Posts Tagged 'voilement'

Voilement des fillettes ou l’amendement atomisé

L’amendement des députés Aurore Bergé et Jean-Baptiste Moreau qui portait sur l’interdiction du voile pour les fillettes a été jugé irrecevable par la commission spéciale d’examen de la loi visant à « conforter le respect des principes républicains ».

Pour faire bref, ce projet de loi ne serait pas le « bon véhicule législatif ». Je trouve au contraire qu’une loi sur le renforcement des principes républicains était bien indiquée pour lutter contre cette violence réservée au sexe féminin.

En effet, si notre république laïque promeut l’égalité femmes-hommes, ce ne doit pas être une vue de l’esprit, elle doit empêcher autant que faire se peut, que ne soit bafoué ce principe d’égalité. Et à fortiori lorsqu’il s’agit d’enfants si facile à influencer. Il ne peut être toléré que l’endoctrinement religieux précoce de petites filles leur impose de consentir à la soumission de leur genre. Endoctriner des petites filles de manière sexiste et sectaire en leur faisant revêtir un accessoire qui signe leur soumission au divin comme au masculin,  contrevient au principe républicain fondamental d’égalité. Le voile signifie pour les filles : je suis une femme, je suis impure et en faute s’il m’arrive quelque chose alors que je ne le portais pas, et pour les garçons, une fille qui n’est pas voilée n’est pas une fille correcte.

Le voile est lourd au plan symbolique mais aussi physiquement, c’est un tissu encombrant, ce n’est pas un petit bijou ou accessoire. Il réduit la fillette comme la femme qui le porte à n’être qu’une tentation sexuelle ; elle porte seule la responsabilité de devoir se dérober aux prédateurs éventuels. C’est très lourd pour une petite fille ! Faut-il rappeler que les garçons eux, sont libres de s’habiller et se comporter comme ils l’entendent ? Voir, en particulier l’été, des fillettes et des femmes recouvertes de tissus souvent lourds et sombres, quand les garçons et les hommes se baladent jambes et tête à l’air, est intolérable. Comment accepter qu’une fillette ne soit réduite à un corps entravé par des interdits archaïques, déjà réduite à n’être que possession future et soumise à une condition inférieure ? Priver des petites filles de leur enfance en les sexualisant (imaginer qu’elles risquent en montrant leurs cheveux de susciter des convoitises sexuelles est en soi un scandale), en les entravant dans leurs mouvements, en mettant en danger leur santé (fixation de vitamine D nécessaire à la croissance limitée par l’absence d’exposition au soleil) est de la maltraitance.  

Si ce n’est pas le bon véhicule législatif, que font donc dans ce projet de loi les mesures relatives aux droits et libertés des femmes telles que la lutte contre la polygamie, contre les certificats de virginité, contre les mariages forcés ou contre la discrimination sexiste à l’héritage ? Le voilement aussi est une marque d’inégalité femmes-hommes et le voilement des fillettes de la maltraitance caractérisée. Pour défendre le voilement des femmes, beaucoup mettent en avant la liberté individuelle. Il y a déjà débat parce que déterminer la part de conditionnement à une culture, religion, tradition communautaires et de réel consentement est loin d’être aussi simple qu’il n’y paraît. Mais quand il s’agit d’une enfant, un consentement éclairé est parfaitement illusoire, en réalité seule s’exprime la volonté de ses parents et de sa communauté. Il ne s’agit que d’emprise religieuse et familiale.

Si ce n’est pas le bon véhicule législatif alors que veut atteindre ce projet de loi ? Ne s’agit-il pas d’éviter que les fondamentalistes n’imposent leurs règles et déstabilisent la société en isolant des communautés des valeurs républicaines qui nous rassemblent ? A priori j’ai cru comprendre que si. Dans ce cas, empêcher un formatage des enfants est une priorité, car une fois que les fillettes auront appris qu’elles ne sont pas des citoyennes libres mais doivent rester à la place qui leur a été assignée, il sera trop tard pour revenir en arrière.

Faut-il encore le rappeler, le voile est importé d’Afghanistan et c’est avant tout le meilleur marqueur social de progression de l’islamisme. Au Maroc, en 2012 le Centre pour l’Égalité des femmes a mené campagne contre le voilement des petites filles jugé comme étant « une forme majeure de violence envers les enfants. »

Pourtant il y a en France, comme un peu partout en Europe,  de plus en plus de fillettes voilées. Alors, quel sera le bon véhicule législatif pour l’interdire et combien de temps va-t-il encore falloir attendre ?

Christine Le Doaré


Articles récents

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives