relations humaines et d’une sexualité libre et gratuite entre personnes véritablement consentantes.

A l’évidence, la loi ne sera pas si facile à mettre en œuvre, mais elle va dans le bon sens, le seul envisageable. Bien sur, elle est perfectible, par souci de cohérence, il faudrait poser un interdit pénal plus cohérent, comme un délit sans peine d’emprisonnement.
Alors, je m’étonne des atermoiements des médias en particulier, des associations de santé communautaire également.

Pourquoi ces poncifs éculés, ces clichés assenées en boucle et jusqu’à la nausée, alors qu’il a été démontré que tous les fantasmes sur la prostitution ne tenaient pas, face aux arguments rationnels des divers spécialistes informéEs sur la question ?
Je m’interroge sur les véritables raisons d’un tel aveuglement ?
Pourquoi tant de gens qui jusqu’alors se moquaient totalement du sort des personnes prosituéEs s’acharnent à prétendre que l’abolition est un régime similaire à celui de la prohibition ?
Pourquoi l’inversion de la charge pénale, prostituéE versus client les dérange t’ils autant ?
Y aurait-il donc tant de clients en France ?
Les arguments qui visent à prétendre que les prostituéEs vont se trouver dans une plus grande précarité et clandestinité ont été déconstruits :
qui peut encore ignorer que le seul danger c’est le proxénète et aussi le client et ses violences, dans toutes les situations et les lieux possibles ?
que si la santé générale des personnes prostituéEs est déplorable c’est parce que les associations de santé communautaires comme les autorités de santé, ne s’y intéressent que sous un angle hygiéniste, en se limitant à la question de la prévention aux IST ?
Comment se fait-il que nous entendions tant de voix passéistes et conservatrices ?
Par quelles motivations sont donc animés tous ces adeptes de la prostitution, survivance patriarcale de privilèges dignes du temps jadis, quand fleurissaient les bordels à soldat ou quand l’église encourageait les hommes mariés à visiter les prostituées pour garantir la pérennité des mariages ?
Comment se fait-il que dans l’Hémicycle, une députée EELV soit applaudie à tout rompre par la droite et l’extrême droite ?

En réalité, nos députéEs viennent de réaffirmer la position abolitionniste de la France et de lui donner les moyens ce régime. C’est ce que feront aussi demain d’autres pays européens afin d’enrayer la prolifération des trafics.

Comme il est curieux de constater que les plus farouches opposants à l’émancipation des femmes et des personnes les plus vulnérables aussi, se cachent parfois là où on les attend le moins.
Cyniquement, ils n’envisagent pas, ni pour les femmes, ni pour les plus vulnérables, de meilleur avenir que cette désespérante servitude qui pourtant, n’a plus aucune raison d’être à l’époque de l’égalité.
Le vote de la loi signe le désaveu de ces « pleureuses » défaitistes.

Je remercie tous les députéEs progressistes qui pour des motivations humanistes, féministes et /ou politiques ont voté l’abolition, parfois, contre les consignes de leur formation politique.
Je remercie l’engagement de la Ministre des droits des femmes, Mme Najat Vallaud Belkacem, le courage de Catherine Coutelle, Maud Olivier, Ségolène Neuville, et de toutes les autres personnes qui se sont fortement impliquées, à commencer par Danielle Bousquet et Guy Geoffroy.
La politique, c’est œuvrer pour l’émancipation, jamais pour le maintien ou l’instauration d’un esclavage, quel qu’il soit.
L’Assemblée Nationale vient de nous offrir une belle victoire sur l’obscurantisme de la domination masculine, une belle raison d’espérer en l’avenir de l’humanité.

Christine Le Doaré

Révélation dans l’hémicycle

247583_627443000617265_1631712614_nEn ce vendredi 29 novembre 2013, j’ai passé l’après-midi dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, afin d’y suivre les débats sur la proposition de loi d’abolition de la prostitution.

Je pourrais applaudir les unEs, moquer ou critiquer les autres.
Des interventions m’ont émue, j’en ai même eu les larmes aux yeux, d’autres m’ont exaspérée, d’autres encore choquée.
En ouverture, la ministre des droits des femmes a donné un vibrant discours particulièrement persuasif et on se souviendra longtemps des courageuses députées, notamment Catherine Coutelle et Maud Olivier, qui portent et défendent la loi sans jamais faiblir.
Je suis désormais convaincue, que la pénalisation du client, qui pose un interdit, devrait en effet et comme plusieurs députéEs l’ont suggéré, consister en un délit et non une contravention. On ne peut pas qualifier une violence sexuelle d’infraction, c’est au minimum un délit, voire un crime.

Mais, ce que je vais retenir de cette journée que j’attendais depuis longtemps, c’est d’abord ce que j’ai ressenti et compris en écoutant les débats. Et cela tient en quelques mots.

Les personnes qui banalisent la prostitution, veulent la libéraliser ou en font la promotion, acceptent de facto que des femmes se soumettent à la domination masculine, et ce, qu’elles y subissent ou pas, des violences sociales et sexuelles.
La prostitution étant fortement genrée, ceci signifie sans aucun doute possible, que ces personnes ont nécessairement fait une croix sur toute possibilité d’une société d’égalité entre les femmes et les hommes.

C’est exactement là qu’est le clivage.
Bien sûr il faut aussi prendre en compte les enjeux socio-économiques de cette forme d’esclavage sexuel, à l’intersection des problématiques de sexe, classe et race, et les profits énormes qu’elle représente pour les proxénètes esclavagistes, mais ce qui m’apparait désormais très clairement, c’est que tout être humain qui se mobilise contre l’abolition de la prostitution, ne croit ni en l’émancipation des femmes, ni en l’égalité femmes-hommes, et encore moins en de nouvelles relations humaines affranchies des stigmates de la domination masculine.

Tous ces gens, hommes comme femmes, ne croient pas à une évolution favorable et féministe de l’humanité. Sinon, ils ne tolèreraient pas cet esclavage sexuel d’un sexe sur l’autre. C’est comme s’ils voulaient que les femmes payent encore et toujours, et toujours plus et à jamais. (Je sais bien qu’il y a quelques prostituéEs gays et trans, mais ça ne change rien, les clients sont toujours des hommes, seule leur orientation sexuelle est différente, et il s’agit toujours de domination sociale et sexuelle).

De quel droit ?

A mes yeux, ces personnes sont cyniques et défaitistes et je comprends désormais que c’est ce qui me pèse le plus, et même me désespère.
Même si la loi d’abolition de la prostitution passe, ce que je crois, j’ai tout de même l’intuition que la bataille pour simplement, vivre autrement ensemble, n’est pas là d’être gagnée.
Une chose après l’autre ? Allez, la loi, maintenant ! Abolition !

Christine Le Doaré

« 8marspourtoutes » ou l’oubli d’un énorme détail de l’histoire féministe

575373_10202012807114692_107629470_nUn groupe hétérogène de femmes et d’hommes » féministes pro-sexe » 1. regroupéEs dans un collectif « 8 mars pour toutes » 2. revendique de ne pas pénaliser le client prostitueur et cultive le relativisme culturel, encourageant les femmes à se soumettre à la domination machiste, sous prétexte religieux.

N’auraient-ils pas oublié un énorme détail de l’histoire du féminisme ?
Le féminisme est universaliste, laïc et matérialiste.
Ces principes fondateurs sont plus que jamais nécessaires à l’émancipation des femmes.
Le féminisme vise à libérer toutes les femmes,de toute contrainte sexuelle, tant dans le mariage et toutes formes de relations, que dans la prostitution. (L’argent ne pouvant effacer un viol tarifé qui ne dit pas son nom).
Depuis toujours le féminisme lutte contre le système patriarcal. La principale raison d’être de ce système est de s’approprier les femmes en les opprimant par tout moyen, y compris la violence, dans le but majeur de contrôler la sexualité et la reproduction ou plus précisément de contrôler la sexualité pour maitriser la reproduction et la transmission des gênes autant que du patrimoine.

La prostitution fait partie de ce système coercitif d’appropriation des femmes.
Personne ne combat un système de domination et de violences avec des gentillesses. Surtout un système responsable des violences les plus inouïes et générant des profits criminels considérables.

Le relativisme culturel est très utile pour maintenir des femmes dans des situations de soumission aux hommes ; les renvoyer à leur culture, dans tous les cas patriarcale, est souvent criminel.

Il faut croire que les activistes et soutiens de cette nébuleuse « pro-sexe » ne pensent ni aux 85 % de femmes prostituées étrangères contraintes d’exercer sur le sol français, ni à celles qui dans leur pays risquent les pires traitements quand ce n’est pas la mort, pour résister aux violences masculines.

Quand on sait que la « pénalisation » des clients consiste en une contravention punie d’une amende et-ou d’un stage de sensibilisation, que les objectifs de ce dispositif sont de limiter les développements et l’emprise du système prostitueur, de faire évoluer les mentalités en matière de respect et d’égalité femmes-hommes, de faire reculer les violences, on reste sans voix devant tant de complaisance vis à vis des clients, oppresseurs et coupables de violences sexuelles !
Les femmes prostituées rencontrent des problèmes de santé sans nombre, et surtout, la plupart témoignent d’une sexualité brisée, car la prostitution ce n’est pas de la sexualité, mais bien de la domination et des violences sexuelles ; pourtant « 8marspourtoutes » s’aligne sur les positions hygiénistes des associations de lutte contre le sida, réglementaristes de la prostitution.

Que des femmes qui se prétendent féministes, puissent exprimer une telle complicité envers les clients prostitueurs est pour le moins troublant.
Qu’elles se complaisent dans des alliances avec les Indigènes de la République et autres adeptes du relativisme culturel est criminel pour les femmes qui vivent privées de liberté dans tant d’endroits sur notre planète et menacées si elles ne se plient pas aux exigences familiales et religieuses.
Ce groupe « 8marspourtoutes » avec ses alliances douteuses est une imposture.
Complices ou en lutte contre les violences de la domination masculine, il faut choisir !

Comme des milliers d’autres, et des millions au monde, demain samedi 23 novembre, pour la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre, puis ensuite le 8 mars, au sein d’une manifestation féministe unitaire, nous choisirons de défiler contre toutes les violences et surtout pour l’abolition de la plus archaïque et destructrice d’entre elles, la prostitution.

Manifestation Montparnasse 23 novembre 2013 _ 14 H

1. Le « féminisme » pro-sexe issu du milieu queer, apparaît dans les années 1980 aux États-Unis. Il prétend faire du plaisir et du travail sexuel des outils politiques dont les femmes devraient s’emparer, mais ne déconstruit en rien les schémas de domination et d’exploitation sexuelle. Comme si le seul fait que des femmes s’en emparent suffisait à y changer quelque chose.

2. collectif 8 mars pour tous, issu de groupuscules STRASS (syndicat des travailleurs du sexe), associations de santé communautaires telles que Act-Up …

PS 1 :
En matière d’intersectionnalité des luttes, concept très à la mode chez les post-modernes « pro-sexe » et leurs alliés, il faut relire ce texte qui rappelle la nécessaire solidarité de la classe des des femmes contre le patriarcat et le capitalisme/libéralisme et pointe du doigt le piège de l’intersectionnalité qui ne vise jamais à abolir les privilèges masculins. Bien entendu, les questions de classe et race doivent être traitées au sein du mouvement des femmes.
http://beyourownwomon.wordpress.com/2012/08/15/ignorer-et-defendre-le-male-le-piege-de-lintersectionalite/

PS 2 :
Lire également de GLOSSWITCH : “Sex-positive” feminism is doing the patriarchy’s work for it » paru dans http://www.newstatesman.com/

http://www.newstatesman.com/lifestyle/2014/03/sex-positive-feminism-doing-patriarchys-work-it

En français :  » Le féminisme pro-sexe fait le sale boulot du patriarcat  »
https://www.facebook.com/notes/martin-dufresne/le-f%C3%A9minisme-dit-pro-sexe-fait-le-sale-boulot-du-patriarcat/10153954677065595

Christine Le Doaré

Ni « liberticide », ni « morale », la loi abolitionniste de la prostitution est POLITIQUE

prison-code-barreQuelques intellectuels et artistes prétendent que la proposition de loi d’abolition de la prostitution serait « liberticide » et « morale ».
Croient-ils vraiment qu’au 21ème siècle, une proposition de loi relative à la prostitution pourrait être « liberticide » et « morale » alors que nous vivons dans un monde de violences de toutes sortes où les représentations sexistes, l’hypersexualisation des adolescentes, la pornographie et les industries du sexe inondent en permanence toute notre culture et nos marchés économiques ? Allons-donc !

Pourquoi ces accusations d’intention « morale » et « liberticide » dans le contexte de la prostitution, alors qu’il s’agit bel et bien d’un projet POLITIQUE ?

– Considérons la question du refus de la violence sexuelle :
Les prostituées sorties de la prostitution et qui peuvent enfin en parler librement, le disent clairement : pour se prostituer il faut mettre en œuvre une distanciation, dissociation avec son corps et ce processus entraîne de lourdes conséquences sur leur santé globale.
Alors, « Liberticide », mais pour qui ? Selon vous, le droit d’abuser de la vulnérabilité des êtres acculés à la prostitution pour survivre, serait un droit humain fondamental dont vous ne devriez pas être privé ? Non, les violences sexuelles sont inadmissibles et les combattre sans la moindre complaisance relève bien d’un engagement POLITIQUE.

– Puis celle du refus de la marchandisation des corps et des vies humaines :
Le principe de non-patrimonialité des corps humains est un principe de droit fondamental. Certes, l’emprise du libéralisme sur nos vies est envahissante, mais pensez-vous vraiment qu’il faille remettre en question le droit au respect de l’intimité physique et sexuelle d’une personne, le droit à l’intégrité des êtres vivants ? « Liberticide », mais pour qui ? Qu’est-ce qui vous autoriserait, pour la plupart hommes blancs, riches et de pouvoir, à payer d’autres humains pour assouvir vos désirs sexuels ? Non, ce droit n’existe pas, le libéralisme et le patriarcat sont des systèmes d’oppression, il n’est pas « moral » mais bien POLITIQUE de leur opposer des principes de Droits Humains fondamentaux.

– Celle également du refus de toute sexualité contrainte :
Promouvoir une sexualité libre et entre adultes consentants, une sexualité partagée sans contrainte d’aucune sorte, serait-ce « moral » ou « liberticide »? Mais pour qui ? Liberticide envers ceux qui abuseraient du rapport de force, de violences physique et/ou psychologique ? Mais dans ce cas, vive la limitation des libertés et vive la morale ! Liberté à disposer de son corps, pas de celui des autres.
La prostitution aurait toujours existé selon vous ? Admettons, et alors ? Les vols, viols, meurtres également ; sont-ils pour autant autorisés ou sont-ils réprimés ? Ce qui est vieux n’est pas nécessairement mieux !
La sexualité masculine doit être réhabilitée, c’est une sexualité humaine, les hommes ne sont pas des animaux perdus dans la jungle. Les femmes ont autant de pulsions sexuelles que les hommes, pour autant elles ne sautent pas sur tout ce qui bouge autour d’elles, question d’éducation et de respect de l’autre. Les hommes en sont tout autant capables, prétendre le contraire est insultant pour le genre masculin. Défendre de telles valeurs, n’est pas moral ni liberticide mais bien POLITIQUE.

– Enfin, le refus des inégalités et de la domination masculine :
Vouloir vivre dans une société moderne d’égalité entre les femmes et les hommes, qui ne gomme pas les différences mais les place à égalité, repense la sexualité et rejette les privilèges archaïques de la domination masculine, serait « liberticide » et « moral » ? Mais pour qui ? Des hommes qui ne veulent pas lâcher prise, qui ne comprennent pas l’intérêt d’une société équilibrée ? Mais dans ce cas, tant pis pour eux, nous, féministes, femmes et hommes, qui avons compris l’intérêt d’un autre « vivre ensemble », continuerons ensemble d’avancer pour sortir des ténèbres de l’oppression des femmes et des enfants. Notre combat n’est ni moral, ni liberticide, il est éminemment POLITIQUE.

En conclusion, préférer un projet POLITIQUE de société, moderne, humaniste, féministe à des situations de « débrouille individuelle », dans leur immense majorité, contraintes et ayant des conséquences catastrophiques pour l’ensemble de la société, n’a rien ni de « moral » ni de « liberticide ».
Bien au contraire, c’est responsable et courageux. C’est POLITIQUE.
L’Etat ne peut continuer de fermer les yeux sur ces femmes, enfants et quelques hommes sacrifiés à ce qui n’est pas de la sexualité mais de la violence et du pouvoir.
Ces personnes ont pour la plupart vécu des violences sexuelles avant même l’entrée en prostitution, elles sont le plus souvent pauvres, racisées, étrangères, et vous voudriez continuer de les voir exploitées ?
L’état se doit de leur offrir d’autres alternatives et c’est justement ce que la loi d’abolition se propose de faire.
La prostitution ne va pas disparaître du jour au lendemain, mais les personnes qui voudront en sortir bénéficieront d’aides. Les prostituées qui continueront, seront-elles, dépénalisées.
Enfin, les programmes de prévention et d’éducation qui seront mis en œuvre, avec le temps, valoriseront une sexualité et les relations femmes-hommes où les rapports tarifés n’auront plus leur place.
Ne rien faire, pire encore, légaliser, c’est nous proposer un projet de société mortifère, c’est nous condamner à une libération du proxénétisme comme en Allemagne, Hollande, Espagne, etc., avec 400 000 prostituéEs (contre 20 000 en France), une criminalité exponentielle, des meurtres de personnes prostituées en grand nombre, car la prostitution nourrit une traite mafieuse que plus rien ne peut endiguer.

Dans quelle société voulez-nous vivre ?
Dans un monde où les histoires pour enfants mettent en scène des petites filles hypersexualisées rêvant de vivre dans le plus grand des lupanars du Redlight district de leur ville ?
Sans nous ! Les abolitionnistes ont pour l’humanité, des projets POLITIQUES d’émancipation.
Ce qui est immoral, c’est de justifier, quel que soit l’argument, que des personnes vulnérables puissent encore au 21è siècle, être exploitées et subir la violence sexuelle de la prostitution, une forme d’esclavage qui n’a plus aucune raison d’être.

Christine Le Doaré

Ils sont inquiets, aussi, je les invite à lire la proposition de loi ; très équilibrée, elle s’appuie sur 4 domaines d’actions, alors qu’ils choisissent de ne parler que de la « pénalisation » des clients prostitueurs :
https://christineld75.wordpress.com/2013/11/08/au-fait-que-dit-la-loi-dabolition-de-la-prostitution/

Toujours dans l’intérêt du débat, il serait intéressant qu’ils s’informent de la position de la société civile sur cette question, un collectif de juges et avocats, puis de grands noms de la médecine, s’étant prononcés sur la question :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/12/ce-sont-les-acheteurs-de-sexe-qu-il-faut-penalise_3512622_3232.html et : http://www.lejdd.fr/Chroniques/Invite-du-JDD/Systeme-prostitutionnel-Il-est-temps-d-agir-avec-efficacite-638119

Il ne faudrait pas que tant d’inquiétude les mène eux aussi au populisme. Si même des sociologues ne sont pas à l’abri d’un tel danger, l’heure est grave :
http://www.rue89.com/2013/10/12/les-femmes-etrangeres-revent-devenir-putes-cest-ca-246484

Christine Le Doaré

Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?

balance-de-la-justice

Ressemblances et écarts entre les revendications des associations abolitionnistes et la proposition de loi Maud Olivier et Catherine Coutelle.
Une proposition de loi, qui n’est pas le calque parfait des revendications associatives, vient d’être déposée à l’Assemblée nationale. Que prévoit-elle ?

1. Les associations abolitionnistes, que revendiquent-elles ?
Un projet de société humaniste et féministe, relevant de la défense des Droits Humains et plus spécifiquement des Droits des Femmes, dont l’objectif est d’abolir d’une des formes d’exploitation les plus inhumaines qui soient, puisqu’elles consistent à payer des personnes vulnérables pour entreprendre des actes sexuels qu’elles ne désirent pas, mais subissent contre de l’argent.
Sexe, classe, race, la prostitution est à l’intersection des systèmes d’oppression et concentre un grand nombre de discriminations et de violences.
Notre projet abolitionniste s’intéresse aux personnes prostituées mais s’attaque au système prostitueur qui asservit sans aucun scrupule, des êtres humains ; proxénètes et clients, tous abusent d’une situation de vulnérabilité sociale.
Combattre la traite des êtres humains sans combattre la prostitution est illusoire, elles sont imbriquées l’une dans l’autre et se renforcent mutuellement pour répondre à la demande des clients.
L’état peut soit encourager le développement de ce marché criminel, soit prévenir, éduquer et réprimer une violence sexuelle qui ne dit pas son nom.

Le régime abolitionniste s’oppose au réglementarisme qui légalise la prostitution et fait des proxénètes des commerçants avec pignon sur rue.
Dans les pays qui ont adopté un régime réglementariste, il est impossible de distinguer prostitutions libre et contrainte et les entrepreneurs du sexe peuvent disposer comme bon leur semble, des prostituées qu’ils contrôlent.
De fait, la légalisation du « travail du sexe » implique la dépénalisation du proxénétisme.

Nous ne contestons pas les libertés sexuelles, bien au contraire, mais rejetons l’arrogance de ceux qui pénètrent l’intimité de personnes qui leur sont étrangères, contre rémunération. Nous l’affirmons : la prostitution, ce n’est pas de la sexualité mais du pouvoir et du commerce.

Les enjeux politiques de l’abolition sont au moins les suivants :
– comment garder la sexualité et l’intime en dehors de la loi des marchés et faire barrage aux dictats du libéralisme ? Comment garantir la non-patrimonialité du corps humain ?
– comment l’état et en particulier les systèmes éducatif et judiciaire doivent-il contribuer à l’égalité femmes-hommes et à l’émancipation des femmes ?
– comment l’état peut-il aider les femmes victimes de la prostitution, dont les femmes étrangères qui représentent de 80 à 90% de la prostitution en France, à envisager d’autres alternatives ?

La proposition de Loi abolitionniste Maud Olivier – Catherine Coutelle est le fruit d’une longue histoire qu’il faut, même brièvement, rappeler.
La loi de 1946 ferme les maisons closes. La France s’engage partiellement dans la voie abolitionniste. Certes, elle combat le proxénétisme mais pénalise les prostituées qui pourtant sont les victimes du système ; elle se garde d’inquiéter les clients prostitueurs qui génèrent la demande et entretiennent la traite, nourrissant des trafics et des violences, qui sans eux, n’existeraient pas.
La Suède dés 1999 devient le 1er pays abolitionniste à interdire tout achat de « service sexuel ». Elle reconnait aux personnes prostituées un statut de victime du système prostiteur et ne pénalise que le client, espérant par l’éducation, la dissuasion et la sanction, progressivement juguler la demande et parvenir à l’égalité. .
A partir des années 2000 plusieurs textes internationaux appellent à décourager la demande, mais la France, plutôt que de responsabiliser les clients, avec la LSI de 2003, renforce la pénalisation des seules personnes prostituées.
A l’évidence, la politique française en matière de prostitution, est incohérente.
Puis en 2012, un Rapport Parlementaire «Prostitution, l’exigence de responsabilité, pour en finir avec « le plus vieux métier du monde » « qui résulte d’un échange entre associations abolitionnistes et parlementaires, est déposé par les députés Danielle Bousquet et Guy Geoffroy. L’APPEL Abolition 2012 est lancé puis repris au plan européen avec l’APPEL de Bruxelles.
Un réseau de « survivantes de la prostitution » émerge et permet aux anciennes prostituées de témoigner et de s’engager.
La mobilisation est lancée, la Proposition de loi Olivier – Coutelle, est son aboutissement.

Chez les abolitionnistes tout le monde s’entend pour défendre au moins les 4 constats et revendications suivantes :
– la violence est inhérente à l’activité même de prostitution, par conséquent, il est impératif de ne pas faire des victimes les coupables et d’abroger le délit de racolage.

– les personnes prostituées qui le souhaitent, doivent pouvoir quitter la prostitution, c’est le rôle de l’état de les y aider ; un arsenal social de mesures d’aide doit être mis en œuvre ; les personnes étrangères doivent être régularisées, obtenir un titre de séjour lorsqu’elles dénoncent leur proxénète et veulent sortir de la prostitution

– pour avancer vers l’égalité femmes-hommes, il faut éduquer à l’égalité et contre le sexisme, mais aussi prévenir le risque prostitutionnel. Il faut responsabiliser les clients prostitueurs et pas seulement lorsque les prostitué-s-s sont mineurs, et donc éduquer et sanctionner tout acte d’achat sexuel.

– il faut encore renforcer la lutte contre la traite et le proxénétisme, il y a trop peu de procès, souvent bâclés. Trop peu d’ONG se constituent partie civile. La confiscation systématique des biens du proxénétisme doit être mise en œuvre et bénéficier aux victimes et aux associations pour les programmes de réinsertion. C’est la prostitution qui nourrit le proxénétisme et la traite, les deux sont indissociables.

Le projet abolitionniste est vaste ; concentrons-nous sur les personnes étrangères qui représentent en France, l’immense majorité en France des personnes prostituées et sur celles en situation de précarité.
Clandestinité, sécurité, contamination, sont les mots qui reviennent en boucle dans les arguments des opposants à l’abolition. Pourtant, à y regarder de plus prés :

Sur la question de la contamination au VIH-Sida et plus globalement de la santé :
Les réglementaristes qui mettent en avant les risques sanitaires de l’abolition passent sous silence tout un ensemble de problématiques comme si la santé et en particulier, la santé sexuelle, se résumait à la seule prévention aux IST.
Selon la définition de l’OMS, la santé sexuelle est « Un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social ». Les droits sexuels des personnes doivent être protégés, les relations sexuelles appréhendées de façon positive, comme des relations épanouissantes et libres de toute contrainte et/ou violence.
En matière de santé sexuelle, les droits des victimes de la traite sont à l’évidence, implacablement bafoués, mais la situation est-elle tellement plus enviable pour celles et ceux qui se prostituent « librement » ?
Ce n’est pas la conclusion des travaux des Docteures Salmona et Trinquart, selon elles, « la décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle est un obstacle majeur à l’accès aux soins ».
De façon générale, l’état de santé des personnes prostituées qui vivent un stress permanent est fortement dégradé. Le taux d’IST, dont VIH et hépatites, est bien supérieur à celui de la moyenne, le nombre de clients refusant le préservatif étant en constante augmentation.
Les traumatismes psychiques sont aussi importants que les atteintes physiques, et ils vont perdurer longtemps après la sortie de la prostitution car des années de dissociation et d’anesthésie émotionnelle, auront installé une forte mésestime de soi.
Les témoignages recueillis par les associations, font état de problèmes gynécologiques, grossesses non désirées, de nombreuses addictions, de dépressions, syndromes post-traumatiques (PTSD), de phobies sociales, de pathologies d’ordre psychiatrique, et en général, d’une sexualité détruite, etc.

Selon le rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales), le taux de mortalité est 2 fois plus important pour les femmes qui se prostituent dans la rue.
Ce qui est nouveau dans le Rapport 2012 de l’IGAS c’est la prise en compte de la responsabilité des clients prostitueurs, comme auteurs de violences et vecteurs de contamination aux IST dont le VIH.
Il s’agit bel et bien d’une prise de conscience importante car jusqu’alors les politiques de santé publiques faisaient porter la responsabilité sur les seules personnes prostituées, relayées en cela par les associations de santé communautaires qui pensent bien opportunément que normaliser la prostitution peut suffire à régler le problème de la contamination au VIH-SIDA.
Reconnaitre enfin que le client est considéré comme responsable de l’échec de la politique de réduction des risques est un progrès.
A l’évidence, les complications sont encore pires pour les femmes étrangères qui veulent se soigner.

Sur les questions de clandestinité et de sécurité : La question de la clandestinité est tout aussi instrumentalisée par les réglementaristes que celle des risques sanitaires.
L’immense majorité des personnes prostituées vit dans un monde de violences quotidiennes. Les coupables sont d’une part les proxénètes (des proches ou des réseaux) ; mais aussi les clients qui considèrent légitime de payer pour un rapport sexuel imposé, sans parler des vols, des nombreuses agressions morales, physiques et sexuelles, sans oublier les meurtres.
Meurtres qui d’ailleurs, sont en augmentation, dans les pays réglementaristes tel l’Allemagne.
Sur le plan de la stricte sécurité, que la rencontre ait lieu dans la rue ou sur Internet, que l’acte sexuel tarifé se produise dans un appartement, une ruelle, une voiture, une plage ou au fond d’un bois, dans tous les cas, le risque consiste bel et bien, à se trouver seul-e, à la merci du ou des clients, de ses exigences et de sa violence potentielle.
Prétendre, comme le fait le STRASS*, que la pénalisation des clients entrainerait plus de clandestinité alors que la prostitution présente en permanence un danger et de multiples atteintes à l’intégrité, est aberrant.
Mais entraîner des personnes prostituées à se mobiliser contre la pénalisation des clients, comme si leurs destins étaient liés, et alors que cette mesure renversera le rapport de force entre prostitué-e-s et clients, l’est plus encore.
Aujourd’hui, les personnes prostituées qui sont pénalisées, ne peuvent porter plainte contre les agresseurs, demain, leur dépénalisation et la pénalisation des clients inverseront la charge pénale. C’est le client qui en situation d’infraction, devra se tenir à carreau.

Sur les questions de clandestinité et de régularisation (titre de séjour) :
Rappelons que la prostitution, en France, c’est surtout entre 80 et 90% de femmes étrangères, racisées, immigrées, déplacées, etc.
A de rares exceptions prés, ces femmes ne sont pas en France de leur plein grés. Jusqu’ici, elles étaient livrées à leur sort dans la plus grande indifférence.
Aussi, reconnaître la gravité de leur situation, les aider à dénoncer les proxénètes et à s’engager dans un parcours de sortie de la prostitution, à être régularisées par la Préfecture parfois, etc., toutes ces mesures prévues par la Proposition de loi, même si elles ont besoin d’être précisées et améliorées, constituent une estimable avancée.
A l’évidence, ce dispositif n’a de sens que doublé de mesures sociales et d’aides efficaces (formation, lieux d’accueil, emploi…).
Nous avons bien l’intention de nous assurer que les mesures de la proposition de loi seront le plus possible en adéquation avec les attentes et besoins des personnes prostituées.
Il nous semble d’ores et déjà important d’insister sur le recours au droit d’asile lorsque des persécutions ont été commises à l’étranger et se poursuivent en France. Si des personnes ont activement tenté d’échapper à l’emprise de réseaux, elles devraient, de plein droit, pouvoir bénéficier du statut de réfugiée.
Il nous semble également hasardeux de lier l’octroi d’une carte de résident-e à la condamnation du proxénète, le plus souvent insaisissable.
Enfin, le dispositif prévu pour l’octroi du titre de séjour temporaire et pour son renouvellement nous semble insuffisant.

Les auteurs de la proposition de loi ne sont pas des spécialistes, elles et ils ont procédé à des études, enquêtes et auditions, et savent de quoi elles et ils parlent, mais des auditions ont permis de perfectionner le texte qui par le jeu des amendements, pourra encore évoluer.
En outre, la proposition de loi prévoit un processus d’évaluation, il est donc possible de considérer que cette première étape sera évaluée, revue, toute politique étant perfectible.
Dans tous les cas, seule une mobilisation constante permettra de répondre aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de prostitution, une loi seule ne pourra tout régler, elle n’est que le début d’un immense chantier à mener à bien.

2. Regardons de plus prés, la résolution et la proposition de loi déposées par la Commission au Droits des Femmes, à l’Assemblée Nationale
L’exposé des motifs contient notamment des constats et des principes :

des constats établis par la commission, j’en retiens 3 :

– « 20 000 personnes prostituées environ, dont 85 % de femmes. À l’inverse, 99 % des clients sont des hommes. La prostitution est donc un phénomène sexué. »

– « Un renversement historique s’est produit en l’espace de dix ans : seulement 20 % des personnes prostituées dans l’espace public étaient de nationalité étrangère en 1990, elles en représentent aujourd’hui, et depuis les années 2000, près de 90 %. Les pays d’origine (Roumanie, Bulgarie, Nigeria et Chine principalement) démontrent l’emprise croissante des réseaux de traite sur la prostitution. »

– « Toutes les études s’accordent sur le fait que les personnes prostituées sont victimes de violences particulièrement graves qui portent atteinte à leur intégrité physique et psychique. »

également 3 des principes énoncés :

– « Celui de la non-patrimonialité du corps humain, qui fait obstacle à ce que le corps humain soit considéré comme une source de profit. »

– « Les agressions sexuelles, physiques et psychologiques qui accompagnent souvent la prostitution, et la répétition fréquente d’actes sexuels non désirés, portent atteinte à l’intégrité des personnes prostituées. »

– « Enfin, ce phénomène contrevient au principe d’égalité entre les sexes. En effet, même s’il existe une prostitution masculine, les clients sont en quasi-totalité des hommes ».

Ces constats et principes sont globalement les mêmes que ceux des associations.

L’exposé des motifs contient ensuite les articles de loi commentés, je ne retiens ici que les plus marquants et ceux que des associations veulent améliorer :

Le chapitre premier concerne les moyens d’enquête et de poursuite des auteurs de la traite des êtres humains et de proxénétisme.

La lutte contre les sites Internet hébergés à l’étranger est un point intéressant de ce chapitre :

L’article premier a pour objet de faire respecter notre législation relative au proxénétisme. Ainsi, le I de l’article premier propose que lorsque des sites internet hébergés à l’étranger, contreviennent à la loi française contre le proxénétisme et la traite des êtres humains, les fournisseurs d’accès internet devront empêcher l’accès à leurs services.

-Le chapitre II améliore la protection et l’accompagnement global dont peuvent bénéficier les victimes de la traite et du proxénétisme, et de la prostitution. Il réforme les dispositions du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. Il prévoit plusieurs dispositions en matière de logement, de revenu de substitution, de protection et de réparation aux victimes de traite et du proxénétisme, ainsi que l’abrogation du délit de racolage public. Il crée enfin un parcours de sortie de la prostitution.

L’article 3 de ce chapitre ouvre le droit, à toute personne victime de la prostitution, de bénéficier d’un système de protection et d’assistance, assuré et coordonné par l’administration en collaboration avec les divers services d’insertions sociales. Un parcours de sortie de la prostitution est proposé aux victimes de la prostitution qui en font la demande auprès d’une association compétente et agréée à cet effet.

L’article 6 modifie l’accès à un titre de séjour pour les personnes étrangères victimes de traite des êtres humains ou de proxénétisme.
Cet article prévoit :
qu’un étranger victime de la traite ou de proxénétisme qui cesse l’activité de prostitution et qui est pris en charge par une association agrée peut se voir délivrer une autorisation provisoire de séjour ou APS, de 6 mois,
et
qu’un étranger victime des mêmes infractions qui témoignerait ou porterait plainte contre ces infractions pourra voir le titre de séjour provisoire de 6 mois renouvelé jusqu’à la fin de la procédure.

Des associations abolitionnistes considèrent important d’insister sur la nécessité que l’APS soit dans les deux cas de plein droit et que dans le cas de la personne prostituée qui témoignage ou porte plainte, soit alors attribué un titre de séjour temporaire renouvelable « Vie privée et familiale ».

L’article 13 transpose les dispositions de la directive 2011/36/UE du Parlement européen. Il abroge donc le délit de racolage prévu par l’article 225-10-1 du code pénal qui sanctionne les personnes prostituées, qu’il convient de protéger plutôt que d’interpeller.

-Le chapitre III concerne l’action de prévention et d’information qui incombe aux pouvoirs publics pour réduire à l’avenir le recours à la prostitution, notamment par la prévention destinée aux élèves de l’enseignement secondaire, plus particulièrement du lycée.

-Le chapitre IV instaure une interdiction d’achat d’acte sexuel en créant une contravention sanctionnant le recours à la prostitution. La France a ratifié les traités internationaux reconnaissant la prostitution comme une violence. Depuis 2002, le recours à la prostitution de mineur ou de personne présentant une particulière vulnérabilité est un délit. Sanctionner l’acte de recours à la prostitution, c’est se placer dans la continuité des législations ayant criminalisé le viol et fait du harcèlement sexuel une infraction correctionnelle : l’objectif est toujours de soustraire la sexualité à la violence et à la domination masculine.

L’article 16 procède à la création d’une contravention de cinquième classe sanctionnant le recours à la prostitution d’une personne majeure. Ces faits seront ainsi punis d’une amende de 1 500 euros. Le texte prévoit la récidive contraventionnelle de ces faits, qui seront alors puni de 3 000 euros.

Des associations abolitionnistes considèrent important d’insister sur le fait que la catégorie pénale retenue ne devrait pas être l’infraction, mais plutôt le délit. Un délit dont la sanction ne serait pas une peine de prison, ce que le Code Pénal prévoit dans certains cas.
En effet, un délit peut ne pas être puni d’une peine de prison, mais d’une amende.
En revanche, mettre sur le même plan d’infraction une violence sexuelle et une infraction au code de la route ou par exemple, au fait de jeter un papier parterre, ne nous semble pas approprié.

En conclusion : La proposition de loi déposée va bien dans le sens du projet abolitionniste souhaité par les associations. Elle constitue un espoir pour de nombreuses personnes concernées et pour la société féministe d’égalité et de progrès dans laquelle nous voulons vivre.
Toutefois, elle est perfectible et devra tenir compte des modifications et ajouts raisonnables demandés par des associations, afin de produire véritablement les effets attendus.
Enfin, la loi d’abolition n’est que le début de la reconnaissance par la société française de l’existence des violences sexuelles faites aux filles et aux femmes, également à des personnes Trans. et à quelques hommes gays. Ce n’est que le début d’une prise de conscience des risques prostitutionnels intolérables que font courir des situations de précarité et de vulnérabilité sociale et psychologique.

Christine Le Doaré

N° 1437
_____
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUATORZIÈME LÉGISLATURE
Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 10 octobre 2013.
PROPOSITION DE LOI
renforçant la lutte contre le système prostitutionnel,
(Renvoyée à une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)
présentée par Mesdames et Messieurs
Bruno LE ROUX, Maud OLIVIER, Catherine COUTELLE, …
députés.
____________________________

*STRASS : Syndicat des travailleurs du sexe

AFFAIRE DES #343 macho-salauds REVUE DE PRESSE ET DE TWEETS

14037_148752161961252_1608100489_n

AFFAIRE DES #343 macho-salauds
REVUE DE PRESSE ET DE TWEETS

Tout a démarré avec la publication d’une pétition « Touche pas à ma pute » présentée par Elisabeth Lévy et publiée sur Causeur : http://www.causeur.fr/touche-pas-a-ma-pute,24765#

Les signataires de la pétition plagient le manifeste des 343 salopes, ces femmes courageuses qui se mettaient en danger en défiant la législation, pour soutenir la libre disposition de LEUR corps en matière d’avortement et de contraception.
Ce Manifeste avait déjà été plagié par les réglementaristes de la prostitution « Les 343 putes », c’est habituel, le féminisme est instrumentalisé par les causes qui s’en éloignent voire s’y opposent.

Invoquer la défense du droit des féministes à disposer de leur corps pour défendre d’archaïques privilèges à disposer du corps des autres, en général, des femmes étrangères, pauvres et racisées est vraiment détestable. Le fond du texte est tout aussi révoltant.
Comme l’a si bien écrit le Mouvement du Nid : MERCI ! http://www.mouvementdunid.org/343-salauds-le-Mouvement-du-Nid

Ces 343 salauds qui ne sont en réalité que 18 mégalos (Frédéric Beigbeder, Nicolas Bedos, Philippe Caubère, Marc Cohen, Jean-Michel Delacomptée, David Di Nota, Claude Durand, Benoit Duteurtre, Jacques de Guillebon, Basile de Koch, Daniel Leconte, Jérôme Leroy, Richard Malka, Gil Mihaely, Ivan Rioufol, Luc Rosenzweig, François Taillandier, Eric Zemmour), font la démonstration de l’indécence dont peuvent faire preuve des hommes habitués à profiter avec la plus grande arrogance, des privilèges de la domination masculine.

Seulement voilà, le droit à l’exploitation sexuelle des femmes n’existe pas et notre société est en fin prête à le dire haut et fort.
Venez toutes et tous le revendiquer avec les associations du collectif @abolition2012 http://abolition13avril.wordpress.com/, le samedi 23 novembre, dans le cortège abolitionniste de la manifestation contre les violences faites aux femmes. RV 14h30 Montparnasse.

En attendant, voici une première revue de presse non exhaustive qui témoigne de la saine émotion que cette ignoble pétition a suscité dans toute la France. :

Charlie Hebdo
« Touche pas à ma bite! »
Publié le 13 novembre 2013
http://www.charliehebdo.fr/news/touche-pas-a-ma-bite-1043.html

Le Nouvel_Observateur – Le Plus Elisabeth Lévy et les 343 salauds sur France 2 : un spectacle vulgaire monté par Taddeï
Publié le 09-11-2013 à 10h22
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/968217-elisabeth-levy-et-les-343-salauds-sur-france-2-un-spectacle-vulgaire-monte-par-taddei.html

Le Blog Entre les lignes entre les mots
Une affaire d’hommes
Publié le 04-11-2013
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/11/04/une-affaire-dhommes/

Le Blog de Christine Angot
Dans les journaux cette semaine: Ils ont signé
http://www.christineangot.com/rendez-vous/presse/dans-les-journaux-cette-semaine-ils-ont-sign%C3%A9

Le Nouvel Observateur
Le manifeste des 343 crétins
Publié le 01-11-2013 à 11h11
http://tempsreel.nouvelobs.com/laurent-joffrin/20131101.OBS3634/le-manifeste-des-343-cretins.html

L’Humanité – Société –
La pétition des « 343 ringards » critiquée de toute part
publié le 31 Octobre 2013
http://www.humanite.fr/societe/la-petition-des-343-ringards-critiquee-de-toute-pa-552338

Le Figaro.fr Madame
Le manifeste des 343 salauds est abject”
http://madame.lefigaro.fr/societe/manifeste-343-salauds-abject-311013-608152

20minutes
«Touche pas à ma pute»: 343 «salauds» défendent leur droit à aller voir des prostituées »
Publié le 31 octobre
http://m.20minutes.fr/societe/1243561-20131030-343-salauds-signent-manifeste-aller-aux-putes

Rue 89
Cher Fred Beigbeder, nos filles seront-elles des putes comme les autres ?
publié le 31 Octobre 2013
http://www.rue89.com/2013/10/31/cher-fred-beigbeder-filles-seront-elles-putes-comme-les-autres-247107

Blog Isabelle Alonso
Salauds de pacotille
publié le 31 octobre 2013
http://www.isabelle-alonso.com/salauds-de-pacotille/

Le Nouvel Observateur
La première « salope » répond aux « 343 salauds »
Publié le 31-10-2013 à 19h25
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131031.OBS3572/la-premiere-salope-repond-aux-343-salauds.html

Télérama.fr
“Touche pas à ma pute” : les 343 salauds ne sont que… 19
Publié le 31/10/2013 à 15h38
http://www.telerama.fr/medias/touche-pas-a-ma-pute-les-343-salauds-ne-sont-que-19,104478.php

Huffingtonpost.fr
Halloween 2013: Birenbaum bashe les Zemmour, Lévy, et autres Rioufol
publié le 31/10/2013 09h26 CET
http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/31/guy-birenbaum-bashe-halloween-2013_n_4180200.html?utm_hp_ref=france

Les InrocksManifeste des 343 salauds: “Ils feraient mieux de fermer leur gueule
Publié le 31 octobre
http://www.lesinrocks.com/2013/10/30/actualite/manifeste-343-salauds-11440961/

CP Front de Gauche
« Quand les masques tombent : les 343 « bien nommés »
http://feministe.appels.frontdegauche.fr/?p=645

CP PCF
L’appel des 343 salauds : une réaction machiste et sexiste
http://feministe.appels.frontdegauche.fr/?p=640

CP Les efFRONTé-e-s
343 salauds – machos – blaireaux !
http://effrontees.wordpress.com/2013/10/31/cp/http://effrontees.wordpress.com/2013/10/31/cp/

Libération
Allez les salauds, tous au Bois de Boulogne
publié le 30 octobre 2013 à 18:26
http://www.liberation.fr/societe/2013/10/30/allez-les-salauds-tous-au-bois-de-boulogne_943475

LE POINT
Le « manifeste des 343 salauds » proclame « touche pas à ma pute ! »
http://www.lepoint.fr/societe/le-manifeste-des-343-salauds-proclame-touche-pas-a-ma-pute-30-10-2013-1749891_23.php

Nouvel Observateur – Société
Prostitution : Najat Vallaud-Belkacem riposte aux « 343 salauds »
Publié le 30-10-2013 à 15h07
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131030.OBS3215/prostitution-najat-vallaud-belkacem-riposte-aux-343-salauds.html

LE MONDE SOCIETE
Prostitution : 73 % des Français pour la responsabilisation des clients
Le Monde.fr avec AFP | 30.10.2013 à 21h04
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/30/prostitution-73-des-francais-pour-la-responsabilisation-des-clients_3505701_3224.html

-Nouvel-Observateur – Société
Les « 343 salauds » enflamment le débat sur la prostitution
Publié le 30-10-2013 à 12h16
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131030.OBS3215/prostitution-najat-vallaud-belkacem-riposte-aux-343-salauds.html

-Le Mouvement du Nid France
343 salauds : le Mouvement du Nid vous dit MERCI !
http://www.mouvementdunid.org/343-salauds-le-Mouvement-du-Nid

-Le JDDManifeste des 343 : « Ils n’ont pas usurpé leurs noms de salauds! »
http://www.lejdd.fr/Societe/Manifeste-des-343-Ils-n-ont-pas-usurpe-leurs-noms-de-salauds-636393

LE FIGARO .fr
« 343 salauds »: SOS Racisme réplique
Publié le 30/10/2013 à 19:23
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/10/30/97001-20131030FILWWW00544-343-salauds-sos-racisme-replique.php

-ZEROMACHO
1 881 hommes contre la prostitution
http://zeromacho.wordpress.com/2013/10/30/1881-hommes-contre-la-prostitution/

-SudOuest.fr
Publié le 30/10/2013 à 08h53
« Touche pas à ma pute ! » : le manifeste des « salauds » qui suscite la polémique
http://www.sudouest.fr/2013/10/30/touche-pas-a-ma-pute-le-manifeste-des-salauds-qui-suscite-la-polemique-1215156-5458.php

-LIBERATION SOCIETE«343 salauds» clament leur droit à «leur pute»
Alice GÉRAUD 29 octobre 2013 à 21:51
http://www.liberation.fr/societe/2013/10/29/343-salauds-clament-leur-droit-a-leur-pute_943288

-LE MONDE
« L’appel « Touche pas à ma pute » humilie les femmes »
29.10.2013 à 08h11
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/29/l-appel-touche-pas-a-ma-pute-humilie-les-femmes_3504547_3232.html

-Prostitution. Les « paye pour jouir » me dégoûtent, c’est ma liberté !
Publié le 26 octobre 2013 par laconnectrice
http://laconnectrice.wordpress.com/2013/10/26/prostitution-les-paye-pour-jouir-me-degoutent-cest-ma-liberte/

-#343salauds : « Et si 343 esclavagistes exigeaient un droit d’asservir » ?
http://sandrine70.wordpress.com/2013/10/31/343salauds-et-si-343-esclavagistes-exigeaient-un-droit-dasservir/

– Blog de Plainte contre X
Ma littérature n’est pas la vôtre
http://plaintecontre.wordpress.com/2013/10/31/ma-litterature-nest-pas-la-votre/

L’EXPRESS
Même le STRASS s’inquiète de la mobilisation contre ces clients prostitueurs http://www.lexpress.fr/actualite/manifeste-des-343-salauds-l-abjection-n-a-plus-de-limites_1295514.html

Quelques-uns des nombreux tweets :

-@LeonArche: 71% des prostituées ont subi des agressions physiques et 68% souffrent du syndrome de stress post-traumatique. Les #343salauds

-@fbsbz: « De Koch, mari de Frigide Barjot défend la prostitution et les clients des prostitués alors que sa femme défend la famille »

-‏@osezlefeminismeOn vous a déniché la couv vintage de #causeur, back in the 1848, et déjà à l’époque les #343 ! pic.twitter.com/kPaeQtVd3b

-‏@ManuelFarce
J’ai prévu d’expulser 343 individus qui n’arrivent pas à s’intégrer, étant bloqués au XIXème siècle. Quelqu’un a des objections ?

-@ChLeDoare
C’est qui #Elisabeth_Levy, la MAMAN ou la « PUTAIN » des #343 salopards machos ?

-@ChLeDoare Si les #343 machos vous ont mis-e-s en rage, venez le crier et grossir le cortège le 23 / 11 MANIF #violences https://www.facebook.com/christine.ledoare/posts/10151989531999743

-@hugolindenberg
Les 343 salopes se battaient pour disposer librement de leur corps, les 343 salauds pour disposer de celui des autres. La classe.

-@BOsienne
Justifier le recours au sexe tarifé parce que « ce sont des hommes » est minable! Qu’ils apprennent plutôt à faire jouir une femme #343salauds

-@Celestisssima
les 343 salopes réclamaient le droit de disposer de leurs corps, les 343 salauds celui de disposer du corps d’une (ou d’un) autre

‏-@Gekko_Hopman
Les #343salauds des mecs qui vont tirer leur coup pendant que leur épouse organise @lamanifpourtous

-@alexsxfr
Eric Zemmour défend la prostitution et en même temps pourfend la marchandisation du corps (son argument contre mariage gay)… #343salauds

-@ChLeDoare
Merci aux #343 salopards pour avoir entraîné un immense élan abolitionniste contre l’arrogance de la domination masculine #abolition

‏-@DionJack2
Je suppose que les #343salauds qui veulent le droit à « leur pute »seraient ravis de proposer cette profession à leur fille ou à leur compagne

‏-@ChLeDoare
#343 ordures masculinistes défendent des privilèges patriarcaux et libéraux à disposer du corps des autres. #prostitution #abolition

-‏@IsabelleGermain
que du beau linge parmi les « 343 salauds » qui signent « touche pas à ma pute » http://www.liberation.fr/societe/2013/10/29/343-salauds-clament-leur-droit-a-leur-pute_943288 … Ouverts, progressistes toutça

-@ShriBenjamin
Des gens qui défendent la prostitution : Zemmour, Rioufol, l’avocat de DSK, le mari de Frigide Barjot. Ça vous place un combat…

-@30-sepembre
Donc, 343 ordures font un parallèle le droit des femmes à disposer de leur corps et leur droit, à eux, à disposer du corps des femmes. Donc.

-@RadCashew
#TP Le plus intéressant dans cet article n’est pas tant qu’ils soient opposés à la pénalisation, c’est la rhétorique #masculiniste typique.

-@LesMotsRouges
#343salauds #343prostitueurs

-Jean Quatremer ‏@quatremer
Après les manifs contre le mariage gays, les 343 crétins pour la prostitution. On a de sacrés gisements d’intelligence dans ce beau pays.

VOUS POUVEZ REJOINDRE ET RELAYER LA CAMPAGNE ABOLITION EN COURS :

PROSTITUTION = VIOLENCE !

à laquelle j’ajoute ces deux témoignages d’un jeune gay d’origine asiatique qui explique pourquoi, les principaux acteurs des mouvements LGBT et des « communautés » gay, sont réglementaristes. Sans complaisance et avec lucidité, il les met face à leurs responsabilités :

http://independentmetisse.wordpress.com/2013/10/25/gay-et-pour-labolition-du-systeme-prostitueur-et-la-penalisation-des-clients-pourquoi/

http://independentmetisse.wordpress.com/2013/11/02/pourquoi-les-chefaillons-de-la-communaute-gay-sont-pro-prostitution-decryptage/

25 octobre – 25 novembre 2013 :

30 jours d’actions contre les violences sexuelles et sexistes !

30 jours d’actions pour abolir le système prostitueur !

Acte sexuel imposé par l’argent, la précarité et les inégalités, le système prostitueur constitue la dernière violence des hommes contre les femmes que la loi ne condamne pas. C’est pourquoi, à l’approche de le journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et de l’examen d’une proposition de loi abolitionniste à l’Assemblée nationale, les principales associations françaises de soutien aux personnes prostituées, de lutte contre les violences faites aux femmes et de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes se mobilisent pendant 30 jours pour l’adoption d’une loi globale abolitionniste engageant enfin la France auprès des personnes prostituées et contre le système prostitueur.

PROSTITUTION = VIOLENCE, c’est :

– Un jour, un témoignage : pour en finir avec la banalisation de la violence prostitutionnelle, nous associations publieront chaque jour un témoignage direct d’une personne ayant connu la prostitution. http://abolition13avril.wordpress.com/

– Des dizaines d’événements en France : retrouvez sur notre blog le calendrier de notre tour de France de l’abolition en 30 jours. http://abolition13avril.wordpress.com/

– 9 recommandations portées par 55 associations de lutte contre les violences sexuelles et sexistes : l’ensemble des recommandations portées par le Collectif Abolition 2012 pour l’adoption d’une loi globale et cohérente. http://www.abolition2012.fr/

– La valorisation d’un front abolitionniste historique :

55 associations signataires de l’Appel Abolition 2012 http://www.abolition2012.fr/

111 associations de lutte contre les violences engagées pour l’abolition ! http://lettreouverteabolition.wordpress.com/

200 associations issues de 27 Etats membres de l’UE signataires de l’Appel de Bruxelles ! http://www.womenlobby.org/Get-involved/EWL-Campaigns/together-for-a-europe-free-from/the-brussels-call-together-for-a/?lang=fr%20

Les jeunes pour l’abolition du système prostitueur ! http://generationabolition.wordpress.com/%20

Plus de 100 parlementaires et responsables politiques de tous bords qui s’engagent ! http://www.abolition2012.fr/

55 EurodéputéEs signataires de l’Appel de Bruxelles ! http://www.womenlobby.org/Get-involved/EWL-Campaigns/together-for-a-europe-free-from/the-brussels-call-together-for-a/the-signatory-meps/?lang=en%20

Des hommes qui militent pour le désir et le plaisir partagés et contre la prostitution ! http://zeromacho.wordpress.com/

– La diffusion de nouvelles tribunes chaque semaine :

Mobilisons-nous pour une loi d’abolition ! http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/09/20/prostitution-mobilisons-nous-pour-une-loi-d-abolition_3482035_3232.html

Abolition de la prostitution : pourquoi la Suède est un bon modèle. http://www.slate.fr/tribune/78774/abolition-prostitution-suede-modele

Génération « Abolition de la prostitution ». http://www.liberation.fr/societe/2013/09/23/generation-abolition-de-la-prostitution_934081

Contact presse pour le Mouvement du Nid

Elise Guiraud : 01 42 70 77 79

http://www.mouvementdunid.org

http://www.abolition2012.fr

http://abolition13avril.wordpress.com/about/

Amicale du Nid – Assemblée des Femmes – Association contre la prostitution des enfants – Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail – Association femmes libres – Association française des femmes des carrières juridiques – Association Les Effronté-E-s – Centre de recherches internationales et de formation sur l’inceste et la pédocriminalité – Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles – Chiennes de garde – Choisir la cause des femmes – Clara Magazine – Coalition against trafficking in women – Collectif Alouette – Collectif féministe contre le viol – Collectif fier-e-s et révolutionnaires du Parti communiste français – Collectif lesbiennes féministes ba-ham – Collectif national droits des femmes – Comité permanent de liaison des associations abolitionnistes du proxénétisme – Commission genre et mondialisation d’ATTAC – Conseil national des femmes françaises – Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception – Coordination française pour le lobby européen des femmes – Coordination lesbienne en France – Elu/es contre les violences faites aux femmes – Encore féministes ! – Ensemble l’égalité c’est pas sorcier – Equipes d’action contre le proxénétisme – Espace Simone de Beauvoir – Fédération nationale GAMS – Fédération national solidarité femmes – Femmes en résistance – Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir – Femmes solidaires – FIT Une femme, un toît – Fondation Scelles – L’Escale – Ligue du droit international des femmes – Le lobby européen des femmes – Le monde à travers un regard – Les moutons noirs – Les trois quarts du monde – Maison des Femmes, Paris – Marche mondiale des femmes – Mémoire traumatique et victimologie – Mouvement jeunes femmes – Mouvement du Nid – France – Mouvement national Le Cri – Mue productions – Osez le féminisme ! – Planning familial 75 – Rajfire – Regards de femmes – Réseau féministe Ruptures – SOS les mamans – SOS sexisme – Zero impunity – Zéromacho – Zonta club de France

http://www.abolition2012.fr

Quand déni rime avec populisme

48152_559796644042627_1095156068_n

La version Rue 89 de ce même article : « Les femmes étrangères rêvent de devenir putes, c’est ça ? »
http://www.rue89.com/2013/10/12/les-femmes-etrangeres-revent-devenir-putes-cest-ca-246484

Quand un universitaire associe PS et FN pour défendre le système prostitueur

En matière de prostitution, envahissantes sont les tribunes complaisantes écrites par des intellectuels ou des artistes appelés en renfort par le bruyant lobby réglementariste.
Mais je crois bien que nous pouvons décerner la palme de la tribune la plus inquiétante à Lilian Mathieu, sociologue et directeur de recherche au CNRS. Jugez plutôt : « Avec le PS, la préférence nationale commencera-t-elle par le tapin ? » sur Rue 89, ce mardi 8 octobre 2013.
Associer PS et FN pour défendre le système prostitueur, à ma connaissance, personne n’y avait encore pensé.

Quelle objectivité peut bien avoir sur cette question, l’auteur qui tente de démontrer que la proposition de loi abolitionniste déposée par la Délégation aux Droits des Femmes de l’Assemblée Nationale s’apparente à l’idéologie du Front National ?
La proposition de loi abolitionniste de la prostitution a mis les réglementaristes aux abois et mobilise leurs alliés intellectuels, people et médias.
Dodo, Antoine, Frédéric, Lilian et les autres nous rappellent les uns après les autres, que des hommes tiennent à leurs archaïques privilèges, s’accrochent dur comme fer, non pas au « plus vieux métier du monde » mais bien à la plus vieille et sexiste exploitation : la prostitution. Quelle superbe arnaque patriarcale tout de même que cet esclavage qui a la peau dure.

Lilian Mathieu sait pourtant qu’il n’y a pas plus de « droit à baiser » que par exemple, de droit à l’enfant, même en payant. Il sait aussi que la proposition de loi abolitionniste constitue un progrès, qu’elle est respectueuse des personnes et permettra d’avancer vers l’égalité, de mieux lutter contre le sexisme et les violences sexuelles. *1.
Abolir progressivement l’une des violences les plus préjudiciables que la domination masculine ait jamais imposée aux femmes, enfants et quelques hommes, la société toute entière y a intérêt et ça, Lilian Mathieu le sait pertinemment.
Il ne peut ignorer que les réglementaristes font très peu de cas des femmes victimes de la prostitution, utilisées mais stigmatisées et méprisées par des générations d’hommes.
Il sait que les seules personnes qui combattent les violences du système prostitueur qui engrange d’énormes profits criminels sur le dos des femmes, sont les abolitionnistes.

Il n’a guère d’arguments à opposer aux mesures proposées mais son intention est de discréditer le projet.
Quoi de plus efficace que de prétendre que les prostitué-e-s étranger-e-s seraient discriminé-e-s par le projet de loi, elles, si heureuses d’être sous la coupe des réseaux !
Dans cette période politique plutôt trouble, un peu de surenchère populiste devrait passer inaperçue et l’idéal, pour frapper les esprits, serait tout de même de parvenir à associer PS avec FN.

Premier artifice, commencer par jeter le doute sur le pourcentage de femmes étrangères en situation de prostitution pour mieux laisser à croire que ce serait le ministère de l’intérieur motivé par la chasse aux sans papiers, qui aurait initié ce projet. Je pense que toute la Délégation au Droit des Femmes de l’Assemblée Nationale qui a déposé la proposition et les abolitionnistes de tous bords politiques qui défendent ce projet, vont apprécier cet argument !
Si Lilian Mathieu arpentait comme les associations qui s’intéressent aux personnes prostituées, les lieux de prostitution ou les sites de petites annonces Internet, il aurait constaté que les prostituées sont dans leur écrasante majorité, et depuis déjà longtemps, des femmes étrangères exploitées par un proche ou un réseau, induites en erreur et conduites sur les lieux de prostitution où elles ne restent qu’un moment avant d’être déplacées ailleurs.
Que ce pourcentage soit de 85, 90 ou 95 % n’y change d’ailleurs pas grand-chose.

Ensuite, tenter de réfuter l’évidence : l’oppression et l’exploitation des femmes ne relèveraient pas de la domination masculine !
Vous l’ignoriez peut-être, mais sachez-le, les femmes étrangères prostituées sont venues s’échouer sur nos trottoirs de leur propre chef ! Voyez-vous ce n’est pas comme les hommes qui rêvent de devenir géomètre, maçon, prof, ou kiné, non, non, les femmes étrangères elles, rêvent de devenir « putes » !
Les macs, les réseaux, la traite, tout ça, n’existe pas, pur fantasme féministe que ce système prostitueur !
Pas de doute, Lilian Mathieu est un sociologue auquel le patriarcat doit beaucoup.

Bien sûr il est utile de feindre d’ignorer les différences entre les 3 régimes*2. existants en confondant prohibition et abolition. Surtout passer sous silence, les mérites de l’abolition qui en inversant la charge pénale sur les clients, aide les prostitué-e-s à se défendre contre des clients violents, puis grâce aux mesures d’éducation et de responsabilisation des clients, parvient progressivement à l’égalité et à une autre conception des relations femmes-hommes.

Malgré tout, Lilian Mathieu est contraint de reconnaître que le projet propose bien des mesures sociales aux personnes prostituées, mais cette partie de la tribune est à dessin embrouillée, et selon lui, le fait de sortir des réseaux, de bénéficier d’une régularisation et de pouvoir exercer une autre activité, constituerait alors une sévère injustice car ces pauvres femmes étrangères ne pourraient plus se prostituer, contrairement aux françaises !

Mais dans quel monde vit donc Lilian Mathieu ?
Imagine-t-il vraiment que les femmes prisonnières de proxénètes ou de réseaux mafieux qui les exploitent, choisiront cette prison ? Sait-il ce qu’est un camp de dressage, a-t-il la moindre idée des menaces qui pèsent sur ces femmes qui s’acquittent le plus souvent d’une dette et dont la famille est menacée de mort au pays ?
Pense-t-il que les femmes françaises s’éclatent dans la prostitution ? Ignore-t-il que la plupart d’entre elles ont vécu des violences sexuelles, que des rapports sexuels répétés et sans aucun désir, la peur au ventre, occasionnent d’innombrables douleurs physiques et psychologiques, et que toutes les femmes pour se prostituer se réfugient dans la dissociation ? Doute-t-il vraiment que l’écrasante majorité d’entre elles souhaite en sortir et ne plus jamais en entendre parler ?
Les femmes doivent être de bien étranges créatures pour Lilian Mathieu !

Enfin, comme une cerise qui aurait eu le temps de pourrir sur un gâteau bien rassis, la chute de ce texte dangereux, tombe. Les mesures proposées reviendraient « à appliquer sur le « marché du sexe », la revendication du Front national : la préférence nationale réservant aux seuls nationaux une activité fermée aux étrangers » !
Oui, oui, vous avez bien lu ! Voici ce qu’écrit un universitaire sollicité par le lobby pro-prostitution. Un bel exemple de supercherie intellectuelle.

Ce qui échappe à Lilian Mathieu, c’est la finalité de cette proposition qui vise à progressivement fermer « le marché » de la prostitution.
La sexualité ne peut être soumise aux marchés financiers. L’esclavage sexuel, ni dans la conjugalité, ni dans la prostitution, n’est plus admissible.
Enfin, le principe d’indisponibilité du corps humain doit être réaffirmé. Même le libéralisme ne peut tout vendre et tout acheter.
Il n’y a donc pas de « marché du sexe », ni de » travailleurs du sexe », mais un privilège patriarcal qui à terme disparaîtra et des personnes victimes d’une exploitation et de violences sexuelles que cette proposition de loi vise à protéger.
Certes des femmes « françaises » dont beaucoup sont pauvres et racisées, pourront continuer de se prostituer si elles le souhaitent, de moins en moins nombreuses et de moins en moins longtemps, nous l’espérons. Mais ce n’est en rien un privilège et nous verrons bien combien feront le choix de continuer alors que des alternatives et des aides leur seront proposées.
Quant aux femmes étrangères, si elles y sont encouragées, il y a fort à parier qu’elles dénonceront leur réseau et choisiront une alternative à la prostitution.
C’est bien mal connaître la réalité de la prostitution que de prétendre le contraire. Ces femmes ne sont pas venues sur nos trottoirs de leur plein grés, elles ont été trompées, elles sont captives (leurs papiers leur sont retirés), elles subissent des violences.

Ce texte démagogique et emprunt de populisme, produit par un sociologue censé encadrer des travaux de recherche, est inquiétant. Un sociologue n’est-il pas au moins supposé questionner les idées reçues sur la sexualité, les rapports sociaux de sexe, la domination masculine ?
Le projet abolitionniste est un projet d’émancipation qui relève de la défense des droits humains, et en particulier, des droits des femmes ; défendre de manière aussi consternante un système d’exploitation et de domination qui a fait son temps, n’honore pas l’université française.

Christine Le Doaré

———————————————————–

*1. La proposition de loi a pour objectif d’adopter une politique globale et cohérente pour abolir progressivement l’une des violences les plus préjudiciables que la domination masculine ait jamais imposée à l’égard des femmes, des enfants et de quelques hommes.
Toutes les personnes prostituées y ont intérêt, celles qui vont arrêter comme celles qui vont continuer ; ce que les rédacteurs de la proposition leur disent c’est :
– nous savons que la violence est inhérente à l’activité prostitutionnelle (Le taux de mortalité des personnes prostituées est terriblement élevé comparé à celui du reste de la population), nous voulons cesser de faire des victimes les coupables et abroger le délit de racolage…
– nous voulons que les personnes prostituées aient un meilleur suivi en matière de santé, pas uniquement sous l’angle de prévention des IST, mais dans une approche globale de santé sexuelle, physique et mentale, selon la définition de l’OMS…
– nous voulons permettre à celles et ceux qui le souhaitent, de se réinsérer grâce à un arsenal social de mesures d’aide à la formation, au logement…
– nous voulons permettre à celles et ceux qui sont étrangers, d’être régularisé-e-s par un titre de séjour, s’ils sortent de la prostitution …
– nous allons renforcer la lutte contre la traite et le proxénétisme, confisquer les biens du proxénétisme pour qu’ils bénéficient à leurs victimes et les aident à se réorienter…
– nous allons adopter des politiques de prévention au risque prostitutionnel et d’éducation à l’égalité et contre le sexisme….
– nous allons responsabiliser les clients prostitueurs et pas seulement lorsque les prostitué-s-s sont mineur-e-s ou en situation de vulnérabilité, et instaurer un délit pour sanctionner tout acte d’achat sexuel.

*2 : trois régimes
– réglementariste, comme en Allemagne ou aux pays bas, qui en légalisant le « travail du sexe », dépénalise le proxénétisme et laisse les marchés criminels envahir le pays au point de ne plus pouvoir rien contrôler
– prohibitionniste qui interdit toute prostitution et pénalise clients comme prostitué-e-s
– abolitionniste qui interdit le seul achat d’acte sexuel mais dépénalise le racolage

L’article de Lilian Mathieu : http://www.rue89.com/2013/10/08/prostitution-ps-reprend-preference-nationale-chere-fn-246404


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives